Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Et ailleurs, ça se passe comment : le système d’indemnisation des chômeurs français est-il vraiment trop généreux ?

Souvent jugé trop généreux, le régime d'indemnisation chômage français devrait faire, en 2016, l'objet d'un important chantier. La dette de l'UNÉDIC s'élevant d'ores et déjà à près de 30 milliards d'euros, il devient urgent de réformer tout cela. L'occasion, peut-être, de s'inspirer de nos voisins.

Voilà pour toi

Publié le
Et ailleurs, ça se passe comment : le système d’indemnisation des chômeurs français est-il vraiment trop généreux ?

Atlantico : Parmi les gros chantiers de 2016, la renégociation de la convention d'assurance chômage. Jugé trop généreux, le régime français est souvent comparé aux modèles anglais, allemands, américains… Cette approche est-elle pertinente ? Quelle comparaison peut-on faire de tous ces modèles ?

Bruno Coquet : Les régimes d’assurance chômage sont très délicats à comparer les uns aux autres. Ils sont partout le produit singulier d’une Histoire nationale unique, reflets d’institutions et de relations sociales endémiques, de valeurs et d’un Contrat social propres à chaque pays. Leurs principes, la couverture assurantielle effective qu’ils procurent, leur financement, et surtout la manière dont ils complètent l’ensemble du dispositif de protection sociale (logement, famille, pauvreté, redistribution, etc.) font que chaque système est difficile à comparer à ceux des pays voisins.

De plus, la situation conjoncturelle comme les institutions du marché du travail doivent être prises en compte pour apprécier la « générosité » : nul besoin d’assurance chômage au plein emploi (en Allemagne actuellement par exemple), en revanche une assurance chômage qui protège efficacement les chômeurs se justifie pleinement quand le chômage est élevé, comme aujourd’hui en France ; c’est le moment ou jamais.

Au vu et au su de ces éléments, peut-on vraiment dire du modèle français qu'il est trop généreux ? Pourquoi ?

Les droits des chômeurs français sont communément dépeints par les paramètres extrêmes du régime : accès dès 4 mois de travail, 24 mois d’indemnisation, allocation maximale dépassant 6000€. Cette description est impressionnante, mais elle donne une vue très biaisée de la réalité, ce qui conduit à préconiser des réformes inappropriées : en vérité seulement 43% des chômeurs sont indemnisés par l’assurance, seuls 50% d’entre eux  obtiennent des droits potentiels inférieurs à 18 mois, et 7 chômeurs sur 10 sont finalement indemnisés moins de 12 mois. 90% des chômeurs indemnisés touchent une allocation inférieure à 2000€ bruts.

La réalité des taux de remplacement effectifs dont bénéficient les chômeurs est bien différente de la caricature très théorique que forment les paramètres extrêmes mis bout à bout : le taux de remplacement des chômeurs français est dans la moyenne européenne et comparable à celui de l’Allemagne (cf. Graphique). La vraie différence c’est qu’en France l’assurance chômage fournit environ 80% de leurs revenus aux chômeurs, car l’Etat les aide très peu. En Allemagne les pouvoirs publics assurent 50% des ressources des chômeurs, et 70% au Royaume-Uni : du coup il est aisé pour l’assurance chômage de ne pas apparaître « généreuse ».

Taux de remplacement effectif : part de l’assurance chômage et des autres transferts pblics

Données OCDE. Calculs de l’auteur. (cf. Institut de l’Entreprise)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 21/01/2016 - 16:10 - Signaler un abus La GB a institué un système qui fonctionne

    Dès le second mois, les allocations diminuent de 10%, et ainsi de suite sur 12 mois. En quelques mois le chômage a baissé de 500.000 chômeurs. Des chômeurs bienheureux vivants sous les tropiques sont devenus tout à coup de vrais demandeurs d'emplois. Il est à noter que ce coup de fouet à fait redémarrer l'économie ( les ex chômeurs au lieu de percevoir ont cotisé). L'Angleterre a créé comme presque tous nos voisins 500.000 nouveaux emplois en 2015 grâce à " l'alignement des planètes" ; argent , énergie pas cher, et reprise économique mondiale. Nous on continue à compter la hausse du chômage et de la ...dette. Tous les pays ont eu une amélioration de leur solde commercial.... sauf nous. Alors si ces conditions ne se pérennisent pas, ce qu'il est vraisemblable, nous avons des tres gros soucis à nous faire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Coquet

Bruno Coquet est économiste, expert associé à l’Institut de l’Entreprise. Il est l'auteur de l’Assurance chômage : une politique malmenée, Ed Harmattan, Paris 2014.

Il est également l'auteur d'Assurance chômage : 6 enjeux pour une négociation pour l'Institut de l'Entreprise, ainsi que de l'’étude disponible sur le site de l’Institut « La nouvelle assurance chômage. Pièce en trois actes ».

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€