Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 19 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Révolution : la baisse de la natalité en Chine ne doit désormais plus rien au gouvernement et à son contrôle des naissances

Pour la première fois depuis la fin de la politique de l'enfant unique, la Chine a vu en 2017 le nombre de ses naissances décroître par rapport à l'année précédente. Cela pourrait être une bonne nouvelle pour l'augmentation du niveau de vie des Chinois.

Carnet rose

Publié le
Révolution : la baisse de la natalité en Chine ne doit désormais plus rien au gouvernement et à son contrôle des naissances

Atlantico : Pour la première fois depuis la fin de la politique de l'enfant unique, la Chine voit le nombre de ses naissances décroître par rapport à l'année précédente (17,23 millions de naissances en 2017 contre 17,86 millions en 2016). Faut-il en conclure que la politique de l'enfant unique n'a fait que masquer une tendance à la baisse qui se serait produite malgré tout ? Quelles ont été les dynamiques de ce processus ? 

Laurent Chalard : Oui et non, dans le sens que si la baisse de la fécondité est traditionnellement corrélée à l’augmentation du niveau de vie, ce qui, au premier abord, laisserait à penser que la politique de l’enfant unique en Chine n’a effectivement fait que masquer une tendance baissière déjà enclenchée avant sa mise en place, il n’est pas sûr que l’amélioration du niveau de vie aurait eu lieu si la politique de l’enfant unique n’avait pas accéléré la tendance à la diminution de la fécondité, moteur du fort ralentissement démographique chinois.

En effet, même s’il est très difficile de le prouver de manière définitive, le développement économique étant plurifactoriel, un nombre non négligeable d’experts considère que la politique de l’enfant unique a été un des moteurs du boom économique chinois à partir des années 1980, la Chine bénéficiant pendant plusieurs décennies d’un optimum démographique, avec peu de personnes âgées et moins de jeunes, réduisant d’autant les coûts inhérents à l’éducation pour les jeunes et aux retraites et frais de santé pour les personnes âgées. D’ailleurs, si l’on compare les évolutions de la Chine avec l’autre géant démographique de la région, l’Inde, on voit bien que la lenteur de la réduction de la fécondité dans ce dernier pays a constitué un frein à son développement économique, le niveau de vie de l’indien moyen progressant faiblement.

Aussi contestable que cela puisse paraître pour nos sociétés occidentales opposées à toutes politiques coercitives dans tout domaine relevant de la sphère privée, il convient de reconnaître que la politique de l’enfant unique, imposée par la force au peuple chinois, avec de nombreuses dérives (comme l’infanticide des filles avant la généralisation de l’avortement sélectif), a eu néanmoins un impact économique plutôt positif. D’ailleurs, elle n’est plus utile aujourd’hui, d’où son abandon, puisque les chinois font désormais mécaniquement peu d’enfants, ayant bien compris l’intérêt financier personnel qu’ils ont à réduire leur descendance.

Comment s'inscrit la démographie chinoise en comparaison de ses voisins ? Qu'est-ce-que peuvent nous apprendre les éventuelles divergences ou similitudes ? 

En 2017, la démographie chinoise, qui repose sur une dynamique structurelle de fécondité sensiblement inférieure au seuil de remplacement des générations (il y a des désaccords selon les statisticiens sur le niveau réel de la fécondité chinoise, étant donné l’opacité des statistiques démographiques de ce pays « communiste »), ne se distingue guère de la démographie de l’Asie Orientale, qui se caractérise par des niveaux de fécondité parmi les plus bas de la planète, très largement en-dessous du seuil de remplacement des générations (2,1 enfants par femme), apparaissant encore plus faibles qu’en Europe méridionale. La Corée du Sud, le Japon ou Taïwan ont tous connu un effondrement de leur fécondité et de leur natalité depuis les années 1980 (les années 1970 au Japon).Par exemple, la Corée du Sud et Taïwan affichent en 2016 des indices de fécondité inférieurs à 1,2 enfant par femme, Taïwan étant même descendu en-dessous à 0,9 enfant par femme en 2010 !Au Japon, la fécondité se situe autour de 1,4 enfant par femme ces dernières années.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 21/01/2018 - 20:05 - Signaler un abus Ça se régule sans régulation mortifère

    De nos malthusiens misanthropes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€