En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Les données rassemblées par les Etats-Unis sont régies par le droit américain, ce qui ne permet pas à la France de s’opposer à ce que la NSA, grâce à Facebook ou Google, ait accès à ces comptes aux Etats-Unis.
Big brother is watching you
Scandale de la NSA : y a-t-il un pilote dans l’avion France pour se soucier du sort de ses citoyens face aux abus des services de renseignement américains ?
Publié le 11 juin 2013
Suite aux révélations sur le traitement par la NSA des données des ressortissants étrangers hors du territoire américain, des questions émergent sur la capacité des États à protéger leurs citoyens.
Etienne Drouard est avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique. Ancien membre de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), ses activités portent sur l’ensemble des débats de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Drouard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Drouard est avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique. Ancien membre de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), ses activités portent sur l’ensemble des débats de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux révélations sur le traitement par la NSA des données des ressortissants étrangers hors du territoire américain, des questions émergent sur la capacité des États à protéger leurs citoyens.

Atlantico : Suite aux révélations du traitement par la NSA des données des ressortissants étrangers, hors USA, le gouvernement français compte-t-il et peut-il faire quelque chose pour protéger ses citoyens ?

Etienne Drouard : L’Etat ne peut rien faire. Ces données rassemblées par les Etats-Unis sont régies par le droit américain, ce qui ne permet pas à la France de s’opposer à ce que la NSA, grâce à Facebook ou Google, ait accès à ces comptes aux Etats-Unis. Si en tant qu’Etat on ne peut rien faire, on peut tout de même s’assurer que Google ou Facebook ont bien expliqué aux autorités françaises qu’elles transféraient les données de leurs utilisateurs français à leurs sièges américains. Une telle chose peut éventuellement être bloquée lorsque les finalités qui ont été indiquées pour ce transfert ne seraient pas commerciales mais à destination des autorités américaines. Si elles n’ont pas pensé à le déclarer à la CNIL, alors le blocage de la transmission des données à la NSA peut être ordonné. Cela nécessiterait de demander à la CNIL si le transfert des données à la NSA a été figé dans les demandes d’autorisation faites par ces sociétés auprès de la CNIL. C’est la seule possibilité tant qu’une convention franco-américaine n’aura pas été signée sur l’usage des données par la NSA. Dans ce cas, la première chose que ferait l’Etat français serait de demander une copie de ces données sur ses ressortissants, car il désire en fait faire la même chose.

L’Etat français peut-il légalement faire la même chose que les Etats-Unis ?

Légalement oui, mais pas avec des sociétés américaines, car la France ne peut concrètement rien demander à Google. Le vrai sujet est là : quand l’Etat français veut obtenir des données d’identification auprès de sociétés américaines, ces dernières rétorquent qu’elles n’en ont pas le droit au motif que la vie privée doit être respectée aux Etats-Unis. Grâce à ces sociétés américaines, l’Etat américain peut accéder aux comptes utilisateurs de 40% des internautes du monde entier.

Y-a-t-il un pilote dans l’avion français pour se soucier du sort de la confidentialité des données de ses ressortissants ?

Non, il n’y en a pas. Pour l’instant, les États non américains n’ont pas formulé de revendication officielle pour accéder à l’information collectée par la NSA ou pour demander à ce que cette dernière ne l’utilise pas. La première demande serait crédible (demander à partager l’information pour ses propres ressortissants) ; la deuxième ne sera jamais satisfaite. Ce n’est même pas la peine d’essayer, car il s’agit de droit purement américain. C’est d’ailleurs pour cela que la Chine a développé son propre Google. Des États aussi importants que le Brésil, le Japon ou ceux d’Europe ne font pas le nécessaire car les opinions publiques ne s’en sont pas émues. Cette information désormais publique nous démontre l’impuissance de nos États, qui jusqu’à présent se sont gardés de la clamer sur les toits.

Le fait de bénéficier de cet accès aux comptes d’étrangers participe-t-il d’une paranoïa spécifiquement américaine ?

Tout cela procède du "Patriot Act", qui a été adopté en novembre 2001 suite au 11 septembre, puis renforcé par l’administration Bush en 2005, et que Barack Obama s’était engagé à supprimer ou au moins à réduire dans sa portée. Il ressort de cette révélation que depuis le Patriot Act, il n’est plus besoin de procéder à une réquisition judiciaire spécifique pour accéder aux données des utilisateurs. L’accès par la NSA est direct et permanent, sans que celle-ci ait à justifier d’une procédure particulière.

Ces sociétés américaines ont tout de même remis en question le fait que l’on puisse, dans une démocratie comme les États-Unis, bénéficier d’un tel accès, arguant du risque que cela pourrait représenter pour leurs systèmes d’information. Ce à quoi la NSA a répondu qu’elle acceptait de ne pas avoir directement accès aux canaux, mais que ce seraient ces sociétés qui, régulièrement, lui enverraient des informations. L’Etat a essayé de faire plier une société, qui a refusé. Étonnamment, son patron s’est retrouvé sept ans en prison ans pour délit d’initié. Les autres, dont Microsoft et Google, ont accepté de signer cette convention.

Il ne reste donc à l’Etat français que la possibilité d'émettre des déclarations pour signifier sa désapprobation, et qui resteraient sans effet ?

La revendication se ferait donc sur le terrain politique et géopolitique. Derrière, on trouve l’enjeu sécuritaire tel qu'il est perçu par les Américains en matière de prévention du terrorisme : l’accès à un avion peut par exemple vous être refusé simplement parce que vous êtes dans le collimateur de la NSA, pour quelque raison que ce soit (prise de position sur le mariage gay par exemple). Mais se cache aussi un usage économique. Ces données sont analysées en ce sens ; les sociétés qui alimentent la NSA servent aussi un objectif de connaissance des activités, des contrats, des opinions, etc. Ces moyens étant réservés aux Etats-Unis, la France ne peut pas le faire.

Il faut savoir que la France a cherché à reproduire la Patriot Act via le projet de loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (OPSI) de 2005 et 2010. Dans une annexe, était évoquée la possibilité pour la Police judiciaire d’avoir un accès direct et permanent aux données de connexion des fournisseurs d’accès internet et des opérateurs de téléphone. Il ne s’agissait que d’un souhait pour l’avenir, qui n’est pas allé plus loin. Le régime, pour le moment, est le suivant : sur réquisition judiciaire ou sur demande auprès d’un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, on peut se livrer aux mêmes inquisitions, mais sur des questions motivées et ponctuelles. La différence avec la NSA se situe dans l’échelle.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
03.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
04.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
phidias
- 12/06/2013 - 00:52
Vous rigolez ?
A une époque où prendre le métro, traverser certains quartiers, porter des bijoux vous assure une mort assurée sur la voie publique vous vous demandez si la France protège ses citoyens ?
Grwfsywash
- 11/06/2013 - 17:52
Antienne connue
J'imagine que nos bons édiles vont se fendre d'une déclaration rassurante du type "Dormez braves gens, ceux qui n'ont rien à se reprocher, n'ont rien à cacher...".
Eh bien si, justement nous avons tous quelque chose à cacher, cela s'appelle la vie privée et comme tout trésor il nous faut le cacher à la curiosité mal intentionnée de ces candidats à la tyrannie.
jerem
- 11/06/2013 - 14:21
ou etait Alex Turck
que faisait donc la cnil et son représentant alex turck qui etait egalement à la tete de l'organisme européen ?

oui on se le demande ...... perle sur perle ...

comme la video-protection (protection , c'est cela meme)