Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Projet de loi Fake News : le gouvernement balance entre vacuité et menace pour la liberté d’expression

Les récents amendements déposés dans le cadre du projet de loi de lutte contre les fake-news suscitent beaucoup d’interrogations voire de craintes : un amendement définit la fausse information, dont la diffusion sera passible de prison, comme une "allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable".

En France on n’a ni pétrole ni (bonnes) idées

Publié le
Projet de loi Fake News : le gouvernement balance entre vacuité et menace pour la liberté d’expression

 Crédit Pixabay

Atlantico : Les récents amendements déposés dans le cadre du projet de loi de lutte contre les fake-news suscitent beaucoup d’interrogations voire de craintes : un amendement définit la fausse information, dont la diffusion sera passible de prison, comme une "allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable". Et un autre oblige les plateformes et moteurs de recherche à "promouvoir les contenus d'information produits par les entreprises de presse".

Comment expliquer des formulations aussi désastreuses, qui nous interrogent sur les intentions ou la compétence des législateurs ?

 
François-Bernard Huygue : Il y a plein de problèmes derrière tout cela. Le motif de cette loi, c’est à la fois ce que j’appelle la « grandeur » des fake news, c’est-à-dire que les médias, les élites dirigeantes et les experts ont largement attribué le Brexit, l’élection de Donald Trump et même le référendum catalan à une cause quasi diabolique de désinformation orchestrée en grande partie par les Russes et en grande partie par l’alt-right américaine - et toutes les « sphères ». C’est un débat important qui n’est pas celui qui nous occupe aujourd’hui, mais je pense que cette thèse est fausse. En sociologie des médias, ce n’est pas parce qu’il y a X millions de personnes qui ont vu une fausse nouvelle que cela a plus d’effet que les X millions qui en auront vu une vraie. Cette effet de panique a été largement repris - sincèrement ou pas - par Emmanuel Macron. Qu’est-ce que je veut dire quand je parle de sincérité ? Il est tout à fait possible qu’il ait été sincèrement choqué qu’on lui attribue un compte au Bahamas, ou des moeurs sexuelles qui ne sont pas les siennes etc - encore que la même chose a été entendu sur Balladur ou Marine Le Pen et sur bien d’autres hommes politiques. 
 
Je crois quand même qu’il y a eu une grand habileté qui a consisté à se montrer comme une victime des rumeurs calomnieuses de l’extrême-droite et des Russes. Cela par avance a désarmé toute rumeur et tout bruit le visant. C’était une manoeuvre très habile, car cela l’autorisait à incriminer sous le terme de fake news toute information qui le gênait, à commencer par le cas des « Macron Leaks » (un piratage des comptes de son parti) dont l’impact a été dès lors nul. 
 
Dès lors, on comprend bien la démarche de Macron : au nom de ce contexte, il a décidé de proposer une loi contre le mensonge et pour la vérité, ce que tout le monde ne peut, théoriquement, que saluer. Et c’est dans cette perspective qu’ils se retrouvent à encourager des amendements pour poursuivre ce projet de lutte total contre les fake-news.
 

Qui va juger dès lors de ce qui est une "allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable" ou de ce qui ne l’est pas ?

 
Cette loi pose un problème pratique : doit-on confier l’affaire à un juge - car comment peut-il faire le travail d’un journaliste ? Cette loi est en fait ambiguë. Elle reconnait le pouvoir des GAFA en leur demandant de retirer encore plus vite les contenus jugés comme étant des Fake News. Et de reconnaître la mission qu’a reconnu Zuckerberg avant-hier quand il a déclaré vouloir une « technologie pour le bien » - l’idée étant que les GAFA veulent éviter à notre cerveau d’être atteint par des fausses nouvelles, tout comme par des discours extrémistes ou djihadistes par exemple. On demande en fait aux GAFA d’exercer, dans un cadre légal, leur véritable pouvoir. Si on demande plus de transparence en période électorale sur les contenus politiques, cela ne me choque pas. Cet article de la loi est après tout plutôt intelligent. Je suis content de savoir qui a financé telle ou telle annonce. Mais le problème du projet de loi est qu’il se dote en même temps du pouvoir d’agir ou de faire retirer des médias étrangers. Cette loi a cédé à la tentation de sanctionner des opinions opposés. Car reste dès lors la vraie question : qu’est-ce qu’une fake news ? La notion de manipulation d’information est vague. On ne manipule pas une information, mais des gens. Car si on juge la manipulation d’information, tout est manipulation, à commencer par moi qui vous réponds et tente de vous convaincre - et ce tout en tentant de briller devant vos lecteurs pour vendre beaucoup de livres. Suis-je pour autant en train de vous manipuler ? Et quand à une allégation d’un fait dépourvu d’éléments vérifiable, que dire quand j’affirme que Dieu existe ? S’agit-il d’une fake-news parce que je ne peux pas vous le prouver, et ce d’autant plus si je le rends « vraisemblable » de par une certain habileté rhétorique ? Cet énoncé est vraiment gênant. Cette notion de faux est donc à manipuler avec une extraordinaire précaution, car on risque sinon de permettre, comme c’est le cas dans cet énoncé, une sorte de contrôle idéologique. Au Vietnam, ils on mis 10.000 contrôleurs sur internet pour corriger les « visions erronées ». Sous Brejnev, on considérait les opposants comme des fous qui n’étaient mentalement pas capable de comprendre les bienfaits du paradis socialiste. Il y a une tentation donc dans ce genre de contrôle d’exclure celui qui ne pense pas comme soi du débat démocratique. 
 

Qu’aurait-il été préférable de faire ?

 
Je pense qu’il aurait été préférable de se concentrer sur la preuve d’un faux. Dans toute rumeur et fausse nouvelle, il y a faussaire initial, celui qui a falsifié au départ, par exemple en bidouillant une photo sur photoshop. Cette question de la falsification me semble centrale. Elle est plus sérieuse que celle de vérifiabilité d’un fait. Et sur ce point, on a la la loi de 1880 qui a déjà définit le délit de forgerie d’une fausse information ou celui sur la diffamation. En perdant ces notions centrales, le gouvernement affiche une certaine légereté. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 25/05/2018 - 10:47 - Signaler un abus Le socialaud-macronisme touche le fond!

    à force de pondre des amoncellements de lois débiles, dont plus de la moitié sont inapplicables, et n’aboutissent jamais au décret d’application, les socialauds-macronistes viennent une nouvelle fois de rencontrer (sans la comprendre) leur impuissance: trop de lois tuent les lois! Et la société ne se régente pas selon les fantasmes égalitaristes et culpabilisateurs des petits censeurs gauchistes, qui finissent par auto-censurer leurs propres mensonges, à force de tout vouloir censurer...

  • Par cloette - 25/05/2018 - 13:30 - Signaler un abus je prends ça

    en tenant compte du climat actuel comme une atteinte à la liberté d'expression , car tout le monde sait recouper les informations , et détecter les fausses des douteuses ou des vraies .Cette censure est dangereuse, elle est paradoxalement manipulatrice , avec une vérité d'Etat !

  • Par kelenborn - 25/05/2018 - 16:09 - Signaler un abus Pauvre imbécile de Vangode

    Et ça c'est pas une "fake"!!! Le plus illustre coupable de "fake news " a été Galilée, coupable d'avoir raconté un bobard selon lequel c'était la terre qui tournait autour du soleil! Et les religieux de mes deux qui ont failli l'envoyer vérifier si c'était vrai qu'on grillait sur un tas de fagots n'étaient pas socialauds que je sache !

  • Par cloette - 25/05/2018 - 16:36 - Signaler un abus @kelenborn

    Très bon exemple ! Et pourtant elle tourne avait il dit . que faudra -t-il dire ? : "Et pourtant c'est ben vrai ça !" ?

  • Par Anouman - 25/05/2018 - 19:39 - Signaler un abus Fake

    "allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable"... On peut noter qu'on parle de vraisemblance et pas de vérité. Quant aux éléments vérifiables, il faudrait savoir par qui. Encore une loi idiote conçue et votée par des idiots? On finit par se demander si c'est le pouvoir qui rend con, où si seuls les cons arrivent au pouvoir.

  • Par mymi - 26/05/2018 - 08:38 - Signaler un abus Anouman

    J'aime bien votre remarque sur le pouvoir et les cons. bien vu !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François-Bernard Huygue

François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.

Il enseigne sur le campus virtuel de l’Université de Limoges, au Celsa Paris IV à l’IRIS et à l’Institut des Hautes Études Internationales.

Spécialiste des stratégies de l'information (chercheur à l'Iris responsable de son Observatoire Géostratégique de l'Information) il est l'auteur de nombreux ouvrages - dont "La Soft-idéologie" (Robert Laffont ), "l'Ennemi à l'ère numérique" (PUF),  "Comprendre le pouvoir stratégique des médias" (Eyrolles), "Maîtres du faire croire de la propagande à l'influence" (Vuibert), "Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire" (avc A. Bauer, PUF), et "Terrorismes, Violence et Propagande" (Gallimard), "Gagner les cyberconflits Au-delà du technique" (Vuibert).

Son dernier ouvrage : "Fake News" publié chez VA.

Son site internet est le suivant : www.huyghe.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€