Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Castaner non rémunéré à la tête de La République En Marche : une démagogie beaucoup moins anodine qu’il n’y paraît

Christophe Castaner ne sera pas rémunéré pour ses nouvelles fonctions de délégué général de La République en Marche. Et c'est loin d'être bon signe.

Tout travail mérite salaire

Publié le
Castaner non rémunéré à la tête de La République En Marche : une démagogie beaucoup moins anodine qu’il n’y paraît

Atlantico : Christophe Castaner fraîchement élu délégué général de La République en Marche ne sera pas rémunéré pour ses nouvelles fonctions, un argument que l'intéressé met en avant afin de justifier son éventuel maintien au gouvernement. Alors que la tâche qui attend LREM, construire un réel ancrage territorial, une base militante, un réseau d'élus, paraît très lourde, n'est-il pas démagogique pour le parti de traiter cette fonction "à la légère, et ce, alors même que LREM est le "parti le plus riche de France" , Ne peut on pas dans une telle décision, un désintérêt envers ce que devrait être "le premier parti de France" ? 

Erik Neveu : L'hypothèse d'un cumul entre fonction ministérielle, statut de porte parole du gouvernement et leader de parti traduit un bien vieux syndrome de la politique professionnelle : l'illusion de pouvoir tout faire à la fois.

Les qualités de M Castaner sont certainement éminentes, mais qui peut croire qu'il puisse assurer à la fois trois fonctions qui demandent un fort investissement et beaucoup de réactivité ? Alors désintérêt pour la formation partisane « En Marche » ? On est porté à prêter au président plus d'intelligence politique que cela. Qu'on la nomme parti ou mouvement, il a besoin d'une structure de coordination dans la perspective d'élections à venir et cela d'autant plus que l'enchantement du moment électoral est retombé comme un soufflé ; les sondages le montrent. A défaut d'avoir l’Explication à majuscule d'une stratégie qui surprend on peut formuler quelques hypothèses. Mettre à la tête de la formation un « délégué général » (pas un président) pas trop connu et éventuellement pris dans une pluralité de tâches c'est éviter qu'une tête ne dépasse trop, qu'un pouvoir peut être distinct s'organise. La réanimation d' « En Marche » peut aussi être pensée comme le fait d'une équipe exécutive et non d'une seule personne. N'excluons pas non plus une vision managériale qui ferait croire qu'une organisation politique se gère « comme une entreprise »... au risque d'oublier qu'elle repose sur de la croyance, sur le désir des adhérents de contribuer en actes à des changements sociaux.

En voyant l'engagement militant comme du "bénévolat", comme l'indique Christophe Castaner, ne peut pas également regretter une approche "censitaire" de l'engagement politique ? N'est il pas sain et "normal" que les cadres d'un parti soient rémunérés, assurant ainsi que l'engagement politique ne soit pas réservé à ceux qui peuvent l'assumer financièrement ? 

Il est tentant de répondre, en le regrettant, que la politique est censitaire par nature. Un classique de la science politique s'appelle « Le Cens Caché » (Daniel Gaxie, Seuil, 1978). Il montre combien dans les faits l’intérêt pour les activités politiques est très inégalement répandu. Il faut une combinaison de temps libre, d'éducation, de sentiment de sa légitimité à opiner sur la marche du monde pour être actif en politique. Et cette combinaison se retrouve plus souvent chez des intellectuels, des cadres, des haut-fonctionnaires que chez l'artisan du village ou la caissière de l'hypermarché. Un des rares mécanismes qui ait contrecarré cela a tenu dans l'action volontariste d'organisations comme hier les partis communistes ou les mouvements de jeunesse chrétienne pour former méthodiquement des personnes socialement moins favorisées. Rendre la politique ouverte à une plus grande variété de profils sociaux, d'expériences c'est en effet aussi faire qu'elle ne demande pas une fortune personnelle. La création à la fin du XIX° de l'indemnité parlementaire est une victoire démocratique, elle libère l'élu de l'obligation d'être riche ou de la dépendance à un parrain. Il y a donc quelque chose de surprenant à  présenter comme un signe de modernité l'oubli de ce tournant démocratique. Qu'un dirigeant ou un permanent de parti soit payé pour un vrai travail n'est pas ce qui suscite l'indignation. Il y a un problème de professionnalisation de la politique : mais il tient bien plus dans le fait d'entamer à vingt ans une carrière de collaborateur d'élu et à ne jamais quitter le microcosme politique, il tient à des privilèges (régime de retraite, revenus non imposables), à des abus (emplois fictifs, rémunérations sans rapport avec le travail fourni). Avancer vers la dé-professionnalisation de la politique ce n'est pas mettre en scène un bénévolat apparent, mais par exemple inventer des dispositifs qui permettent à un élu de revenir sans dégâts dans la vie normale après un ou deux mandats. Que proposer à la profession libérale qui a pu perdre sa clientèle, à l'ingénieur ou au chercheur qui à « décroché » de l'avancée des savoirs et techniques. Si le monde nouveau d'une politique moins professionnelle est à explorer, ce serait dans de telles directions.

Plus largement, que révèle cet épisode de ce que doit être un parti politique au sens d'En marche et d'Emmanuel Macron ? Faut il parler de fracture avec la tradition politique du pays, tendant à faire d'un parti l'intermédiaire entre le peuple et le gouvernement ? 

Le mode de choix, assez modérément démocratique puisque le gros des membres ne vote pas, au profit d'un collège électoral restreint, rappelle plutôt un retour à des procédures des formations gaullistes de jadis, sans parler du vote à main levées ! S'il y a une fracture, c'est d'abord celle qui s'est marquée entre le corps social et les partis perçus comme impuissants à changer les conditions de vie, infidèles à leurs engagements, peuplés d'élites éloignées de l'expérience quotidienne du grand nombre. « En Marche » -mais d'une autre manière « La France insoumise »- a voulu réinventer une connexion souple et forte entre la société et le pouvoir politique. L'opération a réussi électoralement. A défaut de démocratiser la politique, elle a recomposé vers le pôle du privé et de l'entreprise le recrutement de ses professionnels. Au stade actuel ce sont les limites de cette forme participative nouvelle qui ressortent : adhérents réduits à un statut de fan-club, difficulté à stabiliser les soutiens apparus pendant la campagne, poids persistant de professionnels de la politique pas toujours tombés de la dernière pluie (C Castaner est maire depuis 2001, ancien député socialiste). Quelle que soit l'équipe dirigeante d'« En marche », elle ne pourra échapper à un choix. Soit le mouvement est pensé comme simple haut-parleur de la parole présidentielle et relais de ses prises de position : sa nécrose est alors assurée. Soit l'exploration d'une forme politique nouvelle y cherche un vrai outil de remontée des suggestions, expériences et propositions d'une base sociale un peu ancrée dans la diversité du monde réel, et des tensions et frictions avec l’exécutif surgiront inévitablement. Courir ce risque serait certainement un choix plus porteur de possibilités que le premier...encore faut-il n'être pas bunkérisé dans la certitude de son omniscience et de celles des 'technos' qui vous entourent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 21/11/2017 - 09:01 - Signaler un abus Toujours ce marketing

    Tout par la manipulation, la com, "Deux pour le prix d'un ". Qui est dupe ?

  • Par Bobby Watson - 21/11/2017 - 09:05 - Signaler un abus LREM : une secte

    Ce n'est pas un parti , mais une secte, qui n'a qu'un seul mot d’ordre, d'ailleurs révélé par la dernière recrue: la réélection de son gourou en 2022. Consigne qu'il a donnée à ses troupes... dès le mois de juin. Tout le reste n'est que de l'habillage, pardon, du "packaging".

  • Par assougoudrel - 21/11/2017 - 11:55 - Signaler un abus On ne peut pas vivre sans

    salaire. Un prétexte pour le garder au gouvernement.

  • Par kelenborn - 21/11/2017 - 13:27 - Signaler un abus Oh c'est magnifique

    Oui, c'est de l'anthologie quand, comme c'est mon cas, on a connu le doyen Neveu il y a quarante an, habitant un appartement communautaire où la cuisine était décorée de Dazibaos fustigeant le "crypto-bourgeois" ( c'était pas encore l'homme blanc ) qui n'avait pas fait la vaisselle! Je dis crypto bourgeois mais cela faisait peut être plutôt partie de la logorrhée des trotskards, ceux la que les maos allaient moquer avec un humour d'almanach Vermot en buvant du "Rouge" à leurs meetings ! Bref,le bon temps: quand le doyen Neveu était garde-rouge auto-proclammé fustigeant la culture bourgeoise et, bien sûr la "bande des quatre" Quand on pense à Rayski, contraint de manger son chapeau! Le doyen a connu bien pire, lui qui a du changer de régime alimentaire, passant du prolétarien bol de riz au canapé caviar servi dans les pinces-fesses où la nouvelle nomenklatura rennaise vient baffrer! C'est risible de voir le doyen disserter sur le "crétinisme parlementaire" raillé par Tonton Karl!!! Ah! je gueule contre Jacquet parce qu'il est nul mais celui la...allons on en reprendra bien une petite coupe!!! Eh oui tout à une fin , même les partouzes!

  • Par assougoudrel - 21/11/2017 - 15:37 - Signaler un abus Effectivement, on vient

    d'annoncer son maintien dans l'équipe gouvernemental.

  • Par cloette - 21/11/2017 - 16:03 - Signaler un abus Un gouvernement ( au sens complet du terme) comme celui ci

    ne pourra pas durer .

  • Par l'enclume - 21/11/2017 - 17:11 - Signaler un abus Pouaff, pouaff, pouaff, que des bandits même à En Marche Arrière

    cloette - 21/11/2017 - 09:01 - Toujours ce marketing Tout par la manipulation, la com, "Deux pour le prix d'un ". Qui est dupe ? A priori 46% des Français si l'on en croit les sondages.

  • Par jurgio - 22/11/2017 - 15:25 - Signaler un abus Quand un politique abandonne un apéricube

    c'est qu'il est déjà planqué dans une meule de gruyère.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erik Neveu

Erik Neveu est un sociologue et politiste français, professeur des universités agrégé en science politique et enseigne à Sciences Po Rennes.

Il est l'auteur de l'ouvrage "Sociologie politique des problèmes publiques".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€