Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La théorie de l'evolution, c'est fini pour les écoliers turcs : Erdogan déploie implacablement son projet neo-ottoman

"un sujet discutable, controversé et trop compliqué" pour le gouvernement, qui préfère en rester à la version du Coran.

Anti-darwinisme

Publié le - Mis à jour le 12 Juillet 2017
La théorie de l'evolution, c'est fini pour les écoliers turcs : Erdogan déploie implacablement son projet neo-ottoman

Atlantico : Le gouvernement turc vient de supprimer des programmes scolaires la théorie de l’évolution, jugée contraire aux préceptes du Coran. Comment cette décision vient illustrer ce qu'il se passe actuellement en Turquie? Dans quel cadre général cette réforme vient elle s'inscrire, notamment par rapport au kémalisme 

Alexandre Del Valle : Ce qui se passe en Turquie est un véritable "changement de civilisation" pour reprendre les termes mêmes utilisées par le président turc R. T. Erdogan, et son premier ministre Yildrim lors du dernier référendum. C’est intéressant, car pour une fois, c’était franc. Les dirigeants turcs ont montré leur véritable visage : ultranationaliste, anti-occidental et néo-islamiste. Ils veulent vraiment rompre avec la civilisation occidentale, le rationalisme occidental et la laïcité, certes selon eux imposée par Atatürk qui est perçu par les islamistes du monde entier de facto comme un traître.

C’est le retour d'une Turquie à sa tradition islamique. D’ailleurs, on parle en Turquie de "néo-ottomanisme" à propos de la pensée de l’équipe Erdogan. C’est quelque chose de tout à fait assumé. Le vrai pari géopolitique de la Turquie serait de retrouver ses racines, et de renouer avec la tradition islamique ottomane et donc in fine avec la loi musulmane. C’est un premier pas vers une islamisation progressive du système de l’enseignement. Ce n’est pas la conséquence d’un système ; ce n’est que le début. Dans un second temps, il s’agit de réislamiser toute la société et les lois. Ce que je dis depuis 2002, depuis l’accès d’Erdogan au pouvoir, c’est que nous assistons depuis les années 1990 à une mutation géocivilisationnelle fondamentale d’une Turquie laïque "post-kémaliste" à une Turquie néo-Ottomane et "islamo-nationaliste", à la fois de plus en plus anti-occidentale, réorientaliée et irrédentiste-panislaliste. L’arrivée d’Erdogan a été en fin de compte non pas un début mais l’aboutissement revanchard de la vision civilisationnelle et géopolitique de tous ceux qui n’avaient jamais digéré la laïcité-occidentalisation imposée d’un coup et brutalement par “l’athée Atatürk”. Ce que fait que le parti d’Erdgan, l’AKP depuis des années n’est donc que la mise en oeuvre d’une vaste politique de revanche néo-islamiste des masses musulmanes qui se sentent humiliées et acculturées par le projet occientalo-laïque et "apostat" du kémalisme  "impie".

Quels sont les autres exemples de réformes permettant de construire cette "nouvelle Turquie" ? L'arrivée de l'AKP au pouvoir en 2002 était elle annonciatrice, dès le départ, d'un tel renversement ? 

De très nombreux juges, enseignants, intellectuels et opposants kémalistes ont été persécutés depuis des années, pas seulement depuis le coup d’Etat manqué de juillet 2016, mais depuis 2007-2008, lorsque Erdogan a commencé à montrer son vrai visage. Les grands journaux kémalistes ont alors subi des chasses aux sorcières de plus en plus massives et violentes, notamment lors du fameux scandale-procès du réseau Ergenekon qui avait déjà permis en 2008 à Erdogan de mettre en prison des intellectuels et militaires kémalistes puis à ruiner des oligarques kémalistes et intimider les journalistes. On a plein d’exemple de personnes qui ont été remplacé par des homologues islamistes, et ceci depuis les années 2007-2008. Personne ne peut feindre honnêtement d’être surpris au sein de notre classe politique de gouvernement car les plans subversifs d’Erdogan et de son noyau-dûr proche des Frères musulmans est connu depuis le début . Depuis 2002, j’ai annoncé à maintes reprises, notamment dans mon ouvrage "La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste" (Les sortes, 2003) qu’Erdogan était un "faux modéré" et un vrai extrémiste national-islamiste" qui allait utiliser le processus d’adhésion à l’Union européenne et les valeurs de l’Occident comme des parapluies et béliers destinés et parrainer et justifier au nom de la démocratie le renversement du système autoritaire kémaliste anti-islamiste. L’objectif est accompli, et les Occidentaux ont été bernés, qui voient maintenant leur "allié" membre de l’Otan et candidat à l’adhésion à l’UE leur échapper et fréquenter leurs ennemis puis devenir le parrain de l’islamisme mondial aux côtés du Qatar… J’avais dit depuis les années 1990 qu’Erdogan alors maire d’Istanbul et déjà charismatique était un vrai islamiste dangereux et notamment un proche des frères musulmans. Son succès a consisté à instrumentaliser les idéaux démocratiques en faisant croire aux Occidentaux complaisants qu’il incarnait un "islamisme modéré" face aux deux opposés que sont le kémamisme autoritaire et l’islamisme terroriste. Son but était d'amadouer les Européens et les Américains en extase devant son projet "islamiste-conservateur" et capitaliste-compatible. Son objectif consistait pourtant comme le rappelaient les Turcs kémalistes et laïques à détruire l’héritage occidental et laïque d’atatürk en faisant croire qu’il était pro-occidental et pro européen. Ce qui se passe aujourd’hui avec la réforme du système scolaire n’est donc pas surprenant et correspond à la deuxième phase du projet anti-kémaliste d’Erdogan visant à réislamiser la Turquie qui doit selon lui redevenir le Phare de l’islam sunnite et reconstruire symboliquement et idéologiquement la grandeur ottomane au service de la Turquie décomplexée post-kémaliste. La première phase de la stratégie d’Erdogan était de se faire passer pour l’ami de l’Occident, pour en utiliser ses règles démocratiques contre ses opposants kémalistes. Une fois la phase de l’anti-kémaliste passée en 2008 (ces derniers perdent la présidence de la République qui passe alors aux mains de l'AKP), Erdogan a commencé à révéler sa vraie face, beaucoup moins démocratique et beaucoup plus islamiste, voire de plus en plus violente et anti-occidentale. La démocratie n’était pour lui qu’un moyen, et jamais une fin. Il l’a même dit dans un célèbre discours dans lequel il comparait la démocratie à un tramway que l’on peut utiliser en s’arrêtant à la station que l’on veut. Aujourd’hui, tout le monde se rend compte de cette réislamisation-réorientalisation de la Turquie qui a étonnamment commencé à s'éloigner de l’Occident au moment où elle prétendait vouloir adhérer à l’UE! Inversement, les Kémalistes les plus orthodoxes, notamment de l’Armée, ont toujours critiqué le projet européen selon eux dangereux pour le modèle nationaliste turc. Pourquoi avons nous été si aveugles, car à l'époque, on était taxé de turcophobe si on osait dire cela, et plus en amont, les élites atlantiques et européennes avaient besoin de faire de la Turquie un laboratoire de la nouvelle voie "islamiste modérée" qui sera mise en avant béatement lors des révolutions arabes, le printemps arabe étant vite transformé par la Turquie et les Frères musulmans en un hiver islamiste....

Quelles sont les réactions de la société turque ? Quels pourraient être, à terme, les conséquences de ces réformes sur la population ?

La société turque est très divisée. Il y a trois grandes parties. Il y a tout d’abord les "Occidentalistes-kémalistes" (20 %) ou progressistes, incarnés par les classes plutôt aisées vivant à l’Ouest et qui votent massivement pour les kémalistes mais aussi pour des partis plus à gauche. Puis il y a le groupe néocislmaiste post-kémaliste, le plus important - à peu près 50 à 60% de la population électorale - qui est composé des pro-Erdogan et du camp islamiste radical et de certains ultra-nationalistes fascisants comme le MHP (Loups Gris), alliés de l'AKP. Enfin, on trouve aussi le troisième groupe, celui des Kurdes, certes eux-mêmes divisés entre progressistes, nationalistes et islamistes, mais dont la tendance la plus virulente, visible et politiquement persécutée est celle du PKK, sans oublier le nouveau parti pro-kurde de Salahattin Demirtas (parti démocratique des peuples), qui agrège à la fois des indépendantistes kurdes non-violents et des progressistes turcs. Ceux-ci  ne sont ni kémalistes, ni nationalistes turcs, ni islamistes. Ils viennent d’être décapités politiquement par Erdogan et ses alliés de l’extrême-droite.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jerome69 - 04/07/2017 - 09:21 - Signaler un abus et OUI

    L'homme descend de Mahomet !! voilà la seule vérité , c'est pour ça qu'il est aussi C-- certainement

  • Par vangog - 04/07/2017 - 10:43 - Signaler un abus Le voile tombe!

    le sultan désincarné ressemble à notre pitoyable maghrébine, ex-ministre de l'éducation sacrifie par la gauche! Gauchisme-islamisme, même combat!...

  • Par hermet - 04/07/2017 - 10:45 - Signaler un abus Erdogan est un artiste

    Erdogan a très bien joué le coup depuis le départ et ce n'était pourtant pas évident, c'est un fin politique. Au moins, les choses sont claires la Turquie ne rentrera jamais dans l'union Européenne, sauf en cas de califat Européen....

  • Par Stargate53 - 04/07/2017 - 13:51 - Signaler un abus Régression !

    Décidément, l'islam permet de belles régression sociétales et un déni de la réalité de l'évolution humaine. Dans tous les cas, cette négation d'un processus mondialement reconnu (Darwin) et prouvé, démontre bien, (si c'était encore nécessaire) les objectifs funestes (et cachés) de ceux qui se réclament de cette religion. Cela devrait interpeler nos dirigeants dans leur vision idéalisée de cette croyance moyenâgeuse. Vouloir interpréter avec nos yeux d'occidentaux libertaires et notre mentalité moderne, une religion figée depuis le XIe siècle (et qui se fige de plus en plus) ne peut que nous mener à la catastrophe et une désintégration de notre mode de vie, fruit de notre histoire ! Ne pas le voir est une forme de suicide collectif et c'est inacceptable !

  • Par Borgowrio - 04/07/2017 - 19:22 - Signaler un abus Pauvre Darwin , le combat continue

    Nos gauchistes illuminés vont ils protester ou avaler une couleuvre de plus , pour ne pas stigmatiser cette population oppressée par les méchants blancs colonialistes ... Vive Darwin

  • Par Gré - 04/07/2017 - 20:01 - Signaler un abus Stargate53

    100 % d'accord

  • Par Le gorille - 05/07/2017 - 04:18 - Signaler un abus Et si l'évolutionisme de Darwin avait tout faux ?

    Non, je ne descends pas (par la main gauche) du gorille ! Non, mon épouse n'est pas une guenon dégénérée, ou plutôt elle est bien plus merveilleuse qu'une guenon gorille : elle est une femme. Tous les humains parlent, les singes ne parleront jamais. Je n'accepte pas l'ascendance simiesque, moins encore celle du poisson, ni plus loin de je ne sais quelle amibe, voire acide aminé. Bon, à part cela, le tableau dit de "l'évolution des espèces" est une belle construction scientifique, tout à fait véridique, mais ce tableau est mal interprété. Chaque espèce, dans la succession du vivant qui a été arrachée à la terre par la paléontologie, a été créée parfaite et viable. La progression, car il y a progression et par là même complexification, s'est faite non par "continuité", principe qu'implique "l'évolution" (on ne trouve pas les chaînons manquants), mais par "sauts", ce qui nécessite une intervention extérieure à la Création. Et ces sauts ont été voulus et créés par le Créateur, Dieu, Lui qui a créé tout l'Univers, jusques et y compris l'homme, la créature la plus parfaite...

  • Par Le gorille - 05/07/2017 - 04:32 - Signaler un abus Mr Del Valle, vous avez quand même raison !

    Mr Del Valle, je souscris tout de même parfaitement à votre approche, car cette attaque musulmane anti-Darwinienne ne repose sur aucun raisonnement scientifique, alors qu'aujourd'hui, des voix autorisées s'élèvent pour la remettre en question... mais avec des arguments scientifiques à l'appui ! En sciences, rien n'est jamais acquis ! Bref, la Théorie de l'Evolution ne répond pas à toutes les questions du vivant, et par conséquent il apparaît nécessaire de rechercher d'autres approches... qui peuvent apporter les réponses recherchées !

  • Par Olivier62 - 05/07/2017 - 09:40 - Signaler un abus Bientôt la même chose en France ?

    Au rythme où vont les choses, et au vu de la complaisance, si ce n'est la complicité, des "élites" pour l'Islam, on ne tardera pas à voir des musulmans demander à "aménager" l'enseignement, en Sciences comme dans le reste, pour ne pas heurter leur "sensibilité", etc. On connaît la chanson. Et il se trouvera des bien-pensants pour leur donner raison.

  • Par Phlt1 - 05/07/2017 - 13:47 - Signaler un abus Les musulmans

    se sentiront toujours humiliés et écrasés à partir du moment où leur vie est régie par le Coran, parce que le Coran appliqué à la lettre n'est pas autre chose qu'une dictature de la pensée...dont se sert Erdogan pour se maintenir au pouvoir, comme le font ceux qui dirigent l'Arabie Saoudite, le Qatar, etc, etc.. Parce que c'est aussi le système qu'avait trouvé Mahomet pour diriger les arabes à son époque. Quand un dirigeant commence - comme Hitler - a nier la réalité à ce point, ça sent très mauvais.!.

  • Par kilian - 06/07/2017 - 08:18 - Signaler un abus @LE GORILLE

    Je crois me souvenir que nous descendons d'une côtelette déjà humaine.

  • Par Djib - 06/07/2017 - 09:13 - Signaler un abus @le gorille

    Merci pour cette critique intéressante et humoristique du "scientifiquement correct". Vous admettrez pourtant que depuis le postulat erroné de Descartes sur les "animaux machines", les différences entre l'homme et l'animal fondent comme neige au soleil. Il ne reste que le langage, et encore, uniquement dans son aptitude à conceptualiser.

  • Par Djib - 06/07/2017 - 09:29 - Signaler un abus Islamisime, nazisme et communisme.

    Les liens entre ces trois idéologies totalitaires ont été déjà commentés. En revanche personne ne souligne que l'islamisme, bactérie résistante de l'islam, est une forme beaucoup plus évoluée et dangereuse que les deux précédentes infections qui ont affecté le monde, le nazisme et le communisme. La supériorité de l'Islam sur le nazisme découle de son idéologie prosélyte non raciste: tout être humain est "invité" à rejoindre la communauté des croyants, à la différence du nazisme qui limitait sa sphère d'expansion aus aryens. La supériorité de l'Islam sur le communiste, c'est que cette religion s'accommode parfaitement du mode économique dominant, libéral, financiarisé et consumériste, quitte à le modifier lorsqu'il aura pris le pouvoir en gommant ses avatars libertaires, à la différence du communisme qui, en voulant imposer un modèle économique délirant qui a fait faillite a, comme un virus violent, tué trop rapidement son porteur avant que la pandémie se répande.

  • Par moneo - 06/07/2017 - 09:59 - Signaler un abus et la Turquie dirigera l'Europe

    quand celle ci sera devenue musulmane..( combien de temps?) mesdames à vos voiles tchador et burkinis .Il y aura aussi un sacré nettoyage au Panthéon

  • Par Mario - 06/07/2017 - 13:25 - Signaler un abus les musulmans comme les nazis

    les musulmans comme les nazis se considèrent comme le peuple élu. hors le premier fut les juifs. c'est pour moi la première racine de l’antisémitisme. l'islam est pour ses coreligionnaires, la seule veritable religion. ceux qui ne croient pas sont dans l'erreur qui les conduira à l'enfer s'ils ne sont pas tués avant.

  • Par cloette - 08/07/2017 - 17:44 - Signaler un abus Gorille â raison

    L'évolution s'est faite par saut en se complexifiant et quel sera le prochain saut ? Le cyborg !

  • Par cloette - 08/07/2017 - 19:22 - Signaler un abus ou plutôt

    un adn modifié qui se transmette par reproduction de son propriétaire, c'est pour bientôt, et la modification se fera dans le sens de plus fort musculairement, plus intelligent, plus beau, qui n'attrape pas de maladie , etc ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€