En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
François Hollande assure que le budget de la défense sera inchangé en 2014.
Si vis pacem, para bellum

Budget de la Défense : Bercy est-il parti en guerre contre l'industrie de l'armement ?

Publié le 25 avril 2013
A l'approche de la présentation du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale lundi et du vote de la loi de programmation militaire 2014-2019 à l'automne, militaires et industriels de l'armement craignent des coupes drastiques. François Hollande assure que le budget actuel de 32 milliards sera inchangé en 2014. A quel son de cloche se fier ?
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'approche de la présentation du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale lundi et du vote de la loi de programmation militaire 2014-2019 à l'automne, militaires et industriels de l'armement craignent des coupes drastiques. François Hollande assure que le budget actuel de 32 milliards sera inchangé en 2014. A quel son de cloche se fier ?

Atlantico : Le Livre blanc sur la Défense et la sécurité doit être rendu public lundi prochain. Celui-ci ne contient pas d’objectifs chiffrés, ces derniers devant paraître à l'automne dans la loi de programmation militaire 2014-2019. François Hollande a pris les devants en assurant que le budget actuel de 32 milliards serait inchangé en 2014. Pourtant, militaires et industriels craignent des coupes pour les années suivantes. A quel son de cloche faut-il se fier pour les années à venir ?

Guillaume Lagane : La France est dans une situation budgétaire très fragile, avec un déficit dépassant largement les 3% de son objectif européen. D’où la nécessité de faire des économies. Le budget de 32 milliards d’euros de la Défense est un bon candidat à ces économies, car c’est le deuxième budget après celui de l’éducation nationale.

Des chiffres venant de Bercy ont circulé, avec des scenarii différents. Un "scénario z" prévoyait par exemple de passer de 32 à 28 milliards en 2015. François Hollande a indiqué qu’il était finalement écarté au profit d’un maintien du budget de la Défense. En réalité, on n’est pas du tout certain de ce que cela signifie, car si l’on ne tient pas compte de l’inflation, cela peut signifier une réduction à valeur réelle qui aboutit à le faire diminuer dans les mêmes proportions.

Certains industriels arguent que Bercy est tenté de pratiquer des coupes budgétaires dès 2014, car selon eux le politique a en la matière une vision court-termiste, par opposition à l’activité industrielle, qui elle, s’inscrit sur le moyen et le long terme. Est-il envisageable qu’une vague de licenciements ait lieu d’ici 3 ou 4 ans, le temps que les coupes aient fait leur effet dans les commandes passées par l’Etat ?

Le gouvernement français semble avoir pris des options différentes de la précédente majorité. Dans la précédente loi de programmation militaire, l’objectif était de modifier la répartition des 32 milliards du budget entre fonctionnement et investissement. L’idée était de baisser la part de fonctionnement, et pour cela on avait prévu 54 000 postes en moins  à la Défense, et au contraire d’augmenter l’investissement via les achats d’équipement et l’entretien, pour une armée mieux équipée.

Aujourd’hui, dans un contexte où le chômage augmente, on ne veut pas toucher aux effectifs, donc ne pas réduire la part fonctionnement de 17 milliards d’euros. Les coupes budgétaires sont donc à effectuer sur la partie équipement.

La question est de savoir quels programmes vont être supprimés ou décalés. On a deux solutions :

1)      L’Etat français, à travers le livre blanc, décide d’un nouveau format d’armée, et donc de réduire les ambitions de la France, ce qui implique de renoncer à un certain type d’équipement.

2)      On fait comme par le passé, puisque ce n’est pas la première fois que la France est confrontée à des réductions de son budget de la Défense. On saupoudre entre les divers programmes les réductions de dépenses. Par exemple, on s’attend à ce que les objectifs de commandes d’avions Rafale à l’horizon 2025 passent de 286 à 225 unités. En pratique, la France passerait d’environ 300 avions de chasse à un peu plus de 200. Ce saupoudrage reviendrait à réduire nos capacités militaires.

Jusqu’où peut-on aller dans les coupes sans pour autant faire perdre à l’armée son statut de puissance internationale ?

Dans l’idéal la France ne réduirait pas son budget, elle l’augmenterait. 32 milliard d’euros représentent aujourd’hui 1,5% de notre PIB, alors que l’OTAN demande aux alliés de consacrer 2% à la Défense. Aucun membre de l’OTAN ne dépense ce niveau-là, à l’exception des Etats-Unis qui sont à hauteur de 4%. Cela explique leur suprématie en matière militaire.

Pour mémoire, en 1960 le budget de la Défense français était à 4% du PIB. En 1976 le Ministère de l’éducation nationale a dépassé la Défense dans le budget de l’Etat. En 1990, avec la fin de la Guerre froide, des réductions sont également intervenues.  Il est vrai que l’abaisser à nouveau aujourd’hui est une sérieuse menace pour notre statut international.

Il faut tout de même nuancer, car François Hollande a annoncé qu’il ne toucherait pas au budget du nucléaire. Sa préservation est un atout, dans la mesure où la France est l’un des cinq Etats qui en sont dotés au sens du Traité de non-prolifération (qui sont les cinq membres du Conseil de sécurité).

En revanche les capacités conventionnelles vont être fortement handicapées. Or, on le voit bien au Mali, pour aller lutter contre les djihadistes dans cette zone on a plus besoin de moyens conventionnels que de la bombe atomique.

Autre nuance : quel que soit le budget de la Défense, il faut toujours se demander si l’argent est bien ou mal dépensé. Aujourd’hui sans doute, même avec un budget réduit, on pourrait imaginer des dépenses plus efficientes. Des réflexions devraient être menées sur l’industrie de la Défense.

Compte tenu de la conjoncture actuelle et de la nécessité de rester une grande puissance, à quel niveau peut-on estimer le budget optimal ? Y a-t-il une limite à ne pas franchir ?

Il serait bon que la France maintienne son budget de la Défense à la hauteur des 32 milliards d’aujourd’hui. Avec la Grande-Bretagne, la France est le seul pays européen qui dépense suffisamment dans sa défense pour être capable d’intervenir sur les théâtres extérieurs comme la Côte d’ivoire, la Libye, le Mali, et on ne sait où demain. L’intérêt à conserver des capacités opérationnelles est majeur.

Avec un budget stable, ou même en réduction, il y a certainement des moyens de faire mieux avec moins. Le Gouvernement a choisi d’écarter la question des effectifs, pourtant on peut se demander s’il ne serait pas préférable d’avoir moins de militaires avec un meilleur équipement. A ce sujet d’ailleurs, le bilan de la précédente législature n’est pas très bon car il y a bien eu des suppressions de postes, mais celles-ci ont été compensées par des progressions de salaires et des compensations diverses. La masse salariale est donc restée la même. Cette réflexion porte sur le reste de l’Etat, qui emploie un grand nombre de fonctionnaires.

Sur la partie équipement, on peut aussi se poser la question, car aujourd’hui l’armée française achète plus de 90% de ses équipements à l’industrie française. Mais se pose la question de l’adéquation entre ces équipements et les besoins de l’armée. Les drones, par exemple, manquent cruellement, et la France doit s’adresser à ses alliés, et notamment aux Américains, pour compenser. On l’a vu au Mali. Ne devrait-on donc pas réorienter les achats vers du matériel "sur étagère", qui serait disponible dans d’autres industries ? Le patriotisme industriel manquerait à l’appel, mais au moins notre armée serait équipée d’outils utiles.

L’industrie doit aussi se poser la question de sa très forte dépendance à l’Etat français, qui est son principal client. Sans doute a-t-elle besoin de se restructurer, de la même façon que, lorsque les Etats-Unis ont réduit leurs dépenses militaires à la fin de la Guerre froide,  les industries américaines ont décidé de se regrouper. C’est le fameux épisode du « dernier souper », en 1993, à l'occasion duquel le Secrétaire d’Etat américain à la défense Leslie Aspin a convoqué les grands industriels américains pour leur demander de se regrouper pour faire face à la baisse des commandes. Là où auparavant l’industrie américaine était émiettée, de grands groupes de l’armement sont nés.

L’Etat français devrait baser sa réflexion sur cet exemple, sachant qu’il a les moyens d’agir puisqu’il est à la fois le principal acheteur de cette industrie, mais également le propriétaire (majoritaire chez Nexter, majorité relative chez Thalès…).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vivalaquintabrigada
- 25/04/2013 - 23:11
POURQUOI DEPENSER INUTILEMENT !
Il faut bien se rendre compte que les données géo politiques ont changées les guerres ne se font plus comme il y a quarante ou cinquante ans il faudrait que les militaires se rendent compte que d'avoir un bel armement ne sert à rien dans la guerre du futur c'est à dire les guerre menées par de petits gruopes de terroristes (ex. aux U.S.A.) que peut faire une division blindée contre une cocotte minute bourrée de clous et d'explosifs rien alors il faut changer de méthode que els militaires s'entrainent aux guerres subersives , guerres de terroristes rien qu'en FRANCE combien de groupes d' AL QAIDA sont présent ????? et ce n'est aps avec des plans courleur ceci ou cela qui changera grand chose attention aux guerres chimiques rien n'est prévu pour les populations civiles alors dépenser de l argent pour s'armer cela ne sert pas à grand chose
Glop Glop
- 25/04/2013 - 22:01
@ xenophon - 25/04/2013 - 11:50
L'Israël et la France n'ont pas les mêmes objectifs de projection, on ne peut comparer Tsahal à l'Armée Française, pas plus que les deux états et leurs Histoires.
Notre capacité nucléaire a fortement baissé depuis deux décennies, il est clair que l'état actuel de cette composante tire trop sur le matériel comme sur les équipages avec deux unités en moins. L'arme nucléaire qui n'a pas trouvé sa raison d'être que pour la Guerre dite Froide, trouve toute sa raison aujourd'hui pour aplatir une démagogie mahométante de cebir nous narguer d'un peu trop près. Que ce soit les Etasuniens, les Britanniques, les Russes, etc, pour chacun d'entre nous la Guerre Froide est terminée, les armes sont toujours là et opérationnelles pour d'autres raisons qui n'ont rien à voir avec la Chine. Le Pakistan, pays islamiste par ailleurs, détient aussi la "Bombe". Qui peut parier sur le Pakistan avec certitude aujourd'hui? Idem pour la Corée du Nord.
Il fallait maintenir un service militaire orienté "technologies" pour la maintenance du parc à moindre coût et développer un concept de mobilisation de type helvétique pour l'ensemble de la Défense non professionnalisée.
Xenophon
- 25/04/2013 - 11:50
Encore un son de cloche
Pour être bref... Pourquoi conserver le nucléaire "en l' état " et ne pas en placer une partie "sous cocon" à moindre coût? La situation internationale a changé avec la fin du Pacte de Varsovie face auquel la dissuasion était censée nous donner une capacité d' engagement indépendante. Il n' en est plus de même, évidemment. Pourquoi ne pas renoncer à certains programmes prestigieux ( le Félin par exemple) au profit d'équipements plus adaptés à l' action extérieure de faible ou moyenne dimension? Pourquoi ne pas acheter ailleurs ce qui est trop cher chez nous et qui est invendable de façon significative à l' extérieur parce que notre armée ne peut se le payer? Sans mentionner les Américains, les Israéliens , par exemple,fabriquent et utilisent des Drones depuis plus de 20 ans! Avec le même budget, il semble qu'une meilleure adaptation à l' époque où nous sommes tout en conservant une capacité de remise à niveau rapide du nucléaire soit possible. Ca doit être stupide comme affirmation puisque trop évident! Mea culpa!