Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

500 millions pour investir : à quoi peut nous mener la concentration des médias à l’œuvre en France ?

Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton ont constitué un fonds d'investissement pour racheter différents médias, qui devrait réunir entre 300 et 500 millions d'euros.

Tous dans le même sac !

Publié le
500 millions pour investir : à quoi peut nous mener la concentration des médias à l’œuvre en France ?

Depuis près de 6 mois, on observe que de grands médias se font racheter : NextRadioTV par Patrick Drahi, Canal Plus par Vincent Bolloré, etc. Crédit Reuters

Atlantico : Depuis près de 6 mois, on observe que d'autres grands médias se font racheter : NextRadioTV par Patrick Drahi, Canal Plus par Vincent Bolloré, etc. Est-ce que tous ces rachats - ou projets de rachats - mettent en péril la liberté d''information et le pluralisme médiatique ? A quoi ressemblera le paysage médiatique français à l'avenir si cela continue dans ce sens ? 

Julia Cagé : Si l’on continue dans ce sens, d’ici quelques mois, au maximum un ou deux ans, mis à part quelques exceptions (comme Le Canard Enchaîné ou Mediapart) il n’y aura plus aucun média d’information d’envergure indépendant en France, c’est-à-dire possédé par des personnes physiques ou morales dont l’activité principale est dans le domaine des médias.

La plupart des grands titres de la presse, et maintenant des chaînes de télévision et de radio (mais ce n’est pas nouveau pour la télévision – il n’y a qu’à penser à Bouygues et TF1) ont changé de mains ces derniers mois, tombant dans l’escarcelle de groupes industriels ou de milliardaires qui tirent l’essentiel de leurs ressources d’autres activités.

Si rien n’est fait non seulement il y aura un énorme problème d’indépendance des médias. Mais il faudra y ajouter un problème de pluralisme. Parce qu’un petit nombre de groupes est en train de se partager l’ensemble du paysage médiatique français. Or le pluralisme et l’indépendance des médias sont deux fondamentaux du bon fonctionnement d’une démocratie.

Francis Balle : C'est un moment de consolidation auquel on pouvait s'attendre dans les médias au vu de Springer, Bertelsmann, ou même Vivendi. En revanche, ce qui surprend aujourd'hui c'est qu'arrivent sur ce terrain des investisseurs ou des entrepreneurs que l'on n'attendait pas, c'est-à-dire un banquier, un industriel et un entrepreneur qui a fait des choix heureux dans le domaine des télécommunications.

Il y aurait véritablement péril pour la liberté d'expression et la liberté d'informer si cette concentration aboutissait à un oligopole ou à un monopole empêchant n'importe quel nouvel entrant d'arriver. Mais dès lors qu'ils n'empêchent pas - par leur entente entre eux ou par un abus de position dominante – de nouveaux arrivants d'entrer sur le marché des contenus – que ce soit des contenus d'information ou des contenus de divertissement -, on ne peut pas leur en vouloir.

Il ne faut pas faire un lien mécanique entre concentration et absence de pluralisme. La concentration peut permettre l'épanouissement d'un pluralisme comme elle peut empêcher tout pluralisme. Tout dépend de la façon dont ces entrepreneurs envisagent leur intervention au sein de l'entreprise. Ou bien ils ont une attitude d'entrepreneurs et, auquel cas, le contenu est roi, c'est-à-dire en définitive le client. Ou bien ils ont d'autres idées derrière la tête et souhaitent en faire un outil d'influence pour des raisons politiques ou industrielles, auquel cas ils risquent de s'exposer à quelques déconvenues. Les clients finiront par s'en apercevoir. Donc ils vont perdre les médias dont ils veulent faire des outils d'influence sans le dire. Ils vont perdre leur crédit et leur crédibilité et, du même coup, leurs clients. Non seulement ces médias n'exerceront pas l'influence que l'actionnaire escomptait, mais ils vont aussi perdre sur le tableau de leur bilan annuel.

Un métier indépendant est un média dont la ligne éditoriale est entre les mains de clients qui accordent leur crédit à une équipe éditoriale. C'est un média qui a un actionnaire qui le laisse tranquille et qui ne veille qu'à ses bilans, qu'à ses dividendes. C'est un média qui a réussi à ériger un mur infranchissable entre les vues ou arrière-pensées que pourraient avoir les actionnaires et une équipe rédactionnelle à laquelle à laquelle il ne doit demander des comptes qu'en fonction du degré de satisfaction des clients. C'est un média qui est au-dessus de la mêlée, sans esprit de système, sans esprit partisan, lié à personne, inféodé à aucun parti et d'aucun parti pris. Ce qui est très grave, c'est de se dire indépendant et de ne pas l'être.

La concentration médiatique française est-elle comparable avec des pays étrangers ? Ou la France se situe vis à vis des pays voisins ?

Julia Cagé : La concentration n’est pas propre à la France : aux Etats-Unis par exemple on a assisté ces dernières années à une concentration très forte de la presse locale avec les nombreux rachats de Warren Buffet à travers son entreprise Berkshire Hathaway. Toujours aux Etats-Unis, mais également au Royaume-Uni et en Australie, on voit que Rupert Murdoch s’est également constitué un véritable empirique médiatique. Mais c’est loin d’être le cas dans tous les pays : un certain nombre de pays d’Europe du Nord ont notamment adopté des régulations beaucoup plus contraignantes pour limiter la concentration des médias.

Une autre spécificité de la France vient de la prédominance aujourd’hui dans le secteur des médias de groupes industriels qui ne sont pas des groupes dont l’activité principale est dans les médias. De ce point de vue là, le pays le plus similaire à la France est l’Italie.

Francis Balle : Ce qui n'étonne personne c'est que le mouvement de concentration arrive si tardivement : ce mouvement a été amorcé il y a bien longtemps dans les autres pays, qu'il s'agisse de la Grande-Bretagne ou de l'Allemagne notamment. En revanche, la concentration médiatique française est encore loin d'atteindre des Springer, des Bertelsmann ou des Ringier en Suisse. On en est encore très loin. On est loin même de l'époque où Hachette exerçait dans le monde de l'édition comme dans le monde des magazines et des journaux un certain imperium. A l'époque, la "pieuvre verte" – comme on l’appelait - était un peu envahissante. Mais c'est une époque révolue avec la multiplication des médias et l'apparition de nouveaux médias - qui sont partis de rien.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julia Cagé

Normalienne, titulaire d’un doctorat de l’université de Harvard, Julia Cagé est professeur d’économie à Sciences Po Paris. Elle est également membre de la Commission économique de la nation. Elle est l'autru de Sauver les médias : Capitalisme, financement participatif et démocratie (février 2015, coédition Seuil-La République des idées).

Voir la bio en entier

Francis Balle

Par Francis Balle, professeur de sciences politiques à l’université Paris II Panthéon-Assas.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€