Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que la reprise en main des services de sécurité par Bouteflika révèle sur ceux qui détiennent vraiment le pouvoir en Algérie

Le président Algérien Abdelaziz Bouteflika a crée une nouvelle Direction des services sécuritaires, rattachée à la présidence. Un acte qui intervient quelques semaines après la présentation d'un avant projet de réforme de la Constitution. Alors que le pays subit une grave crise économique, le président algérien prépare sa succession pas à pas.

Une question primordiale

Publié le
Ce que la reprise en main des services de sécurité par Bouteflika révèle sur ceux qui détiennent vraiment le pouvoir en Algérie

Atlantico : Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décidé de dissoudre le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), pour créer la Direction des services sécuritaires, rattachée à la présidence. En plaçant les services de renseignements sous sa coupe, que cherche à faire le président ?

Pierre Vermeren : Si la réforme se limitait à un changement de consonnes, DRS devenant DSS, on en resterait au symbole : car le DRS connote en Algérie la « décennie noire », comme avant lui la SM (Sécurité militaire) renvoie aux années Boumediene. Le service de sécurité de l’État, chargé à la fois de la police politique, du renseignement et des actions extérieures et de contre-espionnage, symbolise la toute puissance de l’Etat militaire algérien, tel qu’il s’est forgé dans la violence et l’adversité de la guerre d’indépendance (1954-1962), sur fond de guerre froide et du nationalisme arabe porté par les Etats.

Symboliquement ou effectivement, l’avenir le dira, la réforme en cours tend à faire passer le plus puissant service de l’Etat sous le contrôle du politique, en l’occurrence sous la tutelle de la présidence (la Mouradia). N’oublions pas que c’est le DRS qui est allé chercher Bouteflika, comme ses prédécesseurs, puis qui l’a fait élire. Depuis l’assassinat d’Aban Ramdane en décembre 1957 par les sécuritaires du FLN, le militaire prédomine en Algérie sur le politique : on observe donc en apparence un tournant séculaire…

Plusieurs réformes que l’on a découvert dans la presse algérienne ces derniers mois confortent cette évolution : les principaux chefs du DRS ont été écartés, ses services ont été découpés et placés sous diverses tutelles, l’armée et la présidence ont repris la main sur cette administration, et son grand chef depuis trente ans, le mystérieux Toufiq, a été mis à la retraite. Cette mesure est donc la dernière partie d’un jeu de billard à plusieurs bandes.

Qui détient le pouvoir réel en Algérie ? Bouteflika ne risque-t-il pas de se faire des ennemis ? 

That is the question… Sous Boumediene, dans les années soixante-dix, le président détenait seul le pouvoir, ou a minima avec son alter ego Kasdi Merbah, chef de la SM. Puis des présidents se sont succédés, avec moins de charisme, et la guerre civile (« décennie noire ») des années 1992-2001 a frappé un pays de plus en plus tétanisé. Pour arracher le pays au chaos programmé, les services spéciaux et l’armée ont eu carte blanche, et ont incontestablement repris l’ascendant sur la Mouradia, sur le FLN et sur les divers centres de pouvoir. Le président Boudiaf aurait été assassiné en 1992 pour avoir tenté de débloquer le dossier saharien sans l’aval de l’armée. Cette thèse dont l’histoire dira la valeur, met à jour cette toute puissance.

Bouteflika le sait, lorsqu’il accepte de présider l’Algérie. Lui aussi est un politique, un grand politique, qui a toute sa vie été diplomate, au service de la révolution, de Ben Bella puis de Boumediene, avant de sillonner le monde et de séjourner dans le Golfe. Ronge-t-il son frein depuis 1999 et ses quatre mandats, rêvant de reprendre le pouvoir politique confisqué par l’armée et le DRS ? C’est incontestablement ce scénario qui est mis en scène, sorte de storytelling à l’algérienne, pour rendre le régime plus présentable à l’approche de l’inéluctable succession (rappelons que le président Bouteflika a 78 ans, est malade, et a annoncé il y a quelques années la fin du règne de sa génération).

Le pouvoir est donc partagé entre plusieurs instances, l’armée, les services de sécurité, la présidence et ses proches, le FLN, les réseaux économiques calés sur la rente pétrolière etc. Bouteflika est parfaitement connu dans ce petit monde : en tant que survivant de sa génération, même affaibli, il a l’avantage de pouvoir poser des actes et imposer des hommes sans faire trop de vagues. Tout est millimétré, et quand les choses sont annoncées dans la presse, tout a été avalisé dans le sérail. Est-ce que les mécontents se taisent en attendant leur heure, ou acceptent leur sort car leurs intérêts (et leurs enfants) sont préservés, nous le saurons un jour.

Pourquoi le contrôle des services secrets est-il essentiel pour le pouvoir algérien ? Quels intérêts se cachent derrière ? 


L’Algérie n’est pas une démocratie, et la population est très remontée (c’est un euphémisme) contre le pouvoir et tous les dirigeants. La situation économique très favorable depuis 10 ans, est en train de se retourner, avec l’effondrement du pétrole, et alors que toute l’économie repose sur cette rente. Quelques maquis islamistes sont toujours présents en Algérie, l’islam révolutionnaire a encore incontestablement des partisans, et le feu couve au Sahara, chez les voisins libyens, sahéliens et même un peu en Tunisie. Autant dire que la situation est potentiellement instable.

Dans ces conditions, l’Etat algérien est établi sur un appareil sécuritaire très performant, très professionnel et tentaculaire. Diriger les services en Algérie, c’est contrôler l’Etat, la population et prévenir les crises. Sans cet appareil, l’Etat n’aurait pas pu traverser la crise des années 1990, qui n’a fait que le renforcer en retour. Dès lors, l’armée et la présidence, qui constituent avec l’ancien DRS le triangle du pouvoir algérien, s’observent, se surveillent et pactisent. Il n’y a pas d’acteur caché car tout remonte à ce niveau : les intérêts économiques, pétroliers et financiers, car ils sont la condition d’existence du système ; il en va de même de la rente politique du FLN-RND et des associations de moudjahiddines et de leurs descendants, qui sont associés à ce triangle de fer.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lasenorita - 28/01/2016 - 12:09 - Signaler un abus Les membres du F.L.N.

    Les fellaghas ont tué et torturé des centaines de ''civils innocents''... des non-musulmans ET des musulmans! Le F.L.N. a tué et torturé davantage de musulmans que l'armée française!...Les ''héros'' de la Révolution algérienne étaient des BARBARES sanguinaires qui éventraient des femmes, égorgeaient des enfants, émasculaient des hommes, ils crucifiaient nos soldats, ils coupaient le nez des musulmans qui ne leur obéissaient pas!...etc...etc...Actuellement, en Algérie, les ''commandos de la mort'' torturent ceux qui s'opposent au ''régime'' et tire ''à balles réelles'' sur ceux qui osent manifester!.. ceux qui gouvernent, en Algérie, sont des anciens fellaghas qui se remplissent leurs poches avec les sous du pétrole et laissent ''le peuple'' crever de faim....Le F.L.N. a nationalisé les biens des Pieds-Noirs (en 1963) et ses membres viennent,maintenant,en France où ils achètent de nombreuses propriétés...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Vermeren

Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en Tunisie. Il a publié Le Maroc en 2010.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€