En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 16 min 45 sec
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 7 heures 18 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 10 heures 5 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 10 heures 21 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 11 heures 10 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 11 heures 23 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 59 min 49 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 58 min
© Reuters
Le démantèlement d'un nouveau trafic de viande de cheval relance la polémique sur la traçabilité de la viande.
© Reuters
Le démantèlement d'un nouveau trafic de viande de cheval relance la polémique sur la traçabilité de la viande.
Dans le brouillard

Viande de cheval, le retour : alimentation ou médicaments, la France n'a fait aucun progrès sur la transparence de ses contrôles sanitaires

Publié le 17 décembre 2013
Avec
21 personnes suspectées d'avoir revendu de la viande de chevaux qui avaient servi dans des laboratoires pharmaceutiques ont été arrêtées lundi 16 décembre dans le sud de la France. Le démantèlement de ce trafic, même s'il n'est pas exactement de même nature, n'est pas sans rappeler le scandale qui a touché la société Spanghero en janvier 2013.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pernin est chargé de mission alimentation et santé pour l'association Consommation logement cadre de vie (CLCV).Vincent Perrot est animateur secteur santé pour l'association Consommation logement cadre de vie (CLCV) et Président de la CLCV de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
21 personnes suspectées d'avoir revendu de la viande de chevaux qui avaient servi dans des laboratoires pharmaceutiques ont été arrêtées lundi 16 décembre dans le sud de la France. Le démantèlement de ce trafic, même s'il n'est pas exactement de même nature, n'est pas sans rappeler le scandale qui a touché la société Spanghero en janvier 2013.
Avec

Atlantico : 21 personnes ont été interpellées lundi 16 décembre dans le sud de la France, suspectées d’avoir revendu pour la consommation de la viande de chevaux ayant servi dans des laboratoires pharmaceutiques. Le démantèlement de ce trafic relance la polémique sur la traçabilité de la viande. Quelles mesures ont vraiment été prises depuis l'affaire Spanghero de janvier 2013 pour améliorer la traçabilité et les contrôles de qualité de la viande ?

Charles Pernin : Les contrôles sur les filières à viande et poisson ont été renforcés, en tout cas au niveau français. Des opérations spécifiques ont été diligentées par les autorités, ce qui explique probablement cette actualité. Mais il s’agit davantage de mesures de répression. Nous sommes déçus car nous demandions une meilleure information des consommateurs sur l’origine des viandes, alors qu'en réalité l’évolution se fait très lentement. Un règlement est en cours d’élaboration au niveau européen pour renforcer l’indication d’origine sur les viandes de porc, de moutons et de volaille, mais avec un certain nombre de dérogations, qui traduisent l’influence des lobbys de l’agroalimentaire à Bruxelles : on ne saura pas où sont nés les animaux, et les viandes hachées ne seront accompagnées que d’une indication "Union européenne" ou "hors UE", sans plus.

Nous demandions également une information sur l’origine des ingrédients dans les plats cuisinées, or nous n’en sommes qu’au stade de l’élaboration de rapports au niveau européen ; il n’y a pas encore de texte.

Nous demandions une transparence sur les contrôles officiels. Nous aimerions savoir, par exemple, combien d’agents de l’Etat sont mobilisés chaque année pour effectuer des contrôles alimentaires, ce qu’ils contrôlent, les résultats, les suites qui y sont données… Les ministères communiquent ponctuellement en fonction de l’actualité, mais nous manquons cruellement d’indicateurs rigoureux et rendus publics. Des chartes de bonne conduite ont été élaborées, certes, mais cela manque de crédibilité.

A lire également : Ce que le scandale Findus révèle de l'infiltration des mafias en Europe

Outre la viande, le scandale Spanghero  a-t-il eu valeur d’électrochoc pour d’autres produits ? Qu’en est-il des farines animales ? Celles-ci font-elles l’objet d’une surveillance accrue ?

Charles Pernin : Les farines animales ont été autorisées pour l’alimentation des poissons. Théoriquement, les professionnels français de l’aquaculture se sont engagés à ne pas en utiliser. Par contre il est impossible de dire quels sont les contrôles mis en place, puisque nous n’avons accès à aucun indicateur ; les ministères intéressés ne communiquent pas dessus. D’où notre demande de davantage de transparence.

Concernant les aliments et les produits utilisés dans l’agriculture et l’élevage, peut-on dire que les contrôles et le traçage sont aujourd’hui suffisants, ou bien doivent-ils encore être améliorés ? Pourquoi ?

Charles Pernin : Dans les textes, il faut distinguer traçabilité et information du consommateur. La traçabilité consiste à être capable de reproduire le circuit emprunté par un produit alimentaire, depuis le lieu de production jusqu’au denier lieu de vente. Concernant l’information du consommateur, toute la question est de savoir ce qu’on décide de dire ou non au consommateur. Par exemple, toutes les viandes sont traçables aujourd’hui : on impose de dire au consommateur d’où elle vient exactement. Mais cette exigence ne s’applique pas aux autres produits. Qu’il s’agisse d’un paquet de biscuits, d’un steak haché ou d’une boîte d’œufs, les textes européens disposent qu’à partir du numéro de lot on doit pouvoir reconstituer l’intégralité de son parcours. On ne peut donc rien ajouter au texte.

Ce qui manque, c’est l’information des consommateurs : l’origine n’est pas systématiquement fournie à ce dernier. On ne peut pas savoir d’où vient la viande de bœuf dans un plat cuisiné. Seuls les professionnels y ont accès. De plus, il est absurde que l’origine de la  viande de bœuf fraîche ou surgelée soit indiquée au consommateur alors que ce n’est pas le cas pour l’escalope, le steak ou la côte de porc. Ce sont surtout les filières qui sont réticentes à l’idée d’informer.

Mais on peut toujours contourner une réglementation, aussi exigeante soit-elle. Par exemple, depuis 2008 chaque cheval doit avoir un passeport et une puce implantée dans l’encolure, au point qu'ils sont mieux tracés que les humains. Mais des personnes ont réussi à contourner cela en trafiquant les puces et les documents officiels. Il faut donc mettre des moyens de contrôle adéquats pour appliquer ce qui est dit dans les textes.

Les scandales liés aux médicaments ont été également au cœur de l'actualité ces derniers mois : pilules, prothèses mammaires : des mesures ont-elles été prises en conséquence, ou bien estime-t-on que les contrôles déjà existants ne peuvent être améliorés ?

Vincent Perrot : Pour les médicaments, les contrefaçons fleurissent toujours sur le net, et la CLCV recommande vivement aux consommateurs internautes de ne pas acheter sur des sites vendant des médicaments avec ordonnance, car il y a de grandes chances que les médicaments vendus soient des contrefaçons. Il faut s'assurer que les sites sont bien l'émanation d'une pharmacie ayant pignon sur rue.

Concernant les dispositifs médicaux, les contrôles laissent à désirer, et un nouveau scandale "prothèses PIP" n'est pas à exclure. L'Union européenne vient d'imposer des conditions de désignation et de surveillance des organismes d'évaluation de ces dispositifs renforcées cet automne, mais de nets progrès restent à faire, notamment en matière de contrôle a priori . Une parlementaire européenne a proposé un système d'autorisation préalable à la mise sur le marché des dispositifs à haut risque ou de "classe III", comme les pacemakers et les prothèses de hanche. Nous sommes tout à fait partisan d'une telle réglementation, d'autant plus qu'une fois implanté, un dispositif défectueux nécessite une nouvelle opération pour être remplacé.

 Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pertuisane
- 17/12/2013 - 20:16
goguenard et rassurant...
notre ministricule Hamon devrait être contraint , au nom du principe de précaution, d'ingurgiter 1Kg de cheval de labo et contraint de garder l'étable 48h avant d'être relaché...
arbat
- 17/12/2013 - 17:47
invertion
le soucis dans notre brave pays c est que notre administration n est pas au service de la nation mais c est la nation qui est au service de l administration .....6millions de fonctionnaires dont la moitié totalement inutiles voir totalement contre productifs mais avec un manque de personnel cronique dans beaucoup de services de baseet une gestion totalement abérante
copélia
- 17/12/2013 - 17:22
avec toutes ces piluleset antibiotiques, un remake de
l'important c'est la rosse et d'autant en emporte le van.