Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nucléaire : l’irresponsabilité de Nicolas Hulot

La déclaration faite lundi par Nicolas Hulot sur la sortie partielle du nucléaire pour ramener sa part dans le mix électrique français à 50%, relève essentiellement de l’effet d’annonce.

Danger

Publié le
Nucléaire : l’irresponsabilité de Nicolas Hulot

Voilà pour la surface des choses. Mais, sur le fond, une telle déclaration est irresponsable car elle habitue les Français à l’idée d’une sortie « facile » du nucléaire, alors que celle-ci n’est pertinente ni d’un point de vue politique, ni d’un point de vue économique

Politiquement, il s’agit avant tout d’un slogan cher aux écologistes, fondé sur une idéologie de sortie du nucléaire, quelles qu’en soient les conséquences. Or il est amusant de relever que, selon le dernier Eurobaromètre, le climat constitue une priorité pour 7% des citoyens européens seulement et figure au neuvième rang de leurs préoccupations (loin dernière l’immigration, le terrorisme et l’emploi). Autrement dit, l’abomination du nucléaire n’est apparemment pas partagée par une majorité de citoyens.

Les Verts ont quasiment disparu de la scène politique française mais trouvent en quelque sorte en Nicolas Hulot leur apothéose…

 

Autre point qui prouve l’approche doctrinaire de ce dossier : le remplacement du nucléaire par du renouvelable ne peut être revendiqué au nom d’une quelconque politique « en faveur du climat » (qui serait contre, au passage ?!) puisque la génération d’électricité d’origine nucléaire n’émet pas plus de gaz à effet de serre (GES), sur un cycle complet de vie, que l’éolien terrestre ou le photovoltaïque et moins que l’éolien en mer.

 

Economiquement, le raisonnement ne tient pas davantage à l’analyse. Arrêter un tiers des réacteurs nucléaires sur une courte période soulève la question de la capacité de la production électrique de substitution d’assurer, à bas coût, la sécurité d’approvisionnement et donc l’adéquation de l’offre à la demande. Les centrales nucléaires amorties produisent une électricité bon marché et de manière continue, les interruptions n’étant dues qu’aux entretiens et réparations éventuelles, contrairement à l’électricité renouvelable intermittente qui constituerait l’essentiel du renouvelable : la disponibilité d’une capacité supplémentaire d’hydraulique est limitée et nettement plus longue à mettre en place.

 

Sans le tiers des réacteurs nucléaires, l’équilibre du système électrique ne peut être assuré qu’en augmentant considérablement la pénétration de l’éolien et du photovoltaïque, source intermittente d’électricité requérant de lourds investissements dans le renforcement et la numérisation des réseaux électriques, le stockage de l’électricité et la gestion compliquée de la demande et, en particulier, une réduction de 20% de la consommation. Ce dernier objectif est illusoire malgré l’amélioration de l’efficacité énergétique, vue la numérisation irréversible et galopante de l’économie, extrêmement énergivore et la pénétration des véhicules électriques pour autant qu’elle se concrétise.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 15/07/2017 - 12:51 - Signaler un abus le fascisme vert

    est aux commandes. Il s'en fout des dettes de la France, comment on va avoir de l'électricité....ce qu'il voit c'est qu'il ne faut plus de nucléaire à moyen terme. Vivement qu'il soit viré...si c'est possible.

  • Par Stargate53 - 15/07/2017 - 14:11 - Signaler un abus Ne pas se tromper de cible !

    Au niveau de l'énergie, il faut garder les pieds sur terre et viser une sécurité d'approvisionnement. Affirmer aujourd'hui que l'on peut remplacer facilement le nucléaire est un objectif qui demande à être étayé par des propositions réalistes et pas des annonces comme celles de N Hulot. Ce qui compte ce sont les solutions de rechange crédibles pas la cible en elle-même de 50% de production nucléaire par principe idéologique !

  • Par ajm - 15/07/2017 - 15:41 - Signaler un abus Communication politique.

    Hulot raconte n'importe quoi et sa crédibilité donne une idée du négatif infini. La question est de savoir si notre Macron 1 compte le garder longtemps au gouvernement dans une optique de se préserver face aux gaucho-ecolos au moment où sa politique économique semble plutôt marquée à droite.

  • Par KOUTOUBIA56 - 15/07/2017 - 16:08 - Signaler un abus celui la ferait de bien de

    celui la ferait de bien de retourner a la télé et faire ses émissions découvertes de la nature plutot que de rentrer son nez dans le nucléaire alors qu'il n'y connait strictement rien

  • Par Borgowrio - 15/07/2017 - 19:10 - Signaler un abus Bonne chance aux jeunes contribuables

    Invraisemblable bienveillance ( ou naîveté ) des écologistes allemands qui pour une sortie du nucléaire ont accepté l'exploitation de carrières de lignites gigantesques , avec expropriation de paysans . Et c'est loin d'être fini car seulement 33 % des besoins en énergie sont couverts par l'éolien pour une note de 250 milliards

  • Par vangog - 15/07/2017 - 20:08 - Signaler un abus Ecolo-terrorisme!

    Ce Hulot ne représente que deux ou trois pour cent de benêts d'électeurs, mais il dit 97% de conneries...les Français lucides savent, dans leur très grande majorité qu'il vaudrait mieux relancer la recherche nucléaire, plutôt que suivre les préconisations des gauchistes archaiques. Mais, malheureusement, ce sont ces cretins qui votent en masse...

  • Par Ouligan - 15/07/2017 - 22:10 - Signaler un abus Incompétent

    La réalité est que Hulot est un incompétent.Aujourd'hui ministre confronté a la réalité et sommé de s'expliquer ça se voit et ça se verra de plus en plus

  • Par zen-gzr-28 - 16/07/2017 - 08:24 - Signaler un abus monsieur HULOT

    Journaliste,animateur, producteur de télévision,écrivain, homme politique et DEFENSEUR DE LA PLANETE. Ses formations et compétences en la matière ??? Henry VINCENOT doit se retourner dans sa tombe

  • Par Deneziere - 16/07/2017 - 09:04 - Signaler un abus L'industrie du nucléaire a besoin d'être concurrencée

    Point mort technologique depuis 30 ans, accidents évités de justesse et étouffés à chaque fois, culture du secret et de l'entre-soi, lamentable fiasco politico-économique avec Areva... le nucléaire a besoin de coups de pieds au cul. L'idéal serait de faire construire une centrale par des étrangers, de licencier sans solde la centaine de cadres dirigeants et hauts fonctionnaires responsables de ce fiasco - voire de prononcer une peine d'ignominie nationale, comme une terroriste, pour Lauvergeon - , et d'introduire une dose de renouvelable. Hulot est un incompétent, mais il pourrait être l'idiot de quelque chose d'utile.

  • Par christian gaillard - 16/07/2017 - 11:26 - Signaler un abus 100 % d'accord avec l'article

    100 % d'accord avec l'article..c'est juste une question de bon sens

  • Par viandapneu - 16/07/2017 - 13:02 - Signaler un abus Petit "détail"

    L'électricité dite "propre" du grand benêt de Hulot coute de deux à cinq fois plus que l'électricité produite par les centrales nucléaires. En produisant 50% d'électricité sur ce mode, lecoût sera alourdi pour chacun de 50% à 250%. Pour info, les allemands paient l'électricité près du double de ce que paient les Français....imaginez les conséquences !

  • Par jurgio - 16/07/2017 - 13:32 - Signaler un abus Une question fondamentale :

    Un crétin peut-il être irresponsable ?

  • Par jurgio - 16/07/2017 - 13:36 - Signaler un abus Les technologies existent déjà

    mais aucune politique ne veut mettre de l'argent. On préfère mettre du papier aux fenêtres pour remplacer les carreaux, et on laisse le paquet aux suivants.

  • Par kelenborn - 16/07/2017 - 17:26 - Signaler un abus helicoscrologiste

    l'hélico-escrologiste ne devrait pas être à l'environnement mais à la santé...la prison bien sûr! Pour compléter le propos, notons que la France, exportatrice d'électricité est, en revanche, particulièrement vulnérable en hiver, par grand froid. D'un côté, la politique de tout électrique engagée à partir de la crise pétrolière fait que le chauffage risque de provoquer un krach quand en même temps les éoliennes seront en panne pour cause d'anticyclone. Mais rassurez, vous, si vous gelez chez vous, ce ne sera qu'une impression puisqu'Hulot vous dit que le climat se réchauffe! Les idiots utiles de l'Ouest qui, en plus , ont accroché derrière leur Xynthia pourrie non à l'EPR pourront se réchauffer en baffrant leur congelateur avant que tout ne soit pourri! la diarrhée verte aujourd'hui, la marron demain!

  • Par OLYTTEUS - 16/07/2017 - 22:06 - Signaler un abus Enfin un article qui remet les pendules à l'heure

    Me voilà rassuré par la volée de bois vert que se prend monsieur le ministre d'Etat Hulot de la part de l'auteur de l'article et des lecteurs d'Atlantico!!!!

  • Par Beredan - 17/07/2017 - 01:04 - Signaler un abus Question :

    Cet électron libre , ce pantin Bouffi d'orgueil est-il au Gouvernement pour faire sa propre promotion et jongler avec les réacteurs nucléaires , ou bien pour se contenter d'exécuter les instructions du Premier Ministre et appliquer le programme du Chef de l'Etat ?

  • Par Pourquoi-pas31 - 17/07/2017 - 13:24 - Signaler un abus LIRE C'EST > > > > > TRÈS INSTRUCTIF

    Que tu aies une voiture « Diesel » ou non, lis ceci : C'est une très bonne analyse démontrant que nos politiques (et les verts) nous font du spectacle: La paranoïa du DIESEL ne concerne > > > > > que les automobiles ! Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus ! Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’'industrie maritime qui a démontré > > > > > qu'’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé, les 5 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’'automobiles de la planète. Vous savez, ces porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées, > > > > > aujourd’hui, > > > > > ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe. Ces malheureux 15 navires font partie d’'une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui > > > > > sillonnent les mers.

  • Par Pourquoi-pas31 - 17/07/2017 - 13:26 - Signaler un abus SUITE

    Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres, > > > > > et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver. Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à > > > > > travers la France, Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’'automobile. Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Schaeken Willemaers

Jean-Pierre Schaeken Willemaers est  président du Pôle énergie, climat, environnement de l’Institut Thomas More, auteur de L’utopie du tout renouvelable (ed Académie royale de Belgique, 2017)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€