En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Josh Edelson / AFP
Atlantico Business
Gros temps pour les Facebook, Google, Tesla, Amazon ou Apple : les marchés financiers sanctionnent l’arrogance des stars de la tech et risquent d’entraîner la prochaine crise
Publié le 04 avril 2018
Les marchés financiers continuent de sanctionner les stars de la Tech. Qui risquent d'entraîner le reste de l’économie et de freiner la croissance mondiale.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés financiers continuent de sanctionner les stars de la Tech. Qui risquent d'entraîner le reste de l’économie et de freiner la croissance mondiale.

Elles se prenaient pour Dieu. Tout leur était permis parce que tout leur était possible. Toutes ces sociétés qui forment le groupe de tête de cette tribu de la nouvelle technologie se faisaient appeler les GAFA, un peu comme dans la guerre des Etoiles. 

D’ailleurs, leur ascension aurait pu fournir la matière à un épisode de Star Wars.

C’est au moment où les Facebook, Amazon, Uber, Airbnb, Tesla, ou Google et d’autres ont cru découvrir un modèle économique qui devait leur assurer une croissance perpétuelle, que les marchés financiers ont commencé à s’enrhumer et à douter de la solidité des modèles. 

Dans l’ordre chronologique, on a d’abord vu Uber dont les dirigeants, enivrés par le succès mondial, connaissent des problèmes de tenues de route. Il a fallu réformer les pratiques et passer quelques compromis avec l’écosystème de certains des pays qu’ils avaient conquis. Moins violent mais tout aussi critiqué, Airbnb a dû mettre un bémol à sa croissance. Son implantation était tellement forte dans certaines villes qu’elles ont eu peur de l’asphyxie et ont commencé à réguler, c’est à dire à freiner. 

Mais l’accident marqueur s’est produit chez Facebook quand le monde entier s’est aperçu que les données personnelles accumulées par le premier des réseaux sociaux pouvaient être détournées et utilisées à des fins de promotion commerciale, ou pire à des fins de manipulation politique. Les dirigeants de Facebook ont-il pris conscience que le contrat de confiance était cassé et que leur modèle économique était difficilement acceptable ? Comment imaginer durablement qu’une entreprise puisse amasser des fortunes colossales en revendant très cher des données acquises gratuitement ?

Le modèle initial de Google, à qui aucun reproche ou aucun procès n’a été fait, peut aussi s’interroger sur la pérennité du modèle et son éthique. 

Amazon, dont le succès a été fulgurant, a été obligé de reconnaître que la gouvernance américaine avait quelques pouvoirs pour redresser un régime fiscal un peu trop laxiste. 

On pourrait tout aussi parler de Apple, dont l’obsolescence programmée des produits commence à lasser les clients, on pourrait citer Tesla où les actionnaires et les banques commencent à s’interroger sur la qualité des promesses de Elon Musk. Un génie de la technologie qui a subjugué les marchés financiers pendant dix ans et qui maintenant commencent à les inquiéter. Son dernier coup d’éclat a fait perdre 5% au cours de bourse en une journée : Elon Musk, CEO de Tesla, a cru drôle d’annoncer sa faillite sur Twitter comme poisson d’avril. « Malgré d’intenses efforts pour trouver de l’argent, y compris une tentative désespérée de ventes d’œufs de Pâques, Tesla a fait totalement et complètement faillite ». Les analystes n’ont quand même pas trouvé ça totalement illusoire…

Faut-il parler du bitcoin qui s’est effondré lors des fêtes de Pâques, après avoir touché le zénith de la finance et euphorisé toute une génération de spéculateurs dans le monde entier ? Quelle histoire que ces crypto-monnaies qui devaient révolutionner le système économique. 

Le système a donc commencé à se venger de toutes les arrogances. Après avoir voler à des altitudes sidérales, les valeurs de la Tech retombent sur terre. Alors la chute n’est pas trop violente comme en 2000 quand la première bulle internet a explosé, mais la chute est régulière. 

Ce mouvement est d’autant plus important qu‘il correspond à deux phénomènes qui touchent à l’économie réelle. 

1er phénomène : la fin de l’hélicoptère monétaire, c’est à dire la fin d’une politique monétaire ultra généreuse pratiquée par la plupart des banques centrales du monde et qui a permis d’éviter que la crise des subprimes ne tourne à la catastrophe comme en 1929. Hélicoptère monétaire, parce qu’on aurait jeté l'argent d’un hélicoptère en survolant la ville qu’on aurait pu avoir le même effet. 

Le problème, c’est que cette monnaie a principalement alimenté les marchés financiers en carburant et que sur ces marchés, les valeurs qui en ont capté l’essentiel sont celles de la tech parce qu’elles offraient un modèle de croissance et un rêve de fortune pour le plus grand monde. A partir du jour où les banquiers centraux ont commencé à dire qu’il leur fallait fermer les robinets et remonter les taux, les acteurs du système ont compris que les premières touchées par ces revirements seraient les valeurs de la technologie.

 

2e phénomène, les bruits de guerre commerciale entre les USA et la Chine. Alors la guerre n’est pas déclarée. La liste des produits importés de Chine aux USA, telle qu’elle a été arrêtée par Donald Trump, ne représente pas plus de 3% du total des importations en provenance de la Chine. Très logiquement, la Chine a publié une liste de produits américains auxquels elle va fermer l’accès du marché chinois, mais là encore, ça ne représente pas 3% des exportations US. On ne peut donc pas parler de guerre commerciale. Le jour où on touchera au commerce international sur les avions ou sur les automobiles, ça sera beaucoup plus sérieux, mais ce jour-là n’est pas pour demain. 

N‘empêche que si on ajoute à la crise de confiance qui fissure l’équation des Gafa, les signes de changement monétaire et les bruissements de la menace de protectionnisme international, on a les premiers facteurs annonciateurs d’un retournement de tendance économique.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
04.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zombikiller
- 04/04/2018 - 08:53
Ce même Monsieur Sylvestre
Qui il n'y a pas si longtemps vantait l'extraordinaire réussite et potentiel des GAFA.
Il serait également souhaitable de corriger les fautes de grammaire avant la publication. "Après avoir volé" et non pas "après avoir voler"....