Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et si Marine Le Pen était en train de se transformer en atout pour la France au sein de l’Europe ?

Marine Le Pen est aujourd'hui créditée dans un sondage IFOP pour Paris Match de 26% des voix pour le premier tour à l'élection présidentielle. La "menace" Marine Le Pen pourrait pourtant présenter des avantages non négligeables pour la France afin de peser dans les négociations européennes.

Mère Fouettarde

Publié le - Mis à jour le 17 Février 2017
Et si Marine Le Pen était en train de se transformer en atout pour la France au sein de l’Europe ?

Atlantico : Aujourd'hui Marine Le Pen suscite des inquiétudes à la fois en France mais aussi en Europe avec ses positions anti européenne et le fait qu'elle soit première dans les sondages d'opinion avec 25% d'intention de vote. Mais ne serait-il pas judicieux d'utiliser cette peur pour pouvoir peser dans les négociations au sein de l'Union européenne ?

Xavier Timbeau : C'est déjà ce qui a été fait aujourd'hui. La menace de l'éclatement de la zone euro ou de l'union européenne est un non dit presque dit. Le Brexit est un avertissement, qui rend possible un référendum et le déclenchement de l'article 50. La sortie de l'UE est explicitement dans le programme de Marine Le Pen par une procédure très proche est donc crédible. L'éléction de Marine le Pen est possible, puisqu'elle est effectivement en tête des sondages et que les surprises sont nombreuses. Ce n'est donc pas un scénario que l'on peut écarter.

Mais plus profondément, il y a l'émergence d'une conscience politique euroseptique, dont Marine Le Pen se fait la porte parole. Elle construit un discours par lequel elle propose comme solution à nos malheurs la sortie de l'Union Européenne. Cela va au delà de faire de l'Europe un bouc émissaire, c'est mettre sur la table quelque chose de modérément transgressif, puisque il y a eu un avant Union Européenne et puisque les Anglais l'ont fait, sans que cela soit la fin du monde. Le mensonge est bien sûr de faire croire que mettre fin à l'Europe résoudra nos problèmes comme par magie, que la souveraineté retrouvée ne sera pas contrainte et que tout sera alors possible. 

Même si Marine Le Pen n'est pas élue, il restera que l'Europe alimente l'eurosepticisme et fait gonfler une opposition qui peut prendre corps. L'incarnation par Marine Le Pen de l'eurosepticisme oblige les responsables européens à faire de la politique, c'est à dire à se soucier à la fois des conséquences de ce qu'ils font et de la façon dont leur action est jugée. Et c'est ça qui est en train de transformer très profondément le le jeu à Bruxelles.

Sur quel dossier précis, sur quel point de discorde brandir la menace Marine Le Pen serait susceptible de faire avancer les négociations en notre faveur ?

Il y a deux critiques principales que le discours de Marine Le Pen fait porter. La première est est un discours assez ancien sur les normes. Il s'agit de dénoncer la Commission lorsqu'elle s'occuperait de questions que ne la regarde pas. En vocabulaire européen, c'est la question de la subsidiarité et la tendance est effectivement de revenir vers un modèle où les Etats sont compétents sur de plus en plus de sujets. Contrairement à ce qui s'est passé au Royaume Uni, la Cour de Justice de l'Union Européenne n'est pas trop en ligne de mire. La seconde est autour des questions économiques. Le traumatisme est l'austérité ou les réformes structurelles que l'Europe aurait imposé à beaucoup d'Etats membre, alors que cela n'était pas adapté ou raisonné. Un erreur de politique économique aurait été commise et la faute en revient à Bruxelles. Cet argument offre un formidable levier sur le pacte de stabilité et de croissance qui a été renforcé et qui a cristallisé l'austérité. Le pacte renforcé introduit d'ailleurs l'idée que si des réformes structurelles sont entreprises, elles peuvent se traduire par un relâchement de la contrainte budgétaire. Ici, la menace de Marine Le Pen peut jouer à la fois pour mettre fin au Pacte de Stabilité et de Croissance et suggérer à la Commission de ne pas s'ériger en gardien de la stabilité financière ou en mouche du coche des réformes structurelles. Le problème derrière cela, c'est que ce sont les Allemands qui ont exporté leur modèle ordo libéral. L'enjeux est bien de dépasser ce cadre pour aller vers quelque chose de plus souple et de plus pertinent.

Est-ce que l'on utilise déjà cette menace et si oui, concrètement comment fait-on ?

Cette menace a été utilisée, mais avec modération. Le déroulement de l'élection présidentielle change la donne. Les institutions de la 5eme république ont du mal à résister au discrédit à la fois du sortant et du candidat de l'alternance habituelle. L'introduction d'une dose de proportionnelle dans ce contexte rendrait plus difficile l'exercice du pouvoir et ajouterait à la confusion. Cela donne plus de force au discours contestataire même minoritaire. D'ailleurs, en ajoutant l'eurosepticisme de Marine Le Pen à celui de Jean Luc Mélanchon, bien qu'il n'ait que peu de choses en commun, la constestation minoritaire pèse de plus en plus lourd. Et cela renforce la nécessité de produire des résultats avec l'Europe plutôt que de penser l'Europe comme un cadre qui doit discipliner des populations irresponsables. Concrètement, la Commission devrait devenir plus bienveillante, avec la France, mais elle est déjà avec l'Espagne. L'Allemagne devrait aussi s’intéresser un peu plus à la situation économique de ces voisins. Et puis, la Commission va s'engager sur des terrains sur lesquels elle va essayer de faire la démonstration que l'Europe sert à quelque chose. Les questions de la fiscalité des multinationales, de l'évitement fiscal sont remontées dans les priorités. Le dossier des travailleurs détachés aussi. Au fond, l'Europe va se resserrer autour des quatre libertés (libre circulation des personnes, des capitaux des biens et des services) et pour maintenir ces 4 libertés à l'intérieur de l'Europe faire des concessions sur le reste du monde. La globalisation de la finance ne sera plus un objectif, pas plus que l’approfondissement du libre échange avec le reste du monde. Sur ces sujets, la position de l'Europe, c'est-à-dire à la fois de la Commission, mais aussi du Parlement et des chefs de gouvernement réunis dans le Conseil, va probablement évoluer.

Outre la scène européenne,  est-ce que faire peser la même menace sur la scène internationale pourrait avoir un impact ? 

Non, parce que sur la scéne internationale personne n'a un intérêt vital à la continuation de l'Europe. Non pas que l'Europe ait des ennemis, ni ne soit considérée comme une zone de stabilité. Mais dans un monde où le bilatéralisme prend le pas sur le multilatéralisme, l'Europe reste un géant, un peu lent et gauche, plus difficile à impressionner qu'une île peuplée de 60 millions d'habitants. Le gain à court terme de traiter avec des pays divisés et épuisés par l'éclatement de l'Europe sera toujours bon à prendre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 11/02/2017 - 11:40 - Signaler un abus L'allemagne en bouc émissaire.

    Plus souple et plus pertinent, ça fait 40 ans que la france le fait, elle signe les accords et n'en tient nul compte. Ce que ça veut dire aussi c'est plus de déficit donc plus de dette, pas de mise en cause de la gabegie étatique donc plus de dettes.. etc, dit d'une autre façon: "après mpi le déluge". Ceux qui s'imaginent pouvoir répudier la dette et vivre sur l'argent imprimé par la banque de france ressuscitée ne valent guère mieux que les Khmers rouges et finiront de mettre la france plus bas que terre.

  • Par vangog - 11/02/2017 - 12:15 - Signaler un abus Utiliser la peur pour pouvoir peser sur l'UE??????

    Ah parce que...sans la présumée peur de Marine Le Pen, la France gauchiste est incapable de peser sur l'UE????? Impressionnant d'efficacité ce machin sans âme ni destin! Plutôt que supputer les capacités d'enarques impuissants style Flamby ("mon ennemi, c'est la finance!"), laissons gagner Marine Le Pen! Et là, l'UE aura vraiment de quoi avoir peur et changer son Euromark d'épaule...chiche?

  • Par gerint - 11/02/2017 - 12:30 - Signaler un abus Pas besoin de MLP pour voir l'UE sous son vrai jour

    Et de plus MLP ne prévoit pas nécessairement la sortie de l'UE qui n'est si j'ai bien compris qu'une éventualité en cas d'échec de négociations avec l'Allemagne alors suivi d'un référendum

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/02/2017 - 13:17 - Signaler un abus Pas chiche du tout...!!

    La France a mis plus de 30 ans à se débarrasser des communistes. Il est hors de question de recommencer avec les cryptococo de philipolpot.

  • Par Citoyen Ordinaire - 11/02/2017 - 13:35 - Signaler un abus L'UE

    Au delà de MLP, à quoi sert encore, ce machin ? Discours de tous bords de 1992: L'UE devait nous apporter le plein emploi....Ou en sommes nous ? L'UE devait nous apporter la prospérité...Ou en sommes nous pour tous pas pour quelques uns ? L'UE devait nous apporter la paix ? Ou en sommes nous ? Yougoslavie, Ukraine, Moyen Orient, Islamisme. Voila, à quoi bon continuer ?

  • Par Professore - 11/02/2017 - 14:47 - Signaler un abus Un tour de force

    Pour écrire un tel article il faut sortir de l'X et travailler dans le 7ème arrondissement. Consternant

  • Par vangog - 11/02/2017 - 14:47 - Signaler un abus @gerint Exact! si la France récupère ses 4 souvereinetés...

    souveraineté géographique, législative, budgétaire et monétaire, alors la sortie de l'UE ne sera pas nécessaire...simple, non?

  • Par arcole 34 - 11/02/2017 - 15:58 - Signaler un abus C'EST SUR!!!!!!!

    Nous serions bien avec la Soubrette de Poutine et des capitalistes américains. Au secours y 'a le feu au lac.

  • Par Leucate - 11/02/2017 - 20:41 - Signaler un abus L'objectif de Marine

    Il a été clairement exposé par l'économiste libéral Bernard Monot, cheville ouvrière du programme économique du FN - faire wiki pour sa bio et youtube pour visionner ses interventions. Sortir de l'euro monnaie unique pour revenir à l'euro monnaie commune. L'euro, qui est en fait le mark, n'est pas adapté aux pays autres que l'Allemagne qu'elle plombe. C'est une monnaie trop forte de 6% pour notre économie et trop faible de 15% pour l'économie allemande qui en profite donc. D'où des négociations pour que chacun puisse revenir à la monnaie commune en bon ordre. A noter: la France n'est pas la Grèce, l'euro c'est l'Allemagne et la France. Si la France quitte l'euro monnaie unique, celui-ci n'existe plus. En fait Marine veut que la France dispose des mêmes libertés que la GB avant le Brexit - hors euroland et hors Schengen. Si cela n'aboutit pas, référendum ou la question du Frexit sera posée au peuple français.

  • Par Deudeuche - 11/02/2017 - 23:41 - Signaler un abus @Leucate

    Merci pour l'éclaircissement qui calme les cris d'orfraie.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/02/2017 - 01:29 - Signaler un abus Objection.....!

    Avec un tel deficit de la balance commerciale une dévaluation serait suicidaire malgré tout ce que peut dire l'immmmmense économiste Bernard Monot

  • Par Leucate - 12/02/2017 - 01:45 - Signaler un abus Valeur réelle d'une économie

    Une dévaluation n'est que la remise en conformité d'une monnaie avec la valeur réelle de l'économie d'un pays. Dans le cas de la France, l'euromark est trop fort pour elle, nous sommes donc étranglés, lentement mais surement, comme les autres pays européens d'ailleurs, sauf l'Allemagne dont c'est la monnaie et qui en bénéficie donc, d'autant que c'est une monnaie trop faible pour elle. Tous les pays européens devront donc, si la France quitte l'euro, reprendre leur monnaie nationale et obligatoirement dévaluer, de beaucoup plus d'ailleurs que la France. Ils seront obligés de retrouver leur monnaie nationale car l'euro a deux piliers, l'Allemagne et la France. Si l'un s'en va, l'euro disparait. il y a d'ailleurs un très fort mouvement en Allemagne qui voudrait retrouver le mark. L'euro peut alors retrouver sa place comme "monnaie commune" d'échanges, et si une autre UE subsiste, il y aura un nouveau "serpent monétaire européen" (SME). Un peu d'Histoire: Jacques Rueff, dans des circonstances comparables, avait commencé à dévaluer l'ancien franc de 20% au nom de la vérité monétaire avant de crééer le Nouveau Franc en 1958, valant 100 anciens francs.

  • Par arcole 34 - 12/02/2017 - 09:39 - Signaler un abus RUEFF ET PINAY

    Nous allons aller loin avec de telles références, comme le temps passe.

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 12/02/2017 - 10:22 - Signaler un abus ;;;;

    simplement : un correcteur de fautes d'accord et d'orthographe serait le bienvenu . Ça ferait plus sérieux quand même : quand on confond septique et sceptique et cela plusieurs fois ...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 12/02/2017 - 10:23 - Signaler un abus ,@leucate

    L'amour rend aveugle.... Au point de reprendre les affirmations du Philipolpot d'extrême gôche..du style on dévaluera et on remboursera nos créanciers en monnaie de singe, et il seront tellement heureux qu'ils continueront de nous prêter à des taux ridicules.... Comme on importe plus qu'on exporte, la balance commerciale sera encore plus déficitaire.... mais ce n'est pas grave car la France grâce à la Marine à voile sera redevenue un pays respecté et tous les dirigeants mondiaux viendront à Paris se faire adouber....Allons.. on se réveille, la France n'est plus qu'un tout petit pays peuplé de feignasses qui ne rêvent que d'une chose: Continuer à ne rien branler en espérant que les entreprises vont rester pour continuer à se faire tondre.....Pas de chance pour eux, Il n'y a plus d'entreprises françaises, et la mondialisation leur permet d'installer leur siège social n'importe où...

  • Par arcole 34 - 12/02/2017 - 10:32 - Signaler un abus @Paulquiroulemaisnamassepasmousse - 12/02/2017

    Plus qu'aveugle car il semblerait que notre commentateur lettré oublie facilement le taux de convergence de la monnaie en Europe et le contrôle des changes à l'international. Entre Jacques Rueff qui fut Commissaire au Plan dans les années 50 et confirmé à ce poste par le Gal et Antoine Pinay l'atlantiste qui fut le père du nouveau Franc et membre du Gouvernement du Gal jusqu' en 1960 , certes du point de vue historique ces phases ou faits sont intéressants mais inapplicables du point de vue économique dans la structure actuelle de nos économies. Il faudrait rester les pieds sur terre !!!!.

  • Par Flamel - 12/02/2017 - 10:38 - Signaler un abus Orthographe et conjugaison ...

    25 fautes (dont seulement 3 coquilles) relevées dans cet article relativement court, cela fait beaucoup... C'est à se demander s'il n'a pas été dicté au téléphone sans relecture ? (On va dire cela pour mettre à l'aise l'auteur... c'est toujours la faute des secrétaires !)

  • Par Anguerrand - 12/02/2017 - 11:24 - Signaler un abus MLP m'écœure

    Je viens d'écouter l'interview de MLP surI Télé, Europe 1. C'est désolant de voir la façon de ne pas répondre aux questions pourtant hyper importantes comme sur son programme economique ou politique. Par exemple le passage a l'€ et ses conséquences sur la dette ou les économies des français. Ce fut un charabia incompréhensible de chiffres donné a la volée car elle ne connaissait même pas ses propres chiffres, alors elle se fâche et bien entendu répond à une autre question à sa convenance. Idem pour les retraités, augmentation des salaires, l'embauche de nouveaux fonctionnaires, et tout ce qui touche son programme déjà adouci ( peine de mort en particulier ) . Il est évident que son programme économique est irréalisable car elle n'aura pas les moyens, donc elle nous ment. Elle ment aussi quand elle parle des affaires bien réelles et nombreuses quand elle se complaît à attaquer Fillon sur des affaires dont il sera vraisemblablement lavé. Son patrimoine ? Pas question d'en parler, elle échappe à la question en affirmant qu'elle a déjà répondu 100 fois à la question, mais ne répond pas.

  • Par arcole 34 - 12/02/2017 - 11:32 - Signaler un abus @Anguerrand - 12/02/2017 - 11:24

    Bref rien de nouveau vous avez entendu le programme d'un parti d'extrême gauche comme le NPA voir le PCF des années 70, pas étonnant . Quand au chiffrage des actions de se soi-disant programme il est inexistant sauf pour les partisans de MLPS qui eux lisent entre les lignes, et les promesses économiques inapplicables en l'état de l'économie nationale et de l'économie mondiale actuelle.

  • Par bd - 12/02/2017 - 11:49 - Signaler un abus Ah NON!

    Xavier Timbeau fait l'apologie du diable!

  • Par bd - 12/02/2017 - 11:51 - Signaler un abus APPEL à la lutte contre la désinformation!

    Les diffuseurs d'Etat russe (Sputniknews, Izvestia, Russia today,...) diffusent de fausses nouvelles et de la désinformation sur Emmanuel Macron afin d'obtenir une victoire pour la candidate d'extrême droite Le Pen, aux prochaines élections françaises. 
 Ces fake-news seront sans doute « dévoilées » par «Anonymous». --- Ce type de déstabilisation fait partie du plan de Vladimir Poutine pour briser l'Union Européenne. Sommes-nous simplement prêts à les laisser miner nos démocraties - comme ils l'ont fait aux États-Unis?

  • Par adcitoyen - 12/02/2017 - 11:53 - Signaler un abus Pour un programme identique

    Je préfère encore Mélenchon. La famille Le Pen, c'est un piège !

  • Par bd - 12/02/2017 - 13:04 - Signaler un abus Manipulation!

    Le monde à l'envers!

  • Par bd - 12/02/2017 - 13:05 - Signaler un abus Le camouflage démocratique des Le Pen...

    Trompe malheureusement trop de monde!

  • Par Spellbinder - 12/02/2017 - 13:26 - Signaler un abus abonnement

    Si Atlantico dérive lentement vers ce genre de prise de position j'annule mon abonnement. Fillon devrait se retirer et de nouvelles primaires de droite etre organisées.

  • Par arcole 34 - 12/02/2017 - 14:21 - Signaler un abus @bd - 12/02/2017 - 11:51 - ON SE CALME

    Vous accordez trop de pouvoir d'influence à ces médias russes et restant entendu que les USA ont des médias en Europe des médias qui sont proches d'eux. Tout comme la Chine populaire utilise des médias proche de son régime politique. Faire de la Russie de Poutine, le faiseur de roi, c'est mettre la charrue avant les bœufs, et je ne vois pas en quoi les sites que vous avez énuméré ci-dessus, ont facilité la victoire de Trump aux USA ?. Vous oubliez très vite que d'abord ce sont les citoyens américains qui l'ont élu , et c'est faire peu de cas de l'opinion de ces derniers. Mais quoi de plus normal de la part de votre candidat qui traite d'analphabètes ses concitoyens qui devraient bosser pour s'acheter un costard!!! Dans le rôle du populiste il ne passe pas du tout le petit génie de Hollande mais pas du tout. @Spelbinder - vous pouvez d'ores et déjà annuler votre abonnement car je suppose qu'Atlantico poursuivra sa ligne éditoriale actuelle sans tenir compte de ses lecteurs. Je suppose qu'ils veulent offrir la pluralité d'expression, pour un discours plus militants vous avez la choix de la presse d'opinion voire pourquoi de celle que publient les Russes sur internet par exemple .

  • Par g16 - 12/02/2017 - 16:01 - Signaler un abus Au revoir

    La mise en examen de Fillon, pourrait bien signifier un rapprochement au 2ème tour du FN avec les républicains, sauf quelques Lagardistes et girouettasses du genre Pécresse, qui iront voir chez Macron. On aura alors un duel qui pourrait venir très serré entre Macron et Le Pen, qui pourrait bien se terminer à la faveur de Le Pen.

  • Par Michdep' - 12/02/2017 - 16:04 - Signaler un abus Mensonge de MLP

    Le mensonge est bien sûr de faire croire que mettre fin à l'Europe résoudra nos problèmes comme par magie, que la souveraineté retrouvée ne sera pas contrainte et que tout sera alors possible. (cf Mr TIMBEAU °

  • Par arcole 34 - 12/02/2017 - 16:31 - Signaler un abus g16 - 12/02/2017 - 16:01

    Politique fiction, la mise en examen de Fillon ne serait pas encore programmée, j'ai lu sur le figaro vox un démenti du PNF sur l'accélération de la procédure à l'encontre de ce dernier. Quand aux électeurs des LR ils choisiront le moment venu de voter ou pas car entre le cancer ( MLP ) et le choléra ( Macron ). Pour ma part mon choix est fait, je n'irai pas voter. @ Michep' - Le Pen est une personnalité politique qui comme les autres promet beaucoup et ne fera guère mieux que ses prédécesseurs , c'est aussi cela la banalisation du FN qui est devenu un parti politique comme les autres, et puis nous faisons porter sur l'Europe toutes nos faillites des politiques publiques menées depuis des décennies, l'excuse est trop éculée.

  • Par Leucate - 12/02/2017 - 18:01 - Signaler un abus @Arcole34 - l'histoire revisitée

    """Bref rien de nouveau vous avez entendu le programme d'un parti d'extrême gauche comme le NPA voir le PCF des années 70, pas étonnant """" Complètement idiot. Quel était le programme du PCF depuis le congrès de Tours après la première guerre mondiale quand il devient membre de la III° Internationale. C'est très simple, attendre le moment favorable, y compris dans la perspective d'une attaque brusquée des forces progressites du Pacte de Varsovie, pour installer en France capitaliste un régime marxiste-léniniste de type soviétique. C'était donc un changement radical de société. Ne pas oublier qu'en France et ailleurs l'élection du secrétaire général d'un parti communiste se fait avec l'aval de Moscou, patrie des travailleurs, où siège le secrétaire général du PCUS qui assume les fonctions de chef d'Etat de l'Union Soviétique et d'évêque de Rome (le pape) pour tous les partis communistes dans le monde excepté ceux qui se réfèrent à l'antipape de Pékin.

  • Par Leucate - 13/02/2017 - 00:37 - Signaler un abus @Micheldep' - l'Europe ?

    Où avez vous vu que Marine Le Pen voulait "mettre fin à l'Europe" ? L'Europe existera toujours, "de l'Atlantique à l'Oural" comme disait de Gaulle. L'Union Européenne c'est beaucoup moins sur. Les peuples s'en détournent. Maastrique l'a conduite dans une impasse totale. Elle aurait du rester Communauté Economique Européenne

  • Par arcole 34 - 13/02/2017 - 11:17 - Signaler un abus @Leucate - 13/02/2017 - 00:37

    Pourquoi du temps du Gal de Gaulle l'Oural était libre ??. vous ne pensez pas que vraiment le Gal pensait ce qu'il disait , ce n'était qu'un slogan vide de sens ?. il me semble que l'Oural était sous domination de l'URSS?? Et je suppose qu'à l'époque nous avons fait la guerre à l'URSS pour délivrer l'Ukraine , l'Oural etc.???. Vous avez une interprétation plus que fallacieuse de l'histoire te votre russophilie vous aveugle.

  • Par Leucate - 13/02/2017 - 12:56 - Signaler un abus L'URSS de Kroutchev et de Brejnev

    Quand le général de Gaulle prononçait cette phrase "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural" alors que l'URSS était une super-puissance qui nous menaçait directement de ses chars que l'on imaginait chargeant à travers l'Allemagne de l'Ouest (la RFA) par la trouée de Fulda, c'était une vision à long terme. Pour le court terme, il lança le programme de Force Nucléaire Stratégique destinée à assurer la protection de la France par la "dissuasion nuvléaire". Cette vision à long terme s'est revélée premonitoire. Le communisme s'est écroulé, libérant alors les peuples que cette fausse religion maintenait sous sa coupe et détruisait. Ces peuples ont alors retrouvé leur nation et leur religion et en particulier la Russie qui a souffert le plus du communisme puisqu'elle en constituait le centre. Une nouvelle Russie s'est alors constituée, retrouvant ses traditions, sa religion, son drapeau impérial. L'Europe va donc réellement aujourd'hui de l'Atlantique à l'Oural, comme c'était le cas jusqu'à l'accident historique de 1917.

  • Par arcole 34 - 14/02/2017 - 09:44 - Signaler un abus DE PARIS A TAMNARASSET ????.

    Je me permets aussi de vous faire remarquer que les recherches sur l'arme nucléaire furent commencer sous la houlette de la 4é république ( vous citez Jacques Rueff ) mais cependant le programme de mise en œuvre fut accompli sous le Gal de Gaule. autant être honnête avec vous jamais la bombe française n'eut d'influence sur les soviétiques. Je vous invite à vous reporter sur les entretiens de VGE et d'Helmuth Schimdt lors de la période du dépoliement des régiments Pluton ( Artillerie nicléaire à moyenne portée ). Schimdt avait expliqué que certes en cas d'attaque nucléaire soviétique, non seulement la riposte par des tirs des régiments Plutons auraient pour effet d'anéantir les avant-gardes soviétiques mais n'annihileraient pas la volonté de ces derniers de riposte de ces derniers auquel cas cela serait la France qui verrait ses plus belles capitales rayées de la carte du monde. Sachant que les présidents de Gaulle et Pompidou étaient attachés aux beaux paysages de la France, et qu'au 1er tir soviétiques les allemands se seraient rendus aux russes, je ne vois pas quelle protection nous avons apportés aux uns et aux autres . La diplomatie avait largement relayée le militaire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Timbeau

Xavier Timbeau est directeur du département "Analyse et prévision" à l'Ofce.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€