Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi les bons chiffres du chômage s’expliquent aussi par la hausse du nombre de stagiaires, de radiations administratives et de défauts d’actualisation

Au mois de mars, c'est près de 60 000 personnes sans aucun emploi qui ont retrouvé une activité partielle ou à temps complet. Un bon résultat qui s'explique aussi par de mauvaises raisons.

Vous avez dit embellie ?

Publié le - Mis à jour le 29 Avril 2016
Pourquoi les bons chiffres du chômage s’expliquent aussi par la hausse du nombre de stagiaires, de radiations administratives et de défauts d’actualisation

La seule catégorie qui connaît sur un an une vraie baisse du chômage depuis fin 2015 concerne les moins de 25 ans. Crédit Reuters

Atlantico : Au mois de mars 2016, les statistiques du chômage montrent une nette baisse (-1.7%) des demandeurs d'emploi de catégorie A (sans emploi). A quoi cette baisse est-elle due ?

Pierre-François Gouiffès : Ces données indiquent une baisse instantanée des demandeurs de catégorie A (-60 000 en France métropolitaine, chiffre inédit depuis septembre 2000, une période bénie et lointaine). Mais la baisse est beaucoup moins spectaculaire si l’on inclut les demandeurs d’emploi avec activité réduite (catégories ABC) puisque la baisse se limite alors à 8 700 personnes (-0,2 %) seulement en France métropolitaine. Il y a probablement un effet de vases communicants entre ces catégories dans une phase de reprise : passage de l’absence totale de travail à des emplois de courte durée, puis des durées de travail standardisées.

On considère en outre qu’il y a une certaine latence entre reprise de la croissance économique et reprise de l’emploi, ceci avec des prévisions d’amélioration progressive d’une croissance française atone depuis 2011 mais qui devrait aller vers les 1,5 %. Donc il n’est pas anormal que la situation de l’emploi s’améliore quelque peu, ce qui est congruent avec d’autres indicateurs sectoriels (bons chiffres de l’intérim, déclarations d’embauche de l’ACOSS). C’est le contraire qui aurait été surprenant.

La question est de savoir si le niveau actuel de la croissance permet une résorption significative du chômage qui a objectivement explosé depuis la crise de 2008 avec hélas seulement quelques courtes périodes de rémission. Il faut enfin rappeler un autre élément fondamental évitant tout triomphalisme passager : la performance française est extrêmement médiocre voire pire par rapport à ce que montrent nos deux grands voisins allemand et britannique qui ont tout simplement des chiffres de chômage divisés par deux par rapport à nous.

Quelles sont les disparités que l'on peut noter entre les différentes catégories de la population ? 

Si l’on regarde les catégories A-B-C, le mois est favorable pour les toutes les catégories suivant le sexe ou l’âge à l’exception des plus de 50 ans. Il y a même une stabilisation du chômage de longue durée (plus d’un an).

Mais la volatilité récente des chiffres du chômage pousse à regarder les variations annuelles. On voit alors une évolution plutôt favorable pour toutes les catégories même s’il ne s’agit à ce stade que d’une baisse de la hausse… La seule catégorie qui connaît sur un an une vraie baisse du chômage depuis fin 2015 concerne les moins de 25 ans. Il y a en outre peu de différences entre hommes et femmes, dont les évolutions correspondent d’ailleurs à la tranche d’âge 25-49 ans.

Mais une véritable tragédie du chômage a touché les plus de 50 ans, qui viennent tout juste de passer sous la barre des 10 % de hausse, après avoir connu des années de progression du taux de chômage comprise entre 10 et 15%... L’autre drame concerne les chômeurs de longue durée, qui représentent désormais le niveau record 46,5 % du total des chômeurs ABC contre 31 % avant la crise.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fredja - 27/04/2016 - 11:50 - Signaler un abus Effectivement

    pour dépassionner le débat, il vaut mieux s'appuyer sur des chiffres factuels. Et +26% en catégories ABC depuis l'arrivée du petit gros au pouvoir, ça se passe de tout commentaire !

  • Par Lafayette 68 - 27/04/2016 - 11:54 - Signaler un abus On bricole

    Aucune fiabilité dans ces chiffres

  • Par vangog - 27/04/2016 - 12:14 - Signaler un abus Très triste pour ceux qui ont été radiés ou en retard

    de leur actualisation! Car ils ne servent qu'à apurer les statistiques de l'état PS. Dans tous les domaines, Sécurité, Santé, Budget, Chômage, l'état PS dépense plus d'énergie à trafiquer ses chiffres qu'à tenter de résoudre les problèmes. Cela mériterait une vraie étude d'ATLANTICO et des statisticiens. Combien de plaintes ne sont plus déposéesn ni prise en compte par découragement des plaignants et des procureurs? combien de chômeurs sont déplacés vers la catégorie RSA? Combien de Français ne se soignent plus, car leur budget ne permet pas de payer la santé à deux vitesses mise en place par la gauche? Combien de délinquants ne sont plus interpellés par découragement des forces de police?... Ce gouvernement de nases ressemble de plus en plus à ceux des ex-dictatures socialistes d'avant-mur ou à la Grèce avant introduction profonde de l'UE, qui trafiquait ses chiffres avec la complicité de Goldman-sachs...Ces chômeurs radiés par les gauchistes reviendront grossir les chiffres du chômage, ou du RSA le mois prochain. Cet manipulation lamentable était réclamé par le grand timonnier à El Connerie pour annoncer sa candidature...minable!

  • Par kaprate - 27/04/2016 - 13:09 - Signaler un abus C'était prévu

    Toutes les manipulations de chiffres, la politique de radiation et la masse de pseudo-formations qui font sortir un grand volume de demandeurs d'emploi des statistiques (une connaissance qui travaille à Pole Emploi confirme une pression ministérielle énorme avec des objectifs d'un maximum de mises en formation en un temps record, quitte à orienter n'importe qui vers n'importe quoi), on les a vu venir depuis longtemps. Le but étant de montrer une baisse artificielle des chomeurs pour que le Nul se représente et que ce gouvernement destructeur laisse une meilleure impression aux électeurs à la mémoire défaillante juste avant les élections. C'est tellement cousu de fil blanc, rose pardon, que l'on se demande qui peut bien encore y croire...

  • Par Mandataire - 27/04/2016 - 18:06 - Signaler un abus FLANBY est notre CHURCHILL au petit pied pour…

    … les chiffres seulement!__Comme écrivait Winston CHURCHILL… Je ne crois que dans les statistiques que j’ai moi-même arrangées.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Margaret Thatcher face aux mineurs (Privat, 2007), Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010) et L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€