En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 34 min 23 sec
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 2 heures 8 sec
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 8 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 16 heures 33 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 17 heures 14 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 18 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 52 min 25 sec
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 45 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 2 heures 16 min
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 12 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 13 heures 59 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 16 heures 48 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 18 heures 33 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 20 heures 4 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 20 heures 56 min
© Reuters
Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015.
© Reuters
Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015.
Linge sale

Déshériter ses enfants : comment l’harmonisation européenne pourrait permettre le processus en France

Publié le 10 septembre 2013
Une réglementation européenne qui doit entrer en application le 17 août 2015 permettra de régler les successions non pas en fonction de la législation du pays d'origine de la personne décédée, mais de son lieu de résidence. Une façon pour déshériter ses enfants... Même s'il en existe déjà en France pour qui veut absolument les spolier.
Maître Nicolas Graftieaux est spécialiste en droit de la famille. Il a d’abord exercé son activité au sein d’une banque privée, pour ensuite intégrer le département famille/patrimoine d’un  cabinet parisien et bénéficie à ce titre d’une approche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Graftieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Nicolas Graftieaux est spécialiste en droit de la famille. Il a d’abord exercé son activité au sein d’une banque privée, pour ensuite intégrer le département famille/patrimoine d’un  cabinet parisien et bénéficie à ce titre d’une approche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une réglementation européenne qui doit entrer en application le 17 août 2015 permettra de régler les successions non pas en fonction de la législation du pays d'origine de la personne décédée, mais de son lieu de résidence. Une façon pour déshériter ses enfants... Même s'il en existe déjà en France pour qui veut absolument les spolier.

Atlantico : Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015. Celle-ci prévoit qu’au décès d’un citoyen de l’Union européenne (UE), les règles de succession qui s’appliquent sont celles de son pays de résidence, et non d’origine. Cela signifie-t-il qu’un Français pourrait déshériter ses descendants ? De quelle manière ?

Nicolas Graftieaux : Dans une succession, il faut distinguer trois choses. 1) Où la personne habitait-elle ? 2) Où les biens qui lui appartenaient se situent-ils ? 3) Quelle est sa nationalité ? Jusqu'ici toutes les questions purement personnelles de la succession étaient réglées par la loi de son pays d'origine. Celles liées aux biens mobiliers (banque, objets d’art, meubles, voitures, etc.) étaient réglées en fonction du lieu de résidence habituel de la personne décédée, et le sort des biens immobiliers était également fonction du lieu de situation de l’immeuble. A cet imbroglio s'ajoutait le fait que certains pays avaient établi des conventions bilatérales permettant de déroger à ces règles-là.

L’idée de cette réglementation est d’unifier les choses et de permettre, comme on peut le faire déjà en Suisse, d’effectuer un vrai choix. Si on a décidé d’établir ses intérêts économiques et sociaux dans un pays, alors le règlement de sa succession doit lui-même être régi par les lois du pays en question. L’idée est donc double : simplification, et contractualisation du droit (les gens décident par eux-mêmes des conséquences de leurs actes).

Il faut savoir qu'il est déjà possible de déshériter ses enfants lorsqu’on est un Français vivant à l’étranger, en Grande-Bretagne, par exemple. Si une personne qui vit en France, mais a décidé d’investir dans de l’immobilier ou des trusts là-bas, décède, alors ses enfants ne peuvent pas faire jouer le mécanisme de la réserve successorale sur ces biens. Car la loi de la réserve successorale, qui empêche tout un chacun de donner une partie de son patrimoine supérieure à un quota à quelqu’un d’autre que ses enfants, n’existe pas en Grande-Bretagne.

Alors qu’avant cette réglementation il fallait préparer ce mécanisme qui permettait d’exhéréder (déshériter, ndlr) ses enfants, il sera encore plus facile de le faire puisqu’il suffira de dire a posteriori que telle loi, qui ne connaît pas la réserve successorale, est applicable, sans avoir investi à l’étranger. Sous réserve, bien sûr, qu’il y ait un "attachement suffisant" entre la loi choisie et le décédé pour justifier que l’on choisisse une loi différente de celle du lieu de résidence habituel au moment du décès.

S’il n’est pas possible de déshériter totalement ses descendants en France, dans quelle proportion peut-on réduire la part à laquelle ils peuvent prétendre ?

En l’état actuel du droit, il existe la "renonciation anticipée à l’action en réduction." Ce mécanisme plutôt récent est venu donner une vraie entaille dans la sacro-sainte réserve successorale : si, de votre vivant, vous avez envie de donner plus à l’un de vos enfants, ou à quelqu’un d’autre, vous avez la possibilité de le faire de votre vivant, tout en faisant signer à vos enfants cette renonciation. Ainsi, ils renoncent à demander la nullité de la donation en question. Cela est particulièrement encadré : il faut le faire devant deux notaires pour éviter les pressions familiales. En réalité, l’ombre du pater familias ne souffrant aucune contradiction de la part de ses enfants reste particulièrement forte.

Un autre mécanisme existe, de manière plus détournée, qui consiste à passer par l’assurance-vie. Celle-ci est hors succession du point de vue civil comme fiscal. La jurisprudence est venue poser des garde-fous : si les primes versées sur une assurance-vie sont manifestement excessives, on peut dire que l’objectif de la personne décédée était de contourner la loi sur la réserve successorale, et qu’il faut réintégrer les sommes dans la succession. Mais même si la loi l’interdit, ce contournement fonctionne très bien, car si le notaire n’a pas les informations qu’il lui faut au moment de l’ouverture du dossier (parce que l’héritier est brouillé avec son père), celui-ci va interroger le fichier de la Banque de France qui recense les comptes bancaires des personnes physiques. Cependant, l'assurance-vie n’y figure pas : l'héritier qui n’est pas au courant ne le saura jamais. Un autre fichier, appelé AJIRA, permet d’être interrogé, mais la réponse sur l’existence ou non d’une assurance-vie, ne parvient qu'à son bénéficiaire. Le notaire qui a consulté l’AJIRA ne sera jamais directement mis au courant. L’enfant bénéficiaire recevra confirmation, tandis que celui qui est spolié n’en saura rien. L’assurance-vie reste donc un très bon moyen de spolier un de ses enfants, ou en tout cas faire en sorte qu’il reçoive moins que les autres.

Dans quels pays la législation permet-elle de déshériter ses enfants ? Un Français qui y serait établi pourrait-donc choisir de ne pas transmettre ses biens à sa descendance ?

En matière successorale, on distingue deux catégories de pays "libéraux". Tout d’abord, on compte les pays de culture anglo-saxonne, qui ne connaissent pas le mécanisme de la réserve successorale. C’est pour cela que des personnes comme Bill Gates peuvent décider de donner la moitié de leur patrimoine à des fondations, alors que cela est absolument inenvisageable en France. La fille de Liliane Bettencourt est venue contester les donations faites à François-Marie Banier en invoquant la réserve successorale. Aux Etats-Unis, que Bill Gates donne la moitié ou les trois quarts de son patrimoine, ses enfants n’ont rien à redire. Cette réalité reflète la culture du self-made man : on se construit et on hérite ensuite. En France, on hérite d’abord.

Une deuxième catégorie permettant de choisir un enfant plutôt qu’un autre, ou tout bonnement un étranger à la famille, est celle des pays de droit musulman. Le code des familles, comme en France, connaît en théorie un partage égalitaire des biens entre les enfants, et une réserve successorale. La loi en Tunisie, au Mali et dans beaucoup d’autres pays, permet de dire en réalité que ce n’est pas la loi civile qui s’appliquera, mais soit le droit musulman, soit le droit coutumier. Ces derniers permettent de choisir le droit d’aînesse ou la primauté des garçons. Il s’agit donc d’une forme de libéralité en ce que la personne décédée peut avoir choisi des court-circuiter le droit civil pour favoriser l’un ou l’autre de ses enfants, ou un tiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nana de la falaise
- 10/09/2013 - 09:06
Erreur (humanum est)
.... Ont suggéré de taxer au maximum les successions (et non le patrimoine,ça, c'est dèjà fait !).
Nana de la falaise
- 10/09/2013 - 09:04
Double peine
"Aux États-Unis, on se construit et on hérite ensuite, en France, on hérite d'abord".
Oui mais après ? Après on a toutes les peines à se construire et dès qu'on commence à gagner un peu d'argent, l'ETAT se dépêche de vous en prendre plus de la moitié.
Mais que les ennemis des fils à papa se rassurent :Thomas Pickety et je crois bien Jacques Attali ont suggéré de taxer au maximum le patrimoine. Ainsi l'ETAT s'occupera de tout, vous n'aurez plus de patrimoine et toujours pas la possibilité de vous enrichir pendant votre vie. La communisme, quoi.