Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Exode fiscal : Paris Londres aller simple...! Après les riches, ce sont les entrepreneurs qui partent

Les plus riches fuient vers des horizons plus favorables en matière fiscale. Pour ceux qui en ont les moyens, mieux vaut vivre à Londres qu'à Paris. Pourtant, les exilés fiscaux ne sont pas les seuls à préférer la capitale britannique : ceux qui veulent entreprendre et créer les rejoignent de plus en plus.

La plus belle ville du monde ?

Publié le

Pourquoi de plus en plus de français partent à l’étranger et principalement vers les pays les plus libéraux ? Les Français domiciliés à l’étranger, qui pourront élire désormais et pour la première fois 11 députés, étaient 1 339 302 à être inscrits sur les listes auprès des ambassades ou consulat en 2006. Ils sont passés à 1 471 622 en 2010. Les pays ayant adopté une véritable économie de marché sont les plus attractifs. En 2008 on recensait 139 349 Français en Suisse, 117 076 aux USA et 112 660 au Royaume Uni. Mais ces chiffres ne sont qu’une partie de la réalité parce que beaucoup de ces Français ne se déclarent pas auprès des autorités françaises.

Ils n’en ont pas l’obligation. Il y aurait à Londres environ 400 000 Français alors qu’il n’y aurait à Paris que quelques dizaines de milliers d’Anglais. Pourquoi ?

Il y a bien sur les plus riches qui partent pour trouver des cieux fiscaux plus cléments :

  • En Angleterre, le système de la « remittance basis » permet à un Français qui s’expatrie sans décider de vivre définitivement dans ce pays de ne payer ses impôts anglais que sur les sommes gagnées ou rapatriées au Royaume Uni. Certes, ceux qui ont résidé pendant 7 ans au cours des 9 dernières années avaient à payer un impôt minimum de 30 000 £ par an, somme portée à 50 000 par an à partir de l’exercice 2012/2013 pour ceux qui auront été résidents pendant 12 des dernières 14 années. Mais outre que cette « charge » minimale est bien modeste, les revenus impatriés depuis l’étranger pour être investis dans des sociétés non cotée ou toute autre activité industrielle ou commerciale restent non imposables au Royaume Uni.
  • En Suisse, le système du forfait encore en vigueur, notamment dans les cantons romans, permet aux étrangers de payer un impôt unique, en lieu et place des impôts sur la fortune, sur les revenus fédéral, cantonal et municipal ; sur la base d’un revenu forfaitaire égal à 5 fois le le loyer de la résidence d’habitation ou sa valeur locative. Sur cette base, l’impôt peut s’établir à des montants de base de l’ordre de 100 000CHF à Genève et moins en Valais.
  • A Bruxelles, l’ISF n’existe tout simplement pas…

Mais il n’y a pas que les plus riches qui partent. Les exilés français à Londres sont d’abord des jeunes qui veulent travailler et qui en ont assez des contraintes du système français, qui veulent pouvoir s’embaucher aisément, qui veulent pouvoir embaucher pour créer leur entreprise sans avoir peur de ne pas pouvoir débaucher. Les charges sociales, employeur et employé, sont de l’ordre de 20% de l’autre coté de la Manche ou en Suisse contre environ 70% dans l’Hexagone.

En fait il ya en France sans doute à peu près autant d’Anglais qu’il y a de Français en Angleterre. Mais les Anglais en France, qui repartent d’ailleurs depuis la chute de la livre, sont pour beaucoup des retraités désireux de s’installer dans nos campagnes moins pluvieuses que les leurs. Alors que les Français qui partent sont pour une petite partie des riches qui exilent aussi leur patrimoine, leurs projets et des emplois ; et pour la très grande majorité des jeunes qui ont envie de créer et de gagner sans être montrés du doigt.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par stvi - 29/04/2012 - 10:08 - Signaler un abus hableurs tricheurs et menteurs

    Ceux qui s'expatrient le clament haut et fort pour créer un effet de résonance ... Les vrais entrepreneurs ,ceux qui se battent tous les jours avec des hauts et des bas intègrent leurs impôts dans leur bilan ,et n'engagent pas des avocats fiscalistes pour fuir leurs obligations .... dès que ces gens vieillissent un peu on les retrouve hagards en quête de reconnaissance dans le pays qui les a fait riches ...Nos vedettes croulantes qui viennent se faire soigner en France en sont un exemple ,sans compter ceux qui peuplent le thalis pour assister aux diners mondains Parisiens reconnaissant à demi mot qu'ils "s'emmerdent" en Belgique

  • Par Cap2006 - 29/04/2012 - 10:39 - Signaler un abus Chacun est libre de vivre où il l'entend

    Mais le paradis de l'entrepreneur n'existe pas vraiment.... et l'argumentation ferait presque sourire... vous vous rendez compte, 20% de charge en moins à Londres... mais s'il faut payer les gens plus cher pour qu'ils cotisent s'assurent, se soignent eux même... le gain est il si important que cela... L'Angleterre est elle devenue l'usine de l'europe ?

  • Par Europeean - 29/04/2012 - 12:29 - Signaler un abus "s'emmerdent en Belgique" vraiment???

    @stvi Je vis à Bruxelles, je vivais auparavant à Paris et très honnêtement il faut vraiment y mettre du sien pour "s'emmerder" en Belgique. Bruxelles est une ville extraordinaire qui dans sa scène culturelle, son art de vivre et son économie n'a pas grand chose à envier à Paris. Ceux qui disent ça sont tout simplement des jaloux. De plus, les Belges sont pour la plupart des gens éduqués, d'une grande sympathie et attentionnés! Nombre de qualités qu'on regrette bien vite lorsqu'on sort du Thalys pour prendre le RER gare du Nord à Paris. Désolé mais moi je reste en Belgique!

  • Par texarkana - 29/04/2012 - 12:50 - Signaler un abus "nos vedettes croulantes qui viennent se soigner en France"

    en effet c'est bien connu, ils n'auraient pas les moyens de se soigner en Suisse ou en Belgique qui sont comme chacun sait des "déserts médicaux". Quel argument stupide!

  • Par sanker - 29/04/2012 - 13:28 - Signaler un abus Carte Vitale contre aller simple...

    Effectivement, c'est un choix mais alors allons jusqu'au bout retirons leur la carte vitale et les établissements scolaires français....Les anglais en France ne sont pas que retraités, il y a des cadres qui prônent la santé, l'éducation et la propriété foncière (impossible en Angleterre). Aujourd'hui, ceux qui partent n'ont ni valeur ni éducation, c'est la nouvelle droite : honte à eux et basta...

  • Par benjo - 29/04/2012 - 13:59 - Signaler un abus Il y a 1,6 million d'inscrits au 31/12/11

    Soit un minimum de 2,5 millions de Francais a l'etranger, et ce chiffre augmente d'au moins 3% par an. J'imagine que ca va encore plus augmenter dans les 5 prochaines annees si Hollande passe.

  • Par asty - 29/04/2012 - 15:19 - Signaler un abus @european

    bien sûr que non, on ne " s'emmerde" pas dans les pays du nord, mais je ne sais par quel phénomène grégaire et moutonnier, on vous voit tous débarquer dans nos contrées méridionnales les mois d'été. On ne vous y aime pas beaucoup, mais comme vous nous apportez les devises, on vous tond avec beaucoup de plaisirs et on se fout de votre " g..." dès que vous avez le dos tourné! Vous devriez même y rester les mois d'été car en avons même un peu assez de voir vos seins flasques, vos ventres bedonnants et mous( sans parler du reste, à faire fuir les enfants) vos couleurs rougeâtres, sur nos plages naturistes françaises! Quand à ceux qui se sont réfugiés en Angleterre, mais enfin, qu'is y restent, on lit deci et là que les perspectives économiques sont florissantes ( récession depuis le début de l'année).

  • Par fms - 29/04/2012 - 15:36 - Signaler un abus la nature a horreur du vide

    Chaque partant sera remplacé et participera ainsi à l'ascenseur social... finalement, nous ne pouvons que leur dire merci :-)

  • Par toulonrct - 29/04/2012 - 16:26 - Signaler un abus @benjo

    on s'en fiche qu'ils partent on a les arabes et les africains noirs pour les remplacer"une chance pour la france"

  • Par letroll - 29/04/2012 - 17:17 - Signaler un abus retour prévisible dans quelques mois

    quand la situation va devenir plus "compliquée" en Grande-Bretagne, ils vont revenir en France, pour voir si par hasard il n'y aurait pas moyen de toucher quelques minima sociaux :-))) ou se faire rembourser par la sécu

  • Par texarkana - 29/04/2012 - 17:35 - Signaler un abus mdr sanker!

    "tretirons leur leur carte vitale et ils vont rappliquer"! j'imagine tous les expatriés qui ont été respirer le grand air du large revenir en masse pour ce motif! ce ne sont pas en général des petits bourgeois craignant les risques qui s'expatrient, mais les + dynamiques d'une génération!quant au commentaire ouvertement xénophoble d'asty, çà en dit long sur l'ouvertture d'esprit et la "tolérance" d'une certaine gauche..

  • Par De France et de plus loin - 29/04/2012 - 18:37 - Signaler un abus Formidable Angleterre

    On a qu'à supprimer l impôt sur les sociétés en France, comme ça , tout le monde viendra chez nous et la Grande Bretagne sera ruinée ! Quitte à se tirer dans les pattes entre européens, on pourrait aussi payer les entreprises et les riches pour qu ils viennent chez nous ce qui nous permettrait de récupérer des riches de partout et de niquer les USA et l Allemagne... La GB profite des efforts des pays qui maintiennent des impôts élevés pour financer des services publics pour renforcer sa position. Ça porte un nom : le parasitisme

  • Par benjo - 29/04/2012 - 21:01 - Signaler un abus Qui part

    Ce ne sont pas tant les riches qui quittent la France, c'est un phénomène marginal. Ce sont les jeunes qualifies, les créateurs d'entreprise, les gens qui innovent et qui créent, bref la croissance de demain. Et les Juifs aussi d'ailleurs. Pas seulement en Israel - le nombre de français la bas a deja explose en 10 ans - mais aussi a Londres ou a New York. Ce n'est pas représentatif mais j'ai remarque que au moins un tiers des Francais que je rencontrais dans ces deux villes étaient juifs. Meme si c'est un hasard ou que c'est du a la sociologie de mes fréquentations, c'est surement beaucoup plus que le 1% qu'ils sont en France. Historiquement, quand les Juifs se barrent d'un pays, c'est plutôt mauvais signe. Surtout pour être remplaces par des musulmans.

  • Par Kraboule - 30/04/2012 - 00:12 - Signaler un abus En tant qu'expat entrepreneur, mon avis

    En tant qu'expat entrepreneur, pour avoir souvent discuté avec d'autre expats, pour beaucoup ce qui nous interresse au delà de la fiscalité : une culture, des valeurs et une stabilité ! un pays pro entrepreneur qui valorise et glorifie le boss plutôt que de l'amalgamer. Dans lequel la presse et les débats éléctoraux sont d'un autre niveau, pragmatiques, fiers et ouverts, lus par le monde entier (sauf la France bien sûr !). un pays plus tourné vers l'extérieur et l'avenir qu'enlisé dans ses querelles de clochés nombrilistes. Dans lequel les décisions des dirigeants nous paraissent un minimum faites pour favoriser l'intelligence plutôt que les débiles profonds. Dans lequel la population ne reniera pas le monde occidental et des valeurs chrétiennes auquel elle appartient, ne se culpabilisera pas pour ça. Ou le communisme, les trop bonnes intentions et de la moralisation en politique n'ont aucune chance d'avoir pignon sur rue. Jamais. Ou on a pas trop peur que demain une nouvelle norme absurde nous mette en difficulté. Voilà ! Et sur les expats entrepreneurs ou cadre sups que j'ai fréquenté, certains repartent encore ailleurs mais peu rentrent en France

  • Par Gilles - 30/04/2012 - 15:09 - Signaler un abus Quitte ou double

    La France sera bientôt un grand parc d'attraction. Elle va jouer son avenir dans les semaines à venir. Ou elle se réforme de A à Z ou bien ce sera comme la Grèce !

  • Par titine - 30/04/2012 - 22:35 - Signaler un abus Les "jeunes" qui créent

    Ne le font pas pour se casser la gueule... même s'il y a une part de risque. Donc, leur "exil" est compréhensible, en tout cas pour ceux qui ont "touché" à l'entrepreunariat ; ils savent de quoi ça parle... Outre la fiscalité, au vu de la bureaucratie - limite soviétisante - qui persiste encore sur notre sol, y a de quoi vouloir voir ailleurs !!! De surcroit, les syndicats qui vous empêchent de prospérer mais qui vous "guident" à mettre la clef sous la porte, en effet... fuyons ! Tant que des réformes en profondeur ne seront pas de mise en France, rien n'y fera. Et si Hollande passe, nous deviendrons un gigantesque parc d'attraction qui ne tardera pas lui aussi à trépasser.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Delsol

Jean-Philippe Delsol est avocat fiscaliste et président de l'Iref (Institut de recherches économiques et sociales).

Il est l'auteur de l'ouvrage L’injustice fiscale ou l’abus de bien commun (publié en février 2016 chez Desclée de Brouwer). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€