Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

“Fuck les Européens!” Les Américains méprisent-ils l’Union européenne ?

Une vidéo mise en ligne sur Youtube en dit long sur les relations qu'entretiennent les États-Unis et l'Europe. "Fuck the European Union", peut-on entendre dans la bouche de Victoria Nuland, chargée des affaires européennes à Washington.

Frères ennemis

Publié le
“Fuck les Européens!” Les Américains méprisent-ils l’Union européenne ?

"Fuck the European Union", peut-on entendre dans la bouche de Victoria Nuland, chargée des affaires européennes à Washington Crédit REUTERS/Stefano Rellandini

Atlantico : Victoria Nuland a récemment déclaré, dans le cadre d'une conversation concernant l'Ukraine, "Fuck  the UE!" Cette déclaration est-elle symptomatique des relations entre Washington et Bruxelles, ou ne s'agit-il que d'une anicroche que l'on oubliera vite ?

Anne Deysine : C'est plus qu'une anicroche. C'est un vrai dérapage verbal. C'est vrai qu'elle ne pouvait deviner qu'elle était écoutée ; néanmoins, il y a de quoi être frappé par le caractère plus que désinvolte des différentes remarques, vis-à-vis de l’Union européenne et de l’opposition ukrainienne.

Cela traduit une longue histoire particulièrement compliquée. Certains se souviennent peut-être de Kissinger. "L'Europe, très bien, mais quel numéro de téléphone ?"

Le problème n’a pas entièrement disparu malgré les améliorations apportées par.le traité de Lisbonne. Il y a dorénavant  une haute représentante en charge  des relations extérieures, Catherine Ashton. Maintenant, les Américains savent à qui s’adresser… en théorie. Cela étant, cela les arrange bien, parfois, de s’adresser en bilatéral, à François Hollande par exemple quand il s’agit de contacter le leader d’un pays qui a un siège au Conseil de Sécurité, ou à Angela Merkel quand il s’agit de problème économiques ou financiers.

En fait, les Américains ont comme toujours une position ambivalente : ils critiquent l’Europe parce qu’elle n’est pas unie, mais savent jouer sur le manque d’unité quand c’est dans l’intérêt des États-Unis.

Ce qui est reproché, ici, par Victoria Nuland en termes peu diplomatiques, c’est le manque d’unité de l’Europe qui l’empêche de taper du poing sur la table pour amener l’Ukraine dans le giron européen et faire le travail que Washington s'efforce de faire en sous-main. Ce qui est sous-jacent, c’est l’opposition entre Poutine et les États-Unis.

Les États-Unis ont toujours été un allié historique de l'Europe, puis de l'Union européenne. Quand les relations ont  elles commencé à décliner ?

Les États-Unis ont aidé à la création de l’Union européenne. Si l’Europe a pu se constituer après la guerre, c’est grâce à eux… et une fois que l’Union est devenue trop organisée, ils ont commencé à la critiquer et à la moquer.

Il ne s’agit pas d’un déclin continu, cependant. C’est toujours cette ambivalence qui dicte nos relations : si les États-Unis ont aidé l’Europe à la sortie de la guerre, c’est parce que ça se justifiait aussi commercialement. Ils avaient besoin d’un marché. L’ambivalence diplomatique se retrouve dans le commerce. Les États-Unis veulent une Europe forte, mais pas assez pour leur faire de l’ombre. Forte ; quand ils ont besoin d’une Europe forte ; et faible quand ça les arrange.

Ça n’est pas de l’hypocrisie, ceci dit. C’est simplement "America First". Une notion un peu particulière du patriotisme et de l’exceptionnalisme américain.

Qu'est-ce que cette affaire révèle de l'indépendance de l'Union européenne à l'égard des États-Unis ?

Sommes-nous indépendants… ? De toute façon, l’Union européenne n’existe pas en termes de politique étrangère. L’Europe est un géant économique, mais un nain politique. C’est un bon exemple : Merkel s’est immédiatement indignée, tandis que François Hollande (qui n’a pas intérêt à envenimer les choses, puisqu’il sera à Washington lundi) n’a rien exprimé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Kulashaker - 08/02/2014 - 10:14 - Signaler un abus Ce mépris des Américains vulgaires pour les Européens...

    incitera peut-être Atlantico à changer de nom pour préférer une vision européenne du monde.

  • Par taramis - 08/02/2014 - 10:26 - Signaler un abus VISEE MONDIALE DE L'UE EGALE 0 ZERO.....

    A quoi bon critiquer l'interventionisme'' US lorsque la pauvre Europe est incapable d'aligner 150 hommes dans un conflit qui pourtant la concerne.

  • Par gladio - 08/02/2014 - 10:41 - Signaler un abus Les Américains ne sont pas nos frères mais nos ennemis

    Très intéressant de voir à quel point le retour des logiques historiques va recomposer le monde. La grande puissance tutélaire désignée de l'Europe c'est la Russie. En plus elle adore la France. C'est la Russie qui nous sauvera de l'Islam (elle a déjà prouvé dans l'histoire qu'elle savait faire). Les Américains ont clairement oeuvré contre nous en essayant de donner les clés de notre destin aux Arabes, les simagrées de Fabius à propos de la Syrie n'ont qu'un objet: pratiquer en Syrie une politique américaine à leur place, les socialistes sont à plat ventre devant l'Amérique, comme l'état Sarkozy.

  • Par gliocyte - 08/02/2014 - 10:45 - Signaler un abus A qui profite le crime?

    1) On parle d'une vidéo qui aurait été prise à l'insu des protagonistes, dans le cadre d'une discussion privée. 2) Auteur de cette vidéo? Non révélé, ce qui visiblement n'émeut ou n'intéresse personne. Anonymat protégé ou garanti par les médias… Ne serait-ce pas là une opération de propagande sciemment orchestrée visant à manipuler les européens de plus en plus opposés à U.E afin de créer une solidarité inexistante par l'indignation que cette phrase suscite? Qui croit encore que l'U.E n'est pas sous l'entière dépendance des Etat Unis? Par cette phrase ne veut-on pas prouver qu'il n'en est rien? Mon opinion est faite, c'est de la manipulation orchestrée par l'U.E.

  • Par Michel. - 08/02/2014 - 10:48 - Signaler un abus Encore une fois ces sont les autres qui sont bêtes et méchants?

    L'incapacité du vieux continent à résoudre ses problèmes n'est pas due aux USA, alors pourquoi ce "US-bashing" ? Il y a beaucoup de choses que les Américains ne comprennent pas à propos de l'Union Européenne. Mais c'est aussi le cas de bien des Européens à propos d'eux-mêmes. Chacun de son côté oublie la parabole de la paille et de la poutre.

  • Par gdv - 08/02/2014 - 12:43 - Signaler un abus @ Gladio

    Vous faites du sentiment, du passionnel, ce n'est pas comme cela que l'on fait avancer les choses, les américains ne sont pas nos ennemis, ils sont nos rivaux. Pour lutter efficacement, il faudrait plus d'Europe mais avec la méduse de l'Elysée que méprise Meckel comment voulez-vous renforcer l'union avec l'Allemagne. Et dire qu'il y a des crétins qui veulent détruire l'Euro, la monnaie rivale du dollar

  • Par cappucino - 08/02/2014 - 12:52 - Signaler un abus Les US ne sont intéressés que par le pouvoir

    L'UE n'est jamais pour eux qu'une région satellite. Comme les autres pays du monde. Pas de maîtres si pas d'esclave, c'est exactement la citation qu'il faudrait ressortir. Depuis la WWII, les pays de l'Europe n'ont pas cessé de faire pénitence. A un moment il faudra bien que cela s'arrête. L'accord global transatlantique de 2015 doit être rejeté. C'est la signature d'une soumission économique totale, dérégulée. Les US s'y voit déjà et n'hésite pas à traité les Européens comme des nervis de leur puissance décadente. Dans leur esprit c'est déjà le cas.

  • Par Djelmé - 08/02/2014 - 13:08 - Signaler un abus Bel article

    Je cite, " En un sens, notre incapacité à parler d'une seule voix nous protège des influences américaines." Cela me semble particulièrement pertinent. - D'abord, éviter l'anti-x primaire. Voyager y contribue. Que sait-on jamais d'une nation, d'un État, d'une culture observés de loin ? Pour ce qui est des USA en particulier, cet article, les propos d'Anne Deysine me semblent avoir cerné l'essentiel de la réalité des rapports ce cette puissance avec l'Europe. Ne jamais oublier que la base des USA est protestante, imbibée de valeurs (et non de prétextes) religieux au sens du protestantisme à savoir porteuse d'une action sur la vie civile. Enfin, l'establishment va au-delà d'une Amérique "moyenne" en ceci que parfois, souvent la nation américaine se défend, pointe du doigt le pouvoir central lequel, depuis toujours, est objet de prudence voire de méfiance : le pays est une fédération. Pour ce qui est du mot -- du "F-word" comme disent, écrivent les esprits subtils et/ou précieux -- une anecdote sans lendemain selon moi.

  • Par GBCKT - 08/02/2014 - 13:26 - Signaler un abus Se remettre les idées en place.

    Monsieur Poutine ex du KGB connait sa géographie et la géopolitique comme avant lui Catherine II. La Russie est enclavée. Si l'Ukraine (conquise sous Catherine II) n'est pas étroitement contrôlée par la Russie , la Russie est limitée dans ses accès à des mers presque libres. Le verrou des Dardanelles est partiellement compensé par la base de Tartous en Syrie. Les US dont les diplomates et les militaires connaissent la géographie mais dont l'appréciation de la géopolitique diverge de celle de nombreux européens, veulent limiter le passage aux Russes donc contrôler l'Ukraine. Pour les européens dont l'Allemagne les bonnes relations sur le long terme avec la Russie sont vitales (stratégique) pour les US elles sont secondaires. La Russie c'est loin.(Les Polonais alliés de circonstance des Américains poursuivent une vengeance compréhensible contre les Russes et soviets, certains rêvent au retour à la grande Pologne comprenant l'ouest catholique de l'Ukraine.

  • Par Le Lampiste - 08/02/2014 - 14:31 - Signaler un abus Fucking UE, Yes we can! what else ?

    L'Europe est un nain politique, précisément parce qu'elle est un géant économique que la super-classe dirigeante des USA, géant militaire-industriel et monétaire, n'a aucune intention de laisser accéder à une puissance politique gênante pour elle dans un monde qu'elle veut au pire bi-polaire, centré sur le Pacifique. Et comme dans l'UE, cette caricature de l'Europe qui en nie ses racines, il se trouve des gens aveuglés par leur haine séculaire contre la Russie, figés comme des robots sur les fantasmes de la Guerre Froide entretenus par la propagande "droits-de-l'hommeuse" la tâche est facile. Ces prétendus européens sont les premiers à acheter des avions US avec le pognon des contribuables du noyau dur, payeur. Chaque extension de l'UE à l'est, dans les ex-pays tampons de Yalta, n'a pour but que de rendre impossible l'émergence d'une vraie puissance de taille mondiale par le rapprochement de la France et de l'Allemagne avec la Russie. Vieux conflit des thalassocraties anglo-saxonnes avec les puissances continentales. Et rappelons que le but de Roosevelt en 1943 était de redécouper l'Europe (Belgique, France, Allemagne) pour créer une "nouvelle Lotharingie". What else ?

  • Par gladio - 08/02/2014 - 16:32 - Signaler un abus Je maintiens que les Américains jouent l'Islam contre nous

    Ils savent très bien que c'est la seule chose qui nous rend vulnérables. Leur planétarisation /communautarisation est un désastre pour nos nations, ils savent qu'ils peuvent compter sur cela pour nous mettre à genoux et ils ont besoin de nous voir à genoux.

  • Par gliocyte - 08/02/2014 - 17:34 - Signaler un abus @gladio

    Je ne suis pas loin de penser comme vous. Quoi de mieux pour détruire un état, un "ensemble" d'états que d'y injecter un autre état qui est incompatible avec les règles de vie, d'éducation, de pensée de ces derniers? L'Islam est d'abord un état, un pouvoir avant d'être une religion, ce qui finalement n'apparaît jamais dans les écrits des "penseurs". Je pense qu'il s'agit là d'une stratégie savamment orchestrée.

  • Par 20dicte - 08/02/2014 - 17:47 - Signaler un abus Si l argent a fait la force

    Si l argent a fait la force des US c est sa (son manque) culture qui la perdra.

  • Par ignace - 08/02/2014 - 18:11 - Signaler un abus analyse interessante

    pour avoir longtemps travaillé avec des américains aussi bien chez eux qu'en France, j'en ai déduis qu'ils avaient des qualités que nous n'avions pas et réciproquement (facile ....mais tous les peuples ne sont pas a l'image de leurs dirigeants) Les américains ou les Français cela ne veut rien dire, car nous ne nous voyons qu'a l'image des incapables qui sont sous influence et qui font de la figuration a la tête des nations. c'est une nation jeune qui n'a connu qu'un conflit (de taille) sur son territoire et qui était une guerre civile, le reste des conflits ils l'ont déportés sans succès depuis 1945, sur des territoires extérieurs tels que le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan....les raisons étaient idéologiques pour une part , mais surtout fortement poussées par le lobby militaro-industriel, pour lequel une défaite et un désastre humain, est quand même une aubaine financière Comme toutes les puissances coloniales sont devenus des nains économiques , l'empire américain est a bout de souffle....l'URSS s'est éteinte en 1989....c'est l'histoire des civilisations

  • Par sheldon - 08/02/2014 - 18:54 - Signaler un abus Ils ont raison, hélas ! Vite une Europe fédérale !

    C'est la seule solution avant que les pays disparaissent petit à petit ou deviennent des satellites des USA, ou plus grave, comme la France, des marionnettes des dictatures islamiques du Golfe ! On n'a pas d'autres choix.

  • Par yavekapa - 08/02/2014 - 20:27 - Signaler un abus “Fuck les Européens!” par les Américains

    "Européens têtes de con" par les Français, enfin ce qu'il en reste. Européens ou vide sidéral, c'est pareil. Quant à l'Ukraine, elle sera toujours dans le giron russe, c'est évident !

  • Par Tane06 - 08/02/2014 - 20:46 - Signaler un abus Les USA ne sont pas les seuls à "Fucker" cette UE d'incapables..

    L'UE? Un "machin" comme aurait dit le Général...

  • Par jmpbea - 08/02/2014 - 20:48 - Signaler un abus Bartoldi l'avait déjà fait

    Mais c'est avec une torche enflammée qu'on peut toujours voir d'ailleurs dans un port quelque part dans leur pays....

  • Par Jaca10 - 08/02/2014 - 20:57 - Signaler un abus alors les Français ! ...

    On sent parfois un certain mépris des Européens, mais les Français, eux ont droit à un traitement particulier, jusqu'à parfois être traités de "Cheese-eating surrender monkeys" sans d’ailleurs que personne ne hurle au racisme, dans ce pays qui veille habituellement au respect des minorités et races (je ne pense pas les juifs ou les noirs puissent y être traités de singes impunément) !

  • Par phil2 - 08/02/2014 - 21:23 - Signaler un abus arretons l'autoflagellation !

    les usa méprisent avant tout leurs concurrents c'est de bonne guerre et c'est pas nouveau l'Europe a un excédent commercial de plus de 80 milliards vers les usa , surtout concernant les biens (merci a l'allemagne ) ,$16 450 milliards de pib pour l'Europe , $14 256 milliards pour les usa ,on peut continuer la comparaison sur beaucoup de critères , l'endettement abyssal aux usa (400% DU PIB) la France qui n'est pas une réference en la matiere est a 95 % DU PIB donc fuck yourself USA

  • Par Djelmé - 09/02/2014 - 02:27 - Signaler un abus @Tane06 - 08/02/2014 - 20:46

    "Fucker (les Européens)", joli, si l'on peut dire ! Déclinons : je, tu, il ou elle .... "You fuck my Europe ?" Non, ce n'est pas Robert de Niro ! J'a-dore !

  • Par un_lecteur - 09/02/2014 - 02:29 - Signaler un abus L'europe n'existe pas.

    Politiquement, l'europe n'existe pas. Tout au plus des satellites plus ou moins grognons des usa. Lesquels usa sont realistes : leur concurrent serieux est maintenant la chine, et c'est par la bas qu'ils regardent. L'europe ne compte pas beaucoup, et le proche orient de moins en moins depuis qu'ils ont assez de petrole et de gaz chez eux. Et apres tout, si on osait faire des referendums en europe, peut etre bien que la reponse serait aussi "fuck the european union". Alors ne nous cachons pas derriere notre petit doigt.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Anne Deysine

Anne Deysine est juriste (Paris II) et américaniste. Spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, elle est professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre. Enseignant aussi à l'étranger, elle intervient régulièrement sur les ondes d'Europe 1, RFI, France 24, LCI... Auteur de plusieurs ouvrages, dont "La Cour suprême des Etats-Unis" aux éditions Dalloz, ses travaux sont consultables sur son site Internet : deysine.com.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€