Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Est-il vraiment efficace de faire de la question de l’IVG un combat entre le bien et le mal ?

Les médias du monde entier ont suivi le vote sur l'IVG en Argentine. L'intérêt pour les questions sociétales ne masque-t-il pas l’incapacité d’avoir une vision sur les grandes questions internationales qui se posent ?

Questions sociétales

Publié le
Est-il vraiment efficace de faire de la question de l’IVG un combat entre le bien et le mal ?

 Crédit Alberto RAGGIO / AFP

Atlantico : De façon quelque peu étonnante, comme cela a été le cas pour le référendum en Irlande, les médias français ont particulièrement suivi le vote sur l'IVG en Argentine.  Donald Trump, de son côté,  est très souvent accroché à propos de questions traitant  du féminisme ou du racisme. Cet intérêt pour les questions sociétales ne masque-t-il pas l’incapacité d’avoir une vision à propos des grandes questions internationales qui se posent ? Ramener les questions sociétales à une confrontation entre progressisme et réaction est-ce avoir une vision du monde ? 

 
Bertrand Vergely : Dans notre société beaucoup de personnes se reconnaissent dans la vision du monde opposant progressisme et conservatisme.
De ce fait, allez leur demander si l’opposition entre progressistes et  conservateurs est une vision du monde, ils vous répondront non seulement que c’en est une mais qu’elle est la seule qui soit juste aujourd’hui si l’on veut pouvoir aborder correctement le monde. De même, allez leur dire que les questions sociétales comme celles de l’avortement ne sont pas des priorités, ils se récrieront avec véhémence  en expliquant qu’il n’y a pas plus urgent, le progrès dans le monde d’aujourd’hui passant plus que jamais par la défense du droit à l’avortement et le féminisme. Enfin, allez leur dire que vous regrettez qu’ils n’aient pas une vision internationale, ils vous rétorqueront, là encore avec véhémence, qu’être contre le racisme c’est avoir non seulement une vision internationale mais la seule vision internationale cohérente, lever toutes les barrières entre les peuples,  supprimer les frontières et  accueillir en masse  étant une pratique de la vie internationale  à l’opposé du racisme dont le programme est anti-international en proposant le rétablissement des frontières  et le refus de l’immigration de masse. En ce sens, le problème du progressisme aujourd’hui n’est pas de savoir si celui-ci a une vision du monde ainsi qu’une vision internationale. Il en a une. Il est bien plutôt de se demander pourquoi cette vision est si haineuse et si hystérique ? 
 
En France, est-il possible aujourd’hui d’avoir un débat sur l’avortement, sur l’immigration ou bien encore sur le progressisme lui-même ? Impossible. Dès que ce débat a lieu soit les débatteurs se mettent à crier tous ensemble, si bien qu’on ne s’entend plus, soit l’un d’entre eux  se lève et quitte la discussion en disant qu’ « il ne veut pas entendre ça », soit l’un des débatteurs empêche tous les autres de s’exprimer en leur coupant la parole. Ce climat pour le moins houleux n’est pas un hasard. Pendant longtemps le progressisme a consisté à être progressiste sur des bases économiques et politiques. Quand le communisme est tombé et qu’il n’a plus été question de bâtir une société communiste, quand par ailleurs le capitalisme s’est mis à faire progresser le niveau de bien être des populations, la question s’est posée : « Pour demeurer progressiste aujourd’hui, que reste-t-il ? » La réponse a été donnée à cette question : « Deux choses : la famille et le racisme ».  Le progressisme est aujourd’hui arc-bouté sur ces questions  en se présentant comme le camp du bien face au camp du mal qu’est le conservatisme. Cela se comprend.  Il n’a pas pensé sa reconversion.
 
Lorsque le communisme est tombé il y avait là une opportunité providentielle pour repenser ce que veut dire le progrès dans le monde d’aujourd’hui. Au lieu de cela que s’est-il passé ? Le progressisme s’est mis à vouloir faire du communisme non plus avec de l’économique et du politique mais avec du sociétal. Dévoré par la nostalgie, il s’est mis à rêver de faire par le féminisme et l’antiracisme ce que le communisme n’avait pas réussi à faire par le politique et l’économique. D’où l’hystérie qui envahit aujourd’hui les questions sociétales. Quand on a tort et qu’on ne veut pas le reconnaître, on crie. Quand on est vide et qu’on ne veut pas le voir, là encore on crie. Le problème du progressisme aujourd’hui se résume en une phrase : son électro-encéphalogramme est plat. Lui, si brillant, si fécond par le passé, est devenu intellectuellement inexistant en se rabattant sur la morale, comme les religions quand elles sont exsangues.   En ce sens, le grand problème du progressisme aujourd’hui n’est pas de ne pas avoir de vision internationale. C’est de ne pas avoir de pensée. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 11:22 - Signaler un abus Ne lisez pas cet article !

    Habituellement, je fais une vigoureuse campagne sur Atlantico, pour encourager les abonnés à lire les articles avant de publier un commentaire. Ceci, d'autant plus, que très souvent, les titres n'ont qu'un lointain rapport avec les textes qu'ils chapeautent, et même, parfois, disent exactement le contraire ! Mais, dans ce cas précis, mon conseil est de ne pas perdre votre temps à lire cet infect gloulbi-boulga ! On y parle de la chute du Communisme, de l'abolition de la Monarchie, et on mélange cela avec la privatisation de la SNCF ! En fait, on bavarde de ''tout et de rien'', le but réel étant de ''noyer le poisson'' ! Mais, bien sûr, chacun est libre, et j'espère qu'il y aura au moins un intervenant pour féliciter l'auteur pour son texte passionnant, rempli d'humanisme et de bon sens !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 11:30 - Signaler un abus Démocratie ou Théocratie ?

    La question essentielle, c'est : vivons-nous dans une Démocratie ou une Théocratie ? Pour prendre un exemple simple : dans une Théocratie chrétienne, l'homicide est interdit parce que cela fait partie des Dix Commandements, dans une Démocratie, cela résulte d'une loi votée par le Parlement, ou un Référendum. Il n'y a eu que 825 homicides en France en 2017 : une large part de la population semble donc capable de réprimer ses pulsions meurtrières ! Par contre, comme chaque année, il y a eu 200 mille avortements. Avons-nous donc dans notre pays un nombre aussi extraordinaire de criminelles, commettant des assassinats en toute connaissance de cause ?

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 11:34 - Signaler un abus Référendum résérvé aux femmes ?

    Rappelons que la loi Veil a été votée par un parlement quasi exclusivement composé d'hommes. Il y a des sujets, tout comme l'abolition de la peine de mort, qui sont probablement trop passionnels pour être l'objet d'un référendum ! Rappelons aussi que pour avorter, une femme n'a besoin de l'approbation d'aucun homme : ni de son mari, ni de son père, ni du père (supposé) de l'enfant. Logiquement, dans les pays, comme récemment en Irlande, où l'on organise un référendum sur l'avortement, seules les femmes devraient être invitées à voter !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 11:39 - Signaler un abus Droits des Êtres Humains

    Le fait est que le droit à l'avortement fait désormais, fondamentalement, partie des Droits de l'Homme... ou des Êtres Humains. Publier un article essayant de promouvoir un retour en arrière est une maladresse, et même une honte, dans un pays tel que la France. Ceux d'entre vous qui iront à la messe dimanche prochain pourraient-ils nous informer si on leur lira en chaire de vérité une déclaration de l'épiscopat français sur la ''courageuse résistance du Sénat argentin'' ? Quant-à Atlantico qui cherche à caresser la fraction la plus réactionnaire de ses abonnés dans ''le sens du poil''... Un dernier mot : la France est le pays de la Liberté : chaque citoyen est libre de ses opinions, mais pas de les imposer aux autres : soyez végétarien si vous le voulez, mais laissez-moi déguster ma côte de bœuf !

  • Par lima59 - 10/08/2018 - 13:34 - Signaler un abus Vrai arguments

    On n'est pas dans une dictature, donc nous avons le droit de penser comme on le souhaite. Ganesha vous êtes un peu simplet lorsque vous dites que Vergely vous impose une opinion. Il donne son point de vue, que je partage. .

  • Par A M A - 10/08/2018 - 16:44 - Signaler un abus La question essentielle c'est

    La question essentielle c'est quand même de laisser à ceux qui ne veulent pas de descendance le soin de s'en charger eux-mêmes, et bon débarras pour les enfant de ceux qui en veulent une

  • Par cloette - 10/08/2018 - 16:51 - Signaler un abus Ganesha

    Vous aurez beau retourner la question dans tous les sens, il n'en reste pas moins que le foetus est vivant, que ce n'est pas un oeuf de poule, et que vous allez enfoncer une aiguille pour tuer ce foetus dont le coeur bat . Beurk, beurk, beurk !

  • Par venise - 10/08/2018 - 16:56 - Signaler un abus remember

    "aucune femme ne décide d'avorter de gaité de coeur"1975 Simone Veil il vaut mieux être libre de se poser les vraies questions de cette grossesse qui surgit plus tot que d'être contrainte par Dieu ou la loi à ne pas s'en poser la vraie queston humanitaire étant l'accés pour toutes sur cette planète à une contraception sécure et accessible

  • Par venise - 10/08/2018 - 16:56 - Signaler un abus remember

    "aucune femme ne décide d'avorter de gaité de coeur"1975 Simone Veil il vaut mieux être libre de se poser les vraies questions de cette grossesse qui surgit plus tot que d'être contrainte par Dieu ou la loi à ne pas s'en poser la vraie queston humanitaire étant l'accés pour toutes sur cette planète à une contraception sécure et accessible

  • Par Anguerrand - 10/08/2018 - 17:41 - Signaler un abus A Colette sur les propos de ganesha

    Vous avez totalement raison, quand décide t on qu’un fœtus est un être humain ? Dès les premiers jours le fœtus a le cœur qui bat. Donc il peut être stupide de ne pas considérer que l’IVG comme un crime. On décide la mort d’un homme quand son cœur ne bat plus. Ganesha devrait faire des études de médecine et se spécialiser dans l’avortement en tuant LUI MÊME des fœtus. Certains médecins refusent compte tenu de leur serment d’Hypocrate. ON TUE ET L’ON JETTE À LA POUBELLE ?

  • Par Anguerrand - 10/08/2018 - 17:45 - Signaler un abus A Colette

    J’oubliais les cas exceptionnels des viols ou de cas spécifiques ou l’IVG semble acceptable

  • Par cloette - 10/08/2018 - 18:36 - Signaler un abus @Anguerrand

    oui, en effet ( pour vos deux posts ) !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 18:59 - Signaler un abus Dialogue avec les catholiques

    De toutes façons, tout dialogue avec les catholiques est impossible : rappelez-vous que même notre pape actuel, qui est jésuite, évite soigneusement la question, et n'a pas osé prendre enfin clairement position en faveur du préservatif dans la lutte contre le Sida. Après tout, derrière cette membrane de latex, il y a un ovule féminin qui n'attendait qu'un spermatozoïde pour produire un petit africain affamé supplémentaire ! L’Église catholique reste follement, frénétiquement nataliste. Tout le reste n'est que carabistouilles, pour cacher un rêve expansionniste !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 19:02 - Signaler un abus Inestimable progrès !

    En pratique, c'est toute la médecine qui est un acte de rébellion contre la volonté divine ! Une tumeur cancéreuse est un groupe de cellules humaines qui exprime la volonté de notre Créateur : le chirurgien qui la retire commet un acte de rébellion, un crime . La religion catholique est une épouvantable absurdité, et sa disparition, qui, en Europe, est désormais presque complète, est un inestimable progrès !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 19:05 - Signaler un abus Cloette

    Réfléchissez simplement à cet argument : les 200 mille françaises qui avortent chaque année ne sont pas des criminelles !

  • Par cloette - 10/08/2018 - 19:05 - Signaler un abus Ganesha

    Il y a un bouquin qu'on trouve encore de massimo introvigne "enquête sur le satanisme" , lisez le ,et faites votre choix religieux !

  • Par Ganesha - 10/08/2018 - 19:33 - Signaler un abus Cloette

    D'après les statistiques, qui sont certainement incomplètes, il y aurait actuellement dans les hôpitaux argentins, chaque année, au moins 50.000 femmes qui subissent un curetage de l'utérus, pour compléter une tentative infructueuse d'avortement clandestin. En France, avant la loi Veil, il était, pour les médecins ''bon chrétiens'', une tradition de pratiquer cette opération épouvantablement douloureuse, à titre punitif, sans anesthésie. Au lieu de répéter des arguments stéréotypés, vous devriez affronter la réalité !

  • Par Anouman - 10/08/2018 - 21:01 - Signaler un abus Progrès

    L'avortement c'est vieux comme l'humanité ou presque. Alors ce n'est pas une nouveauté progressiste. La seule nouveauté c'est que la légalisation le sécurise d'un point de vue sanitaire. Le débat sur le fœtus comme personne ou pas est intéressant philosophiquement et il peut avoir lieu. Mais à supposer qu'il soit vivant et que l'avortement le tue ça n'est en rien un problème. C'est un débat aussi stérile que l'immoralité de la peine de mort.

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 00:12 - Signaler un abus Anouman

    Cela fait plaisir de lire, enfin, quelques remarques teintées par le bon sens !

  • Par zen-gzr-28 - 11/08/2018 - 01:48 - Signaler un abus L'ivg, défendue âprement par Simone Veil

    n'a jamais été prônée dans l'esprit galvaudé revendiqué par les féministes qui clament "le droit de disposer de leur corps". Avec tous les moyens de contraception actuels, cela ne les gênent pas de faire participer toute la collectivité à payer cette intervention remboursée par la SS en raison de leur insouciance et légèreté. Cela dénote d'un égoïsme flagrant. On en arrive à une époque où le sens de la vie et de la mort peut se poser ! Les lois permettent aux individus de décider qui peut vivre ou mourir. Où va-t-on ? Est ce vraiment une avancée sociétale ?

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 04:06 - Signaler un abus Zen-Gzr-28

    Je suis un homme, et j'ai la chance de n'avoir qu'un seul comprimé de médicament à prendre par jour. La seule contrainte, c'est que cela doit être à distance des repas. Il m'arrive de l'oublier ! Et, je ne me considère pas pour autant comme ''insouciant et léger'' ! Vous soulevez un point essentiel : l'Église catholique fait fausse route en voulant refuser aux humains la décision de quand ils veulent avoir des enfants (même la contraception est interdite !) et quand ils veulent mourir. Cela n'a strictement rien â voir avec les enseignements de Jésus-Christ et cela conduira cette institution malfaisante à sa perte !

  • Par cloette - 11/08/2018 - 05:41 - Signaler un abus ganesha

    non, la contraception n'est pas interdite, il n'y a qu'à l'utiliser, c'est pourtant simple .

  • Par MIMINE 95 - 11/08/2018 - 08:59 - Signaler un abus 100% d'accord avec Ganesha

    Mon seul regret est que le délai soit passé de 10 à 12 semaines grâce en partie, à tous ceux qui imaginent que dieu à quelque chose à voir là dedans. A Cloette : la contraception n'est pas un "immunisateur" total de la grossesse, car non , ce n'est pas si simple.

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:06 - Signaler un abus Cloette

    Tout comme Zen-Grz--28, vous semblez bien mal connaître la doctrine de l'Église Catholique et du Pape ! Ils restent totalement opposés à toute méthode de contraception, à commencer, j'en parlais plus haut, par le préservatif qui reste bel et bien ''verboten'' ! La pilule, vous n'y pensez pas ! La seule méthode admise par l'Église, c'est l'abstinence pendant les périodes fécondes (Ogino). Bien sûr, les catholiques français se moquent de ces directives comme d'une guigne, mais incontestablement, ils sont dans le péché ! Savez-vous que les divorcés remariés sont exclus de l'Eucharistie et des derniers sacrements ! https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Divorc%C3%A9s_remari%C3%A9s_dans_l%27%C3%89glise_catholique

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:11 - Signaler un abus In Memoriam, Deudeuche !

    Il y a quelques mois encore, nous avions ici, sur Atlantico, un dénommé ''Deudeuche'', qui poussait l'absurdité et l'indécence jusqu'à comparer le ''martyre'' des fœtus avec le sacrifice des millions de jeunes hommes qui ont été stupidement assassinés pendant des conflits aussi inutiles que la guerre de 14-18. Il n'est plus abonné, mais il se trouve toujours l'un ou l'autre papy ou mamie pour venir nous chanter la ''complainte de l'avortement'' ! Mais ce qu'il ou elle devrait avoir le courage de faire, c'est d'aller jusqu'au bout de raisonnement !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:24 - Signaler un abus Cloette

    La différence entre un soldat de 20 ans tué d'un coup de baïonnette et un fœtus avorté, c'est que dans nos connaissances actuelles, le fœtus n'a pas conscience de vivre et ne craint pas la mort ! Pour moi, pratiquer un avortement ce n'est pas plus grave que cueillir une fleur, ou écraser un moustique ! Cela me choque moins qu'un animal de boucherie terminant sa vie dans un abattoir !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:27 - Signaler un abus Démonstration par l'absurde

    La constatation est simple et évidente : quel que soit votre opinion et votre jugement moral, si une supposée délinquance est pratiquée par une proportion trop élevée de la population, il faut d'abord se poser la question de savoir s'il s'agit réellement d'une infraction, et ensuite décider si une répression est matériellement possible. Si vraiment l'avortement est un assassinat, il faudrait, d'urgence, pour la France, engager des milliers de policiers, infiltrer les filières, guillotiner, comme en 1943, les faiseuses d'ange, et ouvrir chaque année 200 mille places de prison supplémentaires pour les avortées. C'est ce que l'on appelle une ''démonstration par l'absurde'' !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:30 - Signaler un abus Lâcheté et Hypocrisie

    La solution qui a été utilisée vis à vis de l'avortement en France jusqu'en 1975, et qui persiste encore dans un nombre de plus en plus réduit de pays dans le monde, se caractérise par une grande lâcheté et une hypocrisie inadmissible ! Officiellement interdit, mais en pratique, très peu de répression. Bien sûr, la clandestinité engendrait des milliers ''d'accidents'' conduisant à des curetages, et à un nombre non négligeable de décès de jeunes femmes dans la fleur de l'âge. Plus une sélection par l'argent, complètement immorale. En tout cas, ''l'effet dissuasif'' était très proche de zéro !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:35 - Signaler un abus Ma conclusion

    Ma conclusion, c'est que chaque civilisation, chaque époque, doit décider de ses priorités. Cela irrite fortement les lecteurs de ce site, mais le fait est que le nombre de morts sur nos routes est passé de 18.034 en 1972 à 3.477 en 2017. Et si vous interrogez les françaises sur leurs revendications, vous pouvez facilement deviner leur réponse : continuer la lutte contre la pédophilie, et se montrer infiniment plus répressif envers le viol et le harcèlement ! Sur l'avortement, il y a que très peu de polémique : zéro curetage et zéro mort maternelle. Il n'y a que sur Atlantico que l'on trouve encore quelques vieillards grincheux et ratatinés pour venir essayer de semer la perturbation !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 09:37 - Signaler un abus Cannabis

    Et j'ajoute que le même type de raisonnement peut s'appliquer en France pour la lutte contre les drogues en général et le cannabis en particulier, sujet sur lequel notre pays se manifeste par un écart de plus en plus grotesque avec la politique menée dans les autres pays voisins, occidentaux et civilisés !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 10:06 - Signaler un abus MIMINE 95

    A mes yeux, le fait est incontestable : au bout de deux mille ans de règne, l'Église catholique s'est totalement fourvoyée dans une dérive qui n'a strictement plus rien à voir avec le message de Jésus-Christ. C'est ce que je passe mon temps à expliquer sur un autre sujet : Karl Marx est mort en 1883, et il n'est absolument pas responsable de la conduite de Lénine en Russie à partir de 1917. Mais cela dépasse totalement les capacités cognitives des croûtons ratatinés qui peuplent Atlantico !

  • Par cloette - 11/08/2018 - 13:28 - Signaler un abus Ganesha

    On ne sait rien de ni après la mort ni de avant la naissance , entre ces deux instants c'est la vie reconnaissable à un cœur qui bat en premier puis à la conscience. Passé présent futur bof, tout est simultané ....

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 16:15 - Signaler un abus Abolition

    En tout cas, félicitons les quelques ''Tartarins de Tarascon'' qui nont réussi à nous faire partager l'angoisse existentielle de l'embryon qui, dès le stade des huit cellules, se pose la question cruciale : va-t-on m'avorter ? Et surtout la description très romantique, digne de Victor Hugo, des cris déchirants du fœtus qui voit, avec une terreur indicible, arriver les aiguilles à tricoter de la ''faiseuse d'anges'' ! Belle tentative d'abolition de la loi Veil en France !

  • Par Ganesha - 11/08/2018 - 16:23 - Signaler un abus Argentine

    En fait, d'après La Croix, l'avortement ne sera pas légalisé en Argentine, mais simplement ''dépénalisé'' ! On ne mettra donc plus les femmes ayant avorté en prison ! A lire également : Dieu existe-t-Il ?, par Mr. JM Sylvestre, et les arguments de JJ Rousseau.

  • Par Ganesha - 12/08/2018 - 15:52 - Signaler un abus Mr. Vergely

    Il n'en reste pas moins que le but de cet article est assez crapuleux ! Invoquer le principe absurde et grotesque de ''l'extra-territorialité'' du ventre des femmes pour renvoyer chaque année 200 mille françaises dans l'avortement clandestin ! Mr. Vergely, essayez de vous trouver un autre gagne-pain, plus honorable !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€