Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce bon coup de mou de l’électorat FN que viennent de confirmer les législatives partielles

Les élections législatives partielles de Loire-Atlantique, Nice et Strasbourg se sont tenues le dimanche 22 mai. S'il est difficile de dire des partis de gouvernement qu'ils réalisent un score honorable, à l'exception des LR à Nice, la véritable information à retenir concerne le FN, qui souffre désormais de l'abstention au même titre que les autres.

Et ils sont où les frontistes ?

Publié le - Mis à jour le 27 Mai 2016
Ce bon coup de mou de l’électorat FN que viennent de confirmer les législatives partielles

Atlantico : Au delà des différences importantes de ces deux scrutins qui concernent deux grandes villes françaises, quelles sont les tendances communes ? Quelle est leur traduction sur le plan national ?

Jérôme Fourquet : Rappelons d'abord qu'au cours de ces scrutins, l'abstention a été massive, peut-être même plus qu'usuellement. Cela a nécessairement un impact sur les leçons qu'il est possible de tirer d'un tel résultat électoral, lesquelles seront naturellement à nuancer. Quand les trois-quart d'un électorat ne se déplacent pas, ceux qui vont voter représentent naturellement le noyau dur. S'ils sont les seuls à se mobiliser pour participer au scrutin, cela aura forcément un effet déformateur de la réalité. En outre, il est important de souligner qu'à ces élections participaient pléthore de candidats, émiettant sensiblement les pourcentages (à Nice, le Parti socialiste est passé de 25% à 6,5%).

L'abstention est une variable primordiale de ces scrutins : dans des phénomènes comme celui-ci où elle est particulièrement élevée, on constate toujours une très forte prime au camp qui parvient à mobiliser son coeur électoral. Manifestement, Marine Brenier, candidate pour Les Républicains dans le fief de Christian Estrosi (homme fort de PACA et de Nice désormais), a su bien mieux mobiliser (ou au moins, moins mal) son électorat que ses concurrents. C'est ainsi qu'elle atteint presque la barre des 50% au premier tour.

Du reste, il est néanmoins difficile de dresser de grandes tendances communes. Ces scrutins sont très différents et souffrent tous deux d'une forte abstention. Toutefois, il est possible de dresser des parallèles avec des précédents scrutins de législatives partielles en Loire-Atlantique. En effet, contrairement à ce que nous avions pu constater sur d'autres élections partielles, le Front national ne parvient plus à percer. Il ne s'agit pas de dire que la dynamique qui l'a porté jusqu'aux régionales est désormais enrayée, mais le fait est qu'il n'y a pas, aujourd'hui, une poursuite de cette tendance dans les urnes dans ces deux élections partielles. Cependant, les trois circonscriptions concernées n'étaient pas non plus les plus actives ou les plus favorables au Front national. Strasbourg correspond davantage à une circonscription de gauche, majoritairement composée de quartiers populaires. La circonscription de Loire-Atlantique n'était rien d'autre que le fief de Jean-Marc Ayrault, quant à Nice il s'agit d'un bastion de droite classique, puisqu'il s'agit du fief personnel de Christian Estrosi. Il s'avère que l'électorat du Front national a lui aussi boudé les urnes. C'est une évolution vis-à-vis d'autres élections partielles qui ont eu lieu en 2015 : jusqu'à présent, le FN bénéficiait globalement d'une surmobilisation de son électorat. Bien sûr, les circonstances restent spécifiques : la marque et l'impact de Christian Estrosi sur sa circonscription est manifeste. Dans le Bas-Rhin, la situation est plus complexe : la droite recule, mais l'UDI n'est pas incorporé dans le score. Ce n'est donc pas nécessairement la claque annoncé pour Les Républicains.

Qui sont les véritables vainqueurs de ces deux élections, en termes de tendance, par rapport au scrutin précédent ? 

A Nice, c'est très clair : Christian Estrosi fait manifestement l'objet d'un satisfecit, dans la mesure ou Marine Brenier, sa candidate et suppléante, est pratiquement mise sur orbite dès le premier tour, jouissant d'un score particulièrement important. Au cours des régionales, son combat contre le Front national a été particulièrement rude : sur l'ensemble des Alpes-maritimes, il n'avait finalement que quelques voix d'avance. Pour autant, dans son fief, il apparaît en capacité d'écarter la menace frontiste. 

En Alsace, le Parti socialiste conserve la première place, malgré une perte de 12% des voix. Le FN fait un score loin d'être glorieux, puisqu'il n'atteint que 10,44% des suffrages. Dans l'est, on peut donc dire de la gauche qu'elle sauve difficilement les meubles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 24/05/2016 - 07:04 - Signaler un abus Les bas du front FN

    Vendent la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Ne vous réjouissez pas trop vite Philippot et MLP vont être attaqué durant la campagne electorale, ils éviteront bien sûr leur programme économique mais à juste titre, ils auront du mal à le défendre. Vous voyez déjà MLP élue, mais regardez ce qu'il est arrivé en Autriche, et encore le candidat en Autriche de droite n'avait pas un programme marxisant.

  • Par simplicissimus - 24/05/2016 - 10:24 - Signaler un abus En avant vers la Grande coalition!

    L'analyse de Fourquet est complètement décalée et malhonnête. Tout le monde sait qu'en dehors de rares périodes particulières marquées par des événements mobilisateurs, l'électorat du FN s'abstient plus que les autres lors des élections partielles. Ce n'est pas un phénomène nouveau. Il s'explique par le fait que des électeurs ne se déplacent pas quand ils savent que leur candidat n'a aucune chance d'être élu ce qui était le cas en Loire-Atlantique et à Strasbourg, deux fiefs du PS.. Et à Nice, le candidat du FN a progressé de 10 points par rapport à l'élection législative précédente. On n'apprendra pas, en effet, à M. Fourquet qu'on ne peut comparer que des élections du même type. Quant à Estrosi, il est effectivement devenu , comme Xavier-Bertranf dans le Nord, le poisson pilote de la future grande coalition PS-droite-centre, bien molle et bien affairiste, qui nous attend, sitôt passée la prochaine élection présidentielle.

  • Par Fondation pour l'innovation politique - 24/05/2016 - 11:27 - Signaler un abus Jérôme Fourquet et Sylvain

    Jérôme Fourquet et Sylvain Manternach s’intéressent à la dynamique électorale qui a permis au Front national d’arriver en tête au premier tour de ces élections régionales. Selon les auteurs, lors de ce scrutin c’est avant tout la gauche dans son ensemble qui a été sanctionnée, même si ce revers électoral a été quelque peu estompé par la tripolarisation du paysage politique. Retrouvez leur analyse sur http://goo.gl/1tchJd

  • Par vangog - 24/05/2016 - 13:43 - Signaler un abus 30,75% à Nice pour michel Brutti, c'est très bien!

    Mais Fourquet nous voit déjà dépasser notre plafond de verre et exploser les sondages...Pourtant, la progression est régulière et sans fracas, même dans le fief d'un des plus clientélistes du Front anti-Républicain. à propos de république, savez-vous qu'Estrosi nous prépare la construction de 2 mosquéees: une financée par l'Arabie saoudite, l'autre financée par le con-tribuable...sacrée République!

  • Par pandore - 24/05/2016 - 13:56 - Signaler un abus Ni l'un ni l'autre

    Nous n'avons pas besoin en FRANCE, dans une FRANCE Républicaine, de gens des extrèmes. Ni Mélanchon, ni Marine. Ces gens là ne feraient que de faire reculer la FRANCE sur le plan international en l'enfermant dans un nationalisme aigu et dommageable. Je ne veux plus également de ce socialisme d'état qui enferme les individus, les conduit à devenir assistés à vie et les déresponsabilise. Aussi ; pour moi, il est grand temps d'ouvrir la porte à un libéralisme assumé ( j'entends déjà les gros mots d'ultra-libéralisme dans la bouche de certains ) et de faire en sortre que la FRANCE retrouve un leadership qu'elle n'aurait jamais dû perdre.....Relire le livre d'Hermann Khan dans les années 1972/73 ....

  • Par moneo - 24/05/2016 - 16:08 - Signaler un abus Et si c'était tout simplement le résultat du schisme interne

    Tous les commentateurs ont enterré jean marie Lepen ;Enfin un parti débarrassé de ses outrances enfin un énarque à la langue bien pendue,aux moeurs arc en ciel.. ,un programme économique "Mélanchonesque"..presque fréquentable en quelque sorte ,SAUF que la base est pas du tout anticapitaliste ,pas du tout pro arc en ciel et trouve que le bleu marine c'est surtout de l'ingratitude vis à vis du fondateur ( Après tout qui a fait Marine?)

  • Par superliberal - 24/05/2016 - 18:19 - Signaler un abus Pourquoi voter Marine Le Pen ?

    - Stopper l'immigration et renvoyer les clandestins chez eux, là j'ai un doute sur la faisabilité de la chose. - Accélérer la faillite de la France: pourquoi pas ? quand on ne pourra plus payer nos fonctionnaires ni sponsoriser les syndicats il faudra bien tailler dans le gras. - Déclencher une guerre civile: mieux vaut maintenant que dans 20 ans, une bonne guerre et ça repart. Que du positif au final !

  • Par C3H5.NO3.3 - 24/05/2016 - 18:43 - Signaler un abus majorité

    La question n'est pas qiel président sera élu, mais avec quelle majorité il gouvernera.

  • Par Anguerrand - 24/05/2016 - 20:21 - Signaler un abus Le FN < a 30% depuis pas mal de temps

    Et meme plus pres des 25%. Le FN veut gagner c'est très simple, il se débarrasse de Phillipot le gauchiste et du programme économique de gauche. Il donne du pouvoir à MMLP qui est autrement populaire que MLP. Ils ne veulent pas le faire, il n'y aura donc peu de chance qu'ils soient majoritaires, d'autant qu'à droite des LR il se dessine des programme solides. Alors pourquoi pas une alliance de MMLP avec les Ciotti et les autres LR de droite, la vraie droite, pas de national- SOCIALISTE de MLP. Dans le cas d'une alliance, je vote FN, dans la posture actuelle du FN de gauche, pas questions . Au fait où est passée MLP ?

  • Par Lazydoc - 25/05/2016 - 00:00 - Signaler un abus Au fait où est passée MLP ?

    Elle est en cure!

  • Par Anguerrand - 25/05/2016 - 10:26 - Signaler un abus À Lazydoc

    En cure avec Martine Aubry ?

  • Par vangog - 25/05/2016 - 10:52 - Signaler un abus Quand la France n'entend plus Marine Le Pen s'exprimer...

    elle s'inquiète! c'est gentil de s'inquiéter pour Marine Le Pen, mais, à la place de la France, je m'inquièterais pour la France...

  • Par Anguerrand - 25/05/2016 - 15:14 - Signaler un abus C'est vrai que la France s'inquiète d'une éventuelle cure de MLP

    Les " mauvaises langues " laisse entendre que MLP a le même défaut que Martine Aubry, la bouteille, vrai ou faux cela reste à démontrer. Bien sûr je ne suis pas une mauvaise langue, ce sont des bruits qui courent et vous me direz que les gens sont méchants, alors....

  • Par vangog - 26/05/2016 - 00:36 - Signaler un abus @Anguerrand voulez-vous dire qu'elle a pris de la bouteille?

    Hips!

  • Par Anguerrand - 26/05/2016 - 08:06 - Signaler un abus A vangog

    C'est un bruit qui court mais ce n'est qu'un bruit, je ne vis pas avec elle. Hips ! Par contre je viens d'apprendre que MLP soutient la CGT, voyez quand j'affirme que Philippot a pourri MLP. Je serais étonné que MMLP soit du même avis.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€