En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 10 heures 57 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 30 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 15 heures 50 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 14 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 27 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015.
© Reuters
Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015.
Linge sale

Déshériter ses enfants : comment l’harmonisation européenne pourrait permettre le processus en France

Publié le 10 septembre 2013
Une réglementation européenne qui doit entrer en application le 17 août 2015 permettra de régler les successions non pas en fonction de la législation du pays d'origine de la personne décédée, mais de son lieu de résidence. Une façon pour déshériter ses enfants... Même s'il en existe déjà en France pour qui veut absolument les spolier.
Maître Nicolas Graftieaux est spécialiste en droit de la famille. Il a d’abord exercé son activité au sein d’une banque privée, pour ensuite intégrer le département famille/patrimoine d’un  cabinet parisien et bénéficie à ce titre d’une approche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Graftieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Nicolas Graftieaux est spécialiste en droit de la famille. Il a d’abord exercé son activité au sein d’une banque privée, pour ensuite intégrer le département famille/patrimoine d’un  cabinet parisien et bénéficie à ce titre d’une approche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une réglementation européenne qui doit entrer en application le 17 août 2015 permettra de régler les successions non pas en fonction de la législation du pays d'origine de la personne décédée, mais de son lieu de résidence. Une façon pour déshériter ses enfants... Même s'il en existe déjà en France pour qui veut absolument les spolier.

Atlantico : Une nouvelle réglementation européenne doit entrer en application le 17 août 2015. Celle-ci prévoit qu’au décès d’un citoyen de l’Union européenne (UE), les règles de succession qui s’appliquent sont celles de son pays de résidence, et non d’origine. Cela signifie-t-il qu’un Français pourrait déshériter ses descendants ? De quelle manière ?

Nicolas Graftieaux : Dans une succession, il faut distinguer trois choses. 1) Où la personne habitait-elle ? 2) Où les biens qui lui appartenaient se situent-ils ? 3) Quelle est sa nationalité ? Jusqu'ici toutes les questions purement personnelles de la succession étaient réglées par la loi de son pays d'origine. Celles liées aux biens mobiliers (banque, objets d’art, meubles, voitures, etc.) étaient réglées en fonction du lieu de résidence habituel de la personne décédée, et le sort des biens immobiliers était également fonction du lieu de situation de l’immeuble. A cet imbroglio s'ajoutait le fait que certains pays avaient établi des conventions bilatérales permettant de déroger à ces règles-là.

L’idée de cette réglementation est d’unifier les choses et de permettre, comme on peut le faire déjà en Suisse, d’effectuer un vrai choix. Si on a décidé d’établir ses intérêts économiques et sociaux dans un pays, alors le règlement de sa succession doit lui-même être régi par les lois du pays en question. L’idée est donc double : simplification, et contractualisation du droit (les gens décident par eux-mêmes des conséquences de leurs actes).

Il faut savoir qu'il est déjà possible de déshériter ses enfants lorsqu’on est un Français vivant à l’étranger, en Grande-Bretagne, par exemple. Si une personne qui vit en France, mais a décidé d’investir dans de l’immobilier ou des trusts là-bas, décède, alors ses enfants ne peuvent pas faire jouer le mécanisme de la réserve successorale sur ces biens. Car la loi de la réserve successorale, qui empêche tout un chacun de donner une partie de son patrimoine supérieure à un quota à quelqu’un d’autre que ses enfants, n’existe pas en Grande-Bretagne.

Alors qu’avant cette réglementation il fallait préparer ce mécanisme qui permettait d’exhéréder (déshériter, ndlr) ses enfants, il sera encore plus facile de le faire puisqu’il suffira de dire a posteriori que telle loi, qui ne connaît pas la réserve successorale, est applicable, sans avoir investi à l’étranger. Sous réserve, bien sûr, qu’il y ait un "attachement suffisant" entre la loi choisie et le décédé pour justifier que l’on choisisse une loi différente de celle du lieu de résidence habituel au moment du décès.

S’il n’est pas possible de déshériter totalement ses descendants en France, dans quelle proportion peut-on réduire la part à laquelle ils peuvent prétendre ?

En l’état actuel du droit, il existe la "renonciation anticipée à l’action en réduction." Ce mécanisme plutôt récent est venu donner une vraie entaille dans la sacro-sainte réserve successorale : si, de votre vivant, vous avez envie de donner plus à l’un de vos enfants, ou à quelqu’un d’autre, vous avez la possibilité de le faire de votre vivant, tout en faisant signer à vos enfants cette renonciation. Ainsi, ils renoncent à demander la nullité de la donation en question. Cela est particulièrement encadré : il faut le faire devant deux notaires pour éviter les pressions familiales. En réalité, l’ombre du pater familias ne souffrant aucune contradiction de la part de ses enfants reste particulièrement forte.

Un autre mécanisme existe, de manière plus détournée, qui consiste à passer par l’assurance-vie. Celle-ci est hors succession du point de vue civil comme fiscal. La jurisprudence est venue poser des garde-fous : si les primes versées sur une assurance-vie sont manifestement excessives, on peut dire que l’objectif de la personne décédée était de contourner la loi sur la réserve successorale, et qu’il faut réintégrer les sommes dans la succession. Mais même si la loi l’interdit, ce contournement fonctionne très bien, car si le notaire n’a pas les informations qu’il lui faut au moment de l’ouverture du dossier (parce que l’héritier est brouillé avec son père), celui-ci va interroger le fichier de la Banque de France qui recense les comptes bancaires des personnes physiques. Cependant, l'assurance-vie n’y figure pas : l'héritier qui n’est pas au courant ne le saura jamais. Un autre fichier, appelé AJIRA, permet d’être interrogé, mais la réponse sur l’existence ou non d’une assurance-vie, ne parvient qu'à son bénéficiaire. Le notaire qui a consulté l’AJIRA ne sera jamais directement mis au courant. L’enfant bénéficiaire recevra confirmation, tandis que celui qui est spolié n’en saura rien. L’assurance-vie reste donc un très bon moyen de spolier un de ses enfants, ou en tout cas faire en sorte qu’il reçoive moins que les autres.

Dans quels pays la législation permet-elle de déshériter ses enfants ? Un Français qui y serait établi pourrait-donc choisir de ne pas transmettre ses biens à sa descendance ?

En matière successorale, on distingue deux catégories de pays "libéraux". Tout d’abord, on compte les pays de culture anglo-saxonne, qui ne connaissent pas le mécanisme de la réserve successorale. C’est pour cela que des personnes comme Bill Gates peuvent décider de donner la moitié de leur patrimoine à des fondations, alors que cela est absolument inenvisageable en France. La fille de Liliane Bettencourt est venue contester les donations faites à François-Marie Banier en invoquant la réserve successorale. Aux Etats-Unis, que Bill Gates donne la moitié ou les trois quarts de son patrimoine, ses enfants n’ont rien à redire. Cette réalité reflète la culture du self-made man : on se construit et on hérite ensuite. En France, on hérite d’abord.

Une deuxième catégorie permettant de choisir un enfant plutôt qu’un autre, ou tout bonnement un étranger à la famille, est celle des pays de droit musulman. Le code des familles, comme en France, connaît en théorie un partage égalitaire des biens entre les enfants, et une réserve successorale. La loi en Tunisie, au Mali et dans beaucoup d’autres pays, permet de dire en réalité que ce n’est pas la loi civile qui s’appliquera, mais soit le droit musulman, soit le droit coutumier. Ces derniers permettent de choisir le droit d’aînesse ou la primauté des garçons. Il s’agit donc d’une forme de libéralité en ce que la personne décédée peut avoir choisi des court-circuiter le droit civil pour favoriser l’un ou l’autre de ses enfants, ou un tiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nana de la falaise
- 10/09/2013 - 09:06
Erreur (humanum est)
.... Ont suggéré de taxer au maximum les successions (et non le patrimoine,ça, c'est dèjà fait !).
Nana de la falaise
- 10/09/2013 - 09:04
Double peine
"Aux États-Unis, on se construit et on hérite ensuite, en France, on hérite d'abord".
Oui mais après ? Après on a toutes les peines à se construire et dès qu'on commence à gagner un peu d'argent, l'ETAT se dépêche de vous en prendre plus de la moitié.
Mais que les ennemis des fils à papa se rassurent :Thomas Pickety et je crois bien Jacques Attali ont suggéré de taxer au maximum le patrimoine. Ainsi l'ETAT s'occupera de tout, vous n'aurez plus de patrimoine et toujours pas la possibilité de vous enrichir pendant votre vie. La communisme, quoi.