En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
La conférence de presse de François Hollande a suscité de très nombreux commentaires.
Collier de perles
Inculture économico-politique française : le pire des commentaires de la conférence de presse de François Hollande
Publié le 16 janvier 2014
Des fantasmes souverainistes de la griffe de Mario Draghi dans le discours de François Hollande à l'idée que les annonces du président soit celles d'un "commis du patronat" ou, encore plus amusant, celles d'un libéral, la troisième conférence de presse du mandat présidentiel a suscité de nombreuses réactions des représentants politiques comme des journalistes. Tour d'horizon des erreurs de lecture.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des fantasmes souverainistes de la griffe de Mario Draghi dans le discours de François Hollande à l'idée que les annonces du président soit celles d'un "commis du patronat" ou, encore plus amusant, celles d'un libéral, la troisième conférence de presse du mandat présidentiel a suscité de nombreuses réactions des représentants politiques comme des journalistes. Tour d'horizon des erreurs de lecture.

Le pacte de responsabilité est une politique de droite

Cela a été le temps fort de l’après conférence. François Hollande se serait rallié à une politique de droite, qui lui serait venue par « pragmatisme ». Le ralliement du président à ce qui semble être une évidence, c’est-à-dire de la nécessite de baisser les charges sur les salaires et de baisser les dépenses publiques, est très largement perçu de la sorte. Si l’on considère le discours de l’UMP depuis plusieurs mois, il est en effet difficile de dire le contraire, car baisser les charges et baisser les dépenses sont bien les points mis en avant par les responsables de l’UMP. Par contre, s’agit-il d’une politique de droite ? Je ne le crois pas. En prenant en compte les politiques menées dans les pays les plus libéraux, on peut se rendre compte que le discours n’est pas du tout le même. Ces pays, comme le Royaume-Uni, le Japon, ou les Etats-Unis réalisent pour certains d’entre eux des coupes dans les dépenses, mais ils ont surtout mis en œuvre de gigantesques plans de relance monétaire. Ce point devrait être abordé en France, parce qu’il est tout de même compliqué de vouloir expliquer que l’austérité est « de droite » alors que ce n’est simplement pas vrai dans le reste du monde.

La droite a une chance historique de pouvoir s’appuyer sur la théorie libérale pour justifier une relance monétaire, ce qui est prôné par les monétaristes, mais non. Le silence est total sur cette question, alors que c’est le moment idéal pour la droite de se trouver du côté social du manche. 

Ce qui veut dire qu’au final, François Hollande s’est rallié à une politique de l’offre au seul moment depuis les années 1930 où celle-ci est déconseillée par la théorie, c’est-à-dire en situation de quasi déflation.

Le pacte de responsabilité est une politique ultralibérale, la politique du Medef

Celle-ci est la plus amusante. Avec 57% de dépenses publiques dans le PIB du pays, le mot ultralibéral fait presque sursauter. Que l’on puisse proposer de s’extirper de la tendance « marxisante » de l’économie française est une chose, mais de là à parler d’ultra ou même de libéralisme, il y a bien 20% ou 30% de dépenses publiques à couper avant de pouvoir en évoquer les mots. Il ne s’agit plus de réflexion mais de vouloir faire peur. Ce qui est quand même cocasse, c’est de constater que les politiques mises en œuvre par les libéraux à travers la planète raviraient les communistes aujourd’hui. Ce sont les « ultralibéraux » qui veulent relancer, ce sont eux qui ont théorisé les plans de relance monétaire. Et Les néo-keynésiens américains, qui sont des économistes plutôt au centre, centre gauche, se sont ralliés progressivement à ces propositions. Mais pas en Europe. Il doit y avoir un sérieux problème de communication.

Quant au Medef, il y a du vrai, la proposition de François Hollande va bien dans le sens du pacte proposé par Pierre Gattaz. Mais ce qui est invraisemblable, c’est que ce syndicat ne se soit pas rendu compte que cette proposition ne mène nulle part. Cette politique de l’offre n’a rien à faire dans les conditions macroéconomiques actuelles ou la demande est asséchée. Si les entreprises veulent des clients, c’est du côté de la demande que ça se passe. Cela tombe bien, c’est la priorité des « ultralibéraux » anglais par exemple.

Le pacte de responsabilité est la fin de l’austérité

Il s’agit de l’analyse de Xavier Timbeau de l’OFCE, publiée par « Le monde » dans son édition du 16 janvier, et qui voit le pacte de responsabilité comme une voie de sortie de l’austérité. La différence entre avant et après la conférence, c’est une baisse de charges de 10 milliards car le CICE devrait passer à la trappe entretemps. Une baisse de charges de 10 milliards qui ne sera octroyée qu’aux entreprises qui recrutent, et qui est donc conditionnelle. De l’autre côté, ce qui est annoncé c’est une baisse des dépenses de 57 milliards entre 2015 et 2017.

A partir de là, je ne vois pas bien par quel miracle la logique d’austérité ne serait plus la priorité, car de toute façon François Hollande n’avait plus le choix. Les hausses d’impôts ne fonctionnent plus, parce que les recettes fiscales ne suivent plus. On ne peut pas faire saigner une pierre. Nous sommes déjà au bout du bout au niveau fiscal, alors il fallait bien trouver autre chose. Travailler 20 mois pour détruire de la valeur et constater que la politique menée jusqu’alors a été une erreur si évidente qu’il faut en changer, c’est un peu la leçon de cette conférence de presse que pourtant beaucoup ont acclamé.

Le pacte de responsabilité est la politique de la commission européenne et de la Banque centrale européenne

C’est plutôt vrai. La faiblesse politique du président Français est telle qu’il ne parvient pas à réorienter l’Europe. Il est donc contraint d’en suivre les règles, aussi absurdes soient elles. Je veux parler des 3% de déficits, de la baisse des dépenses publiques etc. Tout cela serait valable si la Banque centrale jouait son rôle. Mais pour le moment, elle continue d’écraser la demande intérieure européenne. Austérité monétaire et austérité budgétaire, c’est le cocktail qui détruit l’Europe depuis 5 ans.

Le fait que cette théorie de l’austérité ait été invalidée depuis de longs mois (Rogoff & Reinhart) ne semble pas perturber les dirigeants européens. On sait que cette voie ne fonctionne pas, qu’elle est la source de la faiblesse économique européenne mais on continue. Alors le président fait ce qu’il peut avec le jeu qu’il a, et il n’a rien dans les mains. Il bricole et parvient tout de même à passer pour Roosevelt avec cette conférence de presse ; bravo à lui. Entre temps, les extrêmes sont les seuls à rejeter l’austérité alors que les partis de gouvernement ne disent rien sur cette problématique majeure. Le scandale est là. La majorité des pays du G20, Etats-Unis en tête, mais également le FMI, demandent à l’Europe d’agir par la voie monétaire, de relancer la demande intérieure, mais personne ne bouge. Entretemps les extrêmes progressent et on ne peut pas s’en étonner.

Un parti de gouvernement doit s’emparer de cette question et en faire sa priorité. Ce sont les libéraux monétaristes américains qui ont développé cette proposition et qui ont fait bouger les lignes partout dans le monde. La droite anglaise, la droite japonaise, et ironiquement la gauche américaine ont repris ces idées et mis en place ces plans de relance, avec succès.

Alors maintenant LE dossier est sur la table, la question est de savoir qui va s’en emparer. Peu importe, mais il faut que quelqu’un bouge.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le nouveau livre de Nicolas Goetzmann : Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, (Atlantico éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 17/01/2014 - 01:05
L'objectif de Flamby est essentiellement électoral...
Et déjà, les vieux idéologues socialistes sont montés au créneau:
Lebranchu la déjantée a prévenu:
"La simplification du mille-feuille administratif se fera à effectifs constants..."
On se demande alors, à quoi peut servir la simplification si les gauchistes (UMP inclus, on en a la preuve aujourd'hui) ne renient jamais leur politique qui a multiplié par deux le nombre des fonctionnaires inutiles?
Le résultat de toutes ces impuissances sera donc un transfert des compétences humaines de l'appareil productif vers les services, un appauvrissement des PME et TPE, un redécoupage pour rien du millefeuille administratif, et une légère et provisoire amélioration du chômage, juste avant les élections.
Échaudé, Flamby n'a rien promis dans ce domaine, mais il aura beau jeu de dire:
"Vous voyez, j'avais prévu l'inversion de la courbe du chômage...avec quatre mois de retard, simplement!"
Chômage qui repartira de plus belle ensuite, mais les élections, seul but de ce flan, seront passées...
Stratix
- 17/01/2014 - 01:02
La dangereuse tentation de copier USA et Japon
La création excessive de monnaie par les banques centrales (sans contrepartie en termes de richesse) est le problème et non la solution : c’est un artifice qui permet de gagner du temps et de vivre quelque temps dans l’illusion de la croissance. En plus de générer des crises cela nourrit la spéculation et les bulles. Ce n’est donc pas la voie que l’Europe devrait suivre.
L’amélioration actuelle de la situation aux USA provient surtout du fait de l’augmentation réelle de la production et des richesses (ré industrialisation notamment permise par l’abaissement du prix de l’énergie grâce aux gaz de schistes).
Il ne faudrait pas réduire la pensée libérale aux monétaristes (Friedman).
Plutôt que de copier avec du retard les politiques hasardeuses ( keynesiennes et monétaristes) qui ont montré leur inefficacité dans le temps l’Europe a une opportunité unique de se démarquer et de prendre le leadership sur un modèle plus durable et plus stable basé sur la création de richesses et la satisfaction maximale des individus.

vangog
- 17/01/2014 - 00:50
L'objectif de Flamby est essentiellement électoral!
Comme l'ont compris la plupart des internautes lucides, ce chantage réduction de charges contre emplois va réussir dans les entreprises qui souffrent le moins de la concurrence internationale, celles qui disposent d'un monopole d'état camouflé ou non, et celle qui ont bénéficié des régulations étatiques pour se renforcer face à leurs adversaires plus faibles:
J'ai cité les banques, les assurances, les mutuelles, la SNCF, la Poste etc...
Les grandes entreprises qui produisent vont continuer à délocaliser pour améliorer leurs résultats.
Les TPE/PME artisans vont continuer à souffrir...
Grâce à ce vaste transfert du secteur de la production vers le secteur des services, Flamby réussira probablement à inverser la courbe du chômage avant la date fatidique des Européennes.
Mais l'emploi se gâtera de nouveau ensuite, à cause de ce transfert artificiel vers les services effectué au détriment de la production.
Mais il y a pire que cette manipulation irresponsable de l'appareil productif français!
C'est d'avoir encore mis la charrue avant les bœufs -erreur historique de tous les socialismes- en ne décidant pas les économies étatiques censées finançer l'objectif de réduction des charges...