Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi la rentrée dispersée de LR est une opportunité pour la droite de se distinguer d’Emmanuel Macron

La rentrée politique se fait en ordre dispersé chez LR : Pécresse à Brive, Wauquiez au Mont Mézenc, Bertrand à Chalons (peut-être avec Pécresse), Retailleau à la Baule. Et plus significatif, il n'y aura pas d'université d'été générale.

Dispersion

Publié le
Pourquoi la rentrée dispersée de LR est une opportunité pour la droite de se distinguer d’Emmanuel Macron

 Crédit Thomas SAMSON / AFP

Atlantico : La rentrée politique se fait en ordre dispersé chez LR : Pécresse à Brive, Wauquiez au Mont Mézenc, Bertrand à Chalons (peut-être avec Pécresse), Retailleau à la Baule. Et pour couronner le tout, il n'y aura pas d'université d'été générale. Cette dispersion, si elle montre clairement une mésentente des ténors du parti et de potentiels dysfonctionnements, ne pourrait-elle pas devenir une force stratégique pour LR, en proposant une lecture plus régionale et locale de leur action politique, à l'opposé d'un LREM ultra-centralisé ?

Samuel Pruvot : Cette dispersion est le signe d’une nouvelle féodalité. Le propre de la droite française, c’est de se chercher un chef incontesté. Cette sempiternelle recherche l'unité d’un homme fort est une quête du graal qui n’a jamais cessé depuis la Révolution française. On peut citer pêle-mêle Bonaparte, le général de Gaulle et, plus proches de nous, Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy. A chaque fois, le peuple de droite – si tant est qu’il existe à l’état pur – réclame un chef charismatique capable de sauver la mise. En faisant l'unité par la synthèse impossible des courants.

Présider une région (surtout depuis qu'elles sont plus grandes) semble donner une autre dimension à un homme politique. Est-ce devenu une forme de grade intermédiaire entre la députation et la présidentiabilité ?  

Je n’en suis pas certain. A terme, cet éclatement de la droite en une multitude de fiefs n’est pas souhaitable. Cette droite confetti peut faire illusion un moment. Mais pas dans la durée. On peut y voir une forme de régression (même si d’autres plaideront la liberté et l’indépendance retrouvée). La force des nouveaux féodaux est à la mesure de la faiblesse du chef.

La vie politique française ne peut se limiter à la coexistence entre des baronnies qui n’ont plus grand-chose en commun. Laurent Wauquiez le sait. La rentrée 2018 offre un paradoxe cruel. Le fonds de commerce idéologique de LREM est un libéralisme tempéré – une sorte de « néo girondisme » ou de « néo orléanisme » pour reprendre les catégories de René Rémond – censé fleurir loin des oukases la capitale. Aujourd’hui, c’est un peu le monde à l’envers. Les députés LREM défendent la généralisation de la limitation de vitesse à 80 km de la Bretagne au pays basque en passant par les Vosges. Ce passage en force contre l’avis des responsables locaux – même pour la bonne cause – a quelque chose d’autoritaire. A contrario, la droite privée de centre, se disperse aux périphéries en attendant des temps meilleurs. Et les notables girondins qui ont rallié Emmanuel Macron se trouvent obligés de jouer aux censeurs jacobins.

Il n'en resterait pas moins qu'à la fin, il n'en restera qu'un pour représenter le parti lors des prochaines élections présidentielles. En laissant leur autonomie à X. Bertrand, B. Retailleau et V. Pécresse, Laurent Wauquiez ne s'assure-t-il pas d'une part une certaine tranquillité (après une première année très houleuse) à la tête du parti tout en divisant pour mieux régner ?

Diviser pour mieux régner est une stratégie à court terme. Laisser de l’autonomie aux barons de LR est une chose, être capable de rassembler demain en est une autre. Sans doute les personnalités que vous citez cultivent une ambition nationale. L’enracinement local étant envisagé comme un tremplin. Pour revenir au parti, on pourra toujours invoquer le caractère pluriel de la droite depuis ses origines pour justifier une certaine pagaille idéologique. Mais la victoire suppose toujours de savoir s’unir. A l’horizon, on voit déjà poindre l’échéance des élections européennes. L’Europe a toujours été une pierre d’achoppement à droite. Et le temps manque pour inventer une doctrine commune, pour trouver le plus petit dénominateur commun. Entre un souverainisme musclé et un fédéralisme qui ne dit pas son nom, il y a incompatibilité. Et l’heure du choix se rapproche.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 20/08/2018 - 11:21 - Signaler un abus Pourquoi ne pas parler des

    LR de Bordeaux qui veulent s'allier avec le RN pour les européennes prochaines?

  • Par vangog - 20/08/2018 - 12:40 - Signaler un abus @assougoudrel vous avez raison, mais ça ne fait pas partie ...

    des dépêches AFP « autorisées »...les journaleux préfèrent gloser sur du vide, ce qui leur permet de conserver leur carte de presse, plutôt que décrire la vérité et les réalités concrètes, interdites par l’AFP trotskyste...et ces benêts parlent de gouvernement « libéral modéré » pour un gouvernement qui dirige la vie des Français, et contrôle l’information pire que dans les ex-dictatures socialistes d’avant-mur...la perversion du sens des mots, on y est!

  • Par Vincennes - 20/08/2018 - 16:07 - Signaler un abus @Assougoudrel.....en effet les journaleux préférant nous saouler

    avec M et Mme "sans gêne" en "s'aplatissant" servilement afin de ne pas perdre leur NICHE FISCALE ce qui fait que les Français sont passés de la défiance à la répugnance car la soupe qu’ils nous servent, on n’en veut plus…...oubliant totalement, aussi, ce que traversent les MAIRES de France, pratiquement jamais invités sur les plateaux + cette violence qui sévit partout comme, en ce moment, à GRENOBLE (+63% d’agressions)alors que 30 fonctionnaires vont être supprimés et où Collomb, pourtant en vacances à côté, ne s’est même pas déplacé…… mais aussi à RENNES, nommé « CHICAGO Français) où « 700 jeunes non accompagnés » comme ils disent, sèment la terreur (+68% de délinquance) avec cambriolages/vols à la tire/à l’étalage, agressions sur les jeunes filles mais que je Justice fait ressortir à peine interpellés etc !! et SCHAPPIA pia pia est où ? osant même, comme sur LCi/BFMTV qu’ils espéraient de plus avoir à parler de l’affaire BENALLA !! à la rentrée !!! alors que nous voulons, NOUS, toute la vérité sur cette affaire sur les personnalités "douteuses, qui entourent Macron…..genre BENALLA Par la même occasion, qu'ils fassent des recherchent sur ses "stocks options" passées

  • Par Liberte5 - 20/08/2018 - 16:18 - Signaler un abus L. Wauqiez a pour objectif de recontruire un socle idéologique

    pour la droite. Ce travail n'est pas achevé. Pour les européennes il va s'orienter vers une Europe des nations. Le modèle européen actuel ayant échoué, il n'a plus qu'un soutien limité dans la population française. Ce créneau étant pris par E. Macron, les Juppé, Raffarin etc, vont devoir se rallier au Président.Pécresse et Bertrand se retrouvant coincés: se rallier à Wauquiez ou à Macron. La situation de Macron commençant à pâlir, quoiqu'ils fassent ils devront s'avaler une couleuvre.

  • Par vangog - 20/08/2018 - 16:45 - Signaler un abus @Liberte5 L’Europe des Nations, c’est le programme du RN!

    Êtes-vous certain que L.Wauquiez va s'orienter vers le programme du Rassemblement National pour l’Europe des Nations libres? ca serait- enfin, une bonne nouvelle ...mais, à quoi bon constituer une liste, dans ce cas? ah oui! Peut-être pour faire sangloter les Pecresse-Bertrand-Juppé-Estrosi, qui rêvent de l’UE d’avant les patriotes...alors, pourquoi pas?

  • Par Vincennes - 20/08/2018 - 16:57 - Signaler un abus Comme l'écrit Liberté, "la situation", j'ajoute des "PICSOUS "

    commence t'elle à pâlir" ? mon petit doigt me dit que OUI et en unissant nos forces et nos demande de vérité, cela devrait se concrétiser..…..wait and see

  • Par cloette - 20/08/2018 - 21:24 - Signaler un abus On verra aux Européennes

    si les Français sont des veaux .

  • Par Vincennes - 20/08/2018 - 21:48 - Signaler un abus En attendant les Européennes et pour e.......... r" "PICSOUS"

    + JUPPE/RAFFARIN/COPE/BERTRAND/ESTRISI etc,, faisons nombre et que les plus sportifs montent le MEZENC

  • Par Liberte5 - 20/08/2018 - 23:12 - Signaler un abus @vangog L'Europe des nations c'est d'abord De Gaulle.

    qui en a parlé. Mais peu importe, l'important est de faire battre Macron

  • Par Anouman - 21/08/2018 - 20:29 - Signaler un abus Veaux

    Cloette, c'est tout vu. Rien à attendre. Entre ceux qui ne votent pas et pleurent du résultat des élections et ceux qui votent en fermant les yeux et les oreilles il est difficile de s'attendre à une bonne surprise.

  • Par moneo - 23/08/2018 - 10:48 - Signaler un abus la Droite est moribonde

    sans corpus idéologique , refusant la réalité sur l'immigration , d'accord sur rien en économie , leurs différences sont sur plus ou moins de colbertisme et de socialisme jamais sur plus de libertés individuelles , opposés sur l'Europe ( quelle Europe?) bref le vote protestataire s'annonce aux Européennes ,ce qu'espère bien Macron : la victoire des nationalistes représente pour lui son assurance tous risques d'être réélu ..au nom du piège Mitterrandien. . pourra t on tenir avec le déferlement africain ..même si celui ci est carrément boycotté dans les médias .. on dit depuis des années que ça ne peut plus durer et pourtant.. ça dure ,ce qui est logique puis que les, Français sont interdits d'auto défense ,que le seul racisme autorisé est celui contre les "souchiens"... tiens à Trappes ça vient de jouer du couteau" allouah Akbar "c'est un fou ..ça devient banal

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Samuel Pruvot

Diplômé de l’IEP Paris, rédacteur en chef au magazine Famille Chrétienne, Samuel Pruvot a publié "2017, Les candidats à confesse", aux éditions du Rocher. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€