En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 49 min 54 sec
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 2 heures 19 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 2 heures 34 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 3 heures 18 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 3 heures 51 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 4 heures 44 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 9 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 2 heures 53 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 3 heures 33 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 3 heures 54 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 4 heures 40 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 5 heures 21 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 5 heures 44 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 6 heures 1 min
De la houille, toujours de la houille

Chasse à la pollution : puisque les énergies recyclables ne suffiront jamais, quelles technologies permettraient de rendre propres les énergies fossiles ?

Publié le 18 mai 2014
La Chine a mis au point un dispositif permettant de récupérer et de stocker les émissions provoquées par la combustion du charbon. C'est une des solutions envisagées pour réduire la pollution, puisque la consommation d'énergies fossiles n'est pas près de diminuer.
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine a mis au point un dispositif permettant de récupérer et de stocker les émissions provoquées par la combustion du charbon. C'est une des solutions envisagées pour réduire la pollution, puisque la consommation d'énergies fossiles n'est pas près de diminuer.

Atlantico : Bien que la disparition des énergies fossiles soit programmée dans les esprits, elles sont encore bien présentes dans notre quotidien, les pics de pollution venant nous le rappeler. La Chine, très dépendante du charbon, s'est engagée dans le développement de technologies permettant de réduire l'impact de sa combustion. Aujourd'hui, de quelles avancées technologiques disposons-nous pour "museler" les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants ? Quelles sont les technologies les plus prometteuses ?

Stephan Silvestre : Les énergies fossiles représentent plus de 80% de la consommation mondiale d’énergie primaire et, si cette proportion baisse lentement, les volumes continuent eux de croître. Cette croissance va se poursuivre sous l’effet de deux facteurs dominants : l’accroissement naturel de la population mondiale et l’élévation de son niveau de vie. Plus d’habitations et plus de voitures induiront inévitablement plus d’énergie. Néanmoins, les pays émergents, comme les développés, chercheront toujours à limiter le recours aux énergies fossiles, pour des raisons à la fois géopolitiques et sanitaires.

Le premier axe est la substitution. Pour ce qui est de la production d’électricité, on connaît les alternatives : hydraulique, nucléaire ou éoliennes. Toutes ont leurs limites et la production d’électricité à partir du charbon ou du gaz reste très compétitive un peu partout. Mais des efforts sont faits et la proportion de ces sources tend à augmenter. Pour le chauffage, la substitution est plus difficile. Le gaz a tendance à s’imposer. S’il est moins polluant que le charbon ou le fioul, il reste une énergie fossile. Enfin, pour la motricité, les solutions sont encore embryonnaires (véhicules électriques, pile à combustible, agrocarburants). Elles progressent, mais il faut bien être conscient que, au rythme actuel, le remplacement du parc automobile mondial – plus d’un milliard de véhicules – nécessitera des décennies, si ce n’est des siècles.

Le deuxième axe est la diminution des rejets lors de la combustion. Pour l’automobile, il s’agit de filtres qui se traduisent par un surcoût des véhicules. Pour la production d’électricité, on travaille sur la capture et le stockage du CO2 (CCS). Là aussi, il y a un surcoût important qui bloquera sa généralisation. Mais il y a aussi des freins techniques : complexité de la capture et nécessité d’acheminer le CO2 sur de longues distances pour trouver les sites de stockage. Cette solution restera donc marginale à l’échelle des émissions mondiales de CO2 (moins de 1%).

Enfin, le troisième axe consiste en la diminution de la consommation, ou amélioration de l’efficacité énergétique. C’est là que les progrès sont les plus prometteurs. Pour l’automobile, cela consiste en la diminution de la taille des moteurs thermiques ou leur hybridation avec des moteurs électriques. Enfin, pour le bâtiment, de très gros progrès ont été faits dans l’isolation et l’utilisation de nouveaux matériaux. Mais, là aussi, on est confronté au problème du remplacement du parc existant, qui nécessitera plusieurs siècles.

Quels sont aujourd'hui les pays et les entreprises les plus en pointe sur le sujet ?

Dans le secteur automobile, pratiquement tous les constructeurs mondiaux et leurs sous-traitants travaillent dans ce sens, avec une avance notable pour les constructeurs japonais et allemands. Les Indiens se sont spécialisés dans les véhicules très petits, voire à air comprimé. Dans le domaine des agrocarburants, ce sont les Brésiliens et les Américains qui dominent le marché. Mais de nombreuses startups biotechnologiques sont très prometteuses, notamment en France. Dans l’aéronautique, Airbus comme Boeing travaillent depuis longtemps à la réduction de la consommation de leurs appareils. Dans la production d’électricité, on peut citer Alstom, qui propose des centrales thermiques affichant des rendements améliorés. Côté CCS, les Allemands ont de l’avance, mais il est peu probable que leurs solutions s’imposent. Dans les matériaux de construction, des Français comme Lafarge ou Saint-Gobain sont très innovants.

Quels sont les enjeux économiques derrière ces techniques ? Sont-elles abordables et pourront-elles un jour le devenir ?

Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, l’enjeu est la maîtrise de la technologie. Face à la montée en puissance de la Chine dans de nombreux secteurs industriels (automobile, aéronautique, centrales électriques), les Occidentaux jouent leur survie industrielle en se positionnant sur ces technologies. Certaines technologies resteront économiquement non viables (CCS), mais d’autres sont déjà rentables et se déploieront plus ou moins rapidement (matériaux nouveaux, biocarburants, moteurs hybrides).

Quel est le potentiel des énergies carbonées propres ? Peuvent-elles devenir la norme ? À mesure que leur efficacité progresse, les énergies renouvelables sont-elles amenées à reculer ?

Qu’on le veuille ou non, les énergies fossiles resteront dominantes pendant encore plusieurs décennies. Partant de là, les pays développés chercheront à minimiser leur impact environnemental. Mais cela ne signifie pas que les énergies renouvelables diminueront, ni en proportion, ni en volume. Fortes du soutien des pouvoirs publics, elles continueront de se développer. Cependant, il faut s’attendre à ce que leur croissance ralentisse en raison des coûts qu’elles entraînent et de la raréfaction des sites d’accueil. Le coup de grâce des énergies fossiles nécessitera une rupture de technologie, comme les algocarburants ou la pile à hydrogène.

Vers quel mix énergétique pourrait-on aller dans ces conditions ?

Le mix énergétique à l’échelle mondiale a peu de sens, tant il diffère d’un pays à l’autre, pour des raisons de disponibilité des ressources, de géopolitique ou encore de climat. Dans le cas de la France, la consommation de carburants va continuer de diminuer, sur la tendance déjà engagée depuis plusieurs années. Ils seront en partie remplacés par des agrocarburants. Pour la production d’électricité, la part du nucléaire diminuera légèrement à la faveur des énergies renouvelables. Elle devrait se situer un peu en dessous de 70% en 2030. Enfin, pour le chauffage, le gaz naturel devrait continuer de se substituer au fioul. Au total, les énergies fossiles devraient représenter environ 45% de notre mix énergétique en 2030 contre un peu plus de 50% aujourd’hui. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 18/05/2014 - 13:23
Si les politiciens français et allemands
n'avaient pas cédé au chantage électoral des verts kaka d'oie, porteurs de la nouvelle démagogie mortifère, le Nucléaire aurait conservé voire augmenté sa part prééminente dans ses deux pays, permettant de dégager des marges de manœuvres confortables pour l'exploration de nouvelles sources d'énergie.
Encore une fois, les gauchistes ont mis la charrue avant les bœufs et limité le nucléaire, avant qu'existent des nouvelles technologies viables et compétitives.
D'où l'aberration actuelle, où l'Allemagne est devenu le plus gros pollueur en CO2 charbon de l'Europe, et où la France cherche désespérément auprès du contribuable( mais ne trouvera jamais...), les moyens qu'elle n'a pas su dégager pour ses énergies alternatives.
Comme pour l'Europe et l'Euro, le processus d'accession aux énergies alternatives est l'inverse de ce qu'il aurait dû être!
Céder au chantage des maître-chanteurs verts, c'est comme céder au chantage des terroristes, cela ne résout rien et fait de la France le contributeur net direct du Terrorisme et de l'Ecologie punitive...