En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 min 30 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 29 min 45 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 1 heure 40 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 17 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 5 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 17 heures 56 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 min 12 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 49 min 11 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 19 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 26 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 3 heures 43 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 17 heures 45 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 18 heures 30 min
© Reuters
En 2060, la part des 65 ans et plus atteindra un peu moins de 25% la population en France.
© Reuters
En 2060, la part des 65 ans et plus atteindra un peu moins de 25% la population en France.
Pente descendante

L'Occident va-t-il manquer d'immigrés pour payer les retraites de ses personnes âgées ?

Publié le 13 août 2012
La proportion de personnes dépendantes ne cesse d'augmenter par rapport à la population active. Dans le même temps, la main d’œuvre bon marché que représente l'immigration est promise à un déclin inexorable... Mais qui alors s'occupera de nos personnes âgées ?
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La proportion de personnes dépendantes ne cesse d'augmenter par rapport à la population active. Dans le même temps, la main d’œuvre bon marché que représente l'immigration est promise à un déclin inexorable... Mais qui alors s'occupera de nos personnes âgées ?

Le docteur Constantin Gurdgiev, professeur de finance au Trinity College de Dublin, vient de publier un graphique surprenant sur le blog True Economics. Il l'a baptisé le "terrifiant graphique de la décennie".

Il représente le déclin imminent de la source principale de main d’œuvre bon marché en Occident : les immigrés.

Combien de personnes âgées reposent sur les épaules de chaque travailleur ? Le tableau présente le taux de personne dépendantes par rapport à la totalité de la population adulte en capacité de travailler.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

La ligne rouge montre ce pourcentage pour le monde développé : on sait depuis longtemps que celui-ci va devoir faire face à des coûts exorbitants pour soutenir le troisième age.

Mais le plus inquiétant se trouve dans la ligne verte : vers 2030, les jeunes travailleurs immigrés qui fournissaient une force de travail bon marché aux nations développées vont commencer à devoir soutenir les personnes âgées restées dans leur pays d'origine.

Deux solutions : soit ils dépenseront une large part de leur paie dans leur pays d'origine, soit ils vont tout simplement arrêter d’émigrer vers le monde développé.

Gurdgiev interpelle les Européens : "Ne dites pas qu'on ne vous avait pas prévenus que le fait d'abandonner la famille pour les bénéfices sociaux et pour mieux profiter des vacances n'était pas une bonne idée, mais c'est encore plus fou quand on pense que les sources de travail bon marché pourraient s'évaporer très rapidement... entre 2010 et 2025...".

Pour commenter ce graphique, Atlantico a interrogé le professeur Gérard Cornilleau, économiste enseignant à Sciences Po ainsi que Thomas Liebig, de la Division des migrations internationales, Direction de l’Emploi, du Travail et des Affaires sociales, OCDE.

Atlantico : L’étude du Dr Gurdgiev montre que le pourcentage de personnes âgées qui sont dépendantes des travailleurs va augmenter, même dans les pays en voie de développement. On sait que cela est déjà le cas dans les pays occidentaux. Quelles peuvent être les conséquences ?

Gérard Cornilleau : Ce que cette étude ne montre pas, c’est que nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne en Europe. Ce pourcentage va augmenter de manière différente en fonction des pays. Pour être clair, il va augmenter fortement en Allemagne, parce que les Allemands ne font pas d’enfants et que la population allemande vieillit beaucoup. Fortement, mais plus tard, en Espagne et Italie et de manière générale dans les pays du Sud, où il y a peu de naissances. Très modérément en France, où nous faisons beaucoup d’enfants et où la dégradation sera moins rapide, puisqu’elle correspondra simplement à l’allongement de l’espérance de vie.

D’ici à 2050, l’Allemagne va perdre 15 millions d’habitants, tandis que la France en gagnera 9 millions, si bien qu’en 2050 il y aura plus de Français que d’Allemands, ce qui n’est pas arrivé depuis le XIXe siècle. En 2060, nous aurons 7 millions d’habitants de plus que les Allemands. Quant à la Grande Bretagne, elle aura la même population que la population française. Les deux premières puissances démographiques en Europe, France et Grande Bretagne, seront donc sur un pied d’égalité, alors que l’Allemagne passera de bon premier à troisième.

En conséquence, la part des 65 ans et plus atteindra un tiers de la population allemande en 2060, pour un peu moins de 25% en France. Ce qui peut expliquer les politiques actuelles, notamment l’inquiétude des Allemands vis-à-vis de la dette : la charge de la dette par habitant va augmenter fortement en Allemagne. Au contraire, en France, il y aura de plus en plus de Français pour rembourser la dette. Toutes choses égales par ailleurs, la dette allemande est démographiquement moins supportable que celle de son homologue française.

Les récents travaux de la Commission européenne font le point en ce qui concerne les pays européens et montrent que la plupart des pays ont malgré tout fait des réformes pour maîtriser l’augmentation des dépenses liée au vieillissement de la population. En France, il n’y a pas d’inquiétude à avoir puisque la part des retraites dans le PIB n’augmenterait que faiblement, de l’ordre de moins d’un point à l’horizon 2060. Il est donc excessif de s’alarmer de ces évolutions démographiques, sauf dans les pays où le taux de natalité se maintien autour d’1,3, comme en Allemagne, ou en Chine, voire au Japon, dont la population devrait à terme disparaître – certes, dans  un horizon lointain.

Pour ce qui est des pays en voie de développement, ils continuent à avoir une démographie plus rapide que les démographies occidentales, malgré un net ralentissement comme en Afrique du Nord. Le nombre de personnes âgées dépendantes augmentera surtout en Chine, qui connaît une dénatalité dramatique. Mais que peut-on y faire, si ce n’est constater que les charges de retraite sont vouées à augmenter ?

Thomas Liebig : Plusieurs pays en voie de développement connaissent des transformations sociodémographiques majeures. Les taux de fécondité ont chuté et se situent en dessous du seuil de renouvellement des générations dans un certain nombre de pays. Par contre, le phénomène de vieillissement qui va aussi frapper ces pays ne se poursuivra, dans la plupart d’entre eux – la Chine étant une exception importante – que sur le long terme, c’est-à-dire après 2030.

Comme le montre l’édition 2012 des Perspectives des migrations internationales de l’OCDE pour le cas de l’Asie, qui compte pour actuellement environ 30% des flux d’immigration dans les pays de l’OCDE, plusieurs pays bénéficient d’un « dividende démographique ». Les effectifs des générations plus âgées et des générations plus jeunes sont peu nombreux par rapport à la population d’âge actif qui a contribué à la croissance et au développement des pays concernés.

Ce développement est souvent lié à une meilleure formation et à plus de travailleurs qualifiés. En même temps, il favorise aussi les conditions qui les incitent à rester, et qui attirent des travailleurs qualifiés venant d’autres régions du monde. En conséquence, rien ne permet d’affirmer que les pays de l’OCDE pourront compter à l’avenir sur des flux réguliers de travailleurs qualifiés. Mais tant que les écarts de salaires – corrigés par le pouvoir d’achat – entre les pays en voie de développement et les pays de l’OCDE restent importants, et en prenant en compte que les changements démographiques dans ces derniers auront tendance à faire augmenter la demande de travailleurs qualifiés, les incitations à partir travailler ailleurs demeureront. 

Le professeur qui a réalisé cette étude regrette ce déclin des migrations vers les pays occidentaux, car ces derniers représenteraient une main d’œuvre à bas coût. A-t-on historiquement profité de l’immigration sur le plan économique, du fait du faible coût de la main d’œuvre ?

Gérard Cornilleau : Le Dr Gurdgiev déplore ces évolutions démographiques car, selon lui, nous avons bénéficié des bas salaires des immigrés, ce qui ne sera plus le cas à l’avenir. Or en réalité les immigrés ont les salaires qui correspondent à leur pays d’émigration. Particulièrement en France, où il existe un salaire minimum, ces derniers n’ont pas d’impact sur le niveau des salaires. C’est donc une fantaisie de dire que dans le passé nous aurions bénéficié d’une main d’œuvre à bas coût.

D’autre part, le fait de bénéficier d’une main d’œuvre à bas coût n’est pas forcément un avantage en soi. Le progrès économique ne réside pas dans le fait que l’on ait beaucoup de bas salaires.

Thomas Liebig : La plupart des études ont montré un impact plutôt faible de la migration globale sur la croissance et les salaires. Dans ce contexte, il est important de souligner que, dans nombre de pays de l’OCDE, la migration de travail représente seulement une part relativement faible des flux migratoires. L’effet de cette composante est difficile à isoler.

En Europe, hors de la zone de libre circulation, la migration de travail représente moins de 40% des flux migratoires, le reste comprenant les migrations familiale et humanitaire. Parmi ces différentes composantes des flux migratoires, seule la migration de travail en provenance des pays tiers peut – et doit – être gérée pour répondre aux besoins du marché du travail. Quand il y a peu de demande, comme c’est le cas en période de crise, il y a moins de migration de travail. Par ailleurs, dans beaucoup de pays européens, comme par exemple en France et en Allemagne, la migration de travail des pays tiers est seulement possible pour les travailleurs qualifiés et pour les métiers en forte demande. 

Au-delà du coût de la main d’œuvre, quel est l’impact économique de l’immigration ?

Gérard Cornilleau : Il faut distinguer les immigrations politique et économique. L’immigration politique est un choix politique, par exemple pour le droit d’asile, qui se justifie pour des raisons éthiques. C’est un choix à assumer. A long terme, il n’y a pas vraiment à s’en inquiéter : ils vont augmenter la population, mais une augmentation de la population se traduira aussi, à long terme, par une augmentation de l’emploi. Ce n’est donc qu’une charge à court terme.

L’essentiel de l’immigration aujourd’hui est économique. Celle-ci fluctue au gré de la conjoncture économique. Le processus est le même à l’intérieur d’un pays, pour les migrations d’une région à l’autre : on va dans les régions qui créent de l’emploi et on s’éloigne de ceux qui n’en créent pas, où le niveau de vie est plus bas.

Une forte immigration peut-elle être une solution à notre population vieillissante et à l’accroissement de la charge des dépendants qui en résulte pour la population active ?

Gérard Cornilleau : Les migrations ne sont qu’une variable d’ajustement permettant de lisser l’augmentation de la charge du vieillissement dans les pays plus développés. Cela de manière purement temporaire et relativement modeste : nous n’échapperons pas à la hausse des prélèvements pour financer les retraites. Mais cela reste supportable ! N’oublions pas que nos aïeuls ne payaient quasiment pas d’impôts mais avaient un niveau de vie très inférieur au nôtre. Aussi, si le progrès technique continue à accroître le pouvoir d’achat, il ne semble pas choquant qu’une part de cette augmentation du pouvoir d’achat soit consacrée à financer les retraites.

L’immigration peut-elle être un poids pour le système de retraites, dans le cas où un fort taux de chômage empêcherait les immigrés de trouver de l’emploi et donc de contribuer à son financement ?

Gérard Cornilleau : Si effectivement il n’y a pas de croissance en Europe, émergeront des difficultés considérables à financer toutes les dépenses, privées ou publiques, dont les dépenses de retraite.

Mais l’immigration ne fait qu’amortir les chocs. En Espagne, le mouvement migratoire était très fort lorsque la croissance l’était. Lorsqu’avec la crise, la croissance s’est effondrée, les immigrés ont soit cessé d’affluer, soit sont rentrés dans leur pays d’origine, ce qui a amorti le choc. Les flux migratoires importants contribuent ainsi à lisser les chocs économiques.

Thomas Liebig : Les primo-arrivants ont une structure d’âge plutôt favorable pour le système de retraites, car ils sont généralement surreprésentés parmi les cohortes jeunes. Donc, plus de migration peut contribuer favorablement au financement du système de retraites. Cependant, sur le long terme, les migrants vieillissent eux aussi.

De plus, d’autres facteurs comme l’emploi des femmes et des personnes âgées a potentiellement un impact bien plus important. Dans le même temps, pour qu’un appel à plus de migration de travail reste une option, il est d’abord important de mieux utiliser le potentiel des immigrés et de leurs enfants déjà présents sur le marché du travail et qui connaissent généralement des taux d’emploi plus faibles que les autochtones.

Une augmentation de l’immigration de travail peut donc seulement être un élément complémentaire dans une stratégie globale pour répondre aux pénuries de main-d’œuvre et aux pressions sur le financement du système de retraites liées aux changements démographique. 

En clair, s’il y a du chômage, les immigrés opteront pour une nouvelle destination ?

Gérard Cornilleau : Exactement. Dès lors, l’immigration ne peut ni être une solution au vieillissement, ni être un poids supplémentaire pour les finances publiques. Elle ne permet pas d’éviter les chocs économiques, seulement de les amortir.

En période de croissance, la main d’œuvre supplémentaire apportée par l’immigration permet certes d’augmenter quelque peu la croissance et de faciliter les dépenses liées au système de retraiteMais ce n’est en aucun cas un  phénomène durable : les immigrés vieillissent, seront à la retraite, et finissent donc par être intégrés à la population. On ne fait donc qu’étaler sur le temps les conséquences du choc.

Selon Gurdgiev, il y aurait moins d’immigration vers les pays occidentaux car les populations des pays en voie de développement devront supporter la charge des retraites dans leurs propres pays. Est-ce une explication plausible ?

Gérard Cornilleau : Ses conclusions ne sont pas d’une clarté folle, j’en conviens. Ce que le chercheur veut dire, c’est qu’à l’avenir, probablement du fait du vieillissement des pays en voie de développement, les populations soit resteront chez elles, soit rapatrieront une part des revenus obtenus dans les pays d’émigration pour soutenir leurs familles restés dans le pays d’origine. Sauf que c’est déjà le cas. Il y a aujourd’hui beaucoup de transferts financiers de la part des émigrants vers leur pays d’origine, qui soutiennent la consommation dans ces pays. Ne partent que ceux qui ont la possibilité de trouver un travail. Dès lors, ceux qui restent sont souvent les plus âgés ou les plus jeunes. 

Thomas Liebig : Les flux futurs de migrations de travail vers les pays de l’OCDE dépendront tout d’abord de l’évolution de la demande de travail dans ces pays. Bien entendu, les perspectives de développement dans les pays d’origine sont également un élément important à prendre en considération. Si ces perspectives sont favorables, les migrants potentiels seront moins incités à émigrer. Les changements démographiques en eux-mêmes n’inciteront pas les migrants potentiels à rester. Dans ce contexte, il est important de souligner que la migration est une décision individuelle et/ou familiale, et que les besoins et les stratégies des migrants ne sont pas forcément les mêmes que ce que souhaiteraient les pays d’origine. 

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Roberton
- 13/08/2012 - 22:32
Impossible sans l´abondance de l´énergie
Analyser la démographie ou les retraites en extrapolant des tendances ne veut rien dire. En 2050 nous n´aurons sur la planète que la moitié de l´énergie disponible d´aujourd’hui dû à la déplétion des énergies fossiles. Les immigrants des pays chauds resterons chez eux où il sera plus bon de vivre. Un parallèle existe entre population, énergies, ressources alimentaires, assainissement, éducation et santé, avec une réduction des cinq, la population ne pourra que diminuer et les retraités devrons vivre avec leurs enfants comme il y a deux siècles.
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-114264
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html
ladyactu
- 13/08/2012 - 20:40
Quelle vision
Pourquoi l'occident manquerait-il particulièrement de "immigrés",pour payer la retraite des personnes âgées!
Les immigrés seraient-ils en occident les plus nombreux ou les seuls salariés?
Ganesha
- 13/08/2012 - 19:12
Baisse de la longévité
Cet article est un sujet récurrent des économistes "capitalistes libéraux", et on peut remarquer qu'il est très "fraîchement" accueilli !
Les pays qui auront réussi à faire face à leur transition démographique, à fermer leurs frontières et auront à l'avenir une population moins nombreuse, seront les plus forts, les gagnants !
Et puis, les vieux d'aujourd'hui ont bénéficié dans la majeure partie de leur vie d'une nourriture plus saine, d'un environnement nettement moins pollué que les adultes actuels.
Il ne faut aucun doute que notre longévité moyenne va diminuer, seule se pose la question : sera-ce léger ou drastique !