Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 02 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Suicidaire : combien y aura-t-il encore en France de rentrées sans véritable enseignement de l'économie ?

C'est un fait : les Français souffrent de graves lacunes en matière économique. Et la façon dont on enseigne la discipline au lycée n'est sûrement pas étrangère à ce constat.

Zéro pointé

Publié le

Le constat n’est pas nouveau : les français souffrent de graves lacunes en matière économique.

Un échantillon représentatif de la population a ainsi obtenu en 2010 une moyenne de 8,3 sur 20 à un questionnaire élaboré par le Conseil pour la diffusion de la culture économique (Codice). Plus grave, le niveau d'études a un faible impact sur le niveau de connaissances, puisque les personnes sans diplôme obtiennent une note de 6,3/20, celles qui ont suivi un enseignement secondaire de 7,5/20 et le score des personnes diplômées d'un 2e ou 3e cycle universitaire se situe seulement tout juste au-dessus de la moyenne avec 10,5/20.

Comment s’étonner de ces piètres résultats alors que la matière ne fait pas partie des apprentissages considérés comme fondamentaux et, à ce titre, obligatoires dans notre parcours éducatif ? On juge indispensable qu’un collégien étudie le système digestif de la moule mais pas qu’il aborde les notions essentielles de profit ou de taux d’intérêt. Il faut sans doute voir dans cette situation le produit d’une histoire nationale et d’une culture politique ayant conduit les français à considérer l’économie tantôt comme subalterne - « L’intendance suivra » disait le Général de Gaulle - tantôt comme suspecte car intellectuellement subordonnée aux impératifs de la lutte des classes. Cette dernière vision d’une économie d’essence « politique », longtemps imposée par la domination intellectuelle et morale des marxistes au sein de l’université, a empêché la formation de tout consensus, même sur les règles les plus élémentaires du sujet. Comment, dès lors, concevoir un enseignement et définir des programmes pour une matière qui serait plus proche de la théologie que des sciences exactes ? S’il n’est pas possible de trancher, pour expliquer la formation des prix, entre Adam Smith (point de rencontre entre l’offre et la demande) et Karl Marx (quantité de travail incorporée dans un bien) alors il convient de ne pas aborder cette question dans les salles de classe. C’est exactement le raisonnement des créationnistes américains qui exigent que toute référence à Darwin soit exclue des manuels scolaires.

Affirmons ici une conviction simple : l’économie obéit à des règles.

Les plus fondamentales d’entre elles sont parfaitement démontrables et doivent être considérées comme intangibles tant que de nouvelles connaissances ne viennent pas, le cas échéant, les contredire. Sur la formation des prix, personne ne conteste aujourd’hui que c’est Smith qui avait raison. Les sociétés humaines et les différents régimes politiques qui les gouvernent peuvent certes faire des usages variés des règles qui régissent l’économie mais elles ne peuvent en aucun cas s’en abstraire durablement. Pas plus qu’un architecte ne peut ignorer les contraintes de la gravité ou de la résistance des matériaux, quelle que soit l’originalité de ses projets. C’est sur ce « noyau dur » de principes fondamentaux que devrait porter prioritairement l’effort éducatif.

Ajoutons que, si l’économie n’est pas une science exacte au même sens que les mathématiques ou la physique, elle tend néanmoins à en adopter les méthodes et les exigences : validation des hypothèses par l’expérience (observations statistiques, modèles de régression), formalisation mathématique du discours (économétrie) et élaboration de conclusions dotées d’un caractère prédictif. Les difficultés propres à la constitution d’un savoir qui incorpore à la fois les constantes du comportement humain et les caractères mouvants de sociétés en perpétuelle évolution ne doivent pas conduire au scepticisme ou au relativisme. Comme pour la météorologie, les connaissances avancent, les progrès des modèles sont incontestables mais on est encore loin d’une totale maîtrise de l’ensemble des mécaniques à l’œuvre. Faudrait-il, pour autant, faire fi de prévisions encore imparfaites ? Ce n’est certainement pas l’avis des marins ou des alpinistes.

Que pouvons-nous attendre d’une généralisation de l’enseignement de l’économie à toutes les classes du collège et du lycée ?

La réponse tient en assez peu de mots : la diffusion large d’un corpus de connaissances partagées par l’ensemble des citoyens  permettrait de bâtir de vastes consensus nationaux sur les grandes questions de politique économique et sociale. Le paysage politique s’en trouverait profondément modifié. Notre pays pourrait enfin sortir d’une confrontation droite-gauche hypocrite, incantatoire et archaïque. Les partis extrêmes qui prospèrent sur l’ignorance se verraient marginalisés. Le dialogue social pourrait enfin s’établir sur des bases saines, chacun des partenaires comprenant mieux les contraintes de l’autre mais disposant aussi d’une meilleure évaluation de ses marges de manœuvre. Une société civile mieux armée, plus sûre d’elle-même, ne manquerait pas de prendre une plus grande place face à la technocratie d’Etat. Un réalisme fécond verrait le jour. Sans exclure la confrontation des intérêts et des projets, il permettrait de faire plus rapidement émerger des solutions acceptables par des majorités larges.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Epsilon - 04/09/2012 - 08:03 - Signaler un abus C'est fou...

    On sent que l'idée de l'auteur est de convertir les enfants aux néo-libéralisme le plus tôt possible. En leur enseignant scientifiquement une matière qui n'est pas une science. L'auteur est tellement certain de ses dogmes qu'il commence à ne plus accepter toutes ces personnes qui les remettent en question. Alors bien sûr la méconnaissance de l'économie est un véritable problème (cet article en est la preuve). Mais plutôt du lavage de cerveaux qui est proposé ici (je ne veux pas être violent dans mes propos, mais c'est puant), on pourrait simplement commencer par enseigner le vocabulaire de l'économie et son histoire (je suis sûr que les enfants seront heureux de connaître l'histoire de Friedman). "faut-il préférer un système A qui donne 10 à tout le monde ou un système B dans lequel une majorité reçoit 20 pendant que quelques-uns perçoivent 100 ?" Résumer les interactions à une logique quantitative vous pousse à écrire des phrases aussi absurdes que celle-ci. Faut-il laver le crâne des gosses avec des choses pareilles?

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:10 - Signaler un abus @l'auteur

    "Il est frappant de constater qu’aujourd’hui, tout un chacun se pique d’avoir des opinions sur des sujets économiques sans disposer le moins du monde des connaissances de base nécessaires pour les sustenter" . Quelle SUFFISANCE ! il est vrai que considérant le nombre de sachant qui avait prévu pavec force de details la crise des subprimes et la suite des evenements, on devrait meme leur donner les cles de l'economie.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:11 - Signaler un abus Et ailleurs , cher auteur ?

    placé sur votre hauteur , vous avez quelles informations a nous délivrer sur le niveau des connaissances dans les autres pays, sur l'intensité des cours d'economie dans les autres pays , là ou l'herbe est toujours plus verte ?

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:15 - Signaler un abus de l'economie avant la fin du secondaire

    oui en effet apprendre les bases de l'economie au lycée parait etre cohérent avec le bagage normal d'un citoyen . de là à nous faire des cours au college et au lycée , faudrait pas non plus exagérer . en passant l'huisotoire, la géographie et les maths sont deja des éléments de base pour la compréhension de l'economie . Donc un bon cours sur une ou deux années de lycée seraient largement suffisant.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:18 - Signaler un abus question de point de vue

    "La France n’a connu depuis longtemps aucun aggiornamento social de l’ampleur de ceux consentis par les allemands sous Schröder ou par les anglais sous Thatcher" oui d'autres parleront de casses sociales. les regions minieres britanniques ont été des zones sinistrées pendant 20 ans (et l'economie doit aussi servir le quotidien des hommes) et pour l'exemple allemand , le salariat a coup de mini jobs , vous pouvez vous garder de nous faire l'article, surtout quand vous parler d'equité. (ou alors il faut AUSSI nous parler de la chasse a la fraude fisclae sur les 250 milliards par an en allemagne)

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:20 - Signaler un abus un bon modele maoiste aussi ?

    " Mais l’éducation est seule à pouvoir faire évoluer dans la durée nos mentalités, nos comportements et nos rapports sociaux. " et pourquoi pas une bonne revolution culturelle a coups de reeducation a la chinoise .... certains parleraient d'idée ringarde des années 60 ...

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:25 - Signaler un abus mais oui bien sur !

    " la supériorité d’un système où les décisions économiques sont prises par une multitude d’acteurs agissant indépendamment pour leur propre compte sur des systèmes centralisés où les décisions n’appartiennent qu’à une élite éclairée censée représenter l’intérêt général " c'est sur les transactions a haute frequence et les fond souverains (d'ailleurs la terminologie est tres bonne) c'est nettement mieux que des politiques ELUS par les citoyens. On parle du prix de l'energie dans les pays a ahuté dérégulation pour bien voir l'interet général ? ou on parle des oligopoles bien organisés en fausse concurrence. ou on parle de ces fluctuations boursieres ou "les marchés" n'ont aucune tete (dans tous les sens du terme) avec des moments de panique fondés sur la rumeur et le moutonisme. on parle de quoi de démocratie républicaine contre de bonnes reunions a la sauce davos ?

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:30 - Signaler un abus Séguela vous dirait tout autre chose !!

    "Mais l’éducation est seule à pouvoir faire évoluer dans la durée nos mentalités, nos comportements et nos rapports sociaux. " ah oui ? d'ailleurs la pub, la tele , facebook ne faconnent nullement les mentalités dans la durée..... il n'ya qu'a se souvenir des reactions de trentenaires a la suppression de la pub apres 20h30: quel dommage la coupure permettait d'aller au wc, au frigo ..... on passera sur le temps de concentration et celui du 'temps de cerveau disponible"

  • Par cqoiqéqon - 04/09/2012 - 08:32 - Signaler un abus Merci monsieur Alvarez. bien

    Merci monsieur Alvarez. bien que les commentateurs précédents soient plus indignés de vivre un monde dont la concurrence n'est ni libre ni juste, votre article est une véritable bouffée d'oxygène démocratique. vous poussez peut être le bouchon un peu loin en "éliminant au besoin, les sciences naturelles, la technologie ou l'histoire". Dommage.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:41 - Signaler un abus 7 ans d'economie ? rien en maternelle ?

    "L’enseignement de l’économie doit être rendu obligatoire dès la classe de 6ème et jusqu’en Terminale dans toutes les sections, si nécessaire au détriment de matières comme les sciences naturelles, la technologie ou la philosophie." RIEN QUE CELA ? 7 années de cours. en plus meme au detriment de 3 matieres qui ont toutes 3 leurs utlités dans la culture générale. plus de siences naturelles ? deja faudrait mettre les tablettes a jour , c'est passe à SVT depuis un moment (comme Antenne2 et FR3)? plus de technilogies il est vrai que le manuel doit etre remisé rapidos au placard , il vaut mieux faire des boursicoteurs pour aller jouer au casinos sur lesn ombreux sites internet legaux (evidemment) .la philosophie: il est vrai que reflechir a quoi cela peut il servir, les ordinateurs sont là pour cela deja dans les salles de marché.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:48 - Signaler un abus tres bon exemple , la méteo !

    "Comme pour la météorologie, les connaissances avancent, les progrès des modèles sont incontestables mais on est encore loin d’une totale maîtrise de l’ensemble des mécaniques à l’œuvre. Faudrait-il, pour autant, faire fi de prévisions encore imparfaites ?" Justement c'est parce que tout le monde n'est pas marin ou agriculteurs que l'on se tape des previsions a 7 jours dont on nous gave ,en affichant en plus les indices de confiance inférieur a 3 sur 5 . et bien evidemment les marins et les agriculteurs requierent des services plus particuliers que l'information prétendument fouillée fournie avec la grace de Darty et consorts

  • Par jerem - 04/09/2012 - 08:54 - Signaler un abus il faut vite changer l'intitulé ....

    "Sergio Alvarez est chargé de l'économie au Cercle des Libertés Egales." quelle horreur, l'egalité . que n'a t on changé cette appellation par "équitable" .... ce serait deja un début pour faire avancer ses propres idées ... il faudrait meme mettre "social" porposition : "cercle du liberalisme social équitable".

  • Par Violette_ - 04/09/2012 - 09:13 - Signaler un abus Tout à fait d'accord

    J'ajouterais que certains concepts comme offre-demande, existence de la monnaie, lien entre rareté et prix (voire élasticité de la demande), consommation de ressources contre commerce, concurrence, peuvent très bien être abordés au primaire, via des petits jeux. La grande majorité des jeux de consoles ou PC de vos enfants contiennent des objets ou marchandises à acheter avec des crédits non-illimités, que l'on acquiert par son "travail" Il serait possible et utile de former un groupe de travail pour produire, classe par classe un programme et le publier dans un manifeste.

  • Par tarot - 04/09/2012 - 09:45 - Signaler un abus Pontifiant, inquiétant et approximatif

    ça fait froid ans le dos le libéralisme selon ce monsieur. L'éducation de la jeunesse pour nous apprendre à nous protéger des vilains extrémistes qui ne pensent pas dans les clous LOL ! Et pour ce qui concerne ses compétences en économie il n'a pas du ouvrir une revue depuis fort longtemps même les libéraux les plus durs admettent que les marchés ne sont pas parfaits et que les prix se fixent autrement que dans le modèle antédiluvien d'Adam Smith. Retournez vous même à l'école monsieur.

  • Par laurentso - 04/09/2012 - 09:48 - Signaler un abus Ouh là !

    je cherchais une occasion de rigoler ce matin, et comme Goldnadel n'est pas très en forme... merci beaucoup ! Petit conseil, retournez à l'école, justement, ce que vous écrivez sur Smith, sur Marx, est tout simplement faux. Et ce que vous écrivez sur l'enseignement est tout simplement débile. On voit depuis deux ans les ravages que l'enseignement prononcé de l'angle "micro" a sur les élèves. La plupart sont dégoutés de l'Economie, à les bombarder de choix rationnels des "agents". Quand au prisme ultra libéral, il est tellement grotesque qu'il est inutile de s’appesantir... En revanche, un constat s'impose : il est vrai que les adolescents ont une vision très parcellaire de l'économie, de la vie en entreprise, des contraintes des patrons et des salariés. Mais ce n'est pas en les gavant de calculs sur les courbes d'indifférence qu'on va les intéresser.

  • Par Ravidelacreche - 04/09/2012 - 09:49 - Signaler un abus véritable enseignement de l'économie

    Comme ça on saura comment on nous pique le pognon qu'on a pas ! :o))) Commençons par apprendre à lire, écrire et ...compter , après on fera trader.

  • Par laïcité - 04/09/2012 - 09:51 - Signaler un abus Mille fois d'accord avec vous !

    J'ai même pu constater moi-même que la majorité de nos politiques, surtout ceux sortant de l'ENA, Science Po etc ...étaient nuls en économie!...Je me demande ce qu'on leur apprend dans ces écoles qui forment la soi disant élite de la fonction publique !

  • Par ghislfa - 04/09/2012 - 10:11 - Signaler un abus Etonnant !!!

    L'économie comme vérité révélée, "l'argent est l'argent et Milton Friedmann est son prophète" Quelle pauvreté de pensée !!!!

  • Par kronfi - 04/09/2012 - 11:04 - Signaler un abus c'est pas l'"economie' quil faut enseigner

    du reste quelle economie? avec le risque de voir nos professeurs lobotomises par 40 ans de marxisme, venir faire la critique destructrice des belles theories, friedmanienne ou de l'ecole autrichienne, dont les eleves en auront strictement RIEN A FOUTRE. Ce qu'il faut enseigner c'est la responsabilite individuelle , montrer en exemple des entrepreneurs qui reussissent. le TOP 50 des preferes des francais, pas un entrepreneur.... Il faut montrer que la reussite sociale, est avant tout une affaire personnelle, et non , un don du ciel d'un etat protecteur, protegeant surtout sa clientelle electorale... Lorsque l'on pense que notre flamby national a DONNE des tablettes Appel aux scolaires de la creuse, alors qu'une petite PME francaise Archos rame dans le concert des grands.. C;est a pleurer.

  • Par Manuman - 04/09/2012 - 11:14 - Signaler un abus L'économie,

    Les étudiants de grandes écoles qui s'apprêtent à jouer avec de l'argent chez les banques apprennent bien assez tôt sa logique, de façon à être de formidables contributeurs de l'accélération qui pousse notre société dans le mur, mais toujours avec l'argument: "si c'est pas moi, un autre le fera..." . Alors j'irai dans votre sens quand vous vendrez l'enseignement de l'économie DURABLE.... "L'objet de l'économie comme la recherche du bien-être général"... Pardon mais, ... vous habitez où?... C'est aussi de la philo qu'il faut "faire" et non "enseigner" dès le plus jeune âge, et pas forcément la "morale" qui porte un nom bien douteux.

  • Par Ravidelacreche - 04/09/2012 - 11:22 - Signaler un abus graves lacunes en matière économique

    Et pourtant j'ai suivi les cours (en espagnol) de Nathalie Arthaud !! MDR

  • Par Darley - 04/09/2012 - 12:02 - Signaler un abus @ Ghislfa, Laurentso, Jerem & co

    C'est bien connu, Milton Friedman hier et aujourd'hui les libéraux qui s'inspirent de lui mangent des bébés au petit déjeuner. Franchement, vous êtes pathétiques!

  • Par Pasajero - 04/09/2012 - 12:12 - Signaler un abus Merci de vos réactions...

    Les commentaires nombreux et, pour certains, virulents, montrent à quel point il reste difficile, dans notre pays, d'aborder le sujet de l'enseignement de l'économie de façon dépassionnée. Les contenus et les rythmes de l'enseignement que je propose sont bien entendu discutables. Ce qui ne l'est pas, à mon sens, c'est la nécessité d'offrir les outils de compréhension et de réflexion qui manquent aujourd'hui au plus grand nombre. SA

  • Par boblecler - 04/09/2012 - 12:32 - Signaler un abus Quand les commentateurs

    Quand les commentateurs économiques ne sont pas foutus de dire qu'il y a 1500 milliards d'euro dans l'assurance vie, 2500 milliards d'Epargne dans les autres placements pour 1800 milliards de dettes dont 32 % appartiennent aux résidents, il y a de quoi rire enseigner des doctrines économistes sans ordres de grandeurs, ni connaissance des règles de marchés, on crève de rire!!! Vouloir enseigner de la macro économie avec juste pour référence l'entreprise on se tord de rire!!:

  • Par tabou - 04/09/2012 - 12:32 - Signaler un abus c'est une évidence

    J'ai enseigné pendant plus de 30 ans les sciences économiques et sociales au lycée puis l'analyse économique en Prépa HEC.Je confirme que les idées socialistes sont la doctrine officieuse de l'inspection et que tout enseignement qui s'en éloignerait est mal vu(avec les conséquences sur l'avancement!)

  • Par sheldon - 04/09/2012 - 12:37 - Signaler un abus Il vaut mieux ne pas avoir de cours que des cours orientés !

    Enseigner Keynes, les disciplines de Marx, d'accord, mais arriver à faire percevoir que seule une économie non étatiste peut créer de la richesse et des emplois, alors là c'est comme demander à l'EN d'enseigner les Évangiles !

  • Par Vonz - 04/09/2012 - 12:39 - Signaler un abus La réponse à la problématique est dans le texte de l'auteur

    Bonjour M. Alvarez. J'ai trouvé cet article intéressant pendant une très grande partie. Il pointe un soucis réel, le manque de bases économiques. Mais, vous tombez dans un travers pourtant facile: Il vous apparaît évident qu'il faut enseigner l'économie libérale comme supérieure au reste. Il suffit d'ailleurs de lire les commentaires pour se rendre compte qu'un tel enseignement tomberait rapidement dans le débat passionné "T'es plutôt Friedman ou pas?". Et effectivement, les exemples que vous prenez sont tellement caricaturaux qu'ils en sont douteux "préférer un système A qui donne 10 à tout le monde ou un système B dans lequel une majorité reçoit 20 pendant que quelques-uns perçoivent 100" est un phrase lourde d'idéologie. Le rôle d'un enseignement n'est pas de valider une idéologie. Qu'elle soit de gauche ou de droite. En revanche, il serait bon de lorgner du côté des historiens qui sont parvenus à faire de leur discipline une science rlativement dépassionnée et neutre. Et pourtant on partait de loin...

  • Par Epsilon - 04/09/2012 - 12:42 - Signaler un abus Dépassionnons...

    Qu'est-ce qui pourrait constitué un commentaire dépassionné? Une acclamation? Si un économiste pondait la même tribune, appelant à enseigner les bases de l'économie, et proposait un programme entièrement tourné vers le communisme expliquant toutes les inepties qui poussent à croire qu'il est la solution idéale, qu'en penseriez-vous? Tous les commentateurs sont d'accord pour que l'économie soit plus généralement enseignée : de là à poser toutes les incohérences et les inepties libérales en dogmes indépassables, il y a quand même un gouffre que seuls vos professeurs d'économie ont osé franchir. Sortez de vos algorithmes et essayez d'appliquer vos idées à la vie réelle rien qu'une fois, vous comprendrez que non seulement c'est impossible, mais que plus on essaye et plus on crée de misère. Je ne parle pas de misère mathématique, je parle de misère réelle de la vie vraie.

  • Par evy - 04/09/2012 - 12:43 - Signaler un abus avec des enseignants

    avec des enseignants gauchistes et un gouvernement d'Enarques qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise, nous ne sommes pas prêt à comprendre les enjeux de la mondialisation (Lehman brothers faisait aussi parti de l'élite !!)

  • Par Darley - 04/09/2012 - 13:32 - Signaler un abus @ Epsilon

    "Sortez de vos algorithmes et essayez d'appliquer vos idées à la vie réelle rien qu'une fois, vous comprendrez que non seulement c'est impossible, mais que plus on essaye et plus on crée de misère. Je ne parle pas de misère mathématique, je parle de misère réelle de la vie vraie." Des faits ? Des chiffres ? Documentez-vous et vous verrez que vous vous plantez. Un exemple parmi d'autres : l'évolution de la pauvreté sous Reagan aux US (et pourtant Reagan n'a que partiellement appliqué les idées libérales!).

  • Par vspatrick - 04/09/2012 - 15:36 - Signaler un abus Economie....... et Finance.

    Quelques principes de bases simples permettraient à beaucoup d'entre nous de comprendre ce qu'il se passe et de voter en réelle connaissance........

  • Par vangog - 04/09/2012 - 15:55 - Signaler un abus Historiquement, l'économie est "de droite"

    Car elle permet de faire rentrer l'argent dans les caisses de l'état. Historiquement aussi, le "social", c'est à dire la plupart de ce qui sert à faire sortir l'argent des caisses de l'état à été la "prérogative"de la gauche. Donc, pas question pour l'éducation nationale, noyautée par la gauche, de permettre l'enseignement de l'économie qui serait forcément libérale après l'échec des économies socialistes.

  • Par Epsilon - 04/09/2012 - 16:05 - Signaler un abus @Darley

    J'ai beau chercher je trouve beaucoup plus l'inverse de ce que vous avancez. Mais c'est une logique comptable...

  • Par PP79 - 04/09/2012 - 16:24 - Signaler un abus La science des anes

    Et pourquoi pas l'astrologie tant qu' on y est? L'economie, science molle par excellence ou aucun modele ne tient la route, ou tout les oracles se vautrent lamentablement... Mais il faut dire qu'ils sont tellement nombreux que dans la masse, il y en a bien un qui dit un predit quelque chose qui ressemblera a l'actualite. Pour etre un "bon" economiste, il faudrait deja commencer par les maths, la physique (pour ceux qui croient encore que l'humain peut se mettre en equation), l'histoire, la geographie, la philosophie... Tiens, je me rends compte que ce que j'enumere n'est ni plus ni moins que ce que l on essaye d'inculquer aux eleves... Enfin bref, l'economie, c'est la science des anes.

  • Par Darley - 04/09/2012 - 16:34 - Signaler un abus @ Epsilon

    Je vous donne un chiffre : 85% des personnes qui étaient dans le groupe des 20% les plus pauvres aux US en 1979 n'y étaient plus en 1988. C'est vérifiable : ce sont des chiffres officiels (sauf à ce que croyiez à des théories du complot qui disent que ces chiffres sont faux). Maintenant, je ne dis pas que le résultat ne serait pas différent si l'on faisait une photo depuis le début de la crise des subprimes en 2006/2007, mais c'est un autre sujet. On peut trouver aujourd'hui, grâce à Internet, une multitude de chiffres (évolution du PIB par habitant, indice de consommation individuelle, mobilité entre les groupes de revenus, impôts, dépenses publiques, ...) qui montrent essentiellement que les conditions de vie des individus sont inversement proportionnelles au poids de l'Etat dans l'économie. Cela ne vous plaira pas, mais c'est une réalité.

  • Par Alliance Nationale France - 04/09/2012 - 17:22 - Signaler un abus Il faut anticiper !

    Et si on arrêtait d'enseigner des vieilles théories et un système défaillant et pourri dont nous payons douloureusement les conséquences ? * L'Alliance Nationale France - natallfrance

  • Par jean-paul - 04/09/2012 - 17:42 - Signaler un abus le problème c'est qu'en france marx est économiste

    .

  • Par Democrator - 04/09/2012 - 18:19 - Signaler un abus Permis de voter...

    Je partage cette analyse pertinente, brillante et détaillée (en termes de contenu). Ceux qui lisent parfois mes commentaires savent que ce concept de "permis de voter" (c'est à dire disposer d'un minimum de connaissances en matière historique, géographique, politique et économique) me tient à cœur ! Un point de désaccord cependant avec l'auteur : "Les partis extrêmes qui prospèrent sur l’ignorance se verraient marginalisés" Il n'y pas hélas que Mélenchon ou LePen qui capitalisent sur cette ignorance.... Nous ne devons oublier ni le PS ni l'UMP... De fait, tous les politiques capitalisent sur ignorance, bêtise, ou aveuglement. Au delà, je demeure persuadé que cela n'est pas du au hasard. Que la volonté des instances qui définissent les modalités "d'enseignement", ont cette volonté d'abêtissement généralisée, qui passe par le relativisme (souvenez vous de la polémique sur le "genre", ou sur l'enseignement de l'histoire, surtout pas chronologique, comme si rien ne pouvait s'expliquer par le passé), et plus globalement l'accroissement de l'inculture... De fait, vous ne vivez pas en démocratie, mais en démagocratie ! Le plus disant aura le plus souvent... raison !

  • Par Epsilon - 04/09/2012 - 19:39 - Signaler un abus C'est un miracle!

    "Je vous donne un chiffre : 85% des personnes qui étaient dans le groupe des 20% les plus pauvres aux US en 1979 n'y étaient plus en 1988. " Vous voulez dire qu'en 88 les 20% les plus pauvres ne représentaient plus que 3% de la population? Trêve de plaisanteries, vous croyez encore que l'économie est une science expérimentale, vous savez bien que pour toute démonstration par les chiffres vous trouverez la démonstration inverse. Il ne suffit pas de mettre le projecteur là où ça vous arrange. Heureusement, crise après crise, vous devenez minoritaires...

  • Par jerem - 04/09/2012 - 19:39 - Signaler un abus @darley

    je suis preneur de vos sources sur les 85% dans les 20% du groupe des 10%.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 19:41 - Signaler un abus @epsilon

    darley semble plutot vous dire qu'ils ont été remplacé par d'autres. il y aura toujours les 20% les plus pauvres .... eventuellement reste a savoir si les 20% lesp lus pauvres d'une époque le sont moins ou davantage que les 20% d'une autre époque.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 20:08 - Signaler un abus @evy

    mais que diantre les droitistes ne seraient ils pas candidats au professerats d'economie. cela fait 30 ans que l'on sort l'argument du prof d'eco gauchiste. Mais ou sont donc les patres de droite à la vocation d'enseignement ? il serait apres au gain dans les seuls banques d'affaires. I ya aussi des profs d'eco de droite et qui comme ceux de gauche gardent leurs idées politiques chez eux .Alors les poncifs sur les profs de gauche si c'etait vrais, il fadrait faire une grosse campagne pour des postes d'eco pour des gens de droite .... ca tombe bien partout en europe (bravo l'europe de la connaissance de monti et baross) est en crise : de moins en moins de candidats au professorat ...... les premices d'une société de pub et d'obscurantisme avec un zeste de bourka et de mormons ....

  • Par jerem - 04/09/2012 - 20:13 - Signaler un abus @evy

    je ne partage pas l'outrance de l'auteur mais je reste d'accord sur son objectif de base. l'economie doit etre enseignée au lycée. il est ahurissant de voir des adultes incapables de faire une regle de trois , de capter le principe d'un taux d'interet ou de ne pas savoir rendre de la monnaie sur un appoint faire à l'euro supérieur . Comme il aurait été plus que normal que le CSA choissisent autre chose que des chaines pour tele achat ou robinet a tele realités (americaines ou francaises) pour choisir MOINS mais MIEUX. 6 chaines nouvelles pour encore mieux noyer le poisson c'est ahurissant. Fillon , on ne vous dit pas merci.

  • Par jerem - 04/09/2012 - 20:19 - Signaler un abus @darley

    le cynisme est souvent plus fin et subtil . etre civilisé et vulgaire cela existe et cela ne place pas plus haut face a sauvage seulement grossier. on peut parler du rwanda par exemple . oups le politiquement correct . on va pas parler des armes de destructions massives et des morts en cumulés depuis 2003...... au fait dans les mines de platine en afrique du sud les gars demandent des salaires a 400 euros .... c'est limite exagere certainement .... avec quoi va t on faire les batteries pour l'autolib so fun pour rouler dans paris ....si maintenant les mineurs reclament de la decence , ou va t on .... une petite charge à la mitraillette c'est nettement plus classe ..... plus d'economie et un peu moins de geographie et d'histoire .....

  • Par jerem - 04/09/2012 - 20:22 - Signaler un abus @ tabou

    et pour HEC c'est pareil ? du gauchisme pernicieux ? y a pas a dire rien ne vaut les bonnes etudes d'avocat ...

  • Par Darley - 04/09/2012 - 20:24 - Signaler un abus @ Jerem et Epsilon

    Mon point est effectivement que la très grande majorité des 20% les plus pauvres à un moment donné sont sortis de la pauvreté et ont été remplacés par d'autres (principalement des migrants et des jeunes pour ce que j'en ai compris). Les chiffres sont disponibles chez Steven Horwitz, vous pouvez aller sur son site en tapant son nom sur Google. Je crois que c'est un vrai point sur les US des années 80 et 90 : on y sortait de la pauvreté bien plus facilement qu'en France. Epsilon : si vous refusez de discuter sur la base de chiffres, il vaut mieux ne pas discuter. Si vous pensez que les politiques de contrôle de l'économie et de redistribution sont efficaces, essayez de documenter votre point de vue.

  • Par Darley - 04/09/2012 - 20:37 - Signaler un abus @ Jerem

    Sur les mines de Platine en Afrique du sud, je ne vois pas le rapport avec le sujet, ou alors vous êtes dans le délire paranoïaque, comme Epsilon qui fait de Milton Friedman le complice des crimes de Pinochet.

  • Par Democrator - 04/09/2012 - 20:38 - Signaler un abus Et finalement : un permis de voter ?

    @Jerem Plutôt pas si mal, vos posts, après seulement 14 semaines de présence. Cependant, acceptez que nous conservions un minimum de cohérence. Le permis de voter devient non seulement indispensable, mais plus encore essentiel pour tenter de passer de la "démagocracie" (régime dérivé de la démocratie et dans lequel n’importe quel inculte disposant du droit de vote peut effectivement déposer un bulletin dans une urne, sans jamais rien comprendre aux enjeux effectifs), à celui de la démocratie, au sens grec du terme : 3 catégories de populations (citoyens, métèques, barbares), et ne votent que les citoyens, réputés (au sens juridique du terme) être en mesure de comprendre les enjeux associés à la nomination d'un représentant. Fin de l'histoire. Tant que des incultes disposeront du droit de vote, la démocratie n'existe pas.

  • Par Bernard Mitjavile - 04/09/2012 - 20:50 - Signaler un abus Marx

    Je crois que l'auteur touche un problème de fond concernant le marxisme et la formation des prix. Il y a tellement de gens qui croient qu'on ne peut remettre en question un si grand penseur respecté à l'université depuis des décennies même si sa théorie sur les prix comme sur bien d'autres sujets ne tient pas la route. On a eu le même problème avec Freud qui a sorti des aneries qui n'ont rie de scientifique mais qui est toujours mentionné avec respect dans des milieux psy.

  • Par Darley - 04/09/2012 - 20:51 - Signaler un abus @ Democrator

    Bon gros raisonnement socialiste : une minorité éclairée auto-proclamée décide pour tous les autres. Vous nous refaites la République de Platon, au secours! À la limite, si vous voulez un critère pour exclure des gens du suffrage universel, prenez le paiement de l'impôt, au moins c'est objectif et ça peut s'argumenter. Une approche plus efficace à mon sens pour se prémunir de la démagogie : limiter dans la constitution et la loi les possibilités d'intervention de l'Etat et donc le champ d'action des hommes politiques.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sergio Alvarez

Sergio Alvarez est chargé de l'économie au Cercle des Libertés Egales.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€