En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 10 min 20 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 32 min 20 sec
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 1 heure 15 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 1 heure 57 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 2 heures 18 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 16 heures 14 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 17 heures 54 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 10 min 46 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 45 min 47 sec
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 2 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 4 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 21 heures 2 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Crise en vue ?

Pourquoi il faut oublier la question de l’impact des Gilets jaunes sur l’économie française et regarder l’inquiétante situation qui prend forme dans la zone euro

Publié le 22 décembre 2018
Pendant que la France a les yeux rivés sur le phénomène des Gilets jaunes, les indicateurs de la zone euro commencent à inquiéter dans un contexte ou les menaces économiques s'accumulent pour 2019.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que la France a les yeux rivés sur le phénomène des Gilets jaunes, les indicateurs de la zone euro commencent à inquiéter dans un contexte ou les menaces économiques s'accumulent pour 2019.

Alors que le gouvernement s'inquiète de l'impact des Gilets jaunes sur l'économie française, l'indice de confiance des consommateurs de la zone euro a connu une nouvelle baisse en ce mois de décembre. Comment décomposer l'ensemble de ces risques ?

Il faut tout de suite évacuer cette question de l'impact des Gilets jaunes sur l'économie, parce que selon les prévisions de la Banque de France, par exemple, il s'agit d'une croissance du 4e trimestre révisée à 0.2% au lieu de 0.4 prévu initialement. Mais sur l'ensemble de l'année, cela représente 0.05 point de PIB, alors que la croissance française était encore à attendue à 2% en juin dernier par le gouvernement et qu'elle sera vraisemblablement de 1.5% au final. Ce qui signifie que les Gilets jaunes expliquent 10% de la baisse. Ce qui est d'ailleurs parfaitement logique en considérant que l'ensemble de la zone euro est concernée par le ralentissement. L'indice de confiance des consommateurs de la zone euro vient d'atteindre, pour ce mois de décembre, son plus bas depuis 2 ans. Et ce ne sont pas les Gilets jaunes qui en sont à l'origine. 

L'INSEE vient également de réviser à la baisse sa première estimation de la croissance du PIB du 3e trimestre, avant les Gilets jaunes, avec un chiffre de 0.3% au lieu de 0.4% initialement prévu. Si l'on veut regarder l'évolution du PIB selon une mesure plus dynamique, c’est-à-dire en évitant de moyenner les chiffres de l'ensemble de l'année (ce qui est le mode de calcul normal et officiel de la croissance) on se rend mieux compte de la situation. En regardant simplement l'évolution du PIB entre le T4 2017 et le T4 2018 prévisionnel (en prenant en compte la prévision de 0.2% pour le T4, chiffre de la Banque de France), la croissance française ne progresserait que de 0.87% pour l'ensemble de l'année, alors que selon le même mode de calcul, la croissance 2017 était de 2.82%. Soit une baisse de 70% de la croissance d'une année sur l'autre. Il faut donc arrêter de se lamenter sur l'effet Gilets Jaunes, parce que la croissance française connaît une décélération importante pour d'autres raisons. 

Quelles sont les causes de ce ralentissement européen ? 

Le premier facteur est le ralentissement de la demande intérieure de la zone euro, suite logique de l'arrêt de la politique monétaire expansionniste de la BCE, dont l'annonce a été suffisante pour faire fléchir l'économie européenne dès le début 2018. Cette baisse de la demande s'observe très bien dans ce graphique publié par la BCE, concernant le secteur manufacturier :
 

Mais d'autres causes sont encore à signaler. On observe un ralentissement de la demande chinoise, notamment en ce qui concerne le secteur automobile allemand, ce qui a été suffisant pour faire plonger le PIB du pays au T3 2018 (-0.2%). Il faut également évoquer la progressive remontée des taux américains, par la FED, qui commencent également à inquiéter les investisseurs, c'est ce que l'on peut observer par exemple sur les marchés boursiers, et le ralentissement européen n'arrange rien en la matière. (Le CAC 40 a chuté de près de 20% depuis le mois de mai 2018). Mais d'autres sources d'inquiétude viennent se greffer sur ce contexte déjà anxiogène. La première est la possibilité que les autorités américaines décident de mettre des tarifs douaniers en place pour sanctionner le secteur automobile européen. Au regard de l'importance du client américain pour les véhicules haut-de-gamme allemands, il s'agit d'un risque très lourd qui pourrait se matérialiser dans les prochaines semaines. Et il ne faut pas oublier le Brexit. Si le 29 mars, aucun accord n'est trouvé, les dégâts peuvent être considérables, avec une véritable inconnue sur la capacité d'absorption d'un tel choc par le secteur financier. Le contexte est d'autant plus problématique que les européens ne semblent pas vouloir réagir pour le moment. 

Quelles seraient les actions à mettre en place pour éviter que ces menaces ne se transforment en une nouvelle crise économique ? 

C'est le travail de la BCE. Elle est en première ligne parce qu'il s'agit avant tout d'ajuster le niveau de la demande. Si la demande extérieure à la zone euro est en baisse, elle doit être en mesure de le compenser en poussant la demande intérieure à la hausse. Elle doit aussi annoncer aux marchés financiers qu'elle est consciente des risques qui pèsent sur l'économie européenne et qu'elle fera ce qu'il faut pour éviter le pire. Mais le fait est que le mandat de la BCE lui laisse trop peu de latitudes pour faire face à ces situations. D'autant plus que certains gouverneurs semblent se satisfaire de la situation actuelle, aussi longtemps que l'inflation ne menace pas de dépasser le seul fixé de 2%, le monde peut s'écrouler. 

Concernant les risques commerciaux encourus avec les Etats-Unis, le seul moyen d'apaiser la situation est de faire en sorte de corriger nos excédents commerciaux, ce qui passe là aussi par une poussée de la demande intérieure de la zone euro.Soit par la voie monétaire, soit par la voie budgétaire (avec un déficit total de 0% pour la zone euro, il y a des marges de manœuvre importante pour y arriver, et rapidement). La France ferait d'ailleurs bien de se désolidariser de l'Allemagne sur ce sujet, parce qu'objectivement, la France souffre autant que les Etats-Unis de la construction des excédents allemands. 

Enfin sur le Brexit, il paraît évident que l'Union européen suit une logique punitive pour "faire un exemple" pour ceux qui quittent le navire. Ce qui pourrait évidemment avoir un effet très lourd pour le Royaume Uni, mais il ne faut pas négliger le fait que la zone euro est réputée pour son incapacité à agir dans les temps lors de la survenance d'une crise. Il ne fait pas de doute que la Banque d'Angleterre réagirait immédiatement, mais cela est beaucoup moins sur du côté européen. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 22/12/2018 - 21:40
Brexit - deutschbank
Le cours de la db est catastrophique sur 5ans, aujourd'hui aux environs de 7euros pour une banque aussi importante, à partir de quelle valeur il faut s inquiéter ? Car c'est tous le secteur bancaire européen qui va boire la tasse en cas de faillite. Si le brexit se passe mal, je vois mal l avenir de la db, est je tord ? Merci
hermet
- 22/12/2018 - 21:40
Brexit - deutschbank
Le cours de la db est catastrophique sur 5ans, aujourd'hui aux environs de 7euros pour une banque aussi importante, à partir de quelle valeur il faut s inquiéter ? Car c'est tous le secteur bancaire européen qui va boire la tasse en cas de faillite. Si le brexit se passe mal, je vois mal l avenir de la db, est je tord ? Merci
lasenorita
- 22/12/2018 - 18:27
Faire du ''social'' tue les ''Français moyens''!
La France va encore emprunter 200 milliards d'euros en 2019!..Il y a trop de ''pognon de dingue'' dans le ''social''..Les gauchistes sont ''généreux avec l'argent des autres,ils augmentent les impôts des contribuables français (ils ne sont que 50% de la population française) et ils donnent nos sous aux terroristes musulmans qui nous envahissent et qui arrivent de plus en plus nombreux dans notre pays!L'immigration musulmane c'est 200 milliards d'euros par an!On n'a pas les moyens de faire du ''social'' pour les ''vrais'' Français main on continue d'en faire pour les ''étrangers''!Nous avons un record de ''prélèvements obligatoires'':1038 milliards d'euros,notre PIB est :48,4%,c'est le taux le plus haut d'Europe!..Nous laisserons à nos enfants une dette importante et un pays rempli de ''zones de non-droit''..Pensons au ''futur''!...