Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petits rappels élémentaires d’arithmétique à La France insoumise sur ce qu’on pourrait faire des 4 milliards d’ISF qu’ils auraient préféré continuer à prélever

Lors du débat ayant opposé Jean-Michel Blanquer à Alexis Corbières sur France 2, le représentant de la France Insoumise a suggéré que les "5 milliards" de baisses d'impôts décidées par le gouvernement auraient pu être utilisées à la gratuité de la cantine au sein des écoles de la République. Une rhétorique un peu trop facile...

Cantines ? Ehpad ? Prisons ? APL...?

Publié le
Petits rappels élémentaires d’arithmétique à La France insoumise sur ce qu’on pourrait faire des 4 milliards d’ISF qu’ils auraient préféré continuer à prélever

Atlantico : Lors du débat ayant opposé Jean-Michel Blanquer à Alexis Corbières sur France 2, le représentant de la France Insoumise a pu suggérer que les "5 milliards" de baisses d'impôts qui ont été décidées par le gouvernement auraient pu être utilisées à la gratuité de la cantine au sein des écoles de la République. Un argument qui avait été également utilisé concernant les hôpitaux, le pouvoir d'achat, les Ehpad, etc. En quoi cette rhétorique peut-elle mettre en évidence une forme d'incohérence de l'approche économique et budgétaire de la France Insoumise ?

Philippe Crevel : Alexis Corbières comme tous les populistes utilise l’art de la rhétorique ou plutôt de l’émotion pour se draper dans les habits d’un Robin de Bois des temps modernes. Mais Robin des Bois allait chercher avec les dents les milliards qu’il entendait redistribuer aux pauvres. Alexis Corbières se contente de réclamer que le Gouvernement distribue les milliards comme des petits pains à tout ceux qui peuvent à tort ou raison en avoir besoin. L’objectif est de souligner que le Gouvernement ne travaille que pour les riches en pointant du doigt de supposés cadeaux quand les nécessiteux, les pauvres doivent se contenter de miettes. La démagogie populiste a cure des raisonnements économiques, de l’arithmétique. La France Insoumise n’entend pas gérer le pays. Il entend développer un fond de commerce réunissant les mécontents de tous les bords. La surenchère est sa politique. Comme les partisans du Brexit ou de la sortie de la Grèce de la zone euro, demain ne compte pas car demain n’est pas censé existé.

En additionnant ainsi les possibilités de dépenses supplémentaires, comment se faire une idée d'une politique budgétaire mise en place par la France Insoumise de Jean Luc Mélenchon ?

Le programme économique de Mélenchon reste celui de la Présidentielle. Des dépenses, des dépenses, des dépenses. Les riches seraient censées financer. Mais, il oublie que tondre un riche de plusieurs millions d’euros n’est qu’une goutte d’eau par rapport à la montagne de dépenses qu’il prévoit de construire. Jean-Luc Mélenchon projetait d’augmenter les dépenses de près de 200 milliards d’euros. Il n’en a pas fini de faire des petits avec les 5 milliards d’euros de cadeau du Gouvernement. C’est un choc de 8 % du PIB qu’il aurait aimé appliquer à la France. 45 milliards d’euros seraient affectés à « l’urgence sociale » dont 18 milliards pour le logement.

Pour financer la mise en œuvre de la progressivité de la CSG et une baisse de l’impôt sur les sociétés, il compte sur une augmentation des recettes fiscales de 190 milliards d’euros soit près de 10 % du PIB. L’impôt sur le revenu passerait ainsi de 5 à 14 tranches. Un taux à 90% serait institué au-delà de 360 000 ou 400 000 euros de revenus. Les niches fiscales seraient supprimées. Les droits de succession seraient augmentés pour les héritages les plus élevés. Jean-Luc Mélenchon souhaite, par ailleurs, la généralisation et l’augmentation de la taxe sur les transactions financières.  Par ailleurs, il entend lutter contre la fraude fiscale et récupérer plusieurs milliards.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 18/02/2018 - 19:30 - Signaler un abus Tsipras est plus conséquent

    Que la Meluche caricature de démagogue populiste.

  • Par SD.. - 18/02/2018 - 22:20 - Signaler un abus Il y en a qui vote pour lui ...

    Donc la démonstration est faite que l'on peut croire au père Noël au delà de 5 ans!!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€