En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 11 heures 59 sec
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 13 heures 46 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 14 heures 9 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 16 heures 25 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 10 heures 22 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 13 heures 50 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 14 heures 25 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 16 heures 55 sec
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 17 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Patrick Weil : "Les quatre piliers de l’identité nationale" (partie 1)

Publié le 06 juillet 2015
Depuis le traumatisme de janvier 2015, la République n’a cessé d’être invoquée et convoquée, notamment lors des immenses manifestations du 11 janvier. Fondement de notre société, socle de la citoyenneté et rempart de notre laïcité, elle fut aussi décriée. A force de ne pas tenir ses promesses, il lui fut reproché de favoriser l’entre-soi, le communautarisme, voire l’apartheid social. Après la Concorde… vint le temps de la discorde. C’est alors que la volonté de questionner Patrick Weil apparut comme une évidence. Extrait de "Le sens de la République", publié chez Grasset (1/2).
Patrick Weil est directeur de rechercher au CNRS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence, dont La France et ses étrangers (Calmann-Lévy, Folio) et Qu’est-ce qu’un français ? (Grasset, 2002). Patrick Weil est aussi directeur de collection...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Truong est journaliste, responsable des pages Idées-Débat du Monde.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Weil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Weil est directeur de rechercher au CNRS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence, dont La France et ses étrangers (Calmann-Lévy, Folio) et Qu’est-ce qu’un français ? (Grasset, 2002). Patrick Weil est aussi directeur de collection...
Voir la bio
Nicolas Truong
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Truong est journaliste, responsable des pages Idées-Débat du Monde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le traumatisme de janvier 2015, la République n’a cessé d’être invoquée et convoquée, notamment lors des immenses manifestations du 11 janvier. Fondement de notre société, socle de la citoyenneté et rempart de notre laïcité, elle fut aussi décriée. A force de ne pas tenir ses promesses, il lui fut reproché de favoriser l’entre-soi, le communautarisme, voire l’apartheid social. Après la Concorde… vint le temps de la discorde. C’est alors que la volonté de questionner Patrick Weil apparut comme une évidence. Extrait de "Le sens de la République", publié chez Grasset (1/2).

Dans un monde en panne de collectif et d’idéal fédérateur, chaque communauté revendique son identité. A droite comme à gauche, entre nationalisme et multiculturalisme, défense de la francité et quête de religiosité, la société française semble en proie à de multiples quêtes et querelles identitaires. Permettez-moi de poser cette question à la fois simple et démesurée, à laquelle le grand historien Fernand Braudel a apporté sa propre réponse : qu’est-ce que l’identité de la France ?

Après la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale en 2007, Nicolas Sarkozy lance en 2009 un débat sur l’identité nationale. Des réunions sont organisées dans les préfectures et des questionnaires diffusés pour définir ce que l’on mettait derrière ce terme. La plupart de mes collègues universitaires se sont offusqués et ont affirmé que ce n’était pas au président de la République de définir ce qu’est l’« identité nationale ». Ils avaient raison. Toutefois, en tant que chercheur, on peut travailler sur cette notion et je me suis dit qu’il ne fallait pas laisser la droite extrême se l’approprier. Je me suis mis à rechercher et je crois être parvenu à distinguer dans notre histoire, à travers les luttes, les batailles, les valeurs qui se sont dégagées, sédimentées, et qui constituent aujourd’hui les piliers de notre identité nationalité républicaine. Ils unissent tous les Français, quelle que soit l’ancienneté de leur origine française, qu’ils soient de métropole ou d’outre-mer.

Un jour, dans des archives américaines à l’université de Harvard, je cherchais quelque chose que je n’ai pas trouvé et suis tombé sur un document que je ne cherchais pas. Dans une lettre écrite en 1872 après la guerre francoprussienne perdue par la France, qui entraîna le rattachement de l’Alsace- Lorraine au nouvel Empire prussien, Francis Lieber, professeur d’origine prussienne à l’université Columbia, fondateur de la science politique américaine, écrit à son meilleur ami, Charles Sumner, sénateur républicain du Massachusetts, francophone et francophile : « J’ai reçu de Berlin un appel à collecter des fonds parmi les Allemands d’Amérique afin de participer à l’édification d’une fondation Bismarck à l’université de Strasbourg… Le gouvernement allemand est à l’évidence très attaché à faire de Strasbourg une université de premier rang, ce qui n’est pas sans signifier quelque chose. Les Français l’ont négligé. Mais ils ont négligé et négligent toujours tout, sauf Paris. J’en reviens à ma vieille question : qu’est-ce qui fait que les Français sont le seul peuple capable de convertir des peuples conquis ? Ceux-ci ne reçoivent aucun bénéfice de la France. Et pourtant, ils parlent pour la France. Ni les Allemands, ni les Anglais, ni les Américains n’y arrivent. Qu’est-ce que c’est 57 ? » Ce n’est pas un patriote français qui écrit ces lignes mais un Américain d’origine prussienne. Qu’est-ce qui pouvait donc expliquer l’attachement du Strasbourgeois à la France, bien que la France ait peu dépensé pour lui ?

Sumner avait la réponse. Il avait lutté en vain, des années durant, pour l’introduction dans la Constitution américaine d’un passage de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789 relatif à l’égalité devant la loi. Il considérait que l’égalité était le plus important des droits de l’homme. On pouvait d’ailleurs rattacher ce principe à l’Ancien Régime. David Hume suggérait en 1777 que l’une des forces des gouvernements absolutistes résidait dans l’absence de différence entre les anciens et les nouveaux sujets : « Comparez le pais conquis de France avec l’Irlande, et vous serez convaincu de cela 58. »

Le Strasbourgeois, quand il était Français, était l’égal du Parisien même s’il en était éloigné au plan culturel – par la langue germanique et la religion souvent protestante –, tandis que, Allemand depuis 1871, il avait peut-être reçu de l’argent, mais était devenu inférieur au Prussien de Berlin, l’Alsace-Moselle ayant été intégrée sous un statut de colonie dans le nouvel Empire allemand.

Chaque Etat-nation se réfère à une géographie, à une histoire et au sentiment de partager un destin commun avec d’autres citoyens – par le lien de nationalité. Mais ces traits communs, géographie, histoire, lien de nationalité, ne disent pas les valeurs, les croyances, les pratiques et les institutions qui peuvent symboliser la spécificité de chacun. Sumner avait repéré le principe d’égalité qui permettait cette identification des habitants des provinces conquises à la France. Nous l’avons vu à l’oeuvre dans notre histoire des politiques d’immigration et de nationalité. Il est l’un des quatre « piliers » de notre nationalité. Transformé et renforcé durant la Révolution, il s’inscrit durablement dans des dispositions importantes du Code civil, devenu, par sa pérennité, la vraie Constitution de la France 59. Par exemple la succession des citoyens y est fondée sur l’égalité entre tous les enfants – mâles et femelles. Tocqueville y voyait la base de la démocratie.

Voir la partie 2 ici à partir de dimanche 28 juin

Extrait de "Le sens de la République", de Patrick Weil, publié chez Grasset, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cadi67
- 27/06/2015 - 16:13
mmm
Avant la première guerre, après une période transitoire d'une cinquantaine d'année, l'Alsace obtenait le statut de land à part entière. Ce que M Weill omet, volontairement ou nom. Quant à l'attitude minable de la France dans l'entre-deux guerre, elle est encore très présente dans les esprits. Et le nouveau découpage des régions démontre que la France n'a toujours rien compris au film. De mon côté, je regarde plus à l'est qu'à l'ouest. Question d'atomes crochus.
zouk
- 27/06/2015 - 13:16
Identité française
Egalité oui, de première importance, mais à condition de ne pas entamer la liberté, ce qui est trop souvent le cas en France, et pas seulement avec un gouvernement socialiste, dans la révérence qu'a répandue dans l'opinion publique la "glorieuse évolution Française". Tocqueville nous mettait déjà en garde au milieu des années 1840.
Au passage, il était alors considéré "de gauche".
Quant à l'arrogance de Paris, il suffit de regarder la carte du réseau routier, ou ferré.
Deudeuche
- 27/06/2015 - 08:43
Sympa mais Alsace Lorraine
C'était en fait Alsace-Moselle, le reste de la Lorraine étant toujours français. Cette confusion tragique est à l'origine de la réforme de m...e qui fait fusionner les régions Alsace Champagne Ardennes Lorraine. Quant à Paris qui ignore le reste cela n'a pas changé!