Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Justice sociale et politique économique : entre les premiers et les derniers de cordée, combien d’euros ?

Les disparités au sein de la société française peuvent paraître abyssales sur le plan financier entre les "premiers" et les "derniers de cordée".

Réalité

Publié le
Justice sociale et politique économique : entre les premiers et les derniers de cordée, combien d’euros ?

 Crédit ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

En France, entre le premier et le dernier de cordée, il faut compter 10 millions d’euros annuels (hors stock options et avantages divers) pour les patrons les mieux payés (Sodexo ou LVMH), contre 8 484 pour le RSA, ou bien 100 millions pour les footballeurs (126 pour Messi, 94 pour Ronaldo et 82 pour Neymar). Mais nous sommes là aux extrêmes : 1 000 fois plus de revenu entre riches patrons et un pauvre, 10 000 entre grands footballeurs et un pauvre. Mais tous les patrons ne dirigent pas LVMH et tous les joueurs ne sont pas Messi !

Quittons ces extrêmes : allons voir les 10% les plus aisés. Ils gagnent plus de 37 570 euros par an. Comparons-les aux 10% les plus modestes, qui gagnent moins de 11 040 euros. L’écart entre ces deux groupes est de 3,4 : moins sensationnel, plus vrai. Et si on veut mesurer la pauvreté, avec l’Insee, on trouve qu’en 2016 8,8 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire perçoivent moins de 1 026 euros par mois. Ce chiffre est calculé à partir de 60% du revenu médian (qui divise la population en deux parts égales), soit 20 520 euros annuels. Les pauvres perçoivent près des deux tiers du revenu médian et représentent 14% de la population française. Ce sont 2,8 millions d’enfants, qui vivent dans des familles sous le seuil de pauvreté, 1,4 million de salariés, 1,1 million de chômeurs, 1 million de retraités, 800 000 étudiants, 500 000 actifs indépendants.
 
Ce taux de 14% diminue légèrement aujourd’hui, avec les hausses des minima sociaux. Il y a plus grave qu’ici, avec la Roumanie (25,3%), l’Espagne (22,3%) et la Grèce (21,2%). L’Italie et le Portugal suivent, avec 20,6% et 19%. Il y a mieux, avec la Finlande (11,6%), le Danemark (11,9%), la Norvège (12,2%) et les Pays-Bas (12,7%). Avec un taux de pauvreté à 13,6% (Eurostat), la France se situe parmi les plus bas taux d’Europe, inférieur au 15,9% du Royaume-Uni et au 16,5% d’Allemagne. Et ce taux est le plus faible des pays les plus peuplés d’Europe.
 
On ne peut pas se satisfaire de ces chiffres et de ces comparaisons. Et c’est ici qu’arrive la « cordée » d’Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, dans son plan contre la pauvreté. « Un premier de cordée, il a une corde et il est rattaché à d’autres, et c’est à dessein que j’ai employé cette formule. Il y a toujours des gens pour ouvrir une voie, il y a des gens plus véloces, il y a des gens qui ont plus de chances, il y a tout un tas de raisons. Mais il en faut ! Et tirer sur la corde pour qu’il monte moins vite n’aidera pas ceux qui restent en bas, c’est faux… Mais… celui qui monte se souvient qu'il a une corde, et cette corde, elle sert à quoi ? A l'assurer : il n'y a personne qui est premier de cordée, si le reste de la société ne suit pas ».
 
Nous sommes dans le Personnalisme d’Emmanuel (tiens !) Mounier et chez le Nobel Amartya Sen, entre philosophie et économie. Les travaux de ce dernier décrivent les rapports complexes qui nous  unissent : pas seulement économiques, psychologiques et moraux aussi, ils fondent le succès des sociétés dans la durée. Avec Sen, rien n’est possible si chacun n’est pas concrètement libre de décider, pour s’épanouir. Il faut d’abord qu’il soit en bonne santé, bien nourri et logé. Il faut qu’il ait ces « capabilités » de base (Sen), pour manifester et accroître ses capacités, notamment financières, mais pas qu’elles. Pour Sen, il faut aider, pour libérer.
 
Du Rocard ? Sa loi RMI précisait : « Lors du dépôt de sa demande, l’intéressé reçoit une information complète sur les droits et obligations de l’allocataire et doit souscrire l’engagement de participer aux activités ou actions d’insertion dont il sera convenu avec lui dans les conditions fixées à l’article L.262-37 ». Mais où sont les vérifications et les sanctions, à côté des incitations ? Et le RMI devient RSA (la  solidarité se veut Active) et le nombre d’allocataires de minima passe en métropole de 2,8 millions de personnes en 1990 à 3,8 en 2016.
 
Après Sen, Mendes France et Rocard, Macron s’engage ainsi dans les capabilités : petit déjeuner, repas à la cantine, gardes, crèches, classes dédoublées, logements à réhabiliter, Parcoursup, formation jusqu’à 18 ans, apprentissage, refonte des allocations chômages et des minimas sociaux… avec des engagements d’insertion. Ne pas enfermer dans l’assistanat et se mettre en position de retrouver une activité productive : oui. Mais dans la cordée, la confiance n’exclut pas la vérification.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 24/09/2018 - 10:57 - Signaler un abus Bravo Mr. Betbeze !

    Au moins dans le premier tiers de son article, Mr. Betbeze me réjouit fortement : contrairement à quelques crapules qui sévissent sur ce site, il ose donner les ''vrais chiffres'', et rappeler qu'en France ''la pauvreté et les inégalités cela existe''. Même s'il manque un critère essentiel : la situation des bas revenus est très différente selon qu'ils sont propriétaires ou locataires de leur logement, ou, qu'ils bénéficient d'un hlm ! Dans le second paragraphe, mr. Betbeze joue au funanbule, essayant d'éviter de tomber dans le ridicule et l'odieux, en nous parlant de ''ruissellement'' ! Il adopte donc le ''gadget'' dérisoire inventé par Macron : la ''cordée'' !

  • Par Ganesha - 24/09/2018 - 11:02 - Signaler un abus Lénine en parka rouge

    Mais, Mr. Betbeze reste, pour l'instant, un Capitaliste Libéral'' ! Dans son troisième paragraphe, il commence par évoquer l'impérieuse nécessité du ''Kontrol'' ! Effectivement, même si le travail au noir rapporte peut-être autant que l'évasion dans les Paradis fiscaux, il n'est pas question de permettre aux pauvres ce qui est un privilège exclusif des riches ! Mais, mr. Betbeze va plus loin : reprenant la proposition de Laurent Wauquiez, le candidat-dictateur auvergnat, le Lénine en parka rouge, il reprend le principe communiste du ''travail obligatoire'' ! Même, et surtout, s'il est punitif et dégradant !

  • Par Cervières - 24/09/2018 - 12:45 - Signaler un abus En Alpinisme

    En général, le premier est effectivement le meilleur de la cordée mais le dernier est aussi un très bon alpiniste (le 2ème meilleur de la cordée en fait).

  • Par Anouman - 24/09/2018 - 19:57 - Signaler un abus Pauvres

    Compte tenu de la définition ça n'a pas grand sens. Si on se débrouille pour diminuer le revenu médian sans toucher aux minimas sociaux il y aura moins de pauvres, selon la définition 60% du revenu médian, mais ils ne seront pas plus riches pour autant.

  • Par ajm - 24/09/2018 - 23:48 - Signaler un abus Lire correctement.

    Notre demeuré du 93 fait semblant de ne pas lire l'article de JPB qui explique que les inégalités en France sont dans la moyenne basse en Europe et que la France est même, parmi les grands pays d"Europe, le moins inégalitaire . Contrairement à ce prétend notre imprecateur mal élevé, JPB ne parle pas du tout de ruissellement mais fait référence au personnalisme de Mounier, visant à donner à chacun les moyens de son émancipation, en dehors d'une logique d'assistanat permanent.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€