Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les sous-titres pour comprendre vraiment les consignes de vote des Républicains

Le bureau politique s'est tenu lundi 24 avril et s'est soldé par un compromis qui en dit long sur l'ambiance au sein du parti de droite. Mais on peut aussi voir cette mise à plat comme un premier plan de bataille en vue des législatives.

Urgence d'attendre

Publié le
Les sous-titres pour comprendre vraiment les consignes de vote des Républicains

Les Républicains sont au supplice chinois ; la défaite de François Fillon a non seulement balayé les espoirs et les ambitions des uns et des autres, convaincus que l'heure de l'alternance allait enfin sonner et permettre d'assouvir leurs ambitions, mais il y a pire : le fait d'être confronté à un deuxième tour Macron-Le Pen les oblige à se positionner par rapport aux deux finalistes de la présidentielle, à savoir la présidente du Front National et celui qu'ils considèrent comme l'héritier de François Hollande, aussi honnis l'un que l'autre...

Et revoilà les affres du Front Républicain, inépuisable sujet de déchirements dans la famille LR, chaque fois que le problème est posé, qu'il s'agisse d'une cantonale ou d'une législative partielle, (la dernière fois, c'était dans le Doubs en février 2015, où le candidat LR avait été éliminé au premier tour et où les électeurs avaient le choix entre le candidat PS et une candidate FN), ou, comme aujourd'hui, de l'élection présidentielle.

Si dimanche soir de nombreux ténors du Parti, à commencer par François Fillon, mais aussi Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Jean-François Copé, Christian Estrosi, ont instantanément appelé à voter pour Emmanuel Macron au deuxième tour, les tenants de la ligne dure, dont Laurent Wauquiez et Eric Ciotti se sont contentés de demander aux électeurs de ne pas s'abstenir et de ne pas voter pour Marine Le Pen, sans pour autant appeler nommément à voter pour Emmanuel Macron. Ils justifient cette position par le refus d'une partie de leurs électeurs d'accorder leurs suffrages au candidat d'En Marche ; et il a fallu des heures de discussion lundi pour que les membres des instances de direction parviennent à un compromis élaboré par des orfèvres en rédaction : "Face au Front National l’abstention ne peut être un choix, nous appelons à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l’élection présidentielle, et nous engagerons dès demain la campagne des législatives avec notre projet d’alternance, le seul capable de redresser la situation de la France". Ce texte ne mentionne pas nommément Emmanuel Macron, les membres du Bureau Politique n'ayant pas réussi à se mettre d'accord. Une partie des membres du B.P., dont les proches de Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet notamment, souhaitant que l'appel soit plus explicite, les autres, notamment Laurent Wauquiez, mais aussi des parlementaires moins connus, s'y opposant, car ils ne veulent pas que "le FN soit considéré comme la seule opposition à En Marche". Pour eux, appeler à voter pour Emmanuel Macron équivaudrait à apporter son soutien au candidat d'En Marche, alors que certains dirigeants LR croient encore pouvoir limiter les dégats en remportant les législatives de juin... 

Pour éviter d'afficher les divisions, il n'y pas eu de vote ("voter c'est diviser", selon un dirigeant du Parti !), et à l'issue de la réunion du Bureau Politique" qui a donné lieu à un très large débat" selon la formule consacrée, Bernard Accoyer a donné lecture du communiqué en expliquant qu'il a été adopté par "consensus", et précisant que ce texte "sera accompagné en conscience par les décisions des uns et des autres". Autrement dit, libre à chacun d'expliciter son propre choix .Ce que Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas manqué de faire dans la soirée. L'ex-candidate à la primaire a publié un communiqué dans lequel elle s'inscrit "dans la foulée de Jacques Chirac" et considère," avec Alain Juppé et François Fillon que la clarté s’impose et que le FN constitue un danger capital pour la Nation et la patrie". Par conséquent, elle "regrette que le bureau politique n'ait pas validé une position plus claire..., se félicite d’avoir avec d’autres battu la thèse mortifère du "ni ni"... et "appelle sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron". Pour elle "pas une voix ne doit manquer pour battre Marine Le Pen". Cette démarche personnelle est interprétée par une partie des troupes LR comme une offre de service au candidat d'En Marche, ce qui en dit long sur l'ambiance qui règne chez les Républicains en ces lendemains de défaite. Ils ont donc décidé de mettre un couvercle sur la marmite en attendant le lendemain du deuxième tour, tout en redoutant que certains élus aillent plus loin que simplement appeler à voter pour Emmanuel Macron, et acceptent de faire partie d'une future coalition d'un gouvernement d'Emmanuel Macron dans le cadre d'une recomposition politique .Mais à chaque jour suffit sa peine. Dans l'immédiat , la commission d'investiture doit désigner les derniers candidats dans les circonscriptions dont les députés sortants n'ont pas encore choisi entre leur mandat local et leur mandat national, Eric Woerth, déjà chargé de la préparation du projet des Républicains, est chargé de le mettre à jour pour les législatives et Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée a été missionné pour préparer la direction de la campagne des législatives... 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par perceval - 25/04/2017 - 09:23 - Signaler un abus On y arrive!

    Quelle que soit la façon dont on retourne les choses, aujourd'hui ou demain, en tous les cas très vite, "Les Républicains" c'est fini tels que nous les connaissons. D'ailleurs, à y regarder de près c'est fini depuis déja bien longtemps!

  • Par cloette - 25/04/2017 - 10:08 - Signaler un abus En effet

    Quel rapport y a t il entre un Juppé lou une NKM et la droite gaulliste et républicaine traditionnelle et " normale " ?

  • Par horus35 - 25/04/2017 - 11:45 - Signaler un abus Nid de scorpions !

    Jusqu'à la lie ! Ils boiront le fiel jusqu'au bout ! Ce parti moribond est un ramassis de salopards, de pourris sans âmes, de traîtres, vomitifs à souhait ! Mélange de tous les vices de la politique ils ne méritent rien d'autre que de disparaitre du paysage, ayant plus que suffisement abîmé notre pays ! Dehors !

  • Par tananarive - 25/04/2017 - 12:00 - Signaler un abus Tous les parties.

    Ils sont tous pareil, et pour une bonne raison la place est trop bonne et ils se battent comme les loups sur un cadavre. Il suffit de baisser leurs avantages et tout les opportunistes disparaîtront. François Fillon l'avait bien compris lui qui voulait réduire le nombre de sénateurs et de députés.

  • Par POREE - 25/04/2017 - 12:14 - Signaler un abus CHOIX CORNELIEN

    Comment les Républicains vont-ils argumenter pour les législatives et demander à leurs électeurs de voter à droite après avoir appelé à voter à gauche, c'est à dire Macron, au deuxième tour? Comment peut-on nous demander de mettre un bulletin pour quelqu'un soutenu par Hollande Bayrou valls Cambadélis Belkhacem et cerise sur le gâteau Taubira plus tous ceux qui qui ont quitté notre navire?

  • Par clint - 25/04/2017 - 13:13 - Signaler un abus On s'orienterait vers la fin de l'UMP/PR et le retour du "RPR" !

    C'est ce qui se dirait dans le camp sarkoziste "droite forte" ! Et on reviendrait à une droite dure (et un peu "populiste") pour reprendre les électeurs qui sont allés au FN. Dans ce contexte les UDI devraient se retrouver centristes, et non pas seulement pour les avantages en sièges ! Pourquoi pas ?

  • Par Jean-Benoist - 25/04/2017 - 13:24 - Signaler un abus Une vraie droite qui affiche ses valeurs

    Alors, Exit les Lemaire, Darmanin, Nkm, Estrosi, Juppé, Apparu, des centristes mous, pour rassembler des politiques qui soutiennent un programme digne de Fillon, car cest celui la qui fut choisi, légitimé lors des primaires... Les électeurs aspirent a la clarté des valeurs pour relever notre pays et nous donner espour et fierté

  • Par Nbia - 25/04/2017 - 16:35 - Signaler un abus Q'est ce qu'ils pouvaient faire d'autre?

    Les dirigeants des Républicains sont dans une mauvaise situation: la majorité de leur base va voter Le Pen ou s'abstenir, et cautionner ce choix leur aurait attiré les foudres des média (en majorité gauchistes). Donc la seule solution est cet exercice d'equilibrisme pour dire: faites ce que vous voulez, sans le dire.

  • Par lafontaine - 25/04/2017 - 17:38 - Signaler un abus le fromage

    Et Oui, quand on est dans le fromage, c'est dur de le quitter. Prenez par exemple Mr ESTROSI, président LR de la région PACA (grâce à une alliance surnoise avec le PS) : je suis juppéiste, puis filloniste, puis je serre la main de Macron (on ne sait jamais, ça peut servir), puis re-filloniste, et enfin re-Macron. C'est pas de la bonne politique ça !

  • Par Texas - 25/04/2017 - 18:57 - Signaler un abus Consignes de vote ,

    Appels à voter .....! . Oh les ringards , vous en êtes encore là ? .

  • Par Deudeuche - 25/04/2017 - 20:09 - Signaler un abus Ne pas voter FN mais pour la candidate

    À la rose bleue. Nous nous sommes compris :D

  • Par Beredan - 25/04/2017 - 20:49 - Signaler un abus Faux-derches et lèches-Macron....

    Juppé , Lemaire , Nkm , Baroin , Estrosi , Bertrand , wauquier..... même fillon....

  • Par lemillanh - 25/04/2017 - 23:01 - Signaler un abus Cela est parfaitement limpide il n' y a pas de

    place pour 2 candidats qui ne répondent pas au programme défendu par FFillon que les dirigeants se sacrifient au non d'un principe républicain est une chose mais pour l'électeur lambda si celui ci n'éprouve aucune compassion pour ces 2 candidats mais surtout pour leurs programmes ils n'ont aucune raison de devoir choisir l'un ou l'autre encore une fois cette idée saugrenue d'un front républicain inventé par la gauche pour faire plébiscité Chirac en 2002 qui d'ailleurs a fait moins bien que Fillon en 2017 est mortifère pour la droite les électeurs sont adultes et responsables de leurs votes 1 bulletin blanc ou 1 bulletin nul est une réponse claire à l'offre proposée le résultat de l'élection est porté par le groupe qui aura réuni le plus grand nombre de suffrage c'est la règle démocratique partagée par tous dans majoritaire pour 2 groupes composé de 100 individus le groupe gagnant devra réunir 51 individus maintenant l'élection présidentielle fait apparaitre au final 4 groupes d'individus ceux du candidat gagnant ceux du candidat perdant celui des des abstentionnistes celui des bulletins blancs et nuls si le vote était obligatoire il ne devrait rester que 3 groupes

  • Par lemillanh - 25/04/2017 - 23:22 - Signaler un abus si maintenant

    dans ces 3 groupes le groupe majoritaire est celui des bulletins blancs ou nuls par rapport aux groupes ayant choisi leurs candidats quel légimité aura le candidat le plus représenté ? poussons à l’extrême si le parti du non choix est très largement majoritaire que vaut l'élection DU CANDIDAT dans ses conditions? PRENONS UN AUTRE EXEMPLE QUI ETAIT A 2 DOIGTS DE SE PRODUIRE LE 23 AVRIL UN DUEL LE PEN/ MELENCHON MEME AVEC UNE KALACH DANS LE DOS JE N AURAI JAMAIS ACCEPTE DE CHOISIR ENTRE UNE FASCISTE ET UN MARXISTE dans ce cas de figure l'élection se serait faite avec maximum 44 % du corps électoral MEME MOINS la majorité démocratique aurait été dépossédé démocratiquement de son pouvoir par une minorité du corps électoral c'est comme cela que Hitler a pu conquérir le pouvoir pour moi le front républicain est un non sens et il me parait beaucoup plus important de responsabiliser les électeurs sur les conséquences de leurs choix que de les obliger à choisir un candidat qu'ils ne désirent pas............

  • Par cloette - 26/04/2017 - 09:47 - Signaler un abus Deudeuche a raison

    C'est un Sage

  • Par Nicolas V - 26/04/2017 - 15:54 - Signaler un abus Le seul problème

    C'est d'ailleurs le piège tendu par LRPS, les votes blancs ne sont pas comptabilisés dans les résultats. Ils n'apparaîtront donc nulle part Et seront assimilés aux votes de choix. Qui ne sait vraiment pas quoi faire s'abstient, ceux qui veulent faire barrage à Macron votent MLP. Réfléchissez, dans un score électoral , on vous annonce l'abstention , puis le score des 2 candidats sur les suffrages exprimés, on ne vous dit pas : Macron 45, MLP, 35, blancs 25. On a vu 1 PS élue avec 7% des inscrits au 2eme tour, Et pas gênée Casser Macron en votant MLP Et pour les velléitaires, s'abstenir

  • Par cloette - 27/04/2017 - 08:38 - Signaler un abus Faire place nette

    Et votons Marine Le Pen . Il faut savoir choisir selon les circonstances soit le moins pire , soit le mieux évident . Mais jamais sur ce qui est "dicté " . Macron â été lancé comme un paquet lessive !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€