Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Petite marée populaire : ce début de quelque chose que voit Jean-Luc Mélenchon est-il celui de... sa fin ?

Les soixante organisations qui avaient appelé à manifester dans toute la France contre les orientations du gouvernement ce samedi ont réuni entre 100.000 et 250.000 personnes.

Marée basse

Publié le
Petite marée populaire : ce début de quelque chose que voit Jean-Luc Mélenchon est-il celui de... sa fin ?

 Crédit Zakaria ABDELKAFI / AFP

Atlantico : La gauche organisait ce samedi une "marée populaire" dans toute la France. Quel bilan tirer de cette manifestation, alors que la préfecture a annoncé 21 000 participants et les organisations syndicales 80 000 à Paris, et moins de 100.000 dans toute la France selon la police ?

Sylvain Boulouque : C'est un échec plus ou moins relatif en dépit des efforts d'unité entre les différents courants de la gauche traditionnelle qui s'était développés. Les chiffres sont têtus et visiblement la mobilisation militante n'était pas du tout présente. Est-ce que cela traduit un découragement, c'est possible. Est-ce que cela traduit un désintéressement pour la manifestation qui ne serait plus le moyen d'action privilégié, c'est également possible. Peut-être que les gens ne veulent plus aller manifester en se disant que cela ne sert pas à grand-chose.

Cela ne veut pas dire que les luttes sociales sont terminées, évidemment, mais cela traduit un individualisme grandissant dans nos sociétés qui fait que, au moins pour l'instant, la manifestation n'est pas le moyen d'action privilégié. Qu'est ce qui pourrait y succéder comme moyen d'action ? On n'en sait rien. Les réseaux sociaux montrent une colère latente mais il n'y a aucun débouché à cette colère.

Jean-Luc Mélenchon à Marseille a appelé à "former ce front populaire dont le peuple a besoin" et l'unité des organisations a eu lieu. Toutefois cela n'a pas été suffisant car il manquait toute la gauche réformiste (le PS, la moitié des mouvements syndicaux). Même s'il y a eu convergence des organisations et chiffres mis à part est-ce que cette manifestation a traduit une convergence des luttes ?

Toutes les revendications sont mêlées mais ce ne sont que des minorités militantes qui manifestent (supporters de la ZAD, collectif pour Adama…) et il n'y a pas de convergence des luttes. Il n'y a pas du tout de fusion qui pourrait laisser entrevoir une grève générale. Cette mobilisation a été extrêmement fragmentée et fragmentaire et l'on ne voit pas, contrairement à ce qu'ils annoncent, un développement potentiel des luttes.

Le résultat de cette manifestation est donc une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron ?

Disons que pour l'instant, il peut continuer sur sa lancée car la marée humaine s'est transformée en vaguelette. Le rapport de force n'est clairement pas en sa défaveur. Il devra toutefois rester attentif à ces protestations aussi bien dans la rue que sur les réseaux sociaux car il n'est pas exclu que cette même colère se traduise à l'avenir par un vote en faveur de l'extrême droite. C'est tout à fait possible. Il n'est pas exclu non plus que, les militants voyant que les manifestations traditionnelles ne sont plus un moyen d'action efficace, on assiste à une radicalisation de ces derniers avec un développement des violences symboliques.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 27/05/2018 - 12:40 - Signaler un abus Ah ben oui mon gârs Boulouque

    Parce qu'il fallait être vraiment con pour aller manifester avec des gens ou à l'appel d'organisations qui ont, depuis belle lurette trahi la République et le peuple! L'affaire du voile auquel s'est semble-t-il converti le clown Besancenot est significative à elle seule. Voila qui explique l'écart entre la colère bien réelle sur les réseaux sociaux et la flop pitoyable d'hier! Après la marée, la criée pour brader les... crabes !

  • Par vangog - 27/05/2018 - 14:28 - Signaler un abus « Développement des violences symboliques »?????

    C’est extraordinaire comme les journaleux tolèrent la violence venue de gauche, alors qu’ils n’en tolèreraient pas le centième (et ils auraient raison...) venant d’un parti pourtant démocratique, comme le Front National!...la convergence des brutes de Melenchouille-la-fripouille fait un flop, et ce sont des journaleux qui suggèrent que ce flop pourrait alimenter le « Développement des violences symboliques »???...mais on est où, là?...les journaleux parlent à la place des ultra-gauches?...l’extrême-gauche fasciste est plutôt bien représentée au parlement, elle a infiltré l'éducation, la justice, les médias et les syndicats, mais pourrait développer des violences -évidemment symboliques pour les journaleux complaisants- en représailles de son peu d’écoute par le pouvoir macroniste?,,,,qu’est-ce qu’on devrait dire, nous les patriotes FN?...

  • Par Atlante13 - 27/05/2018 - 18:55 - Signaler un abus Hier, nous avons vu

    défiler les vrais ennemis de la France, ces collaborateurs indignes et nauséabonds qui ne rêvent que d'une chose, instaurer le communisme et l'islamisme dans le pays. Et ces cons ne se rendent même pas compte que s'ils y arrivaient, ils s'étriperaient entre eux car l'islam n'est compatible qu'avec lui-même.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€