Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 30 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les non-experts au chevet du système de santé : comment former et responsabiliser les médecins ?

L'Institut Montaigne a réuni 25 Français de tous bords pour établir des pistes de réflexions autour de la réforme de notre système de financement de la santé (4/5).

Participatif

Publié le - Mis à jour le 3 Février 2013
Les non-experts au chevet du système de santé : comment former et responsabiliser les médecins ?

Certains médecins souhaitent que l’information générale sur la santé soit plus accessible et claire. Crédit Reuters

A lire aussi : 

 

Nous souhaitons une meilleure concordance entre les pratiques médicales et les besoins des patients qui ont évolué.

Certains d’entre nous considèrent qu’on ne dispose pas toujours d’assez d’informations pour agir sur sa propre santé : cela dépend notamment des catégories socioprofessionnelles. Nous n’avons pas tous les mêmes moyens économiques ni la même volonté personnelle, en raison de la fracture sociale.

L’information et la prévention sont mal reçues.

Par ailleurs, nous ne connaissons pas tous toujours l’offre du système de santé ; beaucoup de gens ne connaissent pas leurs droits.

Nous avons compris que la prévention permet d’éviter et/ou de limiter l’aggravation d’un certain nombre de problèmes de santé. Nous pensons que la prévention concerne tout le parcours de vie : pour les jeunes enfants, c’est une évidence, mais aussi chez les adultes qui ont des comportements à risque et sans oublier les personnes âgées.

De la même manière qu’il faut former, informer et responsabiliser le patient et le citoyen, nous souhaitons mettre l’accent sur la nécessite de former, informer et responsabiliser les médecins, notamment les médecins traitants et l’ensemble du corps médical.

Pour que la prévention soit efficace en matière de santé, nous pensons qu’elle doit également prendre en compte les différents facteurs tels que l’environnement, le travail, les conditions de vie, etc.

Prévention et éducation

Pour faire en sorte que les personnes s’approprient mieux et intègrent mieux les campagnes de prévention, nous avons retenu, entre autres, les pistes suivantes :

  • prendre exemple sur les campagnes d’informations comme « manger mieux, bouger plus » ;
  • organiser des interventions généralisées dans les écoles et des cours d’éducation à la santé, au même titre que l’instruction civique, la biologie,… ;
  • réaliser des animations dans les villes comme cela est fait pour la prévention routière ;
  • faire réellement passer l’information par tous les intervenants médicaux, paramédicaux et autres ;
  • généraliser les campagnes de dépistage et les offres préventives comme le bilan de santé quinquennal.

 

L’éducation à la santé est de la responsabilité de tous les acteurs : tant des parents que de l’Education nationale ou encore des professionnels de santé et du milieu du travail.

Responsabilisation

Responsabiliser les professionnels de santé

Au travers de l’expérience de quelques-uns d’entre nous, il semble que le lien traditionnel entre certains médecins et leurs patients ait été altéré. Or des études montreraient que l’efficacité d’un traitement est d’autant plus forte que l’empathie du médecin pour son patient est réelle.

Les médecins ne sont pas que des techniciens, ils doivent aussi apprendre à communiquer avec leurs patients et les familles et, pour cela, suivre des formations en psychologie.

Les médecins doivent en outre être formés à l’éducation thérapeutique et prendre le temps de bien expliquer aux patients (cela renvoie à la réflexion sur la rémunération des médecins).

En outre, les médecins devraient s’inspirer de pratiques constatées à l’étranger qui conduisent à ne pas systématiser les prescriptions de médicaments ou d’actes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par SLANDER - 01/02/2013 - 12:24 - Signaler un abus Les médecins en général se

    Les médecins en général se forment toute leur vie. Je n'en ai jamais rencontré qui ne fassent pas un ou deux stages de formation par an ou ne participent pas à des colloques, des réunions d'informations, etc... Ils sont responsables pas de doute là-dessus. Leur responsabilité faiblit envers les personnes âgées qui sont beaucoup plus difficiles à convaincre ou à faire changer d'avis. J'ai l'exemple d'une de mes grands-mères qui avait, à l'époque, 3 médecins à la fois : le premier venait (et souvent), le second revenait car elle n'avait pas assez de médicament ou pas le médicament qu'elle voulait, et le troisième pour voir s'il n'y avait pas autre chose à faire.... Et cela toute sa vieillesse (30 ans ! )... Les jeunes médecins semblent plus armés pour dialoguer avec les personnes âgées et leur donnent, semble-t-il, des traitements le plus souvent placebo, mais qui les maintient en forme.... Et c'est très bien. Ce sont les usagers qui doivent être responsabilisés en premier. Il faut qu'ils apprennent à connaître leur corps et à lui obéir ; c'est le premier responsable de l'affaire. Il sait très bien ce qu'il lui faut. Et puis éviter de faire des articles "vulgarisés" sur les.....

  • Par SLANDER - 01/02/2013 - 12:25 - Signaler un abus 2)

    maladies. Chacun y puise ce qu'il comprend et ce n'est pas toujours "joli joli". la médecine est une profession tellement complexe, il faut la laisser aux initiés.

  • Par vangog - 01/02/2013 - 15:00 - Signaler un abus Du très grand n'importe quoi!

    Après en avoir abusé pendant des annees, et l'avoir épuisé par démagogie et élection d'incapables, les Français déconstruisent, petit a petit, leur système de santé, en commençant par ce qui paraît le moins indispensable: la prévention. Et ils voudraient maintenant qu'on améliore cette prévention qu'ils ont transformé en luxe par leur imprévoyance ( exemple: les Veinotoniques) Une politique de santé se décide vingt, trente ans à l'avance. Maintenant, il va falloir gérer l'urgence...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Institut Montaigne

L'Institut Montaigne est un lieu de réflexion et de débat sur les enjeux de la société qui réunit des universitaires, des responsables d'entreprises et des jeunes de différents horizons.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€