Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le vol d'identité, la plus grande menace criminelle des années à venir

D'après le Bureau of Justice Statistics, le coût attribué aux usurpations d'identité sur Internet aux Etats-Unis en 2012 s'élèverait à 24,6 milliards de dollars, contre 13,9 milliards pour les crimes contre les biens.

Au voleur !

Publié le - Mis à jour le 1 Janvier 2014
Le vol d'identité, la plus grande menace criminelle des années à venir

Atlantico : D'après le Bureau of Justice Statistics, le coût total attribué aux usurpations d'identité sur Internet aux Etats-Unis en 2012 s'élèverait à 24,6 milliards de dollars, contre 13,9 milliards pour les crimes contre les biens (voir ici). Qu'en est-il en France ? Peut-on dire qu'il s'agit là de la plus grande menace criminelle des années à venir ? Pourquoi ?

Jean-Paul Pinte : L’essence de notre vie sociale a toujours été basée sur la confiance nous signale Gérald Bronner dans La démocratie des crédules.

Il faudra désormais compter sans elle. Et Snowden de nous expliquer lors de ses vœux de Noël qu'en l'état actuel des choses "un enfant né aujourd'hui n'aura aucune conception de ce qu'est la vie privée" l

L’usurpation d’identité d’une personne physique ou morale consiste à prendre délibérément l’identité d’une autre personne vivante, dans le but de réaliser des actions frauduleuses. Quelle surprise d’apprendre un jour que votre identité a été utilisée, votre nom voire certaines données personnelles réutilisés à des fins malencontreuses nuisant par là même à votre réputation mais aussi à votre porte-monnaie !

Le phénomène est de plus en plus inquiétant et mérite d’être considéré comme l’une des plus grandes menaces de notre siècle car plus rien ne nous rendra avant l’époque de la surabondance informationnelle et de la mutation numérique amorcée il y a presque 20 ans en France et depuis bien plus longtemps dans le monde.

Nos vies sont devenues numériques. Les frontières entre notre intimité et notre extimité poreuses. Ce dernier concept défendu par Serge Tisseron, sociologue s’est en effet étendu à l’ensemble des pratiques de mise en scène de soi dont les pratiques nouvelles sur Internet et plus particulièrement, celles des jeunes.

Mais à vrai dire, cela nous touche tous aujourd’hui et il en faut peu pour que nos identités soient usurpées à partir de la toile mais aussi à partir de petits gestes quotidiens pouvant nous trahir un peu plus tard sans que nous en ayons conscience.

Nous nous numérisons en intégrant au fur et à mesure les médias et supports qu’impliquent aujourd’hui notre société connectée.

Du Web 1.0 (Web de stockage des pages) jusqu’au Web des objets connectés en passant par le Web social (2.0) et sémantique (3.0) toutes nos données peuvent devenir à tout moment des données intelligentes pour des personnes mal intentionnées voire cybercriminelles !

Que dire de ce phénomène et de son ampleur à ce jour ?

Tout d’abord au niveau pénal un grand pas a été franchi. Il est en effet prévu par la loi LOPPSI 2 que tout acte d’usurpation d’identité sera dorénavant puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Il n’existait jusqu’à ce jour aucune législation spécifique pour lutter contre ces actes malveillants et souvent traumatisants pour les victimes.

Le phénomène ne se limite pas au seul fait de la société numérique signale-t-elle mais touche aussi la tromperie envers les aides sociales, les documents comme la carte d’identité, le passeport, le permis de conduire, …

En termes de chiffres, difficile de se faire une idée exacte car seules quelques enquêtes datant de plus de deux ans et quelques éléments de veille issus du Web nous permettent de nous situer.

Selon un rapport du Credoc de 2009, chaque année on dénombrerait plus de 210 000 victimes.

L'interrogatoire de 300 victimes démontre que "le coût individuel moyen d'une usurpation d'identité se monte à 2.229 euros", cumulant les détournements (argent, aides sociales, etc.), le montant des démarches administratives et judiciaires, et les coûts supplémentaires générés par cet imbroglio (médecin, frais postaux). Après le remboursement par les assurances, le montant moyen restant à la charge de la victime est de 1.556 euros, bien que dans certains cas, l'histoire tourne au drame avec interdit bancaire, perte d'emploi, voire emprisonnement.

Toujours selon le CREDOC le coût de l’usurpation d’identité de ces 210 000 s’élèverait à 474 millions d'euros pour les assureurs et particuliers. Ces derniers ayant dû, pour un tiers d'entre eux, affronter l’épreuve qu’il sont bien eux-mêmes.

Le français a plus de chances de subir une usurpation d'identité qu'un cambriolage (150 000) ou un vol de voiture (130 000).

120.000 victimes d'usurpation d'identité chaque année en France annonce Daniel Martin le 25 février 2013[8], ancien commissaire de la DST, spécialisé dans les nouvelles technologies donnait une conférence à Limoges pour évoquer les différentes formes de délinquance sur le net.

Le député Catherine Vautrin confirme bien le coût pour la société de 474 millions d’euros mais signale aussi 1,4 milliard de préjudice pour l’UNEDIC, 1 milliard pour la caisse nationale d’assurance-maladie et 1 milliard pour la caisse d’allocations familiales, soit un total de 3,874 milliards par an. Quant au coût individuel moyen d’une usurpation, il est estimé à 2 229 euros cumulant les détournements (argent, aides sociales), le montant des démarches administratives et judiciaires, et les coûts supplémentaires générés par cet imbroglio (médecin, frais postaux). après le remboursement par les assurances, le montant moyen restant à la charge de la victime est de 1 556 euros.

Selon une étude du CSA "Les français et la criminalité identitaire" le phénomène aurait doublé de 2009 à 2012 passant de 200 000 à 400 000 le nombre de victimes de l’usurpation d’idendité.

La 4ème campagne de sensibilisation à l'usurpation d'identité menée par Fellowes a débuté le 10 octobre 2012 lors d'une conférence de presse qui a connu un retentissement immédiat dans les médias. Les chiffres percutants de l'étude réalisée par le CSA ont été diffusés dans les nombreux articles parus dans la presse écrite nationale et régionale ou sur le web. Ce sondage CSA, pour le compte de la société d'accessoires de bureau Fellowes, a été réalisé les 29 et 30 août par téléphone auprès d'un échantillon de 1 050 personnes âgées de 15 ans et plus.

On y apprend notamment que :

  • 8% des Français déclarent avoir été victimes d’usurpation d’identité au cours des 10 dernières années contre 4,2% en 2009.
  • Par ailleurs, près de deux tiers des Français (63%) pensent que le risque de criminalité identitaire est élevé.
  • Cette perception élevée du risque s’accompagne d’une protection en priorité des papiers d’identité (58%) mais les Français ne vont pour autant pas jusqu’à leur destruction systématique lorsqu’ils sont obsolètes.
  • 6 Français sur 10 sont au courant que des documents contenant des données personnelles sont parfois revendus de manière illégale.
  • Une majorité relative en France ignore la valeur financière de leur identité.
  • Les papiers d’identité et de voyage, objets surveillés avec le plus d’attention par les Français.
  • Les copies papiers plus utilisés qu’Internet pour transmettre des données personnelles
  • Des habitudes qui varient principalement entre destruction et conservation sans protection particulière des documents contenant des données personnelles.

Quelles formes ces usurpations prennent-elles ? Comment s'en prémunir ?

Avec plus de trois milliards d’internautes, il y a fort à parier que Les usurpations d’identité vont continuer à se développer sur la toile. Entreprises comme particuliers doivent s’y préparer et être vigilants lorsqu’ils mettront à la poubelle des documents ou communiqueront sur des espaces numériques de plus en plus nomades. Ils devront apprendre à connaître les méandres de la toile car Internet a été créé sans que l’on se soucie de sa sécurité et il semblerait que tout un pan de la société ne connaisse pas comment fonctionne réellement Internet.

Tout sera branché et interconnecté dans le Big Bang numérique qui s’annonce et son Big Data portera l’information quasiment à bout de clic. Il faut donc s’attendre à voir apparaître de nouveaux cyber-délinquants qui, comme à chaque nouveauté s’adaptent et ont toujours un temps d’avance.

Les données issues de nos pérégrinations sur la toile génèrent à leur tour des métadonnées qui peuvent être transmises à divers organismes en indiquant leurs titulaires par un pseudonyme. Le pseudonymat ne suffira pas à garantir l’anonymat des données et il faudra développer de nombreuses techniques pour protéger les données sensibles sans les rendre inexploitables. Nous en sommes donc rendus là et ainsi si nous n’y prenons garde se constituera notre ADN numérique.

De faux profils naîtront sur les réseaux sociaux vous invitant à vous lier d’amitié avec une personne que vous ne connaissez en fait pas vraiment voire pas du tout. Votre profil s’il n’est pas encore créé pourra l’être par un tiers sur ces réseaux sociaux avec, pour seul but, de vous associer à d’autres profils n’ayant aucun centre d’intérêt avec vous mais que vous validerez tant l’ingénierie sociale visant à nuire à votre identité ou à l’utiliser à des fins frauduleuses sera forte et bien montée.

Pas très compliqué si l’on sait passer un peu de temps sur un moteur de recherche et rapprocher des données sur une personne. On connaîtra son entourage comme le fait déjà un logiciel de cartographie de Google (Touchgraph Seo).

On arrive même déjà aujourd’hui à connaître les amis de nos amis sur le réseau FACEBOOK sans être leur ami ni les connaître !

Certains iront même jusqu’à utiliser les Splogs[1] pour arriver à leur fin, voire à se perfectionner en cartographie pour déceler les interactions humaines et rentrer dans les réseaux de personnes qu’ils ont envie de surveiller par exemple comme je le signale dans un ouvrage co-écrit avec Myriam Quéméner [2](p.119).

En dehors des usurpations d’identité via les documents papier officiels vont ainsi se développer de nouvelles formes comme la diffamation, l’injure, le dénigrement.
Dans cette révolution de données l'individu sera sommé de déterminer jusqu'où il est prêt à aller pour reprendre le contrôle de sa vie privée et de sa sécurité.

Comment s’y préparer ?

Il convient dés aujourd’hui de ne pas mélanger nos données personnelles et professionnelles et si possible d’avoir au moins deux profils par réseau social dont un pour surveiller l’autre. C’est ce que je préconise à mes étudiants le plus souvent…

Sur vos Smartphones, futur terrain de développement, pensez un jour que vos courriers envoyés avec pièce jointe sont souvent l’objet d’informations utiles pour quiconque trouverait votre appareil. Aussi, vérifiez que ces derniers messages comportant des pièces jointes ne sont pas des messages transmis à des organismes de nos administrations ou des banques avec lesquels nos échanges se numérisent de plus en plus.

Vérifiez vos comptes et surtout imprimez vos relevés pour une lecture plus facile des opérations. Certains prélèvements de 15 à 30 euros voire plus peuvent passer à la trappe et apparaître à vos yeux comme des petites sommes sans intérêt mais se répétant dans la durée de manière hebdomadaire, mensuelle, etc.

N’utilisez que des sites de confiance pour vos achats, et surtout regardez bien l’adresse URL de votre site à chaque passage sur une nouvelle page car le simple fait de voir Https:// ou un cadenas sur la page ne doit pas vous rassurer. Ce type d’adresses s’achète aujourd’hui sur Internet pour une poignée de dollars.

La personne dont l’identité est usurpée se retrouve souvent à son insu victime d’une opération souvent financière voire civile (comme un mariage). Cela pourrait aller à l’extrême jusqu’au crime perpétré en votre nom !

N’attendez donc pas de ne plus pouvoir prouver votre identité.

Les conséquences psychologiques sont aussi souvent dramatiques signalait aussi le député Catherine Vautrin: "75.000 personnes sont chaque année amenées à devoir faire la preuve de leur identité et il arrive que certaines victimes mettent des années à prouver à l’administration leur véritable identité. 10% des victimes sont d’ailleurs tombées malade et 13% ont été assignées en justice. Un cinquième d’entre elles sont sorties traumatisées de l’expérience".

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gliocyte - 30/12/2013 - 11:57 - Signaler un abus Allons plus avant

    L'usurpation d'identité doit être punie plus sévèrement encore en supprimant à vie tous les droits sociaux (allocations de toutes les sortes) aux fraudeurs.

  • Par mich2pains - 30/12/2013 - 12:42 - Signaler un abus LE PIRE EXEMPLE D ' USURPATION D INTENTITE ?

    C'est HOLLANDE qui prend la place d'un Président de la République Française .....

  • Par ignace - 30/12/2013 - 17:22 - Signaler un abus article interessant merci

    un vrai phénomène de société d'une extrême gravité et qui passe largement devant le voile ou autres écrans de fumée

  • Par Anguerrand - 30/12/2013 - 17:37 - Signaler un abus Usurpation identité

    La pire chose qui puisse vous arriver, des années de combat sans aucun soutien des magistrats plus occupés à libérer des malfrats. Visite d'huissiers, interdit BanquedeFrance, etc...

  • Par mx - 30/12/2013 - 23:39 - Signaler un abus 2 qui risquent rien

    François hollande et Raymond domenech lol

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Pinte

Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique.

Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille, il est expert en cybercriminalité.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€