À Propos

Jean-Baptiste Noé, historien, spécialiste de l’histoire du christianisme. Il est rédacteur dans la revue de géopolitique Conflits. Dernier ouvrage paru Géopolitique du Vatican (PUF), où il analyse l'influence de la diplomatie pontificale et élabore une réflexion sur la notion de puissance.

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ses Contributions
Les commémorations
11 novembre : 1918 - 2018, ces 100 ans qui ont vu l’irruption de "l’individu" sur la scène politique mondiale pour le meilleur et pour le pire
L'armistice de 1918 signifie la fin de la Guerre et la fin d'une époque. La disparition des Empires et le triomphe des démocraties prépare la voie pour une nouvelle ère, celle de l'individu.
11/11/2018 - 09h32
00
Quand Emmanuel rencontre François
Macron au Vatican face à un Pape qui n’attend plus grand chose de la France
Alors que le président de la République se rendra au Saint-Siège mardi 26 juin pour rencontrer le pape François, l'historien et écrivain Jean-Baptiste Noé revient sur les relations entre la France et le Vatican et sur leur potentielle évolution.
25/06/2018 - 08h10
010
Procès
Accusé libéralisme, levez-vous : les réformes dites libérales sont-elles anti-sociales (et sont-elles d’ailleurs si libérales que ça...) ?
Le président de la République est souvent accusé de mettre à mal le modèle social français à travers sa politique qualifiée comme néolibérale. Qu'en est-il réellement ?
15/04/2018 - 09h49
018
Règne libéral
Jean-Baptiste Noé : "Si aujourd'hui les libéraux français regardent vers la City ou vers New York, c’est qu’ils ont oublié leur histoire"
Entre 1830 et 1848 régna le dernier roi de France, ou plutôt le dernier "Roi des Français" comme il convenait de l'appeler, Louis Philippe d'Orléans. Un règne marqué par l'application d'un courant de pensée alors en plein essor : le libéralisme.
01/04/2018 - 10h32
00
Bonnes feuilles
Pourquoi la droite française - et tous les mouvement politiques - seraient bien inspirés de relire Bastiat (et Tocqueville)
La doxa dominante décrète que le libéralisme, cette doctrine "anglo-saxonne", ne saurait prospérer dans l’Hexagone. Or, non seulement il y a un libéralisme français, mais il connut son heure de gloire sous la monarchie de Juillet. Louis-Philippe est alors au pouvoir et s’entoure d’hommes de grande valeur. Ils sont imprégnés de la pensée d’intellectuels tels que Frédéric Bastiat, Alexis de Tocqueville et Jean-Baptiste Say. Sous leur houlette, la France rattrape une partie du retard économique qu’elle avait accumulé sur l’Angleterre. Extrait du livre "La parenthèse libérale" de Jean-Baptiste Noé, aux éditions Calmann-Levy (2/2).
01/04/2018 - 10h33
02
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours