En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

07.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 4 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 5 heures 12 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 19 heures 13 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 19 heures 41 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 5 heures 1 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 19 heures 30 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 23 heures 9 min
© Reuters
Comme dans les années 1930 et 1980, il y a de fortes chances pour que la France soit la bonne dernière à sortir de la crise de 2008.
© Reuters
Comme dans les années 1930 et 1980, il y a de fortes chances pour que la France soit la bonne dernière à sortir de la crise de 2008.
Bonnes feuilles

1929, 1974, 2008 : pourquoi la France ne retient rien des dernières crises économiques

Publié le 01 mai 2013
L’auteur Philippe Chalmin analyse les crises économiques de 1929, 1974 et 2008. Extrait de Crises : 1929, 1974, 2008, histoire et espérances (1/2).
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’auteur Philippe Chalmin analyse les crises économiques de 1929, 1974 et 2008. Extrait de Crises : 1929, 1974, 2008, histoire et espérances (1/2).

Que retenir de ces trois crises en ce qui concerne la France ? Chaque fois, la crise y fut moins aiguë, mais aussi beaucoup plus longue. En 1930, en 1975 et en 2009, le même sentiment d’impunité sévit : la crise concernait avant tout l’univers du capitalisme « anglo-saxon » et la France n’était touchée que de manière indirecte. Ce déni de réalité, sensible aussi bien dans la population que dans les sphères dirigeantes, explique en grande partie la difficulté à sortir des sentiers battus des politiques économiques : déflation et rigueur dans un premier temps, dérive budgétaire ensuite. Il explique aussi la lenteur à réaliser les réformes nécessaires ou les grandes inflexions politiques qui souvent n’interviennent qu’après de longues périodes conflictuelles.

C’est que la France présente un modèle de société original, aux antipodes tant du modèle anglo-saxon que du modèle rhénan, brillamment analysés par Michel Albert dans son livre Capitalisme contre capitalisme. La France est en effet une société marquée par l’absence totale de confiance entre les individus et donc par le recours systématique à l’intermédiation d’un État dont la constitution centralisée remonte aux débuts de l’État capétien sous Philippe Le Bel et s’est poursuivie avec constance au fil des siècles de Louis XIV aux Jacobins, de Napoléon à de Gaulle. De sa culture catholique romaine, la France a hérité aussi d’une méfiance innée à l’encontre de l’économie de marché, et de l’argent au sens large, renforçant un peu plus le besoin d’une intervention publique.

Chacune des crises du xxe siècle a marqué une progression supplémentaire dans la construction de ce modèle français, du Front populaire à Vichy, des Trente Glorieuses au Programme commun de 1981 : omniprésence de l’État, faiblesse quasi institutionnelle des corps intermédiaires, centralisation extrême de la gestion des grands « services publics », capitalisme d’État… Longtemps ce modèle fit preuve d’une étonnante efficacité au point que certains esprits malicieux pouvaient avancer l’idée que la France était le seul exemple d’un modèle soviétique réussi ! En effet qu’il s’agisse des grands services publics (éducation, santé), des projets industriels (TGV, aéronautique, spatial), du succès même des entreprises « mondiales » passées par le giron de l’État (une bonne moitié du CAC 40 aujourd’hui), force est de constater que ce modèle, qui connut son apogée entre de Gaulle et Mitterrand, fit preuve d’une remarquable efficacité tant économique que sociale. Ceci explique que les crises aient pu glisser sur la France de manière beaucoup plus indolore qu’ailleurs.

C’est néanmoins la crise de 1974 et ses suites qui provoquèrent le début du déclin du modèle français : les grandes institutions qui en étaient la colonne vertébrale se trouvèrent alors remises en cause et avec elles la notion même de service public : en même temps que se détérioraient tant l’image que les conditions de vie de nombre de fonctionnaires – à l’image des enseignants, les anciens « hussards noirs de la République » désormais prolétarisés –, les élites se détournaient du service de l’État et l’abandonnaient au lendemain même des concours les plus prestigieux, de Polytechnique à l’ENA. Au hasard de la décentralisation, l’État lui-même se démultipliait en de nouveaux monstres bureaucratiques avec pour résultat une progression régulière et presque inexorable des dépenses publiques, toutes alternances politiques confondues.

Il n’a pas manqué de bons esprits et même de politiques courageux pour constater les blocages de ce modèle français, pour estimer que la « France de l’égalité » était de moins en moins une « France de l’équité », mais une France à deux vitesses frappée par l’exclusion, même en ses points forts traditionnels comme l’éducation ou la santé. Mais au-delà de rapports souvent pertinents, l’incapacité à réformer à froid a été patente. C’est que les mentalités ont peu évolué : moins efficace, plus limité dans son action par l’Europe et le monde, l’État n’en reste pas moins en France la référence suprême : ainsi a-t-on pu parler encore en 2012 de nationalisation de la sidérurgie et séduire avec cela une majorité de l’électorat de la droite à la gauche.

Alors que l’Allemagne avait profité de l’embellie du début des années 2000 pour réformer en profondeur son modèle social, rien de tel n’a eu lieu en France et la crise a provoqué une véritable paralysie institutionnelle tant à droite qu’à gauche. Début 2013, le temps du déni est passé mais on en est encore à chercher des responsables, des riches et de leur argent à l’Europe et sa rigueur.

Comme dans les années 1930 et 1980, il y a donc de fortes chances pour que la France soit la bonne dernière à sortir de la crise de 2008. Par son efficacité passée, par sa dimension symbolique, par l’infantilisation des acteurs économiques et sociaux qu’il a suscitée, la réforme du modèle français, à bout de souffle même s’il fait encore illusion, sera longue et difficile. Mais au moins la crise de 2008 aura-t-elle permis d’en prendre conscience.

Extrait de "Crises : 1929, 1974, 2008. Histoire et espérances" (François Bourin Editeur), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

07.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
td
- 01/05/2013 - 17:39
Si la France fonctionne
Si la France fonctionne depuis si longtemps autour de l'Etat, il faut en tirer les conséquences et imaginer les réformes en fonction de cela.
___
Par exemple, EDF est l'exemple type d'une entreprise qui a donné de bon résultats, et à laquelle on est en train d'imposer des réformes néfastes par la faute de l'idéologie des économistes.


Voici un article d'un véritable économiste, doublé d'un praticien respecté, qui l'explique.

http://www.cfe-energies.com/archive/2007/mai/les_ambigu__tes_de_la_concurrence_par_marcel_boiteux__president_dhonneur_dedf
___
Il en est de même des grandes écoles ou du système scolaire : l'enjeu serait de tenir compte des points forts de ce système et de l'adapter lorsque cela est nécessaire.
A force de vouloir imposer à la France des réformes qui vont contre sa nature, vous nous emmenez dans le mur.
___
Enfin, l'idée de trouver une manière de maintenir aligné l'intérêt des grandes entreprises et celle du pays qui leur a permis de naitre et qui leur sert de base arrière n'est pas absurde.
___
Demandez aux Chinois comment ils font, c'est à la mode...
saint just
- 01/05/2013 - 17:25
Europe , Europe, europe....
Tant qu'on restera dans cette Europe qui n'est quun amalgame d'Etats concurrents, on restera en Crise.La seule manière d'en sortir, et de sortir de l'Europe, d'établir enfin des régles saines d'échanges commerçiaux. Plus de commerce avec des Etats bandits comme la Chine, le Bangladesh, etc etc qui font travailler des mômes de 6 ans.
Nous perdrons quelques emplois dans la grande distribution. Et alors? Nous reconstruirons un tissu industriel.
J'entend les Cassandres (toujours les mêmes) de Casino, d''Auchan, de Monoprix, crier 'casse cou'.. On ne peut pas quitter cette Europe.
Alors nous mourrons à petit feu. 1000 emplois par jour de perdus.. On ne pourra jamais lutter contre des pays ou le coût de la main d'oeuvre est 10 fois moindre que chez nous..
RcommeRobert
- 01/05/2013 - 13:23
Pourquoi la France ne retient rien des dernières crises éco... ?
Parce qu'il est totalement improductif de comparer les crises économiques entre elles :

http://www.atlantico.fr/decryptage/toujours-fraiches-et-neuves-pourquoi-est-totalement-improductif-comparer-crises-economiques-entre-elles-pascal-ordonneau-710598.html