En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Le président américain Barack Obama n'aurait appris l'existence du programme de surveillance des communications de 35 dirigeants de la planète que cet été.
Frankenstein
Si même Obama ignore tout de ce que fait la NSA, qui protège donc la démocratie ?
Publié le 31 octobre 2013
D'après plusieurs médias américains, Barack Obama ignorait l'existence du programme de surveillance de 35 dirigeants de la planète jusqu'à l'été dernier. La NSA apparaît indéniablement comme un État dans l’État, qui échappe au contrôle de ceux qui l'ont créée.
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après plusieurs médias américains, Barack Obama ignorait l'existence du programme de surveillance de 35 dirigeants de la planète jusqu'à l'été dernier. La NSA apparaît indéniablement comme un État dans l’État, qui échappe au contrôle de ceux qui l'ont créée.

Atlantico : Alors que les nouvelles révélations se multiplient sur l'étendue de la surveillance des citoyens et des dirigeants européens par la NSA, le New Yorker et le Wall Street Journal révèlent que le président américain Barack Obama n'aurait appris l'existence du programme de surveillance des communications de 35 dirigeants de la planète que cet été. Est-il possible que Barack Obama n'ait pas été au courant ?

Michel Nesterenko : Sur la base des déclarations des dirigeants de la NSA et du renseignement américain, il est évident que le Président n'était que partiellement informé. Le Président Obama avait, au mieux, communication des grandes lignes, mais certainement pas de ce qui est appelé pudiquement "le détail", et qui est en fait l'essentiel. Les dirigeants du renseignement soutiennent que le Président "n'avait pas besoin de savoir" et que c'est eux-même qui décidaient ce qu'ils estimaient devoir dire ou pas. Fin août, le renseignement américain a omis d'informer le Président Obama des bombardements à l'arme chimique par les troupes du Président Syrien. Le Président Obama a appris la nouvelle par les journalistes de Reuters comme un vulgaire citoyen.

L'excuse donnée pour ne pas informer le Président consiste à dire que les informations sont trop techniques. De cette façon, en réalité le Président n'a pas besoin de mentir si on lui pose la question. Après tout, un programme secret est secret par définition. Les dirigeants du renseignement savent pertinemment que si le Président et les élus du Congrès en charge de la supervision sont mis au courant, il y aura forcément des fuites, et il faudra mettre un terme à leurs opérations, qui sont sur le fond totalement illégales. Alors on dissimule et on ment à tout le monde, y compris au tribunal spécialisé pour donner les passe-droits. Même à l'intérieur de ces immenses organisations, les services se mentent les uns aux autres en se faisant une concurrence malsaine pour "publier" en interne.

Si ce n'est pas le président américain, alors qui contrôle la NSA ?

En fin de compte, personne ne contrôle la NSA, qui est vraisemblablement elle même trop grande et incontrôlable au niveau de ses propres activités. Tout cela a largement été décrit par les journalistes du  Washington Post, du New York Times et de Reuters. Ces faits sont incontournables.

Comment expliquez-vous que cette agence bénéficie d'une telle indépendance ? Est-ce une exception aux Etats-Unis ?

Ce n'est pas la première fois qu'une agence de renseignement américaine dérive ainsi. La CIA a déjà été coutumière du fait, comme l'ont montré, pendant la présidence Reagan, les enquêtes du Congrès relatives au financement des révolutions sud-américaines (les "Contras") par des profits dérivés du trafic de drogue et du trafic d'armes. Tout cela supervisé plus ou moins par la CIA. En son temps, le Directeur du FBI J. Edgar Hoover avait établi des dossiers sur toutes les personnalités politiques afin d'exercer sur elles un chantage très efficace. Il a été amplement démontré par de nombreuses enquêtes que le FBI et la CIA avaient toutes deux eu vent de l'imminence de l'assassinat du Président Kennedy et n'avaient pas transmis l'information au Président. On peut donc affirmer qu'il s'agit là d'une constante américaine.

Quels problèmes  démocratiques, cette situation pose-t-elle ?

Le Président Eisenhower avait lui même mis en garde les leaders de la démocratie contre de telles dérives. Aujourd'hui le renseignement américain espionne non seulement toute la planète contre laquelle il est en guerre froide, ou autre, mais aussi tous les citoyens américains, en croisant les banques de données de la police, des banques, et plus, toujours plus... Nous sommes déjà dans le "Big Brother", et demain nous serons dans le "Minority Report". "On" arrêtera les bonnes gens parce-qu'un ordinateur, en un lieu secret, à établi qu'ils appartiennent à des communautés qui statistiquement sont portés sur le crime, avec tous les risques de ciblage aux connotations raciales que l'Europe a combattues il n'y a pas si longtemps. Sont-ce là les vrais alliés de la démocratie européenne ?

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
04.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
05.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
06.
Eglises profanées en France : mais pourquoi le pape se tait-il ?
07.
La classification des comportements qui vous permettra de mieux comprendre votre entourage
01.
Le CAC 40 au plus bas
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
andromede
- 01/11/2013 - 10:34
"Démocratie"
Ou ça?
Léa
- 31/10/2013 - 21:11
C'est une blague ?
Obama y sait pas, y sait rien, c'est pas lui, c'est la faute des Républicains.
Sur tous les sujets qui fâchent, même refrain.
S'il n'avait pas su et approuvé, il n'aurait pas défendu la NSA avec autant de loyalisme. Quand on pense que James Clapper a été pris la main dans la sac à mentir au Congrès et qu'il n'a même pas été débarqué !
Satan
- 31/10/2013 - 19:14
Les USA ne sont pas une démocratie!
Pas besoin d'avoir un doctorat pour s'en rendre compte. D'ailleurs il n'y a actuellement aucune démocratie réelle en place dans le monde.