Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Présidentielle de 2017 : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen... les scénarios qui pourraient empêcher un remake de l'élection de 2012

S'il est clairement rejeté par une majorité de Français, le scénario de l'élection présidentielle de 2012 qui avait vu François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen jouer les premiers rôles pourrait bien se reproduire en 2017. A moins que quelques grains de sable ne viennent enrayer les mécaniques mises en place.

Retour vers le futur

Publié le - Mis à jour le 2 Septembre 2016
Présidentielle de 2017 : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen... les scénarios qui pourraient empêcher un remake de l'élection de 2012

Atlantico : Alors que plusieurs sondages montrent depuis des mois que les Français ne souhaitent pas vivre lors de la présidentielle de 2017 un remake de l'élection de 2012, la probabilité de voir François Hollande, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen jouer les premiers rôles est aujourd'hui non négligeable. Pour ce qui est de la gauche, quels sont les scénarios envisageables pour que François Hollande ne soit pas la tête d'affiche de ce camp en 2017 ?

Frédéric Dabi : Tout d'abord, je partage entièrement le constat qui est fait : les Français ne veulent pas d'un remake de 2012.

Pourquoi ? Ce n'est pas entièrement dû aux personnalités de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Il y a en effet un constat partagé par beaucoup de Français selon lequel le quinquennat de Nicolas Sarkozy n'a pas été un quinquennat "utile", et le quinquennat de François Hollande n'a pas été aussi probant, voire pire selon les électeurs de droite. On voit donc ici un puissant levier de vote Front national comme alternative à un vote "UMPS" et à deux quinquennats ratés.

Une fois dit cela, votre question relève un peu de la politique-fiction, puisque personne ne sait encore quelle sera l'offre. Pour la gauche, il est vrai qu'il existe une logique institutionnelle et consubstantielle à la Vème République selon laquelle le Président sortant se représente assurément à l'issue de son premier mandat. On a ainsi retrouvé récemment des lettres de Georges Pompidou qui disait, alors qu'il se savait malade, qu'il ne serait pas candidat à la présidentielle de 1976 sauf si François Mitterrand était en position de gagner. Cela fait donc partie de la logique des choses.

Maintenant, la question du scénario à gauche se pose en effet. Nous avons une primaire qui a été officialisée il y a quelques mois par Jean-Christophe Cambadélis et à laquelle François Hollande pourrait se plier, mais il faut rester prudent au vu du caractère totalement inédit de la situation. Une primaire de confirmation politique pour un Président sortant serait un objet politique non identifié qui demande beaucoup de prudence quelques mois avant.

Deuxièmement, la question d'une non-participation de François Hollande à la présidentielle se pose aussi car il peut très bien ne pas être candidat compte tenu de son impopularité historique et de sa rupture avec la gauche. Le fait majeur de ces derniers mois, c'est que François Hollande est aujourd'hui minoritaire à gauche. Dans toutes les enquêtes de popularité, il a environ un tiers de soutiens à gauche et 50% au PS, ce qui explique son taux de popularité extrêmement bas à huit mois de la fin de son mandat.

S'il y a une primaire à gauche et que François Hollande est candidat, sera-t-il devancé par Arnaud Montebourg, comme le montre l'un de mes confrères ? Je n'en sais rien. Aujourd'hui, les Français sont certes une très forte majorité à ne pas souhaiter une candidature de François Hollande (80% selon un sondage Ifop/JDD d'avril 2016), mais ils ont intériorisé le fait que la logique de la Vème République voudrait qu'il se représente. Quand on leur demande leur pronostic et non plus leur opinion, ils sont environ 75% à penser qu'il va se représenter.

Toutefois, notons que ces résultats ont été obtenus avant l'annonce de la primaire de la gauche et la séquence terroriste de cet été avec les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray, qui a fait du mal à François Hollande en lui faisant perdre de la crédibilité sur le régalien.

Pour conclure, l'idée d'une candidature automatique de François Hollande selon la logique de la Vème République fait moins sens aujourd'hui, même si elle reste probable.

Xavier Chinaud : François Hollande est le seul candidat "à gauche" qui puisse encore espérer gagner en 2017, la probabilité est vue aujourd’hui comme l’équivalent d’un trou de (petite) souris, mais un alignement des planètes peut nourrir ce faible espoir : l’amélioration sur le front de l’emploi, un ticket avec Emmanuel Macron, une réforme institutionnelle profonde et… la victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre.

Le président de la République a choisi prudemment d’attendre décembre et donc la primaire de l’opposition pour se prononcer sur une candidature qu’il souhaite et à laquelle il se prépare. Si les sondages alors ne lui donnaient aucune chance, le renoncement serait possible et ouvrirait la voie à autant de candidatures qu’il y a de segments dans la majorité d’aujourd’hui : un candidat social-démocrate (Emmanuel Macron, Manuel Valls ?), un candidat se disant du socialisme historique (Arnaud Montebourg) un candidat écologiste, un candidat communiste… Et l’incontournable Jean-Luc Mélenchon.

Sans renoncement à être candidat, aucun de ses concurrents ne serait assuré de remporter la primaire socialiste face à lui.

La décision lui appartient, il sait qu’il y aura d’autres candidats de gauche, probablement aucun en mesure de le battre, mais assurément plusieurs susceptibles d’accentuer sa défaite. Il sait aussi qu’Alain Juppé est pour lui le pire des adversaires…

En ce qui concerne la droite, Nicolas Sarkozy semble avoir aujourd'hui le vent en poupe, mais reste devancé par Alain Juppé dans les sondages pour la primaire de la droite. Est-il envisageable de voir l'ancien Président ne pas être sur la ligne de départ en 2017 ? Qu'en est-il de François Bayrou ? Peut-il jouer les trouble-fêtes pour Nicolas Sarkozy ?

Xavier Chinaud : Je n’imagine pas qu’un Nicolas Sarkozy battu à la primaire se présente quand même en mai devant les Français, donc oui il est parfaitement envisageable qu’il ne soit pas candidat en 2017.

La donne au sein des droites et des centres peut se résumer ainsi : le vainqueur de la primaire a toutes les chances de gagner la présidentielle, excepté peut-être Nicolas Sarkozy. Le rejet de près des trois quarts des Français de voir se rééditer le match Hollande/Sarkozy entraînerait, si le premier décidait d’être candidat et le second remportait la primaire dans son camp, un séisme politique. En 2012, François Hollande n’a rassemblé pour être élu que 18 millions de voix au 2ème tour de la présidentielle sur 37 millions de votants et sur 46 millions d’inscrits… Si la même offre était présentée aux Français en 2017, le chaos est plus qu’une hypothèse.

Dans ce scénario, la donne changerait totalement et rapidement les sondages confirmeraient ce rejet conduisant à ceci : seules deux personnalités apparaîtraient alors susceptibles de gagner la présidentielle, François Bayrou ou Marine le Pen.

François Bayrou est le premier des soutiens d’Alain Juppé et peut contribuer à sa victoire à la primaire comme à la présidentielle. Si Nicolas Sarkozy l’emportait en novembre, le maire de Pau ne serait pas un "trouble-fête" mais bien un "prétendant".

Marine Le Pen serait une impasse et assurément pas un rempart ni au chaos ni au déclin.

Frédéric Dabi : On retrouve ici une logique similaire, quoiqu'un peu différente. Selon plusieurs sondages Ifop ou autres, une très nette majorité de Français ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit candidat et revienne à l'Élysée dix ans après sa victoire de mai 2007. Mais la primaire de la droite se joue sur un corps électoral restreint au sein duquel les perceptions de Nicolas Sarkozy sont nettement plus bienveillantes. Je ne parlerais peut-être pas de "vent en poupe", mais d'entrée en campagne plutôt réussie. Nicolas Sarkozy est certes devancé par Alain Juppé, mais il a réduit l'écart ces derniers mois, et fait même jeu égal avec lui auprès du cœur de cible (les sympathisants Les Républicains).

Nicolas Sarkozy se soumet à une élection ouverte, il peut donc bien sûr être battu. C'est ce que donnent les enquêtes d'opinion pour l'instant, avec un certain TSS ("Tout Sauf Sarkozy") pour le second tour de la primaire. Dans toutes les enquêtes Ifop/Fiducial de janvier à juin 2016, il est battu sur un score d'environ 60-40%.

Il a quand même des chances de l'emporter : il est deuxième pour l'instant, et le climat actuel de menace terroriste et de crainte pour l'identité – très fortement exprimé par les sympathisants de droite – pourrait lui permettre de rattraper son retard. En comparaison avec François Hollande, Nicolas Sarkozy est dans une situation nettement plus favorable pour une éventuelle candidature à l'élection présidentielle.

Pour ce qui est de François Bayrou, la situation est un petit peu différente. Il soutient Alain Juppé et ne sera pas candidat à la présidentielle, sauf si Nicolas Sarkozy ou un autre candidat remporte la primaire de la droite. Il a été candidat à trois reprises à l'élection présidentielle, série en cours. Il peut espérer refaire le coup de 2007, c'est-à-dire profiter du rejet d'un candidat socialiste usé par son bilan et par l'exercice du pouvoir, et d'un Nicolas Sarkozy dont beaucoup d'électeurs de droite modérés ne voudront pas.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emem - 27/08/2016 - 10:02 - Signaler un abus Tout sauf Sarkozy

    Il est à peu près certain que Marine Le Pen sera au second tour. Mais elle ne peut gagner que contre Sarkozy. Il y a de grande "chances" que Juppé soit le prochain président.

  • Par vangog - 27/08/2016 - 10:08 - Signaler un abus La grande famille des menteurs et des tricheurs...

    Sarko-le-vendeur-de-karchers-cassés et savamieux Padbol se congratulent sur cette photo où plane l'ombre de Marine Le Pen...fidèle aux injonctions ( financières?) du Bilderberg, il est interdit aux médias serviles de montrer la photo de Marine Le Pen...ça serait lui faire trop de pub...par contre, on sait, aujourd'hui, pour qui roulent ces médias consanguins..."la presse salue la décision du conseil d'état"....ah bon! Et elle est représentative de quoi, la presse française? Élue par qui?...Les trois grandes familles européennes et New-yorkaises du Bilderberg? Il aurait été plus rapide et plus juste d'affirmer: "le Bilderberg salue la décision du conseil d'état!"... le trotskysme a sélectionné ces petits garçons uniformément mal rasés pour se donner l'illusion d'être des hommes, et des petites filles-potiches au ton pleurnichard et stéréotypé, afin de répéter bêtement les dépêches de l'AFP trotskyste et le message immigrationniste et islamophile du Bilderberg...Orwell. nous y sommes! Le formatage d'état va se terminer en apothéose, car les Francais détestent qu'on leur impose leur pensée...en général, ça finit avec des charrettes de paille et des feux de joie...

  • Par winnie - 27/08/2016 - 10:47 - Signaler un abus Et si justement....

    On peut et on doit choisir un candidat sur ce que les journalistes appelent des simples postures, car ce ne sont pas des postures si elles sont l' affirmation de conviction. Malheureusement tous ceux qui ont ou ont eut le pouvoir n'ont aucunes conviction.Je pense qu'il y a des gens qui ont des convictions du courage et qui sont patriotes, ces a ceux la qu'il faut donner les rennes pour que les choses change les autres doivent etre sanctionnes car ils sont coresponsable de la situation dans laquelle ils nous ont mis. Et Phillipot a raison personne de sense ne referait confiance a un personnage qui vous a trahi ou a un repri de justice,il est grand temps de faire le menage, c est la seule solution. On ne peut plus rien attendre de cette classe politique qui na pas d'amour propre pas d'honneur, pas le sens de l'etat. Oui vous savez tous ces mots que haie la classe politique!

  • Par winnie - 27/08/2016 - 11:07 - Signaler un abus Et si justement....M.X.Chimaud.....

    la France a besoin de quelqu un qui impose et qui decide pour la majorite et non pas en fonction des avis des differentes minorite, ces justement cela qui nous a ammener ou nous sommes. Le prochain president devra imposer et sevir et non pas faiblir et tergiverser.

  • Par Anouman - 27/08/2016 - 11:18 - Signaler un abus 2017

    Pour le moment c'est Juppé le favori de la primaire. On se demande bien pourquoi mais c'est comme ça. Quant à Hollande, sa présence au second tour est peu probable.

  • Par cloette - 27/08/2016 - 11:19 - Signaler un abus @emem

    Et si c'était au contraire contre Juppé qu'elle peut gagner ? Ce qui est logique puisque Sarkozy a les m^mes ( ou presque) positions ( nouvelles d'ailleurs) qu'elle ainsi que le dynamisme volontariste.Juppé c'est l'inverse , Juppé est proche de Bayrou, Hollande , et justement ce discours a échoué . Ce sont les mêmes médias qui ont porté Hollande qui porteront Juppé . Ces médias sont ils le pouvoir à ce point là ? Le dernier mot reviendra au bulletin glissé dans l'urne, par des électeurs de moins en moins influençables il faut l'espérer .

  • Par langue de pivert - 27/08/2016 - 11:41 - Signaler un abus 2017 premier tour : Juppé ; le Pen ; Montebourg ? ordre alpha...

    ...bétique §§§ Tout d'abord, je partage entièrement le constat qui est fait : les Français ne veulent pas d'un remake de 2012 §§§ Ça commence avec ce stupide constat asséné comme une évidence et repris en boucle dans tous les médias. Si les Français ne veulent VRAIMENT pas de ce remake, c'est très simple : ceux de droite ne votent pas pour Sarkozy aux primaires de la droite et du centre et ceux de gauche ne votent pas pour Hollande aux primaires socialistes. Donc on ne parle plus que des candidats potentiels qui restent à savoir Mme le Pen (la seule candidate qui peut être sur d'être dans les 3 premiers au premier tour) et disons Juppé pour la droite et le centre et disons Montebourg pour le PS au premier tour. Si les Français n'éliminent pas Hollande et Sarkozy aux primaires de droite et de gauche c'est que ce CONSTAT était une fumisterie !

  • Par Olivier K. - 27/08/2016 - 12:04 - Signaler un abus Tout est bon en communication

    Même si les journalistes disent du mal de Sarko ou Hollande, le seul fait qu'ils en parlent leur donne une forme de légitimité. Par pitié arrêtez de parler de ces lâches ou repris de justice _ces hominidés qui truandent la démocratie_. Parlez uniquement des nouvelles options politiques. Quant à nous, citoyens, intéressons-nous positivement aux nouvelles options et ne nous occupons plus de lire les articles qui traitent des vieux monstres politiques (Hollande, Sarko, Jup... etc.) En cessant de lire ces articles (plus aucun clic sur un des titres évoquant ces politiques, pas d'achat de journaux parlant d'eux en bien comme en mal), nous montrerons notre désintérêt pour ces truands, et la logique économique poussera les journalistes à mettre ces hommes politiques sur la touche!

  • Par Camtom - 27/08/2016 - 14:47 - Signaler un abus Pour vraiment virer cette

    Pour vraiment virer cette chape de plomb gauchisante dans le cas Juppé/Le Pen je rejoindrai le FN, malgré des gens comme Ganesha c'est dire mon rejet de la gauche... C'est dommage qu'en face leur haine à notre égard leur fasse faire le choix inverse, eux aussi portent une part de cette resonsabilité des outrances qu'on doit subir aujourd'hui...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 27/08/2016 - 15:46 - Signaler un abus Cinq ans de plus....

    Acte 1 :Sarko gagne la primaire de droite...et Bayrou devient candidat. Acte 2 : Hollande gagne la primaire de gauche en émiettant au max.les candidatures. Acte 3 : Hollande est 2ème du 1er tour des présidentielles car 40% des électeurs de droite ne se seront pas déplacés pour Sarko et Bayrou en aura siphoné une bonne part. Acte 4 : Hollande est réélu contre le Pen avec 58/42. Acte 5 : on l'a dans le fion pour cinq ans.

  • Par clint - 27/08/2016 - 16:02 - Signaler un abus @Paulquiroulenamassepasmousse: Scénario fort possible !

    J'ai déjà dit ici que je voterais Hollande bis plutôt que Le Pen, et je ne suis peut-être pas le seul parmi les gens de droite. Mais tout ça dépend de Juppé : si il ne joue pas les musulmans pour avoir leurs votes, comme Hollande à 2012, je voterais peut-être Juppé dès la primaire en choix de raison !

  • Par Yves3531 - 27/08/2016 - 16:05 - Signaler un abus @Paulquiroule...........

    pour l'acte 4, voir aussi la version Camton juste au dessus... ! Perso, à cause de Ganesha j'irai sans doute à la pêche ...

  • Par langue de pivert - 27/08/2016 - 16:08 - Signaler un abus Martingale gagnante ! ☺

    En résumé tout sauf la gauche au premier tour et tout sauf la gauche au deuxième ! Reste à définir ce qui doit être considéré comme "à gauche" ! Pour moi de Juppé (le meilleur chiraco-socialiste d'entre nous) à Mélanchon ! Pourquoi se donner des migraines ?

  • Par Liberte5 - 27/08/2016 - 16:52 - Signaler un abus Rien ne sert de spéculer, il vaut mieux agir!!

    Pour la primaire de la droite et du centre, le scrutin est ouvert à tous ceux qui le veulent . Le nombre de candidatures permet un choix possible. Je voterai H. Mariton.C'est le candidat le plus à droite et il a le plus de cohérence en matière économique. Même s'il a peu de chance de parvenir au second tour, il me paraît important qu'il bénéficie d'un soutien important. Cela lui permettra de peser pour le futur.

  • Par assougoudrel - 27/08/2016 - 17:19 - Signaler un abus Pour moi, c'est une belle

    ratatouille. Quand on a une garde-robe importante, on ne sait plus quelle tenue mettre. Quand la primaire arrivera, la sagesse voudrait qu'on choisisse le moins pire. Le pire est FH. Si on commence à nouveau à dire "tout sauf untel" comme en 2012, on risque de se retrouver avec une autre grosse "burne" comme pour ce quinquennat. On entendra après:"je n'ai pas voté pour lui ou pour elle". On tout cas, cela me fout la trouille, pas pour moi, mais pour la relève (mes enfants et petits enfants) et notre jeunesse.

  • Par raslacoiffe - 27/08/2016 - 18:36 - Signaler un abus Article nul.

    Inutile de se fatiguer à surenchérir sur les spéculations très oiseuses de ces 2 contributeurs surtout celles de Chinaud. En fait ils ne savent rien en réalité. Alors comme disait le cher Coluche "quand on ne sait rien on ferme sa g..."

  • Par lafronde - 27/08/2016 - 21:20 - Signaler un abus Le véritable enjeu 2017 : les législatives.

    Si les candidats présidentiels probables ne suscitent guère l'optimisme, c'est que la présidentielle est une représentation réductrice de l'offre politique : une seule circonscription, alignée sur un axe Droite Gauche. Comme en 2012, rien de bon n'en sortira. L'espérance gagne à se reporter sur les législatives. En 2017 notre Etat-providence sera encore plus endetté. Notre Etat régalien toujours dépassé par la délinquance (aucunes prisons construite depuis combien d'années ?) Espérons simplement que les attentats à venir seront moins meurtrier. Mais il y en aura, avec la mutation du terrorisme artisanal. L'espérance tiendra dans la réaction des français à toute cette mal-gouvernance depuis 40 ans. Ils en ont marre, c'est sûr ! Mais que feront-ils ? Vont-ils se faire promener par le régime ? Morale républicaine (à la tête du client) donc avariée, medias (stipendiés), intimidation (peur sur les retraites ou peur de la liberté économique ou peur de la guerre civile), biais électoral (Front républicain) voire fraude électorale (à l'autrichienne). Ce discrédit du régime et de ses media, offrent justement au citoyen un espace pour l'action. Torpiller le Front républicain ?

  • Par arcole 34 - 28/08/2016 - 16:39 - Signaler un abus @Yves3531 - 27/08/2016 - 16:05

    Et encore Ganesha est une personne ayant une bonne éducation et une culture politique, je ne dis pas de bonnes manières mais cependant vous auriez connu les Fhaine auxquels je me suis confrontés au cours de campagne électorales , c'est du gratin expliquant : ¨qu'il fallait passer aux fours crématoires tous les arabes , les juifs ; les gaullistes , les gens de gauche, les noirs, les pédés , du centre etc. Le même discours que tiennent les aficionados des palestiniens..¨ , comme quoi les extrêmes se ressemblent. Alors pour moi et les miens , il n'y aura pas photos plutôt aller à la pêche que de voter pour MLPS et sa clique de chemises roses , et noires . Ganesha n'est que l'arbre qui cache la forêt .

  • Par cloette - 29/08/2016 - 08:32 - Signaler un abus Troll efficace

    Beaucoup se font avoir par Ganesha qui est chargé de dégoûter de voter FN . Quant à Arcole il confond le FN de JMLP avec celui de MLP dont le programme est en ce moment photocopiè par Sarkozy . Arcole patauge dans les clichés ! Moi j'ai bien plus peur de l'idéologie immigrationniste et de gouvernance mondiale qui se prépare que du FN actuel qui prône les souverainetès et l'entente entre nations : c' est Marine le Pen qui est dans la raison et elle ne brûlera personne !

  • Par arcole 34 - 31/08/2016 - 08:55 - Signaler un abus @Cloettè

    Bien entendu sainte marine est parée à vos yeux de toutes les vertues mais cependant Hitler par exemple lui aussi faisez rêver le peuple Allemand et l'on a vu ce qu'il en advint.C'est vous qui êtes dans le déni permanent du retour à un ordre ancien révolu, nous sommes en 2016 et plus dans les années 40 ou 50, le curseur des valeurs à bougé .Sauf votre respect bien évidemment.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Dabi

Frédéric Dabi est directeur général adjoint de l'Ifop et directeur du pôle Opinion et Stratégies d’entreprise.

Voir la bio en entier

Xavier Chinaud

Xavier Chinaud est ancien Délégué Général de démocratie Libérale et ex-conseiller pour les études politiques à Matignon de Jean-Pierre Raffarin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€