En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 2 heures 15 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 4 heures 26 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 6 heures 56 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 12 heures 33 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 13 heures 20 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 25 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 7 heures 16 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 8 heures 32 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 13 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Futur trouble

Malgré tous les miracles de Mandela et toutes les richesses du pays, l’Afrique du Sud reste en danger économique et social grave…

Publié le 07 décembre 2013
Malgré les changements fondamentaux apportés par Nelson Mandela à l'Afrique du Sud, le pays reste à la traîne des BRICS, le club des cinq grands pays émergents, à raison de seulement 3 % de croissance depuis la fin de l'apartheid.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les changements fondamentaux apportés par Nelson Mandela à l'Afrique du Sud, le pays reste à la traîne des BRICS, le club des cinq grands pays émergents, à raison de seulement 3 % de croissance depuis la fin de l'apartheid.

Nelson Mandela est aujourd’hui pleuré dans le monde entier… et il faut bien reconnaître que sa vie tient du miracle. Sa force, sa détermination, ses blessures et son combat, tout cela force l’admiration et le respect. De tout le monde. Peut-être parce que Mandela ne s’est pas battu pour les noirs mais pour l’humanité tout entière.

Il faudra d’ailleurs que l’histoire, un jour, associe à son nom celui du co-prix Nobel de la paix en 1993, Frederik de Klerk, le dernier président blanc de l’Afrique du sud, celui qui a démoli le mur de l’apartheid  contre sa famille, qui avait fait libérer Mandela et qui a construit, avec lui, la démocratie.

Mandela, qui servit de modèle politique et de réfèrent  à l’Afrique tout entière n’a pourtant pas réussi à sortir l’Afrique du Sud du sous-développement et de l’injustice sociale alimentée par les profondes inégalités.

Le pays, aujourd’hui, est certes rentré dans le club des 5 grands pays émergents, les BRICS, aux côtés du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine. Vingt ans après la fin de l’apartheid, c’est une énorme victoire pour Mandela et ses successeurs, c’est un symbole pour tout le continent. Mais la réalité c’est que l’Afrique du Sud, qui passe pour la locomotive de tout le continent africain, est très loin derrière les autres membres des BRICS... très loin, à hauteur de l’Argentine ou de l’Autriche en poids économique global. Mais la réalité, aussi, c’est qu’un Sud-Africain sur deux vit en dessous du seuil de pauvreté. Un sur deux.  

L’Afrique du Sud n’a pas su, ou n’a pas pu découvrir un modèle de développement qui sorte la majorité du peuple de la misère. L’Afrique du Sud compte 52 millions d’habitants. Depuis la fin de l’apartheid, le pays a réussi à générer 3 % de croissance par an. Pour des occidentaux développés ça paraîtrait confortable ; pour un pays émergent c’est une catastrophe. L’Afrique du Sud aurait flirté avec la croissance à deux chiffres, entre 8 et 12 %  comme la Chine, l’Inde ou le brésil...

Depuis la crise, l’Afrique du Sud, qui était fortement dépendante de l’Europe, a perdu tout dynamisme avec moins de 1 % de croissance. Le résultat, c’est que le chômage dépasse les 25 % de la population active et que plus de 25 millions de Sud-Africains ne mangent pas à leur fin, n’ont pas accès aux soins, ni à l’école.

Le chômage, comme souvent, touche d’abord les jeunes, dans un pays ou 33 % de la population a moins de 26 ans. Ce qui pourrait être un atout formidable est devenu en période de crise un risque social difficile à conjurer.

Tout le monde se souvient des grèves extrêmement violentes qui ont d’ailleurs endeuillé le pays en août 2012. Le gouvernement se retrouve contraint d’utiliser la violence pour enrayer les troubles dans la régions des mines de platine, notamment a Mariana. Ce jour-là, la police a tiré comme au temps de l’apartheid et elle a fait plus de 30 morts.

Ce pays a d’immenses richesses, des mines d’or et de diamant, de platine et d’uranium. Ce pays a de l’énergie, puis de l’uranium... Ce pays a une agriculture qui lui permettrait d’être auto-suffisante... mais ce pays est aujourd'hui coupé en deux .

D’un coté, quelques 8 millions de riches appartenant à cette bourgeoisie noire qui s’est développée après l’apartheid, des industriels, des politiques, des hauts fonctionnaires, des intellectuels, professeurs, ingénieurs, beaucoup de financiers, et de l’autre plus de 40 millions de très pauvres.

Le pays est donc quotidiennement traversé par des grèves dans les mines, l’agriculture, ou les transports où les salariés demandent des hausses de salaires… Grèves, manifestations, provocations entretiennent un climat d’instabilité et d’insécurité que le gouvernement ne parvient pas à éradiquer  .

Ce fossé entre les riches et les pauvres n’a pas cessé de se creuser depuis 4 ans. Et ce fossé freine évidemment les possibilité de développement... Les blancs ont tendance à vivre enfermés dans des ghettos ou alors cherchent à partir comme leurs ainés, soit en Europe, soit en Tanzanie, s'ils sont agriculteurs. Les noirs qui sont aisés commencent eux aussi à regarder ailleurs.

Le clivage n’est plus d’ordre raciste, il est socio-économique. il y a ceux qui ont su profiter du système et ceux, plus nombreux, qui sont restés sur le quai de la gare.

Le pays qui a su réinventer la démocratie au profit de tous et qui reste un modèle d’organisation politique et de tolérance pour l’Afrique tout entière est désormais en risque d’instabilité sociale par défaut de croissance. C’est le gros problème de l’Afrique du Sud. La Chine, l’Inde et le Brésil ont compris que tout dépendait de leur capacité à créer de la richesse. Comment générer du développement et de la croissance, c’est l’immense défi que doit relever l’Afrique du sud. Pour l’heure, elle n’est pas dans le jeu.

L'Afrique du Sud de Mandela

Revenu moyen et et population répartie par groupes ethniques

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Daisy.A
- 11/12/2013 - 09:59
Quels "miracles" de Mandela???
Les 1,600,000 personnes qui ont quitté le pays?
Le 30% de chômeurs? (ils étaient 9.2% en 1980)
Le 32% de Sud-africains vivants avec moins d'un dollar par jour?
Le taux le plus élevé du monde des malades de SIDA (5,700,000 malades atteints du virus HIV, soit plus de 15% de la population) ?
Les milliers des viols sur des bébé-filles?
-
Parlons-en des "miracles" ....
Gilles
- 08/12/2013 - 08:43
Pire que...
...la Tontonmania en son temps. On va avoir droit à Mandela à toutes les sauces. Et le meilleur vient de E2 qui avec sa famille pleure des larmes de crocodile alors que sous son règne l’apartheid a été soutenu activement par différents gouvernements. Money is money.
jerem
- 07/12/2013 - 23:35
Ah ces gens qui demandent des hausses de salaires ......
"Le pays est donc quotidiennement traversé par des grèves dans les mines, l’agriculture, ou les transports où les salariés demandent des hausses de salaires… Grèves, manifestations, provocations entretiennent un climat d’instabilité et d’insécurité que le gouvernement ne parvient pas à éradiquer .
Ce fossé entre les riches et les pauvres n’a pas cessé de se creuser depuis 4 ans. Et ce fossé freine évidemment les possibilité de développement..."

et on parle pas de moyens pour interrompre les greves dans les mines ...