En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 3 heures 24 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 3 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 4 heures 5 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 4 heures 20 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 7 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 3 heures 12 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 4 heures 8 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 4 heures 40 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 7 heures 21 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 7 heures 49 min
Depuis juin, il y a eu à Biarritz 31 accidents de surf ayant entraîné une évacuation vers les centres hospitaliers.
Depuis juin, il y a eu à Biarritz 31 accidents de surf ayant entraîné une évacuation vers les centres hospitaliers.
Ça farte ?

Plus assez de vagues par surfeur en France : le surf, victime de son succès

Publié le 28 août 2013
Depuis le début de la saison en juin, 31 accidents de surfs à Biarritz ont entraîné une évacuation vers les centres hospitaliers de la région. Des chiffres qui enregistrent une hausse de 5% chaque année.
Ocean Surf Report
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créé en 2000, Ocean Surf Report est le site de surf français le plus visité avec plus de 30 000 visiteurs chaque jour. Il propose un service de météo du surf et des plages.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de la saison en juin, 31 accidents de surfs à Biarritz ont entraîné une évacuation vers les centres hospitaliers de la région. Des chiffres qui enregistrent une hausse de 5% chaque année.

Atlantico : Depuis juin, on dénombre à Biarritz 31 accidents de surf ayant entraîné une évacuation vers les centres hospitaliers, et 74 soins au poste de plage, dont trois accidents avec des tiers en cause. Les urgences de Bayonne précisent que chaque année elles enregistrent une hausse de 5% (voir ici). Généralement, quelle est la nature de ces accidents ?

Ocean Surf Report : Les accidents peuvent être liés à la planche. En tombant, on peut avoir ce qu’on appelle un « retour de planche », qui peut s’aggraver si l’une des dérives (ou aileron) nous percute. L’accident peut être causé par une collision, par exemple entre un surfeur qui remonte vers le large et un autre qui descend la vague. Des conflits peuvent se créer entre ceux qui pratiquent debout et ceux qui descendent les vagues allongés. De nouvelles planches comme le standing paddle sont beaucoup plus conséquentes en termes d’inertie, et sont donc bien plus dangereuses en cas de collision. Des accidents peuvent aussi se produire via la pratique elle-même : une personne qui casse son leash, le câble qui la relie à la planche, et qui n’est pas capable de rejoindre le rivage par ses propres moyens, risque de se trouver en difficulté, surtout en dehors des heures de surveillance. Tant qu’on est sous l’eau, on est en sécurité. Mais une fois à la surface, on peut vouloir se protéger avec la main contre un retour de planche, il est alors possible de se blesser sur les dérives. Les pieds son également exposés.

Cette hausse constante trouve-t-elle son origine dans la sur-fréquentation des spots ?

L’augmentation est sans aucun doute nationale, et s’explique par la pratique accrue. Les écoles sont de plus  en plus sollicitées pour des initiations, ce qui témoigne de cet engouement. Les planches ont évolué, elles sont en mousse, avec des dérives flexibles pour les débutants. Le sport est de plus en plus familial, les parents viennent découvrir avec leurs enfants, ou bien initier ces derniers.

Un spot de surf est ainsi composé : au large, les pratiquants libres, et devant, les écoles. Un brevet d’État permettant d’encadrer huit élèves, si quatre écoles sont présentes, on se retrouve tout de suite avec 32 planches dans l’eau. S’agissant d’un milieu naturel en mouvement, avec des courants, les néophytes n’ont pas la bonne maîtrise de leur planche. C’est pourquoi certains maires légifèrent, en limitant le nombre d’écoles.

Les pratiquants sont-ils trop nombreux à se lancer sans être suffisamment formés aux règles de sécurité ?

Comme à la montagne, on distingue deux types de publics : ceux qui vont se renseigner auprès d’une école, et ceux qui se lancent en découvrant par eux-mêmes. Mais alors qu’en ski on est très rapidement confronté à la difficulté de prendre un tire-fesses, la zone de surf est bien plus accessible. Les gens ne se rendent pas forcément compte des dangers, et se lancent en empruntant ou en louant une planche en ignorant les règles de priorité dans l’eau, les courants et les consignes de sécurité.

A quoi cet engouement pour le surf par le grand public tient-il ? Comment l'expliquer ?

On constate une évolution. Ce qui était une niche s’est démocratisé. Le nombre croissant d’écoles a incité à la pratique et le matériel pour débutants s’est amélioré, ce qui fait qu’en une semaine un néophyte est capable de tenir sur sa planche et de descendre des petites vagues. Ce qui était une pratique extrême est devenu un sport-loisir.

La création d’un « permis surf » semblant impossible et contradictoire avec la philosophie même de la discipline, quelles solutions sont envisageables pour limiter les accidents ?

Un permis surf serait assez extrême, mais aurait son utilité. Les accidents sont surtout dus à « l’ignorance » des gens. Il faut tout simplement connaître les règles de sécurité : ne pas partir à plusieurs sur la même vague, se protéger la tête en cas de chute, ne pas lâcher sa planche lorsque d’autres personnes sont à proximité… Toutes ces consignes permettent d’éviter les accidents. Le meilleur des remèdes reste l’éducation des gens. Les consignes élémentaires sont d’ailleurs affichées sur les plages. Il faudrait aussi les inciter à passer par les écoles.

Lorsque les surfeurs sont très nombreux, il faut aussi savoir réagir de manière raisonnable, et « passer son tour » certains jours car sinon on risque de percuter quelqu’un d’autre. Le raisonnement est le même que pour les pistes de ski saturées : on envisage d’autres options. Les jours de petite houle, les surfeurs confirmés pourraient prendre la décision de laisser l’océan aux débutants.

Les spots de surf n’étant pas infinis, est-il souhaitable pour la discipline que le nombre de pratiquants n'augmente pas indéfiniment ?

Dans le monde, certaines zones sont réservées en raison de la taille de la vague ou de la présence de rochers. Sur certains spots d’Hawaï, par exemple, la sélection des personnes capables de se mesurer aux vagues se fera naturellement. Un débutant ne restera pas plus de dix minutes à l’eau.

Le terrain pourrait changer. La pratique du surf est peut-être appelée à évoluer, notamment au travers du développement des piscines à vagues. Cela permettrait peut-être de désengorger le spots. Certaines villes pourraient aussi développer la pratique de nuit, en éclairant les spots. Le surf de nuit se fait une fois par an à Anglet, alors pourquoi ne pas le faire toutes les nuits ?


Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alaise
- 29/08/2013 - 23:34
Vive la mentalité !
Salaudepatron a écrit " Allez les Parigots... Rentrez dans vos bouchons et laissez les spots aux locaux ! "

Je suis un local (en Bretagne ), j'aime pas forcément cette afflux de monde l'été, mais je déteste encore plus cette mentalité de "t'es pas un local donc dégage" et croyez moi il y en a beaucoup.
Pour moi la mer est a tout le monde, du moment qu'on la respecte et qu'on se respecte.
Donc pour moi une personne qui a un discours comme ci-dessus, vaut pas mieux qu'un touriste qui vient nager entre nos planches.
Salaudepatron
- 28/08/2013 - 10:37
Allez les Parigots...
Rentrez dans vos bouchons et laissez les spots aux locaux !
La sur-population est un phénomène concentré sur le mois d’Août essentiellement.