En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
L’espérance de vie sans incapacité (EVSI), c’est-à-dire la part de l’existence passée sans problème de santé majeur, aurait baissé.
Vieux os
Rupture de tendance : l'espérance de vie en bonne santé diminue pour la première fois. Dans quel état vivons-nous la grande vieillesse ?
Publié le 23 juin 2013
Avec l'augmentation de l'espérance de vie, le temps passé en situation de dépendance s'allonge également. Une réalité qui oblige les pouvoirs publics à s'organiser en conséquence, alors que l'argent manque.
Le docteur Christophe de Jaeger est médecin physiologiste, directeur de l’Institut de médecine et de physiologie de la longévité à Paris.Il est l'auteur de "Nous ne sommes plus faits pour vieillir" aux éditions Grasset.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est médecin physiologiste, directeur de l’Institut de médecine et de physiologie de la longévité à Paris.Il est l'auteur de "Nous ne sommes plus faits pour vieillir" aux éditions Grasset.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l'augmentation de l'espérance de vie, le temps passé en situation de dépendance s'allonge également. Une réalité qui oblige les pouvoirs publics à s'organiser en conséquence, alors que l'argent manque.

Atlantico : L’espérance de vie sans incapacité (EVSI), c’est-à-dire la part de l’existence passée sans problème de santé majeur, aurait baissé. Une femme qui naît aujourd’hui devrait par exemple passer en moyenne 22 ans avec des incapacités, contre 15 si elle est née en 2004. Plus les années avancent, plus la "vraie vie" (dont on profite pleinement) diminue-t-elle effectivement ? Pourquoi ?

Frédéric de Jaeger : En réalité, on est en train de lever le voile sur une information que l’on a déjà depuis longtemps mais qui n’arrive pas à percer dans le grand public. On sait que l’on est en train d’atteindre une sorte de sommet en termes d’espérance de vie. On est habitué depuis des dizaines d’années à entendre que l’espérance de vie augmente. C’est une bonne nouvelle en soi. Mais il faut reconnaître que cette espérance de vie est acquise passivement : personne n’a d’aptitude active pour l’augmenter. Cela est lié au fait que l’on traite mieux les maladies aujourd’hui, ce qui permet aux gens de survivre plus longtemps.

Il est une deuxième notion que l’on nous caché jusqu’à présent, à savoir l’espérance de vie en bonne santé. Elle est fondamentale, car si on peut vivre plus longtemps, ça n’a d’intérêt que si on peut en faire quelque chose. Quand je parle de grande longévité, on me rétorque souvent que si c’est pour vivre comme Jeanne Calment, ce n’est pas la peine, car cela signifie être sourd, aveugle et en fauteuil roulant. Or cette espérance de vie en bonne santé ne diminue pas depuis aujourd’hui mais depuis 2007. C’est un vrai problème psychologique : pourquoi n’en avons-nous pas parlé plus tôt ? J’ai essayé, mais le message était trop négatif pour être entendu. Pourtant c’est la réalité : On vit plus longtemps certes, mais sous la dépendance de la médecine.

En termes de charges sociales, ce sont les dernières années de vie (et tout particulièrement les deux dernières) qui coûtent le plus cher à la nation. De nombreux problèmes sont posés, et les résoudre n’a rien d’évident. Selon les chiffres de 2010, un jeune Américain qui naît aujourd’hui a une espérance de vie plus faible que son père, à cause principalement des maladies métaboliques. Cela montre bien que l’on ne peut pas espérer passivement voir son espérance de vie augmenter régulièrement tous les deux mois. Ça ne marche plus comme ça.

Sur le plan sociologique, constate-t-on des inégalités ? Certains groupes de personnes sont-ils plus défavorisés que d’autres ?

On remarque qu’entre hommes et femmes les différences diminuent de manière constante. On retrouve toujours les mêmes groupes socio-économiques. Toute personne avec un travail pénible aura une durée d’incapacité plus grande. La réflexion sur la retraite et la pénibilité n’est d’ailleurs pas du tout stupide, le problème étant de savoir ce qu’est un travail pénible, pour qui il l’est, etc. Ce débat n’est toujours pas abordé avec la gravité qui s'impose pourtant, car le nombre de personnes en situation d’incapacité va augmenter de façon de plus en plus importante, et va coûter une fortune à nos systèmes sociaux.

Nous dirigeons-nous vers une "société impotente" ? Notre système de santé publique y est-il préparé, ou doit-il subir de profondes mutations pour affronter l’avenir ?

On arrive à une situation légèrement perverse, car la situation d’emploi est difficile. On entend ici et là des voix qui nous disent que dans le cadre des services à la personne, on va assister à une explosion des besoins. La solution consisterait donc à diriger les demandeurs d’emploi dans ce domaine-là. C’est vrai dans une certaine mesure car de plus en plus de gens seront sauvés par la médecine, qui fait bien son travail en la matière. La contrepartie de cela, ce sont des coûts humains et financiers, car il faudra payer de plus en plus de gens pour aider les autres. Notre société n’est pas préparée à y faire face. Les maisons de retraite sont saturées, les coûts sont considérables, et ce sont l’État et les collectivités qui payent. Ce problème socioéconomique va devenir de plus en plus prégnant et incontournable.

Quelles mutations cela implique-t-il ? Va-t-on assister à un boom des maisons de retraite, et faudra-t-il organiser de vastes campagnes de recrutement d’auxiliaires de vie sociale ?

En effet, mais ce ne n’est pas une façon positive d’orienter une société. Il est tout à fait moral et logique de s’occuper des gens dans le besoin, mais ce n’est pas une création positive d’emploi. Ce n’est pas comme si on créait des emplois pour faire des médicamentes rendant les gens de nouveaux valides, ou réaliser des percées technologiques.

Je ne suis pas certain que les pouvoirs publics ont conscience de l’énorme problème qui est devant nous. Au niveau du ministère de la Santé, des syndicats, des hôpitaux... tout le monde est conscient que cela va être de plus en plus difficile, mais la réponse est toujours la même : "il n’y a pas d’argent".

Tant que l’on restait dans l’optique de l’augmentation de l’espérance de vie, on était dans une situation de progrès psychologiquement positive. Mais le fait de se dire qu’une partie de cette augmentation réside dans la dépendance est très négatif. C’est un problème, au sens où on a besoin de voir le bon côté des choses.

Existe-t-il un dilemme moral par rapport à cette situation créée par l’homme à des fins positives, mais qui aujourd’hui le handicape financièrement et structurellement ?

La médecine ne peut pas répondre à cette question, car elle se doit faire le maximum de progrès pour diagnostiquer, traiter et maintenir dans la meilleure forme le plus longtemps possible. Se pose ensuite le problème pour la société, qui est presque d’ordre politique. En Grande-Bretagne par exemple, passé un certain âge l’accès aux soins est beaucoup plus difficile ; certaines technologies médicales ne sont pas ouvertes à tout le monde. Jusqu’où faut-il aller dans les soins ? Jusqu’où faut-il pousser les soins ? Faut-il laisser mourir certaines personnes ? Mais un médecin ne peut pas entrer dans cette logique-là.

A terme, une situation perverse se crée tout de même, dans la mesure où l'on a de plus en plus de malades, et qu’il faut que la société les assume. Ou bien la société doit décider de changer la règle du jeu en répondant à la question suivante : le coût de la dépendance devient-il un luxe pour une société qui va mal ? Mais encore une fois, ce n’est pas un débat de médecin. C’est à nous de prendre en charge la qualité de notre vieillissement et de mettre un maximum de chances de notre côté pour le faire le mieux possible. Nous devons nous responsabiliser par rapport à notre propre vieillissement.

Propos recueillis pas Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Entrée en service des bus électriques chinois : ce (contre)choc pétrolier que personne ne voyait venir
07.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Pierre
- 23/06/2013 - 23:02
La France est bien malade...
...
nos vieux vivent en mauvaise santé, et en plus dans un régime socialiste ou la notion de "social" est un abus de langage au profit de la clientèle électorale !
.
Dénonçons la mascarade de conférence sociale de Monsieur Hollande ou les vieux et les chômeurs ne sont même pas représentés.
.
Il s'en fout, ce scélérat, en clamant toujours "plus de justice" c'est à direplus d'avantages pour servir ses obligés.
jurgio
- 23/06/2013 - 21:04
La mauvaise santé et le psychisme délabré
La question d'un vieux problème commence à se poser. Par les temps qui courent, le travail devient psychologiquement de plus en plus difficile à supporter ! D'un côté, ce sera une bonne nouvelle pour les chômeurs car il faudra de nombreux aides médicaux, des appareilleurs et des gérontologues. Mais de l'autre, pas de chance car c'est une population sur laquelle on compte pour maintenir les pensions ! Déjà que je vois beaucoup de personnes dans la force de l'âge s'arrêter pour un rhume mal soigné, ce n'est pas gagné !...
jerem
- 23/06/2013 - 18:56
Tres bonne programmation de "l'idéaliste"
tres bonne programmation le film de coppola "l'idealiste" . *a savourer pour la these du personnage de jon voight sur la condamnation des assureurs ..... et la morale finale de l'histoire ....

cela aurait mérité une diffusion sur TF1 pour occuper le temps de cerveau disponbile

ici on lit :
"La réflexion sur la retraite et la pénibilité n’est d’ailleurs pas du tout stupide, le problème étant de savoir ce qu’est un travail pénible, pour qui il l’est, etc. Ce débat n’est toujours pas abordé avec la gravité qui s'impose pourtant, car le nombre de personnes en situation d’incapacité va augmenter de façon de plus en plus importante, et va coûter une fortune à nos systèmes sociaux."

D'ailleurs c'est pour cela que l'on veut nous remettre le plus rapidement possible entre les mains des assurances privées pour ne pas avoir a refléchir.

"C’est à nous de prendre en charge la qualité de notre vieillissement et de mettre un maximum de chances de notre côté pour le faire le mieux possible. Nous devons nous responsabiliser par rapport à notre propre vieillissement"

C'est sur que les bataillons de la CGT vont savoir traiter le sujet. mon statut , les autres je m'en tape