En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
La fraude à la Sécurité sociale est estimée à 15 milliards d'euros par an.
La France perd chaque année 20 milliards
Fraudes sociales : un montant équivalent à trois fois le plan de rigueur !
Publié le 15 novembre 2011
Nicolas Sarkozy devrait aborder à Bordeaux la question des fraudes sociales. On parle de 20 milliards d'euros détournés chaque année par les particuliers... Mais aussi par les entreprises.
 Emmanuel Dellacherie est directeur de projet fraude à la Direction de la Sécurité sociale (DSS). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dellacherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Emmanuel Dellacherie est directeur de projet fraude à la Direction de la Sécurité sociale (DSS). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy devrait aborder à Bordeaux la question des fraudes sociales. On parle de 20 milliards d'euros détournés chaque année par les particuliers... Mais aussi par les entreprises.

Atlantico : En déplacement à Bordeaux ce mardi, Nicolas Sarkozy devrait aborder la question des fraudes sociales. Vous êtes chef de projet fraude à la Sécurité sociale, pourriez-vous dresser un état des lieux : que représente réellement la fraude en France ?

Emmanuel Dellacherie : C’est d’abord un phénomène multiforme. Quand on parle de fraudes à la Sécurité sociale, on évoque aussi bien les fraudes aux cotisations – principalement le travail au noir ou dissimulé, que les fraudes aux prestations – constatées, elles, par les organismes d’'Assurance maladie, les Caisses d’allocations familiales, ou les caisses de retraite.
Si on essaye d’appréhender ce phénomène en termes d’enjeux financiers, on remarque – même si les chiffres sont à prendre avec précaution, sachant que par définition, la fraude est un phénomène sous-terrain - que l’essentiel de la fraude à la Sécurité sociale repose sur le travail dissimulé et la fraude aux cotisations. On estime - avec beaucoup de prudence -, cette fraude à 15 milliards d’euros par an (1). Alors que pour les fraudes aux prestations, tout type de fraudes confondues, nous serions - selon des éléments de la Cour des comptes -, entre 2 et 3 milliards d’euros par an.

Qui sont les champions de la fraude ? Les arnaques à la Sécurité sociale ou le travail au noir ?

Le grand champion est incontestablement le travail au noir – avec 15 milliards d’euros. Il peut lui-même prendre des formes assez variées. Cela représente à la fois, des entreprises souterraines qui n’ont jamais déclaré leur activité. Ou encore des entreprises qui existent, qui payent leurs cotisations et les impôts, mais ne déclarent pas l’ensemble de leurs salariés. Cela peut être également une sous-déclaration du nombre d’heures travaillées.


Qui est le plus important fraudeur après le travail au noir ?

C’est plus difficile à établir car dans les fraudes aux prestations, il existe des escroqueries commises par les assurés mais aussi des  fraudes à l’assurance maladie qui sont le fait des établissements de soins, ou des professionnels de santé…  En maladie, si l’on tient compte des montants financiers, la fraude est plus le fait des prescripteurs que des assurés. En revanche, s’agissant des fraudes aux allocations familiales, la quasi-totalité de la fraude vient des allocataires.  

Cette fraude des allocataires au niveau des Caisses d’allocations familiales, se situe entre 500 et 800 millions d’euros par an. Sachant qu’aujourd’hui, on détecte un peu moins de 100 millions d’euros par an au niveau des Caf : cela signifie qu’on a quand même encore une marge de progrès importante. Même si beaucoup de progrès ont déjà été réalisés pour arriver à identifier une part plus importante des fraudes réalisées au préjudice des Caf, par exemple.
Evidemment si l’on rapporte cela à la totalité des prestations versées par les Caf, cela ne représente qu’un peu plus de 1%. Le phénomène est important, mais cela signifie tout de même que plus de 98 % des prestations sont versées à bon droit, tous les ans en France.


Justement, la France est-elle un mauvais élève en matière de fraude sociale ? Fraude-t-on plus, dans le sud de l’Europe que dans le nord ?

Des travaux ont été réalisés par l’OCDE sur le sujet il y a quelques années. Globalement, il ressort qu’on a un poids de l’économie informelle plus fort dans le sud de l’Europe, en Europe méditerranéenne et dans l’Europe orientale et centrale que dans l’Europe du nord. Ca n’est pas un scoop !
La France a une situation comparable avec celle de l’Allemagne ou de la Belgique, en termes d’évaluation de ce phénomène. Avec cependant, une structuration de l’économie française qui peut expliquer parfois des taux de fraude plus importants. Et notamment l’activité saisonnière. La France est un pays très touristique dans lequel on a recours au travail dissimulé dans des types d’activité tels que les hôtels-restaurants… On constate également une proportion élevée de travail dissimulé dans le BTP (Bâtiment Travaux Publics), les services aux entreprises…

Cette fraude augmente-elle ?

C’est très difficile à mesurer puisque on commence seulement à l’évaluer. On a le sentiment que le travail non déclaré a plutôt tendance à augmenter en période de crise économique. Mais il faudrait mener des études précises là-dessus durant 10 à 15 ans pour le confirmer. Le phénomène demeure somme toute important. On estime ainsi que le travail illégal représenterait entre 3,8 et 4,4% du montant des cotisations recouvrées…

Comment luttez-vous contre cette fraude ?

On augmente les contrôles et on les cible de mieux en mieux. Ces cinq dernières années, on a renforcé les effectifs de contrôle aussi bien dans les Urssaf que dans les caisses prestataires. On dispose aujourd’hui de cellules dédiées en matière de lutte contre la fraude sur le plan national.
Cette professionnalisation du contrôle donne ses premiers résultats. Ainsi, en 2010, on a détecté plus de 450 millions de fraude à la Sécurité sociale. En 2006, nous n’en n’avions décelé que 228 millions ! Et derrière, ce sont des plaintes pénales adressées au Parquet, des pénalités administratives notifiées, des exonérations de cotisations sociales annulées après la découvertes de travail dissimulé… On a un arsenal répressif complet qui permet de sanctionner sévèrement les fraudeurs…
  1. (1) Selon les données du Conseil du prélèvement obligatoire ou l’Acoss - la Caisse nationale des Urssaf.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (49)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Léonidas
- 18/11/2011 - 09:18
On ne meurt plus en Algérie!
Intéressante découverte faite par la Cour des comptes qui, en épluchant les comptes de la CNAV, l’organisme qui paye les retraites a constaté que le nombre de retraités centenaires algériens était particulièrement important.
Ce nombre est même supérieur au total des centenaires recensés par l’’état-civil en Algérie :
Les Algériens ayant travaillé en France deviennent immortels !
ZOEDUBATO
- 16/11/2011 - 14:28
Clientélisme et Paternalisme de Gauche ça coûte très cher
Et encore 20 milliards est un minimum
Aie
- 16/11/2011 - 12:53
pourquoi pleurer des privilégiés ?
.