Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Est-ce que la fin de l’âge de la gratuité est venue sur le web ?

L’avenir du web gratuit s’assombrit. La multiplication des plateformes payantes est une réalité qui se dessine plus certainement de jour en jour, remettant en cause l’un des principes fondateur d’Internet : la gratuité.

Game over

Publié le
Est-ce que la fin de l’âge de la gratuité est venue sur le web ?

Le web n’a jamais été véritablement gratuit. Crédit Reuters

Le web tel que nous le connaissons n’existerait pas sans la gratuité. Sans elle, aucun des services à succès d’aujourd’hui n’aurait pu se lancer, tâtonner et trouver son modèle tout en attirant une masse critique d’utilisateurs, conditions indispensable du succès. Mais au fur et à mesure que les offres payantes se multiplient, certains commencent à se demander si la gratuité du web n’est pas en grand danger, si elle ne sera pas demain qu’un lointain souvenir.

D’un certain point de vue la gratuité du web n’est qu’une affaire de point de vue. A partir du moment où le fonctionnement d’un service a un coût, il n’est pas gratuit. Reste à savoir qui paie. Cela peut être l’offreur du service qui décide d’en financer le fonctionnement seul en attendant d’avoir un produit fini et/ou une masse critique d’utilisateurs monétisables. Cela peut être des annonceurs par le biais de publicités. Cela peut enfin être l’utilisateur sur un mode contributif (comme wikipedia) ou commercial (commes les abonnements premium sur Linkedin ou Viadéo).

C’est enfin d’autres entreprises ou services auxquels seront revendues les données personnelles captées par le site en question.

Le web n’a jamais été véritablement gratuit. Il l’a été en apparence pour l’utilisateur qui payait inconsciemment avec des monnaies virtuelles, son attention pour les publicités et ses données. Aux propriétaires des sites d’échanger cette monnaie virtuelle contre des espèces sonnantes et trébuchantes auprès des partenaires et annonceurs mentionnés plus haut.

Aujourd’hui ces sites se demandent comment faire croitre leur revenu une fois qu’une masse critique d’utilisateurs a été atteinte. La voie généralement choisie est celle de contenus ou services premiums non pas en remplacement mais en complément de l’offre gratuite en espérant qu’une part importante de leurs utilisateurs, en quête de qualité, souscrira à ces offres. Ce n’est donc pas tant la fin du gratuit que le développement du payant auquel nous sommes en train d’assister. Reste à savoir si demain la qualité ne sera pas nécessairement payante.

Mais les opérateurs de services web ne sont pas les seuls responsables de cette tendance. L’internaute réagit de plus en plus mal aux publicités – voire les bloque – et se soucie de plus en plus de l’utilisation faite de ses données personnelles. Or selon l’adage bien connu, « lorsqu’on ne paie pas pour un produit c’est qu’on est le produit ». Les vrais clients des géants du web (et d’autres) ne sont pas les utilisateurs mais ceux qui diffusent les publicités et achètent les données. On est à un cap ou l’utilisateur se rebelle également contre son statut de produit, demande plus de considération et de respect pour sa vie privée et ses données personnelles. Ce qui aura également un coût et réduit la capacité de monétisation du site. De nouveaux équilibres sont donc à trouver entre la vie privée des uns et le développement des autres, sans qu’on sache encore trop comment les concilier à un prix acceptable sans pénaliser aucune des parties.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par simple citoyen - 14/05/2013 - 11:17 - Signaler un abus La croisée des chemins

    Eh oui! On nous a vendu la gratuité au prix de la maîtrise de nos données personnelles. Une fois celles-ci récoltées et l'habitude prise de ne plus considérer qu'elles nous appartiennent, on nous change la donne en nous imposant des modèles payants. Pas sûr cependant qu'en ces temps de disette, nos oligopoles y gagnent. Il se pourrait que comme souvent la pauvreté des utilisateurs ne débouchent sur une nouvelle génération de produits et services qu'ils n'ont pas anticipé, en particulier quant aux médias. S'ils ne bénéficient pas de l'aide active des états à faire monter artificiellement les tickets d'entrée, comme ils se sont acharnés à le faire pour l'économie réelle, pour le plus grand bénéfice des grands groupes au détriment du tissus des PME, il reste une chance que le net perdure en tant qu'espace de liberté. Sinon, gageons que les clubs d'échange et autres cafés du commerce ne reprennent du service in vivo.

  • Par lsga - 14/05/2013 - 12:00 - Signaler un abus Ethique Hacker et économie cognitive

    Aucune mention du logiciel libre dans l'article.... Ni de la question de la propriété intellectuelle... Soit, vous êtes des journalistes. Mais rien ne vous interdit de vous cultiver un peu : http://goo.gl/Oncv2 http://goo.gl/HQXDS http://goo.gl/rx0DX Vous êtes au courant que 90% des serveurs, 70% des smartphones, 70% des tablettes, 100% des box, et 100% des machines Apple tournent sur du logiciel libre (MacOSX est un fork de BSD) ? Rappelez nous, les petits commerçants qui pleuraient sur la casse des prix par la grande distribution, ils ont finis comment déjà ? Ah, oui, ils ont fait faillites. Les vieux capitaines de l'industrie Capitaliste à la papa pleurent comme des enfants devant ce monde de gratuité qu'ils ne comprennent pas. Les éditeurs de musiques, de livres, de journaux, de magazines, enchaînent les faillites les unes derrières les autres. Ne vous trompez pas, nous sommes au début du process.

  • Par Glabre et Ingambe - 14/05/2013 - 12:45 - Signaler un abus N'oubliez pas l'importance du

    N'oubliez pas l'importance du concept du "shareware" sur le développement de l'Internet.

  • Par armoric2 - 14/05/2013 - 13:31 - Signaler un abus la taxe

    bonjour la taxe, la taxe, la taxe, chouette, bande de rigolos, payez ,payez continuez a payer qu'on se fiche de votre figure vous aimez bien cela hein et bien ils ont pas finis de se fiche de votre pomme bavos ! taxe sur informatique taxe sur televisin taxe sur retraite complémentaire taxe taxes et une taxe sur les cons ça existes pas par hasard car on pourrait y placer pas mal de gens du gouvernement, vive les taxes quand vous aurez finis vous taxerez les chiens les chats les vaches et toute la basse cour et vous taxerez les wc aussi ,vous mettrez un compteurs sur les toilettes et vous déciderez combien de fois nous aurons le droit d'aller au wc chez nous merci la taxe

  • Par Reil - 14/05/2013 - 15:00 - Signaler un abus L'avenir proche est le freemium

    Bonjour, Je rejoins l'avis de lsga le 14/05/2013 à 12:00, je suis tout aussi interpellé de l'absence de mention à l'Open Source... J'ajouterai qu'il existe un compromis qui marche entre le tout payant, aux prix souvent excessifs ( la Creative Suite d'Adobe, à plusieurs milliers d'euros, qui ont d'ailleurs compris à moitié la leçon en transférant leur modèle économique sur le Cloud... sans parler des logiciels de compta ! ) et le tout gratuit, tellement gratuit que vous n'êtes qu'utilisateur et non client, ce qui permet beaucoup de dérives : Facebook a fait son beurre par la vente de vos données personnelles... l'adage "si vous ne payez rien, c'est que c'est vous le client" est on ne peut plus vrai. Ajoutons à cela le recours juridique très compliqué ( vous n'êtes pas client vu que vous n'avez rien payé, l'entreprise ne vous doit rien, vous ne faites qu'utiliser son produit, la nuance est subtile mais importante ). L'avenir donc, est dans le freemium selon moi, contraction de "free(ware)", logiciel libre-gratuit, et "premium", une offre de services payante ( les sites de partages de fichiers, les plate-formes d'écoute de musique en ligne, etc... ). Ce système a fait ses preuves !

  • Par ciceron - 14/05/2013 - 20:29 - Signaler un abus Etonnant

    Personne n'a vu le web arrivé Maintenant ils sont des millions à nous dire comment il va évoluer.... Et nous dire que l'internaute va mettre fin lui même à la gratuité On parie combien ? N'est pas Nostradamus qui veut

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Duperrin

Bertrand Duperrin est directeur au sein du cabinet Nextmodernity et blogeur. Il est un des spécialistes français de l’évolution conjointe des modes de travail et des technologies.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€