En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 12 min 43 sec
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 34 min 1 sec
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 44 min 5 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 44 min 56 sec
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 17 heures 50 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 22 heures 16 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 22 min 32 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 43 min 37 sec
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 44 min 21 sec
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 56 min 35 sec
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 1 heure 20 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 1 heure 34 min
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 18 heures 7 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 18 heures 52 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 22 heures 24 min
© Reuters
Barack Obama et Angela Merkel se sont rencontrés fin juin à Berlin pour développer un partenariat privilégié.
© Reuters
Barack Obama et Angela Merkel se sont rencontrés fin juin à Berlin pour développer un partenariat privilégié.
L'union fait la force

Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de créer l'Euramerique ?

Publié le 05 août 2013
Et si l'Europe et les Etats-Unis se rejoignaient pour donner naissance à l'Euramérique, pour faire face à l'Asie ? Premier épisode de notre dossier en deux parties.
Alexandre Melnik, né à Moscou, est professeur associé de géopolitique et responsable académique à l'ICN Business School Nancy - Metz. Ancien diplomate et speach writer à l'ambassade de Russie à Pairs, il est aussi conférencier international sur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Melnik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Melnik, né à Moscou, est professeur associé de géopolitique et responsable académique à l'ICN Business School Nancy - Metz. Ancien diplomate et speach writer à l'ambassade de Russie à Pairs, il est aussi conférencier international sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'Europe et les Etats-Unis se rejoignaient pour donner naissance à l'Euramérique, pour faire face à l'Asie ? Premier épisode de notre dossier en deux parties.

La problématique soulevée dans la tribune de Richard N. Rosecrance est essentielle (et, hélas, souvent occultée en France où le débat intellectuel pèche par nombrilisme), car elle est globale et donc impliquant l’ensemble des pays et des individus confrontés tous ensemble aux nouveaux défis de notre planète que nous partageons. Il s’agit là, au fond, d’une nouvelle physionomie du monde. Celui du XXIe siècle qui, sur le plan géostratégique, n’est sans doute pas encore né. Comme l’histoire géostratégique du XXe siècle n’a été véritablement portée sur les fonts baptismaux qu’en 1914, année du déclenchement de la Première Guerre mondiale, porteuse en germe d’affrontements idéologiques. Et aussi celle du XIXe siècle qui, après plusieurs faux-départs, a réellement débuté en novembre 1814, au Congrès de Vienne ayant intronisé le prototype de la realpolitik avec sa juxtaposition d’égoïsmes nationaux.

Vu sous cet angle, il faut toujours garder à l’esprit que le plus grand séisme géopolitique du siècle naissant est le fait qu’en ce début de nouveau millénaire, face aux nouveaux défis de la globalisation qui s’impose comme la quintessence du XXIe siècle, l’Occident (perçu grosso modo comme le tandem Europe-Etats-Unis) est en train de perdre son « Monopole de l’Histoire » (à savoir, la primauté de la modernisation de la société humaine, à l’échelle universelle) à la faveur de nouveaux pôles d’excellence (new global stakeholders), c'est-à-dire les pays en dehors de l’aire occidentale qui s’adaptent mieux au changement de monde que vit actuellement l’Humanité, qui portent désormais la croissance mondiale et tracent l’avenir de notre planète. Et ce, pour la première fois, depuis la Renaissance de la fin du XVe siècle.

Ce nouveau leadership global (exit les termes d’un autre âge comme « pays en voie de développement » ou encore « pays émergents ») – Chine, Inde, Brésil, Russie, Turquie, etc (cette liste, loin d’être exhaustive, évolue sans cesse) – devient ainsi le véritable Acteur du Changement au XXIe siècle, sa première force motrice, en reléguant l’Occident au rôle de spectateur de cette métamorphose géostratégique en cours, qui prend de l’ampleur tous les jours.

C’est dans ce contexte général qu'il faut interpréter la courageuse initiative d’Angela Merkel et de Barack Obama de créer un partenariat de type radicalement nouveau, à la hauteur des enjeux actuels, entre l’Europe et les Etats-Unis. Le contour de cette Euramérique new look – encore trop flou, à mes yeux  a commencé à se dessiner lors de la rencontre des deux leaders à Berlin en juin dernier. La tentative est louable ; elle est, de surcroît, dictée par l’urgence : l’Occident, dont l’exemplarité est remise en cause par la féerique montée en puissance de nouveaux challengers, doit se réinventer, sans tarder, pour être à nouveau performant et compétitif dans cette nouvelle « race to the top » du XXIe siècle.

Après tout, si l’Occident ne veut pas devenir un « loser » de la globalisation et sortir de l’Histoire par une petite porte dérobée, il n’a pas d’autre choix que de renaître sur ses fondamentaux – liberté individuelle, dignité humaine, démocratie, société civile, Loi, innovation, créativité, audace – en s’inspirant de l’exemple, réussi, de sa Renaissance sur ses bases de l’Antiquité grecque et romaine, à l’époque de l’invention de l’imprimerie et de la découverte de l’Amérique.

Bravo donc à Merkel et à Obama d’avoir l’idée de se projeter dans cette perspective, sous la forme d’une nouvelle union Europe – Etats-Unis qui repose sur le socle de valeurs communes ! De toute évidence, l’impact de ce projet dépasse largement les considérations purement économiques. Car bien au-delà du commerce et du tourisme relancé entre les deux continents, il s’agit, en l’occurrence, ni plus ni moins, d’une nouvelle Renaissance de l’Occident comme seule solution de son épanouissement dans les décennies à venir. Posons-nous la question simple : si la première Renaissance en Occident fut possible il y a cinq siècles, après une douloureuse traversée du Moyen Age, pourquoi son « remake » ne le serait-il pas à l’heure actuelle, à une période d’énormes progrès technologiques, déjà réalisés et encore à venir ?

Néanmoins, c’est justement la faisabilité de ce plan, grandiose et en principe indispensable, qui reste, à mon avis, sujette à caution. Et cela, pour trois raisons profondes, endogènes à l’état actuel de la civilisation occidentale.

D’abord, de quelle Europe parlons-nous aujourd’hui ? De celle qui n’existe que sur le papier et dans la tête des fonctionnaires de Bruxelles obsédés par la survie de leurs institutions, en retard d’une époque ? De cette Europe devenue un triste ovni de la globalisation, qui ne cesse d’imploser sous le poids de ses égoïsmes nationaux, de se suicider au ralenti, à des années-lumière de son inspiration géniale, optimiste et enthousiasmante, de Jean Monnet, au sortir de la Deuxième Guerre mondiale ?  D’une hypothétique « Grande Europe de l’Atlantique à l’Oural », dont le spectre s’éloigne à mesure du raidissement autoritaire du régime de Poutine, ce qui rend absolument incompatible les ADN identitaires de la Russie et de l’UE dans un horizon prévisible ? Qu’y a-t-il en commun, en août 2013, entre le nord de l’Europe qui s’adapte aux réalités du nouveau monde et pilote, avec courage et lucidité, les réformes nécessaires, et son Sud qui fait l’autruche et s’enfonce dans le déni de réalité ? Comment peut-on parler sérieusement de l’Euramérique si les trajectoires des deux piliers naturels de l’Europe – la France et l’Allemagne – s’éloignent l’une de l’autre à une vitesse croissante : la première décroche faute de tout projet d’avenir cohérent ; la seconde accélère, portée par la dynamique de son réalisme ? Je comprends et je salue l’intention de Mme Merkel de bâtir une nouvelle alliance transatlantique sur la base des valeurs occidentales initiales en partage entre l’Europe et les Etats-Unis (parmi lesquelles l’innovation, l’audace et la soif de réussite au mérite occupent une place de choix), mais n’extrapole-t-elle pas l’exemple de son pays à l’ensemble de l’Union européenne, incapable, pour le moment, de dégager le moindre consensus sur une vision stratégique de son propre avenir ?

Ensuite, les plus belles déclarations au sommet politique relèvent de l’incantation dans un monde où l’économie, celle de marché reposant sur la loi de l’offre et de la demande, est déjà globale, alors que la politique, elle, reste nationale, et la démocratie demeure l’apanage des pays occidentaux, en perte de vitesse. Il appartient donc aux Occidentaux de réactualiser leur système politique qui, au lieu de se transformer en un obstacle au développement économique à cause de ses calculs électoralistes à très court terme qui le bloquent, doit être remis au service du bien-être de la société grâce à sa noble vision de l’Etre Humain à long terme. Hélas, le paysage politique dans les pays occidentaux manque de visionnaires courageux, charismatiques, animés des réelles convictions et valeurs humanistes. Quelle pénurie de l’offre politique en Occident ! Dans ces conditions, la tentative de répondre à la révolution copernicienne qui secoue actuellement le monde entier, en faisant pivoter son centre de gravité vers le Pacifique au détriment de l’Atlantique, par une simple déclaration de bonnes intentions, prononcée par le président américain et la chancelière allemande, les deux ayant les yeux rivés sur leurs mandats électifs, me semble aussi vaine que celle d’arrêter un tsunami avec une digue de fortune.

Enfin, l’Occident actuel, y compris les Etats-Unis, a perdu son esprit de pionnier qui fut à l’origine de son succès historique et de sa prospérité. Qui est aujourd’hui capable, dans l’ambiance anesthésiante des « acquis sociaux » et de l’Etat-Providence, de « repaver l’Occident », à l’instar de cet immigrant italien du XIXe siècle (dont l’histoire est racontée au musée d’Ellis Islande) qui, avant d’arriver à New York, pensait que les rues de cette ville étaient pavées d’or (American Dream oblige !), pour découvrir, en débarquant à Manhattan, qu’elles ne l’étaient pas du tout et que c’était à lui, et à lui seul, sans aucune aide extérieure, de les paver ? En fait, l’Occident avait créé son système social – qui varie selon les pays mais reste intrinsèquement le même partout, - ce fut une formidable avancée au moment des « Trente Glorieuses » avec son cortège de croissance et son horizon clair pour les générations futures. Or cette avancée est devenue, en temps actuel de crise, un frein à sa projection dans l’avenir, car elle a fini par générer une mentalité d’assistanat généralisé qui inhibe toute réforme radicale, inconcevable sans une prise de risque et une remise en cause permanente. Autant de conditions sine qua non pour la nouvelle renaissance de l’Occident, face à ses nouveaux concurrents qui n’ont rien à perdre et tout à gagner. Eux, ils étalent leur soif de travail, de réussite et de farouche ambition (« hungry for success ») ; eux, ils poussent les meilleurs vers le haut, à l’exemple des héros les plus endurants du tableau « Le Radeau de La Méduse » de Théodore Géricault qui se retrouvent, au moment fatidique, en haut de la pyramide humaine pour sauver du naufrage eux-mêmes et tous leurs compagnons d’infortune. Alors que le monde occidental, assoupi,  reste empêtré dans une sorte de couette qui protège la médiocrité et étouffe la brillance.

En conclusion, l’heure est actuellement à la refonte totale des alliances géostratégiques, au diapason des impératifs du XXIe siècle qui voit émerger un nouveau monde plat, interconnecté et multipolaire. Pour l’instant, toutes les institutions transnationales existantes (ONU, EU, FMI, Banque mondiale, OMC, OTAN, etc), à l’exception du G-20, sont issues d’une géopolitique révolue du XXe siècle avec son empreinte de la bipolarité idéologique. Par conséquent, aucune d’elles n’est réellement opérante, en rappelant, dans un registre morbide, une barbe qui continue à pousser après la mort de l’homme. Tout reste donc à réinventer dans le cadre de la globalisation politique qui peine à démarrer, faute d’un projet innovant à ambition globale, incarné par des hommes et des femmes politiques d’exception, pour servir de cadre à la globalisation économique (celle du marché), déjà ancrée dans le quotidien de notre planète.

Dans ce contexte, l’esquisse d’une Euramérique, osée par Merkel et Obama, est incontestablement un pas dans la bonne direction, mais il reste trop timide, trop incertain, trop « occidental » dans un monde qui ne l’est plus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 05/08/2013 - 22:09
Que le meilleur gagne! il faut avoir les moyens de ses ambitions
Les uns ont une politique à long terme, les autres sont dépourvus et de vision et de moyens, celui qui dépend des autres n'est pas souverain.
Que penser d'un pouvoir qui n'a que le mensonge et la confiscation pour se maintenir...
Je parle du défunt l'empire soviétique pays d'origine de l'auteur qui a raison d'avoir peur de la Chine aujourd'hui.
Beaumanoir
- 05/08/2013 - 20:42
Scenario
Avec Hollande et les Freres Socialistes qui conduisent la France a une catastrophe economique, il est possible que la France sorte de l' Euro et/ou que l' union Europeenne s' effondre.

A ce moment les pays Europeens Nordiques, qui ont une economie
coherente et structuree peuvent faire leur propre union, debarasses des pays fauteurs de trouble.
Donc tout a fait dans la ligne de cet article je verrais tres bien le monde anglo saxon (UK, US, Canada, Australie, Nouvelle Zelande) se lier avec cette nouvelle Europe du Nord. Et cette alliance peut faire face a la chine, l' Inde et autres pays qui montent.
Je ne suis pas convaincu qu' une France isolee puisse maintenir un niveau de vie enviable dans ce scenario. Mais avec les dirigeants actuels a t on un choix?
un_lecteur
- 05/08/2013 - 18:52
question bête
c'est quoi l'occident ?
Les pays à l'ouest, mais à l'ouest de quoi ?
Le Japon est-il un pays occidental ?
L'Algérie est-elle un pays occidental ?
Est-ce l'ensemble des USA et de ses satellites ?
.
J'aimerais voir une liste des pays de "l'occident".
Ce qui permettrait au moins de mettre la même chose sous la même appellation.