Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corée du Nord : et s’il fallait dire merci Trump pour la rencontre Kim Jong-Un / Xi Jinping ?

Lors d'une visite surprise de deux jours en Chine - son premier voyage depuis son arrivée au pouvoir en 2011 - l'homme fort de la Corée du Nord a évoqué son intention de dénucléariser, sous certaines conditions. Ce discours est-il le résultat de la pression américaine exercée sur la Chine dans la résolution de la question nucléaire nord-coréenne ?

Good job

Publié le
Corée du Nord : et s’il fallait dire merci Trump pour la rencontre Kim Jong-Un / Xi Jinping ?

Atlantico : Lors d'une visite surprise de deux jours à Xi Jinping ce 25 mars, ce qui fut son premier voyage depuis son arrivée au pouvoir en 2011, Kim Jong-un ​a pu indiquer son intention de dénucléariser, sous certaines conditions. Faut-il voir cette visite comme le résultat de la pression américaine exercée sur la Chine dans la résolution de la question nucléaire nord-coréenne ?

Jean-Vincent Brisset : On ne sait pas aujourd’hui  et on ne saura sans doute jamais qui est à l’initiative de cette visite, ni quelle en a été la teneur réelle. L’une des rares annonces qui en soit sorties est celle du lien entre une éventuelle dénucléarisation et des garanties de sécurité de la part des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

Ce qui est intéressant de constater, c’est que l’on est passé depuis quelques mois d’un format très convenu de «négociations», qui prévalait depuis plus de deux décennies, à des échanges très directs et purement bilatéraux. La Chine de Pékin a abandonné le soutien très fort qu’elle a longtemps accordé, au mépris parfois du respect de sanctions décidées à l’ONU, à un pays qui depuis longtemps n’est plus son allié que sur le papier. Elle ne s’en désintéresse pas pour autant de la gestion de cette crise. Un effondrement brutal du régime de Pyongyang signifierait sans doute l’arrivée sur son territoire d’un grand nombre de réfugiés. Mais, surtout, la réunification sous l’égide de Séoul amènerait la création d’une grande Corée, alliée des Etats Unis, le long des 1416 km de frontière terrestre.
D’un autre côté, un abandon complet de la Corée du Nord serait un mauvais signal envoyé aux pays qui comptent sur l’amitié chinoise dans l’affrontement avec les Etats-Unis.

On peut donc penser que Pékin a «convoqué» Kim pour lui confirmer la volonté chinoise d’aboutir à un moratoire sur le balistique et le nucléaire en échange d’un arrêt  des exercices conjoints des Etats-Unis et de leurs alliés dans la zone. Dans ces conditions, la Chine pourrait continuer de fournir l’aide matérielle indispensable à la survie du régime. Ceci pourrait être assorti de menaces d’un lâchage complet si Kim reprenait ses essais. Pour Xi Jinping, ce serait un beau succès diplomatique et permettrait de maintenir un état tampon entre son pays et la Corée du Sud. Mais, s’il en est arrivé à cette évolution dans ses rapports avec son «allié», c’est dans le cadre d’une forte évolution des rapports de la Chine avec les Etats-Unis, initiée par le nouveau locataire de la Maison Blanche.  Dans ce contexte, cette visite apparaît donc comme une préparation au sommet intercoréen qui se déroulera en Avril et surtout à la rencontre Kim Trump, prévue en mai.

Quelles sont les conditions demandées par Kim Jung Un ? Celles-ci sont-elles réalistes dans la perspective d'un accord avec les Etats Unis ? 

Actuellement, seul l’accord d’armistice signé en 1953 entre la Corée du Nord et l’ONU est en vigueur. Depuis des décennies, Pyongyang demande qu’il soit remplacé par un traité de paix, mais assortit ses demandes de revendications considérées comme inacceptables par les autres pays concernés. Dans le contexte actuel, les demandes du Nord sont plus limitées, mais reviennent toujours aux mêmes exigences, au nom de la garantie de la sécurité du Nord, qui  -en fait- est largement la sécurité du régime des Kim. Les deux principales et les plus immédiates sont l’arrêt des exercices communs Etats-Unis/Corée du Sud et la cessation de la protection nucléaire du Sud par les Etats Unis. Les grands exercices annuels qui se tiennent habituellement en Février ont été reportés au 1er avril, pour faciliter la tenue des Jeux Olympiques d’hiver. Ils ont aussi été largement  réduits, dans la durée comme dans l’ampleur. On saura lundi s’ils sont maintenus et quelles sont les réactions de la Corée du Nord, qui a déjà proféré des  menaces relativement limitées. On peut supposer que, si l’exercice est maintenu, quelques missiles seront « expérimentés ». Par contre et sur le long terme, on imagine mal les Etats-Unis cesser de «protéger» le Sud, qui est un allié au plein sens du terme, ce qui implique le maintien d’une forte présence militaire (près de 30.000 GI) et du «parapluie» nucléaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/03/2018 - 10:07 - Signaler un abus Donald fait bouger les lignes en sa faveur!

    Le pit-bull de la Chine a été remis en laisse, ce qu prouve que la politique de pression de Trump est la bonne...Le Kim a besoin de la Chine socialiste pour continuer à exploiter son peuple, et la Chine socialiste à résolument besoin de l’occident dont elle continuera à pomper la technologie via ses joint-venture acceptées par l’imbécile de l’OMC...à la niche, le pit-bull!...

  • Par Laurent DUBOIS - 29/03/2018 - 19:09 - Signaler un abus Seul la force compte

    Les chinois comme les arabes ne comprennent qu'une chose le coup de pied dans le c..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Vincent Brisset

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.

Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€