Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Prime de 400 euros pour les enseignants du primaire : "acheter" les réformes est-il le meilleur moyen de les faire passer ?

Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles. En plein bras de fer avec les enseignants du primaire sur le retour à la semaine de quatre jours et demi, le ministre de l'Education nationale serait-il tenté d'acheter sa réforme ?

Passage en force

Publié le 2 février 2013
 
Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles.

Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles. Crédit Reuters

Atlantico : La prime de 400 euros proposée par Vincent Peillon semble correspondre davantage à l'idée de lâcher du lest sur les revendications syndicales. En la proposant le ministre ne cherche-t-il pas à rendre possible la réforme des rythmes scolaires ? 

Erwan Le Noan : L’annonce de cette "prime" tombe à pic ! Elle intervient quelques jours après la mobilisation des enseignants, alors que le malaise grandit entre eux et le Gouvernement. Il faut se souvenir que Vincent Peillon avait commencé son ministère en expliquant qu’il ne pourrait probablement pas augmenter les salaires pour les enseignants. Puis voyant la grogne monter, le Ministre a commencé à faire miroiter une compensation salariale. Il semble avoir été surpris par l’ampleur du mouvement enseignant et essaie maintenant de le calmer rapidement.On peut le comprendre, s’il rate sa première réforme, une fois de plus, le "Mammouth" restera immobile dans les années qui viennent … (et lui perdra ses chances de promotion politique). Reste à savoir où l’Etat trouvera cet argent, alors même qu’il ne fait déjà pas vraiment d’efforts pour réduire ses dépenses !

En somme est-ce qu'une réforme peut s'acheter ?

Evidemment. Les économistes Delpla et Wyplosz ont même écrit un livre qui propose de compenser financièrement les "privilégiés", cibles des réformes. L’exemple emblématique de leur démonstration, c’était les taxis : ils suggéraient qu’ils soient indemnisés de la perte de valeur de leurs licences consécutive à une libéralisation (il est nécessaire d’avoir une autorisation pour exercer la profession de taxi, que les chauffeurs se revendent très cher et qui leur sert de garantie financière). Il faut dire que les perdants des réformes sont généralement bien identifiés et les gagnants beaucoup plus diffus. Or, les perdants ont de fortes capacités de mobilisation, d’autant plus qu’en France ils se trouvent plus souvent dans la fonction publique ou les activités proches de l’Etat. Les acheter peut les calmer…

Quelles sont par ailleurs les modalités, les méthodes pour "acheter" une réforme ? Comment bien faire passer la pilule ?

Une réforme est, quoiqu’il arrive, une négociation. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait des concessions. Faire "passer la pilule", c’est faire accepter à certains qu’ils vont perdre. Soit ils ont un sens très fort de l’intérêt général et il suffit de leur montrer que la réforme profitera à la collectivité, soit on les convainc que c’est bon pour eux … et rien de mieux pour convaincre qu’un peu d’argent. La chronologie des réformes fait toujours débat : faut-il prendre le temps de les faire ou agir rapidement en début de mandat ? Ce Gouvernement a choisi la seconde option : il n’a pas beaucoup bougé pendant six mois, perdant en popularité et accumulant des attentes. Maintenant, il ne peut plus se permettre de se mettre son électorat à dos, même un peu. Nicolas Sarkozy avait choisi à l’inverse de précipiter les réformes après son élection… puis il avait tout arrêté…

Quels sont les risques de pratiquer une telle politique ? Pour quelle efficacité ? 

Dans le cas de la "prime Peillon", le premier risque est pour les finances publiques. Où va-t-il trouver tout cet argent ? Ensuite, c’est aussi un mauvais signal donné à l’opinion : il suffit que les fonctionnaires protestent une fois pour que le gouvernement socialiste leur envoie à nouveau un chèque ! Or, on ne peut pas vraiment dire que les enseignants soient maltraités. Il peut cependant être très important politiquement d’afficher un succès de réforme, pour permettre d’en enclencher d’autres. Le problème c’est que sur le fond, ces concessions sont rarement très bonnes … et qu’elles ne sont pas suivies des réformes d’ampleur nécessaires. Dans leur livre sur les Réformes ratées du Président Sarkozy, les économistes  Cahuc et Zylbergerg ont montré que la réforme des régimes spéciaux entrait dans cette configuration : pour avoir "sa" réforme, le précédent Gouvernement a cédé … mais au final l’intérêt économique était très limité.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jerem - 03/02/2013 - 23:44 - Signaler un abus qu'en termes pudiques ces choses sont dites

    "pour avoir "sa" réforme, le précédent Gouvernement a cédé … mais au final l’intérêt économique était très limité."
    non non, le cout de la reforme a été fiancierement plus cher a la sortie qu 'avan la reforme .... et pas "tres limité".
    la reforme était faite pas pour la justice mais pour l'equilibre des regimes et le barratinage commencait avec la necessite financiere. l'approche etait sur la durée certes mais ce sont les finances qui importait ET LA ENCORE UNE FOIS , le pretendu courage .. a été payant ...surtout dans le silence des transactions ....
    Comme pour le regimes des electriciens et gaziers en 2004 sur le dos du regime des privés .....
    on va voir ce que cela donnera sur le jour de carence ....voila l'indicateur repere.

  • Par Satan - 03/02/2013 - 19:08 - Signaler un abus Ecole privée: pompe à fric sans résultat!

    les chiffres le montre, l'école privée malgré les subventions et la mise à disposition gratuite des fonctionnaires enseignants n'arrive pas à fournir de résultat à la hauteur!
    Ils suffit de discuter avec la jeunesse française pour se rendre compte du désastre...
    Moi qui n'est aucun a priori idéologique ne peut que tristement constater la misère intellectuelle ambiante. heureusement qu'il y a TF1 et The Voice pour amener un peu de culture dans ce pays!

  • Par Satan - 03/02/2013 - 19:05 - Signaler un abus L'école privée est en fait public! Subvention et compagnie!

    Mais attention shutt tabou!
    Maintenant en France on dit privée pour ce qui est financé par l'argent public! Mais shutt, les profiteurs monothéistes veulent continuer à en profiter s'en que personne y retrouve à redire. Les privilèges financés par l'état les arranges bien quand ils en profitent!
    Pas besoin d'être de droite ou de droite pour remarquer l'arnaque! Même les services de communication du Vatican veillent aux grain et sont près à tout les fumigènes: le jeu en vaut la chandelle: subventions à plein régimes et fonctionnaires mis à disposition gratuitement! C'est beau de faire du "privée" dans ces conditions non?

  • Par prochain - 03/02/2013 - 15:02 - Signaler un abus L'école privée est la filière d'excellence

    Les riches socialistes envoient leurs enfants dans ces écoles "normal"...social-clientélisme et hypocrisie sont inséparables. Faites ce que je vous dis kamarades...je n'aime pas les riches et le sale fric. Ne regardez surtout pas comment font les autres pays en Europe, bye bye le statut depuis longtemps. Virez les mauvais profs les dégâts sont incalculables les élèves en souffrent.

  • Par Satan - 03/02/2013 - 10:17 - Signaler un abus Arrêtons de subventionner les écoles religieuses!

    il faut arrêter de subventionner les écoles religieuses!
    Vous trouvez normal qu'à notre époque et dans notre pays ( qui est pour rappel La France) l'argent public et les instituteurs de la fonction public servent à financer et à faire fonctionner des institutions religieuses soit disant "privées"? Moi je ne trouve pas! On n'est encore au moyen-âge ou quoi?

  • Par Satan - 03/02/2013 - 10:16 - Signaler un abus @géodith et gebelion... école religieuse subventionnée! Stop!

    Pourquoi vous obstinez vous dans le mensonge?
    Je vois que vous maîtrisez sacrément mal votre sujet! Il n'y a pas que les les professeurs sont payés par l'éducation. Loin de là! Et d'ailleurs votre affirmation est erronée car plus que des profs payés par "l'éduc" ce sont en fait des fonctionnaires mis à disposition gratuitement à des établissements religieux! Un scandale! Mais visiblement vous cherchez à polémiquer sans connaître le dossier. Ou alors vous mentez volontairement et dans ce cas que dieux vous pardonne!
    De plus pour avoir étudié dans le privé et dans le public je pense être bien placé pour savoir de quoi je parle, avec le recul si j'avais pu choisir cela aurait été 100% école public. Et je le dis sans idéologie aucune, juste pour la qualité de l'enseignement!

  • Par Geolion - 03/02/2013 - 00:21 - Signaler un abus Rentable pour l'Etat !

    à : Satan
    Bonjour !
    Vous n'avez pas encore compris qu'il est plus intéressant pour l'Etat de financer partiellement le fonctionnement d'établissements confessionnels ou privés, qui fonctionnent bien mieux en général que des établissements publics au plan éducation, que de construire des établissements publics ?

  • Par géodith - 02/02/2013 - 22:26 - Signaler un abus @ satan

    perte de temps...
    1. regardez le classement des écoles privés
    2. 90% , Ah oui ? où ? juste les profs sont payés par l'educ na

  • Par domdas - 02/02/2013 - 20:40 - Signaler un abus 400 € après 60000 postes... pour quel résultat à la fin ?

    « Qu’est-ce que l’on préfère, protéger les plus riches ou protéger nos enfants? J’ai choisi : protéger nos enfants ! », disait Hollande.
    Les protéger de quoi ? d'avoir un travail en France, ça c'est sûr !
    Les français ne cessent d'investir dans une école alors même que nos jeunes les plus diplômés ne cessent de quitter la France. La priorité aujourd'hui ce n'est pas notre école, c'est notre économie qui tombe en déliquescence.

  • Par Satan - 02/02/2013 - 19:24 - Signaler un abus @géodith: écoles religieuses financées avec l'argent public!

    Et les fonctionnaires mis à disposition gratuitement par l'état. Et pour des résultats souvent médiocres. je ne suis pas ici dans l'opinion mais dresse juste un constat. je ne comprend pas que l'on puisse dire d'une institution religieuse qu'elle est privée alors qu'elle est financée à 90% par l'état! Mais comme vous n'êtes pas à un mensonge près vous allez me l'expliquer j'imagine...

  • Par géodith - 02/02/2013 - 19:16 - Signaler un abus 400€ ?

    Les enseignants ricanent !
    Pour ceux qui n'ont toujours pas compris, on n'est pas payés en juillet-aout mais bon, qu'ils se renseignent s'ils ne me croient pas...
    Ensuite, Pauvre Satan, heureusement qu'il y a des ecoles privées et le public ferait bien de prendre des leçons de gestion chez le privé !
    Pour ce qui est des 400€ (net ou brut ?) cela fait 9.09€ en plus de la semaine travaillée.
    Il aurait accepté cela, Peillon, sous Sarko ?

  • Par Satan - 02/02/2013 - 19:03 - Signaler un abus il faut arrêter de subventionner les écoles religieuses!

    Vous trouvez normal qu'à notre époque et dans notre pays ( qui est pour rappel La France) l'argent public et les instituteurs de la fonction public servent à financer et à faire fonctionner des institutions religieuses soit disant "privées"? Moi je ne trouve pas! On n'est encore au moyen-âge ou quoi?

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 18:59 - Signaler un abus Les salaires des instits, un trompe l'oeil.....

    car on oublie de comptabiliser le nombre de jours de congés payés et ceux des congés maladie ...................... Ce n'est pas rien, comparé à la situation des autres salariés.

  • Par guigou - 02/02/2013 - 18:45 - Signaler un abus Travailler plus pour gagner moins

    Les professeurs des écoles font 29h de classe+réunions+formations par semaine, sans compter les heures de préparation et correction. Je suis bien au dessus des 35h/semaine Les professeurs de collège et Lycée en font 18 à 21 selon la matière et gagnent en moyenne 2000€ de plus par an sans compter les heures sup.
    Ce n'est donc que justice d'aligner les salaires. Avec 400€, on en est assez loin du compte. Mon salaire a baissé ces 3 dernières années avec l'augmentation des cotisations retraite.
    @CN13 : les professeurs des écoles ne sont pas concernés par les heures sup et jamais aucune prime n'a été versée, surtout pas de 1000€... Seuls les jeunes titularisés touchent une prime d'installation de 1200€ leur première année.

  • Par DEL - 02/02/2013 - 17:32 - Signaler un abus L'ampleur du mouvement enseignant?

    Avec 20% de grévistes: il voit "rouge" partout l'auteur!
    Rappelons quand-même qu'en 1968, le gouvernement de l'époque, De Gaulle/Pompidou ( je suis pas sûr pour le deuxième) a acheté la paix sociale avec 10% d'augmentation. Vous avez dit socialiste?

  • Par moerl16 - 02/02/2013 - 16:50 - Signaler un abus difficile de vendre sa salade

    notre beau zigoto de Peillon va être obligé de rajouter de la sauce a sa salade ,et bien sur c'est les cochons de payants qui en feront les frais,il c'est mis dans une mer!!!! noire avec les prochaines élections qui se dessinent comme un futur fiasco ,entre les syndicats privés de sucettes, les enseignants obligés de bosser plus pour gagner moins,
    et tout les cocus du vote intelligent "Tout sauf Sarkozy",les gobeurs de promesses, les utopistes qui révaient de lendemain quichantent ,cela fait une grosse majorité de mécontent

  • Par CN13 - 02/02/2013 - 15:44 - Signaler un abus "amnésique" !

    Les heures supplémentaires défiscalisées, une prime de 1.000 euros en fin d'année : çà, c'était AVANT.
    Aujourd'hui, le gouvernement Ayrault/Peillon font l'aumône de 400€ par an...pour calmer ceux et celles qui défilent dans les rues.
    Ah, elle est belle, la gauche "française" !
    Et ce n'est pas fini...

  • Par kettle - 02/02/2013 - 15:38 - Signaler un abus "professeurs des écoles"

    AKA les instits.

  • Par vangog - 02/02/2013 - 14:31 - Signaler un abus Cette magistrature signera la fin des minorités de pression!

    quoi qu'il arrive...

  • Par un - 02/02/2013 - 13:42 - Signaler un abus un

    Peillon couillon : donne-leur un pécule cannabis en prime
    pauvre France....

  • Par EOLE - 02/02/2013 - 13:32 - Signaler un abus "Prime au retour" à l'enseignement concret et factuel

    En voilà une bonne idée que la "prime au retour" à un bon enseignement concret et factuel de l'histoire, de la géographie, du calcul, de la grammaire et de l'ortographe...

  • Par XI - 02/02/2013 - 12:56 - Signaler un abus Electorat

    Le PS récompense toujours son électorat .Rappelez vous des primes d'été aux enseignants sous Mitterrand .

  • Par l'agitateur - 02/02/2013 - 12:35 - Signaler un abus prime ?

    NON !monsieur peillon achete une paix sociale avec NOTRE argent
    voila c'est tout simple et cela va marcher

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Fermer