En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 6 heures 10 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 7 heures 18 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 29 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 12 heures 58 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 13 heures 23 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 6 heures 58 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 7 heures 57 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 11 heures 1 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 12 heures 16 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 13 heures 18 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 13 heures 54 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

La crise du coronavirus lui en donnerait l’occasion mais Emmanuel Macron aura-t-il cette idée folle de réformer l’école ?

Publié le 16 juin 2020
La réforme de l’Education, si elle n’était pas au programme avant la crise sanitaire, pourrait s’imposer à l’heure du bilan. Tout comme les soignants, les personnels de l’Education font face à un système dépensier, centralisé, administrativement très lourd mais inefficace.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme de l’Education, si elle n’était pas au programme avant la crise sanitaire, pourrait s’imposer à l’heure du bilan. Tout comme les soignants, les personnels de l’Education font face à un système dépensier, centralisé, administrativement très lourd mais inefficace.

Qui a eu cette idée folle de faire retourner les enfants à l’école, deux semaines avant les grandes vacances ? N’est pas Charlemagne qui veut, mais Emmanuel Macron sonne en tout cas la fin de la récré, avant l’arrivée de l’été. Pour qu’en septembre, la question de l’école à la maison ne soit plus qu’un mauvais souvenir et que tout revienne à la normale. Le faut-il vraiment ?

S’il est un domaine où les esprits se seront plus vite adaptés que le système, c’est bien l’Education, avec le développement des moyens de visioconférence qui ont amené la salle de classe dans les salons, parce qu’il n’y avait pas le choix. Le système D a pour beaucoup, formidablement marché grâce aux bonnes volontés individuelles. A l’inverse, cela aura mis en lumière les ruptures individuelles avec le système et les failles de gestion et de supervision. Ainsi, le décrochage scolaire est estimé dans une fourchette entre 5 et 8% des élèves tandis que près de 5% des professeurs n’auraient jamais fait classe depuis trois mois. Chiffre non confirmé par le ministère, qui assure n’avoir aucun moyen de le vérifier.

Le confinement en famille n’arrangeait pas la fracture sociale, tant les familles aisées pouvaient pallier, aussi bien techniquement qu’intellectuellement, l’absence d’instruction alors que d’autres étaient laissées dans un vide éducationnel ou un désert numérique.

Alors que les enfants vont donc retourner à l’école pour l’ultime semaine de l’année scolaire, cet épisode, qui a été la plus grande expérience réelle jamais réalisée sur l’éducation en ligne et sans préparation, va amener plusieurs pistes de réflexion. 

D’abord, la nécessité d’avoir un suivi plus régulier de l’élève. Via le numérique, qui peut simplifier la communication et l’organisation mais pas que. Puisque le rôle de l’école est de pallier les inégalités sociales de naissance, la crise aura donné naissance à des initiatives intéressantes comme les vacances apprenantes, avec une intensité plus forte que ce qui existait déjà. Avec des écoles « ouvertes », des colonies éducatives ou même des écoles buissonnières héritées du scoutisme, l’idée n’est pas nouvelle et le chantier est colossal.

Ensuite, les outils numériques vont imposer la nécessité de la formation et de l’investissement dans l’école. De la recherche aussi, pour trouver les meilleures pratiques éducatives, ce qui pourrait impliquer des partenariats avec des entreprises innovantes. L’Edtech – le secteur technologique dédié à l’éducation se développe en France mais est restée du domaine des entreprises et du secteur privé. « En Grande-Bretagne, le marché du numérique éducatif, c’est 900 millions d’euros par an ; en France c’est 90 millions d’euros, dont une quinzaine de millions sur les ressources innovantes soit 0,02% du budget 2020 de l’éducation nationale, ou 1 euro par élève par an. Tout est dit. » selon Marie-Christine Levet, fondatrice d’Educapital, un fonds qui aide au développement de ces startups.

Enfin, la généralisation du numérique ne doit pas faire oublier le rôle indispensable de l’enseignant. Et c’est bien là où le bât blesse. Comme à l’hôpital, la profession d’enseignant s’est laissée submerger par un système centralisé et une administration lourde, avec peu de marge de manœuvre et d’innovation. Et un salaire de misère. Dans le pays où le budget de l’Education nationale est le plus lourd, les enseignants sont parmi les Européens les plus mal payés. La sous-rémunération engendre une dévalorisation et une paupérisation de la profession, qui induit un déficit d’expertise et de qualité.

Comme pour les soignants, la solution salariale qui leur est proposée est réduite à une prime de quelques centaines d’euros, proposée par le ministre de l’Education, cela peut désengorger la colère mais ne résoudra pas le problème de fonds.

A quand un « Grenelle », ou un « Ségur », bref tout simplement une refonte de l’Education, qui recentrerait l’école sur ses vraies valeurs et redonnerait confiance à ses acteurs et aux parent ? La crise sanitaire n’exonérera pas l’Education nationale d’un examen complet du modèle éducatif, dans son contenu, son organisation comme son coût.

Le contenu, parce qu’il faudra en digitaliser une partie, pour un accès à distance, un meilleur suivi des parents, nouveaux apprentissages plus immersifs et personnalisés.

L’organisation, parce qu’il faudra bien fixer des objectifs, différencier les besoins de ressources financières ou humaines selon les établissements. Laisser plus d’autonomie aux chefs d’établissement aussi.

Enfin, le coût, parce que la France est le pays européen qui dépense le plus pour l’éducation, en terme de PIB et que la crise aura rajouté des nouvelles dépenses qu’il faudra financer.

Pour un seul objectif, une meilleure productivité. La France était en 2019 23ème dans le classement PISA, le classement international des élèves. Loin d’être une bonne élève.

Mais la réforme de l’Education nationale n’échappera pas, comme la santé, à une mise à plat de son organisation structurelle. Il faudra oser la décentralisation et l’indépendance des établissements où pourra s’exercer une responsabilité pleine et entière des chefs d’établissement . Osera-t-on considérer un établissement d’enseignement comme une entreprise, dont l’objectif serait de fabriquer des « produits performants, intégrés et employable » ?  L’enjeu c’est l’employabilité de tous ceux qui sortent de l’école et leur adaptation à la vie réelle.

Osera-t-on évaluer le corps enseignant comme on évalue les élèves et les étudiants ? Osera-t-on favoriser la concurrence entre les établissements scolaires, comme on a commencé à le faire, sans trop le dire, pour la concurrence dans l’enseignement supérieur ?

Osera-t-on reconnaître que la concurrence est un facteur de progrès. En Bretagne, où l’enseignement catholique est très important, les résultats de l’Education nationale sont parmi les meilleurs de France, si on prend les résultats au baccalauréat ou aux grandes écoles. La raison est simple. Les personnels de l’Education nationale veulent montrer qu’en Bretagne, ils sont meilleurs que dans l’enseignement catholique. Partout la concurrence existe, dans le moindre village comme dans les terminales de Rennes...

Osera –t –on ? Pas sûr !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 17/06/2020 - 07:23
Ne vous faites pas de bile, Monsieur Sylvestre!
Il n'y a plus que les "experts" qui sont payés pour prendre ce genre de faribole au sérieux. Il en sera de ce projet de réforme ce qui en est de tous les autres. Un coup de clairon dans la séquence médiatique en cours et tout sera oublié la semaine prochaine pour la suivante et elle sera encore plus décoiffante.

Entretenir un mirage pour que rien ne change. Voilà le chemin de la sagesse au Macronistan démocratique.
evgueniesokolof
- 16/06/2020 - 17:45
On ne sait pourquoi cette pauvre Aude Kersulec
est depuis quelque temps associée aux articles que commet JMS... Fiente Inter lui avait adjoint Marris qui débitait l'économie comme Jojo ivre mort au comptoir du café du commerce....Là c'est peut être la Mère Denis ou ...Daniele Gilbert...
On va faire comme JMS !
1. Pas assez payés les profs? Non mais sans blague!!!3500 - 4000 euros en fin de carrière! Qui gagne cela pour 18 heures par semaines ?
2.Faire tourner la boite comme une entreprise? Mais l'éducation nationale c'est déjà Disneyland puisque ce qui en sort a le niveau qui se rapproche de Goofie!!! Et cela c'est sans doute à cause du sabotage de l'ascenseur social organisé par Terranova mais qui a voté PS ? 50% des agrégés ont voté Macron au premier tour!
3 Quant à la Bretagne , l'école comme moyen d'ascension sociale est dans la culture depuis longtemps! (voir Plozevet et son % d'agrégés ) et de plus......il y a peut être moins d'immigration pour faire baisser le niveau
Alors les poncifs de JMS hein....Moi j'ai été prof 11 ans dans le secondaire, j'y enseignais l'économie et pas Montaigne ou l'Amazonie poumon vert de la planete....je sais de quoi je parle mon Sylvestre adoré!
Sangha26
- 16/06/2020 - 16:46
réformer l'école...
Ah ! Si seulement on profitait de l'occasion !!!! Ce serait une des meilleures choses résultant de la période inédite que nous vivons en ce moment !Ah ! gauche ! que de mal as-tu fait à "l'école" avec tes idées farfelues ! Et par conséquent à nos enfants qui ne savent plus écrire sans des dizaines de fautes d'orthographe ni compter sans une... calculette !!! Quelle honte ! Il serait temps de revenir à plus de raison, et profiter de l'occasion qui est offerte pour redresser la barre !