En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 19 min 41 sec
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 4 heures 11 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 5 heures 28 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 16 heures 6 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 20 heures 18 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 20 heures 55 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 49 min 38 sec
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 4 heures 20 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 5 heures 57 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 16 heures 21 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 20 heures 32 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 22 heures 10 sec
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Un courant de pensée mal aimé, le conservatisme : une manière particulière d’être, un « tempérament »

Publié le 02 juin 2018
L’image d’Épinal du conservateur nostalgique, réactionnaire, dont la pensée, comme toujours en deuil, ne semble tournée que vers le passé se trouve fortement remise en question par Roger Scruton, qui révèle l’étendue et la richesse insoupçonnée de cette tradition intellectuelle. Extrait de "Conservatisme" de Roger Scrutin, publié chez Albin Michel. 2/2
Agé de 72 ans, Roger Scruton est un philosophe anglais. Depuis 1993, il est professeur invité à plusieurs universités (Boston, Saint-Andrew, Oxford). Il a parallèlement créé une revue politique conservatrice, "Salsbury Review", qu'il dirige depuis 18...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roger Scruton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agé de 72 ans, Roger Scruton est un philosophe anglais. Depuis 1993, il est professeur invité à plusieurs universités (Boston, Saint-Andrew, Oxford). Il a parallèlement créé une revue politique conservatrice, "Salsbury Review", qu'il dirige depuis 18...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’image d’Épinal du conservateur nostalgique, réactionnaire, dont la pensée, comme toujours en deuil, ne semble tournée que vers le passé se trouve fortement remise en question par Roger Scruton, qui révèle l’étendue et la richesse insoupçonnée de cette tradition intellectuelle. Extrait de "Conservatisme" de Roger Scrutin, publié chez Albin Michel. 2/2

Le conservatisme d’aujourd’hui 

Connu d’abord pour son travail sur la démocratisation, le politologue Samuel Huntington (1927-2008) s’est intéressé, après la chute du communisme, à la nouvelle donne internationale. Dans Le Choc des civilisations (1996) , il affirme que la Guerre froide sera remplacée par un conflit violent et désordonné entre civilisations provoqué par la réaction hostile du monde islamique à l’imposition globale de comportements occidentaux, de technologies occidentales et de la sécularisation occidentale. Poursuivant son analyse, il soulève, dans Qui sommes-nous ?, paru en 2002 , la question de l’identité américaine. Dans ce livre écrit après les atrocités terroristes du 11 septembre 2001, Huntington soutient que nous ne pourrons pas répondre à la menace islamiste si nous ne reprenons pas confiance en notre propre identité. Plus qu’à nos institutions politiques, il fait ici référence à l’héritage spirituel qui en constitue le véritable fondement. La bonne réponse à la menace islamiste ne consiste donc pas uniquement en une réaffirmation de l’ordre libéral et de l’État séculier, mais en une redécouverte de nous-mêmes au sein d’une politique systématique de conservatisme culturel. 
 
La thèse de Huntington se concentre sur ce qu’il appelle le credo américain, dont l’origine remonte, selon lui, à la culture « anglo-protestante » des premiers colons. Pour le vérifier, il rassemble les conclusions de la recherche historiographique récente, qui insiste sur la continuité entre le développement des institutions politiques américaines, le façonnement de l’idéal national américain et les sursauts protestants qui se sont, à de nombreuses reprises, exprimés sur le continent. On nierait la contribution la plus vigoureuse à l’expérience américaine si l’on voulait séparer l’héritage religieux de l’idée même de l’Amérique, en faisant de ce pays, né d’un serment sacré, un corps politique purement séculier.
 
L’idée défendue par Huntington est que les civilisations ne peuvent survivre par le seul don de la liberté et de la tolérance. Accorder la tolérance aux ennemis de notre style de vie, c’est ouvrir la porte à la destruction. Il nous faut redécouvrir qui nous sommes et ce que nous défendons, et, cela fait, nous préparer à nous battre pour notre identité. Là se trouve, aujourd’hui comme hier, le message conservateur. Notre identité est déterminée autant par notre héritage religieux que politique. 
 
Dans La Situation de la France (2015) écrit en réaction au terrorisme islamiste, ici le meurtre de l’équipe éditoriale de Charlie Hebdo en janvier 2015, Pierre Manent défend des thèses similaires. Né en 1949, Manent est professeur de philosophie politique à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris et co-fondateur de la revue Commentaire qui, depuis trente ans, est une source majeure de la pensée conservatrice. Inspiré par sa lecture de Leo Strauss (voir chapitre 4), Manent a beaucoup écrit sur la signification profonde de la civilisation occidentale. Celle-ci, dans la continuité de la cité antique, a, selon lui, conceptualisé et étendu la citoyenneté contre la soumission à la religion et à la domination impériale. Nous ne pouvons pas attendre des musulmans qu’ils adoptent la doctrine des « droits humains » telle qu’elle a été définie, sans réserve, par la Déclaration originale des révolutionnaires français, mais nous devons leur faire une place dans notre société qui respecte leur mode de vie de croyants. Nous devons donc leur offrir un objet de loyauté qu’ils puissent partager avec leurs compatriotes. Pour Manent, seule la nation peut représenter la loyauté commune : un héritage spirituel et une règle de droit. Les alternatives transnationales – l’Europe, les Nations Unies, la loi des droits humains, peut- être même l’Umma islamique elle-même – sont peu attrayantes ou même contraires à l’intégration de la minorité musulmane. Pourtant, l’élite gouvernante a été complice de l’affaiblissement délibéré de la nation, elle a adopté la mondialisation et le projet européen comme seules boussoles de l’avenir, convaincue que tous les Français peuvent vivre en individualistes radicaux, rassemblés par la seule loi impartiale et séculière de la République. 
 
Il y a pire, le débat a été étouffé dans les cercles officiels : on a refusé d’appeler les choses par leur nom ; en parlant d’« islamophobie », on a par ailleurs créé un ennemi purement imaginaire. Selon la version officielle des événements, le terrorisme islamiste est une réponse à un crime permanent perpétré contre la communauté musulmane – un crime commis par tous ceux qui ont conscience que les coutumes musulmanes sont en désaccord avec l’ordre social traditionnel français. La propagande officielle est aveugle au fait que la communauté musulmane est financée et dirigée depuis l’extérieur – la mission wahhabite fortunée d’Arabie Saoudite par exemple – et qu’elle n’a aucune raison de voir dans la France la source ou le lieu de sa vie communautaire. Le projet européen ne fait qu’exacerber le problème, dans la mesure où l’intégration des communautés musulmanes ne peut se faire qu’au niveau national, là où les musulmans sont représentés grâce à leur vote, et non au niveau européen où les peuples ne comptent pas.
 
Extrait de "Conservatisme" de Roger Scrutin, publié chez Albin Michel
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 02/06/2018 - 19:36
Ceux qui qualifient les autres de réactionnaires
et de conservateurs sont toujours des types qui font de la fuite en avant.
Benvoyons
- 02/06/2018 - 15:19
Ces propos sont si justes et sensés
J'achète