En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 2 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 6 heures 2 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 6 heures 33 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 19 heures 37 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 20 heures 58 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 2 heures 46 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 6 heures 19 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 18 heures 56 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 20 heures 23 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 21 heures 25 min
© Reuters
Le mariage a longtemps été un moyen de s'assurer de la fidélité des époux.
© Reuters
Le mariage a longtemps été un moyen de s'assurer de la fidélité des époux.
Rien qu'à toi

Entre invention sociale et inclination naturelle : comment la monogamie s'est imposée dans les sociétés occidentales

Publié le 04 août 2013
Deux nouvelles études menées sur des singes suggèrent que la monogamie vient soit du besoin instinctif du mâle de protéger sa progéniture des autres mâles, soit de sa volonté d'assurer son rôle exclusif de reproducteur. Il s'avère cependant que la vie à deux est plus le résultat d'une nécessité sociale qu'une affaire d'instinct.
Gérard Neyrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Neyrand est sociologue, est professeur à l’université de Toulouse), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS, laboratoire associatif) à Bouc-Bel-Air. Il a publié de nombreux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux nouvelles études menées sur des singes suggèrent que la monogamie vient soit du besoin instinctif du mâle de protéger sa progéniture des autres mâles, soit de sa volonté d'assurer son rôle exclusif de reproducteur. Il s'avère cependant que la vie à deux est plus le résultat d'une nécessité sociale qu'une affaire d'instinct.

Atlantico : A l'exception des humains, presque aucun autre être vivant ne pratique la monogamie. Comment expliquer cela, alors que ce principe semble aller à l'encontre de l'instinct de reproduction, qui voudrait que l'on multiple les partenaires ?

Gérard Neyrand : Quelques espèces animales sont tout de même monogames. La monogamie est liée à la nécessité qui s'est dégagée de l’incertitude de la paternité. Cela ne fait que quelques années que l'on peut déterminer avec certitude qui est le père biologique de l’enfant. C'est d'ailleurs la fonction du mariage, comme le disait le Doyen Carbonnier, qui a présidé la refondation du droit de la famille à la fin des années 1970. Le cœur du mariage, disait-il, ce n'est pas le couple, mais la présomption de paternité : le père, c'est le mari. En conséquence, on demandait aux femmes d'être vierges pour le mariage afin d'être sûr que le mari soit bien le père, et d'être fidèles sexuellement par la suite. C'est à cause du risque de descendance illégitime que la plupart des sociétés punissaient beaucoup plus sévèrement l'adultère féminin que masculin. C'est là la première raison de la monogamie.

Pourquoi les humains font-ils ce choix de la monogamie ? Quels sont les enseignements des études menées en la matière ?

Il s'agit d'une règle sociale que l'on retrouve dans la plupart des sociétés qui ont organisé l'alliance et la sexualité. Cette dernière a deux dimensions : l'une est ludique et récréative, l'autre est liée à la reproduction. Ce n'est que depuis la fin des années 1960 que les moyens de contraception sont suffisamment efficaces pour strictement séparer l'amusement de l'acte à visée reproductrice. C'est une des grandes caractéristiques des couples contemporains, dans lesquels la venue de l'enfant est programmée, alors qu'autrefois elle était acceptée.

On rencontre d'autres dimensions d'ordre plus psychologique que social, qui renvoient à l'affectif. La jalousie, par exemple, pousse les humains à avoir des attachements exclusifs, sur le modèle de l’attachement archaïque à la mère, voire aux deux parents. Dans la plupart des sociétés ce lien est très fort, et se rejoue de manière plus ou moins inconsciente dans les attachements amoureux. Étant généralement réalisé auprès d'une seule personne, ce lien favorisera un investissement amoureux auprès d'une seule personne à la fois.

Toutefois, les sociétés d'aujourd'hui ne sont plus aussi centrées sur la mère qu'avant, car les pères jouent un rôle de plus en plus grand. Les parents travaillant, les bébés sont souvent confiés à des assistantes maternelles, par conséquent les attachements peuvent être pluriels. Cela favorise certainement pour l'avenir des attachements amoureux d'ordre pluriel. Il s'agit là d'une hypothèse, selon moi largement fondée. Et la sexualité étant dissociée de la reproduction, il n'y a plus de raison objective à la fidélité sexuelle. Les raisons ne sont plus que subjectives. La norme d'exclusivité, qui est toujours très présente, est beaucoup plus facilement transgressée qu'autrefois. On peut même avoir des pratiques reproductives sans sexualité via la procréation médicalement assistée ; l'homoparentalité a mis à l'ordre du jour cette question. L'institution du mariage définissait le cadre de légitimité de la sexualité. Aujourd'hui cela est régi par des normes individuelles et le consentement réciproque.

Cela signifie-t-il que le modèle monogame était le meilleur garant de la pérennité de la société humaine ?

Très certainement, car il était garant de la structuration de la société, où les rapports politiques, économiques et sociaux étaient particulièrement liés aux rapports familiaux. Aujourd'hui le couple a perdu ce lien très fort avec le fonctionnement social. En revanche, le lien parental garde toute sa force. La fragilisation des couples a entraîné un renforcement du lien parental avec le développement du principe de coparentalité.

Pourquoi le modèle monogame s'est il imposé dans certaines régions, et pas dans d'autres ?

Le modèle polygame, par exemple, présent notamment dans la culture musulmane, est lié à des préceptes religieux. Il renvoie certainement à un fonctionnement social à un moment donné. De toute façon, dans ces sociétés, dès l'origine la polygamie était réservée aux riches. Il fallait pouvoir subvenir aux besoins de toutes ses femmes. La logique est totalement différente d'avec la liberté et la permissivité en vigueur aujourd’hui. Ces sociétés de type patriarcal ont permis aux classes les plus favorisées de bénéficier d'un certain nombre d'avantages, dont la possibilité d'avoir plusieurs femmes.

 

Quid de la polygamie pour les femmes ? A-t-elle déjà existé ?

Il s'agit de la polyandrie, qui existe dans des cas très restreints. Si l'on se réfère aux Métamorphoses de la parenté écrit par Maurice Godellier, parmi les 400 types de sociétés recensés, on compte la polyandrie, tout de même très rare. En Chine, il existait même une société sans pères : les hommes visitaient les femmes la nuit, et les enfants naissaient sans lien paternel. Cela montre qu'il existe des variations par rapport à la norme dominante, patriarcale et patrilinéaire. On n'a en revanche jamais rencontré de société qualifiable de « matriarcale », qui serait l'exact inverse du modèle patriarcal.

Une étude  suggère que chez les primates, le mâle reste avec la femelle pour s'assurer que leur progéniture ne soit pas tuée par un autre mâle. Chez les humains, les enfants étant vulnérables pendant un certains temps, cela explique-t-il le « succès » du modèle monogame ?

Il est hasardeux d'établir des correspondances entre les grands singes et les fonctionnements humains, car pour ces derniers l'instinct pur n'existe plus vraiment. Les humains maîtrisant le langage, leur cerveau s'est bien plus développé que celui des primates. Les pulsions instinctives sont d'emblée socialisées. Un sens leur est donné. On a bien vu que sur la base de ces pulsions instinctives, chaque société s'est construite sur un mode différent, et qu'il est donc difficile de parler d'instinct chez les humains. C'est ce qu'a mis à mal Élisabeth Badinter en 1981 dans L'amour en plus : l'instinct maternel n'existe pas, le rapport à l'enfant est fonction d'une époque et d'une culture. Au XIXe siècle, la valorisation du lien mère-enfant était très forte, et elle se voit encore aujourd'hui. Cependant, on assiste à une valorisation du lien père-enfant, beaucoup plus forte qu'il y a cinquante ans. Mieux vaut ne pas se hasarder à comparer les sociétés animales et les sociétés humaines, qui sont beaucoup plus complexes et diversifiées.

Une autre étude menée sur des primates, parue dans le journal Science, suggère que la monogamie se développe là où les femelles sont moins nombreuses. Voulant s'assurer que les petits qu'elle porte sont bien les siens, le mâle ne s'en sépare pas. L'explication de l'exclusivité dans le rôle du reproducteur pourrait-elle s'appliquer aussi aux humains ?

Dans les sociétés humaines, on compte à peu près autant de filles que de garçons. Les sociétés où les femmes sont en minorités sont relativement rares. C'est le cas dans certains pays asiatiques, où les petites filles étaient tuées car il était plus valorisant d'avoir des garçons. En Chine, c'est encore aujourd'hui l'un des effets pervers de la rencontre des évolutions modernes du vingtième siècle et des traditions antérieures à l'égard des filles, qui fait que la natalité des garçons est supérieure. Conséquence : des hommes n'ont pas de femme.

Ce parallèle rejoint ce que je disais, à savoir que la monogamie participe de la volonté du père d'être sûr de sa descendance. Entérinée par le système social, elle a donné lieu à des lois définissant, à travers le mariage, des règles auxquelles les femmes étaient tenues de se conformer : virginité avant, et fidélité pendant le mariage.

Le fait qu'il y ait moins de femmes que d'hommes n'empêche pas la polygamie d'avoir cours, car cette dernière est liée au statut social. Les classes dominantes se soucient peu de savoir que les classes dominées n'auront pas de femmes. La hiérarchie sociale se conjugue avec la hiérarchie entre les sexes, avec des modalités très différentes selon les sociétés.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
belou43
- 07/08/2013 - 10:33
@ Le gorille
Étant de famille modeste, et vivant depuis toujours dans un milieu rural modeste, j'ai pu constater, en faisant parler les "anciens", que le "libertinage" ne date pas d'aujourd'hui, et touchait tous les milieux.
La chanson de Sacha Distel: "Scandale Dans la Famille"(1965) est tout à fait réaliste et pas seulement dans les iles !!! . La monogamie n'était qu'une façade. Le Christianisme qu'une immense hypocrisie !!!
GOGO
- 06/08/2013 - 08:28
le matriarcat existe içi
je l'ai renconté et il est dèjà installé .Dans les familles "décomposées" bien souvent le père voire les pères sont souvent "tués" au profit d'allocation de parent isolé que@ trentenaire du 14 perçoit sûrement.
"on est bien sans homme à la maison' est un credo classique chez certaines fraiches divorcées.
Le gorille
- 06/08/2013 - 01:11
Code et vie... deux aspects de la réalité
@ trentenaire-du-14 - 05/08/2013 - 22:52
Je le redis : revoyez la réalité prolétaire.
Une chose est le code civil, autre chose est la vie au jour le jour.
Le code civil n'est pas vraiment la réalité pratique.
Il y avait des hommes et des femmes ; ils ont vécu...
Quant aux "marchandages", cantonnez-les à une très petite élite, dont moi-même, roturier, je ne fais pas partie.
Et vous, seriez-vous inscrit au Bottin mondain ?