Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy : des mea culpa beaucoup plus guerriers qu’il n’y paraît

La publication des extraits du livre-confession de Nicolas Sarkozy a étonné du fait de l'importante quantité de regrets affichés. Derrière ces déclarations s'observe pourtant une certaine pérennité de l'image et du discours de Nicolas Sarkozy à l'approche de 2017.

Stratégie des mots

Publié le
Nicolas Sarkozy : des mea culpa beaucoup plus guerriers qu’il n’y paraît

Atlantico : Nicolas Sarkozy émet beaucoup de regrets et multiplie les mea culpa dans les extraits publiés de son livre "La France pour la vie", qui sera publié chez Plon lundi prochain. Il reconnaît des erreurs de style bling bling qui ont pu gêner les Français, et les regrettent : ainsi il en est des épisodes du yacht de Vincent Bolloré, du Fouquets, du fameux "Casse-toi pauvre con !". S'agit-il d'une sincère volonté de changer de stature pour l'ancien président ?

Frédéric Métézeau : Pour ce qui est de sa sincérité profonde, je ne suis ni son confesseur, ni son psychiatre, ni son ami, ni son confident !

Je ne pourrais vous dire s'il est sincère ou pas ; en revanche, pour lui, pour corriger son image, c'est absolument nécessaire : les enquêtes d'opinion montre que c'est cette image là qu'ont les Français de lui très précisément. Ces histoires ont presque dix ans : pour son image, on peut dire qu'il était temps.

La vrai question, qui ne concerne pas uniquement Nicolas Sarkozy mais tous les hommes est : change-t-on entre 50 et 60 ans ? On peut tenter deux réponses : premièrement, est-ce qu'à force de changer perpétuellement comme il nous l'a dit, on ne retrouverait pas à chaque fois le même Nicolas Sarkozy. Ensuite, avec les déplacements au Havre en avion et autres conférences rémunérées on peut douter qu'il soit devenu subitement un moine. Les Français savent tout cela, et c'est peut-être aussi pour cela qu'il a tout intérêt à faire ces mea culpa, parce que ces boulets avaient toujours un effet dévastateur sur son image.

Autres mea culpa, ceux d'un homme qui regrette de ne pas être allé assez loin, assez vite, et de s'être laissé influencer parfois au dépens de la nécessité de réforme : ISF, Schengen, heures supplémentaires : tous ces thèmes de regrets ne sont-ils pas là pour révéler l'image d'un Sarkozy actif et volontariste ?

C'est une esquisse de programme. Un programme de droite bon teint, à peu près similaire à ceux de ses concurrents potentiels : quand il parle des 35h, quand il parle de l'ISF, quand il évoque un référendum sur Schengen, il s'agit d'une réactualisation des thèmes de 2012 qu'il remet au goût du jour, thèmes repris donc par tous les autres barons des Républicains. Le libre choix du temps de travail dans les entreprises est par exemple une proposition faite aussi par Alain Juppé. On a affaire à la doxa la plus classique de la droite. Ces regrets sous-entendent donc ceci : je réglerai ces problèmes que j'ai laissé en 2012 si vous m'élisez en 2017.

Enfin Nicolas Sarkozy se pose comme au dessus de la mêlée politicienne, regrettant les aigreurs et combats inutiles. Il affirme sortir du calcul politicien et propose un apaisement : mais celui-ci n'est-il pas ambigu, comme le montre ses déclarations envers la Manif pour Tous, mais aussi Alain Juppé, François Fillon ou François Hollande ?

En ce qui concerne l'épisode du parvis de l'Elysée, où il attaque la froideur de François Hollande, on peut voir qu'il choisit de se mettre au centre pour renverser l'image que l'on a de lui. Il fait alors jouer le positionnement des uns et des autres par rapport à sa personne. Il s'agit de se placer comme leur adversaire et concurrent prioritaire. Et ce pour Hollande comme pour Juppé et Fillon, même si c'est beaucoup plus facile d'affronter Hollande, car d'une certaine façon l'un et l'autre se cherchent et l'un et l'autre se veulent. Ils rêvent d'un match retour, et c'est pour cela qu'il vient doucement le chercher derrière ces petits épisodes un peu anodins.

En ce qui concerne Juppé et Fillon, il a tout intérêt à sortir d'une logique de combat, du moins en apparence : il n'est pas candidat déclaré à la primaire des Républicains, et en tant que Secrétaire, on attend de lui qu'il se pose comme garant de son unité. Il se ménage toutes les portes : que se passerait-il si les sondages continuaient sur cette lancée pendant toute l'année, le plaçant de moins en moins comme un présidentiable ? Après une telle vague de mea culpa, se posera la question de la suite. Car la tendance des sondages concernant son image est très forte, continue et ancienne. Elle montre un rejet réel.

Quand à la Manif pour Tous, il s'agit de la seule prise de position qui vient très fortement le mettre en danger. Il y a deux ans, il avait donné aux manifestants l'abrogation, comme pour leur faire plaisir : est-ce qu'on s'engage sur des sujets aussi lourds de sens d'une façon aussi légère ? Et peut-on, deux ans après, dire aussi légèrement le contraire ? Il fait pâle figure face à un Bruno Le Maire qui lui a tenu son cap même sous la pression, qui a tenu le choc. Nicolas Sarkozy a été dépassé et emporté par la foule, et c'est un preuve de faiblesse face à la pression. Et c'est là que c'est étonnant, parce qu'on lui reconnaissait une capacité à prévoir et à réagir avec force dans les périodes de gros temps. Et paradoxalement, c'est typiquement le genre de chose qui peut faire croire aux Français qu'il n'a pas changé. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Gilly - 23/01/2016 - 10:44 - Signaler un abus Journaleux à France Inter

    Après Marianne.... Pas de bol, Sarkozy ne renonce pas à ses conférences... Soit vous n'avez pas lu son livre soit vous avez un problème de compréhension... Et les deux peuvent se cumuler.

  • Par Yves3531 - 23/01/2016 - 12:03 - Signaler un abus Ce n'est pas assez payé sur "la voix de son maître" ? ...

    ... quand nos abonnements sur Atlantico servent à payer des piges à des journalistes suppôts de ce pouvoir lamentable et ridicule pour nous faire comme toujours en ritournelle leur analyse orientée TSS, on se pose des questions ... je ne suis plus suspect de soutenir inconditionnellement NS, mais écouter les propos fielleux de ces petits propagandistes France Inter aussi sur Atlantico fait monter l'adrénaline. J'engage tout un chacun à lire les articles de Valeurs Actuelles d'il y a 2 semaines sur la main mise quasi générale de Hollande et ses copains coquins sur la presse. Très très inquiétant, il y a urgence à se libérer de cette chape de plomb et de boue. Et l'opposition qui ne dit rien et semble paralysée comme hypnotisée devant des serpents. Leur dimmitude est affligeante.

  • Par Gordion - 23/01/2016 - 14:07 - Signaler un abus D'accord avec ces 2 internautes!

    ...à la décharge de France Inter, le commentaire sur la légèreté de NS à la Manif pour Tous est juste. Il a perdu une occasion de se taire.

  • Par Deudeuche - 23/01/2016 - 14:50 - Signaler un abus @Gordion

    non c'est maintenant qu'il aurait du se la fermer. Car la droite de la droite va lui dire adieu.

  • Par Gilly - 23/01/2016 - 15:35 - Signaler un abus Si la France allait bien,

    Nous pourrions nous permettre de mobiliser le Parlement pendant 3 mois avec les manifs qui vont avec, les débats et les insultes, mais je crains que dans un an, les 8000 mariages homos annuels ne soient pas du tout une priorité dans le contexte actuel.... Je préfère qu'il le dise maintenant, c'est plus honnête que de le laisser espérer.

  • Par Deudeuche - 23/01/2016 - 16:40 - Signaler un abus @Gilly

    la notion de priorité est différente de celle de l'urgence. L'économie c'est urgent, la civilisation c'est prioritaire. Pourquoi demain dire non à ceux qui timidement défendent la polygamie et demain ceux qui défendront le mariage consanguin entre adulte (inceste à plus de 18 ans) et tout cela au nom de l'amour, car les déterminisme naturels n'existent plus. Ils seront aussi seulement quelques milliers...au début. Le courage c'est d'affronter l'adversité et non perpétuellement le consensus mou pseudo pacifiant sans aucune valeur de conviction si ce n'est de suivre le mouvement ambiant. La grenouille dans la casserole d'eau sur le gaz trouve que l'eau tiède c'est pas si grave....

  • Par Gordion - 23/01/2016 - 17:26 - Signaler un abus @Deudeuche

    La promesse de NS de réécrire la loi sur le mariage pour tous n'est pas crédible. Outre le tollé que cela provoquerait - une majorité de Français est favorable à cette loi (c'est malheureusement ainsi!) - imaginez les problèmes juridiques, administratifs, fiscaux, etc. qui s'ensuivraient. Sans oublier les "class actions" en cascade, la condamnation de la France par la CEDH, etc. Ce genre de lois "sociétale" est très difficilement annulable, sauf si le CC y trouve à redire, mais ce ne fut pas le cas. Taubira a fait voter cette loi, symbole du progressisme....c'est dur à avaler, mais NS savait très bien dans quoi il mettait les pieds.

  • Par gerint - 23/01/2016 - 19:04 - Signaler un abus Comment se différencie Sarko?

    Il doit apporter d'autres positions que ses concurrents et en s'alignant maintenant sur le mariage pour tous il les rejoint au contraire. S'il propose la même soupe il ne sera pas choisi

  • Par vauban - 23/01/2016 - 19:51 - Signaler un abus France inter sur atlantico!

    Trahison!

  • Par raslacoiffe - 23/01/2016 - 21:58 - Signaler un abus Encore des fautes d'orthographe.

    Décidément tous ces journalistes nourris à la mamelle soixante-huitarde ont de grosses lacunes sans parler du fond tout aussi formaté par cette pensée unique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Métézeau

Frédéric Métézeau est journaliste depuis 15 ans. Il a été journaliste pour France Bleu Nord, basé à Lille, et a présenté les informations sur France Inter avant devenir chef du service politique sur France Culture. Depuis août 2015, il est chef du service politique de France Inter.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€