Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine : qui peut gagner (et qui pour payer les pots cassés en collatéral…) ?

Les hostilités sont lancées entre Pékin et Washington, alors que les tensions commerciales se font de plus en plus fortes entre les deux plus grandes économies du monde. Mais qui pourrait sortir gagnant d'un tel conflit, et pour combien de victimes collatérales ?

La gagne

Publié le
Guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine : qui peut gagner (et qui pour payer les pots cassés en collatéral…) ?

 Crédit JOHANNES EISELE / AFP

Atlantico : Alors que les restrictions commerciales annoncées par Donald Trump se précisent, notamment à l'égard de la Chine, ce qui a été qualifié "d’Afghanistan économique" par l'économiste Adam Posen du Peterson Institute, comment anticiper, au regard de la configuration actuelle des deux pays, qui pourrait sortir "vainqueur" d'une telle guerre ? Au delà d'un rapport de force à priori favorable aux Etats-Unis, en quoi l'imprévisibilité de Donald Trump pourrait affaiblir cette vision ? 

Rémi Bourgeot : Les commentaires des deux derniers jours ont illustré le flou des débats, qui ont tendance à s’affranchir de l’enjeu économique réel. A cause d’une formulation sans doute ambiguë de la Maison Blanche dans la préannonce de jeudi, un certain nombre de médias ont indiqué que Donald Trump entendait lever environ 50 à 60 milliards de dollars de taxes douanières sur les importations chinoises.
Il s’agit en réalité du montant des importations éventuellement visées (après une période de revue de quinze jours par l’administration puis un mois de concertations diverses). Sauf à imaginer une taxe générale de l’ordre de 100%, ce qui n’est gère le cas puisque Trump parle plutôt de 25%, les deux chiffres (montant des taxes et volume des importations taxées) sont évidemment très différents. Alors que, dès l’annonce officielle de Trump plus tard dans la journée, les médias américains ont rectifié le tir, on pouvait voir en France cette erreur réitérée le lendemain dans un certain nombre de grands médias de référence (notamment par les tenants du « fact-checking » le plus minutieux) où l’on parlait de 50 ou 60 milliards de taxes…

Trump menace de taxer à un taux d’environ 25% un volume allant jusqu’à 60 milliards de dollars d’importation soit 13% des importations américaines de biens chinois, qui s’élèvent au total à 462 milliards de dollars (en 2016).

La relation commerciale sino-américaine est très fortement déséquilibrée, avec un déficit bilatéral de marchandises de 347 milliards de dollars en 2016, une valeur qui équivaut à 1,8% du PIB américain ; ce qui est considérable pour un déficit bilatéral. Au-delà de ce chiffre il faut évidemment évaluer le type d’échanges en question alors que certains commentateurs,restés fidèles au credo des années 1990, continuent à affirmer qu’aucun déficit commercial n’est jamais grave quel que soit son montant.

Il convient d’écarter l’idée selon laquelle la Chine n’exporterait dans la durée que des biens à faible contenu technologique tandis que les Etats-Unis et le reste des pays avancées maintiendraient éternellement leur avance. La Chine pratique une politique extrêmement active et impressionnante de montée en gamme à base technologique. Par exemple, le pays achète un quart des robots produits dans le monde. La politique de montée en gamme repose sur des investissements massifs au niveau national mais aussi par une politique de rachat d’entreprises étrangères dans les secteurs technologiques clés. Par ailleurs le marché intérieur chinois est très fortement protégé, suivant un protectionnisme multiforme qui n’a pas d’équivalent dans les pays développés, et l’accès n’y est consenti qu’en contrepartie de transferts de technologie importants, notamment par le biais de joint-ventures.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cagnotte - 24/03/2018 - 12:23 - Signaler un abus combien de victimes collatérales ?

    L'économie mondiale est sur une bulle financière que la Fed a commencé à dégonfler! Ce qui déjà touche les bourses et le dollar. La Chine qui possède 1000 millards en bons du trésor Us peut facilement pousser le mouvement et faire éclater cette bulle! Alors nous serons tous touchés; déjà 3 chiffres clés pour nous sont visibles: le CAC 40 dévisse à 5095,l'euro monte à 1.23, le petrole à 70.Cela va continuer et arrange les financiersqui ont pris leurs précautions et fera porter le chapeau de la crise à Trump.

  • Par ajm - 24/03/2018 - 14:49 - Signaler un abus Marchés de dettes souveraines

    Cagnotte: quel intérêt pour les Chinois de déstabiliser la dette fédérale US si, comme vous le dites, ils en possèdent 1000 trillions ? Votre raisonnement se mort la queue comme celui de beaucoup sur ce site. J'ajoute que 1000 trillions c'est à la fois beaucoup ( une somme que l'on ne veut pas perdre même pour la Chine) et en même temps cela représente seulement 5% de l'encours total , à peu près comme le Japon...C'est trop pour jouer en fait ...mais pas assez pour déstabiliser un marché financier qui est de très, très loin, le plus vaste, profond et liquide du monde. Où les Chinois pourraient-ils placer leurs actifs en USD , produit de leur excédent commercial ? En bons du trésor Japonais (ils détestent les Japonais ) ? En dette Suisse ( petit marché et qui ne rapporte rien) ? En dettes souveraines Euro ( ils en ont déjà beaucoup et il s'agit de marchés très fragmentés par pays, avec une liquidité très inférieure à celui des TB US et qui rapporte très peu , en particulier les Bunds allemands ). En GBP ? Les British sont les meilleurs alliés de l'Amerique, autant garder sa dette US.

  • Par vangog - 24/03/2018 - 17:29 - Signaler un abus Cela se nomme du "protectionnisme économique"!

    la guerre, c'est l'offensive réalisée par les chinois dans tous les domaines technologiques et d'industries stratégiques (IA, robotique, aéronautique...) où ils exercent une prédation. Le système des joint-venture, permis par le gauchiste Lamy de l'OMC et accepté par le démocrate Obama, est un système parfaitement injuste et inadmissible, qui déséquilibre les échanges et constitue une parfaite concurrence déloyale. En rétablissant l'équilibre des échanges, Donald voit à long terme, à plus long terme que les mauvais calculateurs du Monde et du Nouvel Obs, car il espère, d'une part influer sur la vieille UE pour qu'elle rétablisse l'équilibre de ses échanges, et influer sur la Chine , elle-même, pour qu'elle abandonne ces joint-ventures armes de prédation des technologies occidentales pour nains économiques en plein syndrome munichois. moralité, Donald fera progresser l'équilibre du monde et la démocratie chinoise...elle est pas belle la vie, chez Walt disney?...

  • Par pierre de robion - 24/03/2018 - 19:30 - Signaler un abus Monopoly

    Les producteurs ont besoin d'acheteurs, mais si ces derniers ne produisent pas assez? Pas de problème, le vendeur prête! Mais s'il prête trop? et bien joue alors l'adage:" si tu dois 1000€ à ta banque, c'est ton problème, si tu lui en doit 1 milliard c'st...son problème! Et alors? Et bien comme au Monopoly, on efface tout et on recommence jusqu'à ce qu'il n'y ait plus ni producteur et donc plus d'acheteur (ou l'inverse?)!

  • Par Liberte5 - 24/03/2018 - 20:05 - Signaler un abus Vive la mondialisation , mais avec des accords équilibrés

    cela doit-être gagnant gagnant. Or, jusqu'à présent la Chine gagne, l'Europe ,sauf l'Allemagne, et les USA perdent. Cela ne peut continuer. Nous ne pouvons nous laisser dépouiller ainsi. La richesse à la Chine et le chômage pour l'Occident. Cela suffit , nos politiques ont abandonné leur peuple. Lâchement , sans lutter, A vomir.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Rémi Bourgeot

Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour divers think tanks.

Sur la zone euro, ses études traitent des divergences économiques, de la BCE, du jeu politique européen, de l’Allemagne et des questions industrielles.

Parallèlement à ses travaux, il enseigne l’économie de l’Union européenne dans le cadre de l’IRIS-Sup. Il est diplômé de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (SupAéro) et de l’Ecole d’économie de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€