Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

"L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves"

L’école publique maternelle et primaire de Ploudalmézeau (Finistère) part en guerre contre les minijupes, les shorts, le maquillage et les talons. Le règlement intérieur, voté à l’unanimité par le conseil de l’école, instaure un code vestimentaire scrupuleux pour les jeunes filles. Mais, selon l'écrivain Jules Gassot, "on peut lire Voltaire en mini-jupe !"

Interdire la minijupe à l'école ? Non !

Publié le

Atlantico : Une école publique maternelle et primaire de Ploudalmézeau (Finistère) a voté un code vestimentaire scrupuleux pour les jeunes filles : exit les minijupes, les shorts, le maquillage et les talons. Pourquoi une école a-t-elle besoin d’inscrire ces notions dans son règlement intérieur ?

Jules Gassot : Un problème d’éducation entre les parents et les enfants persiste. Si l’école a besoin de se substituer au rôle des parents, ce règlement peut s’avérer nécessaire pour l’établissement.

Il est néanmoins fort dommage que l’école brise la créativité des enfants, tous les matins chacun apprécie de choisir ses vêtements et affirmer son style. C’est l’âge de la découverte. Le maquillage ne me semble pas gênant pour apprendre à lire et à compter.

De nos jours, nous observons une phobie ambiante sur tout. Il existe une peur collective sur la sexualité. Au moindre écart, les gens s’alarment. C’est une réaction défensive de l’établissement mais je ne suis pas sûr que cela règle quoique ce soit. Pour régler le sujet, le dialogue s’impose.

L’interdiction, souvent, ne fonctionne pas. Cependant sur des enfants, c’est une valeur qui peut avoir des résultats, n’ayant pas les moyens de se défendre. Lorsque l’on impose quelque chose, il se créer, généralement, l’effet inverse. Si cette école y voit une amélioration tant mieux mais je crains que ce règlement et sa vocation reste lettre morte.

 

Doit-on y voir une sexualisation des jeunes filles de plus en plus précoce ?

Pourquoi les enfants jouent-ils aux adultes avant l’âge ? Mettre du gloss, des mini-jupes et des talons traduit certes un rapport de séduction, cela peut donner l’impression d’une sexualisation plus précoce des enfants. Mais il existe une différence entre vivre sa sexualité et vivre dans un monde sexy.

Quel sont les intérêts des jeunes filles derrière ce comportement ? La question se pose. Les enfants font ça innocemment, je pense que c’est une simple volonté d’imiter les plus grands, sans avoir conscience de leurs actes. C’est de l’amusement d’aller à l’école maquillée et en talon. Je ne pense pas qu’il y est une volonté de séduire l’instituteur derrière ce comportement. On oublie trop souvent la notion du plaisir de découverte des enfants, de tester certaines choses.

Ce n’est pas calculé, par ailleurs, leur environnement est très sexué.  Les magazines, les programmes télévisés notamment. Est-ce que pour autant les enfants de CM1/CM2 sont plus sexués qu’il y a 30 ans ? J’en doute.

Le regard adulte est perturbé par la société qui lui échappe et son évolution qui s'effectue plus rapidement que pour la génération précédente. La société s’inquiète de voir ces enfants devenir des adultes.

De surcroit avec l’interdiction de s’habiller comme elle le souhaite, une fois arrivée au collège ces jeunes filles vont se déchaîner.

 

Est-ce la vocation de l’école de légiférer les codes vestimentaires des élèves ?

C’est étrange. L’école n’est pas là pour juger. Je ne pense pas non plus que les instituteurs de cette école avaient l’intention d’élaborer un règlement vestimentaire en se lançant dans cette vocation. Leur combat est intéressant mais si celui-ci n’est pas relayé auprès des parents il n’a pas d’aboutissement.

L’école n’a pas pour objectif d’imposer un code de bonne conduite à ses élèves. Elle est là pour les aider à se construire et à s’accomplir. Ce n’est pas à travers un code vestimentaire que l’on peut changer le cerveau de quelqu’un. On peut lire Voltaire en mini-jupe !

L’école et le ministère de l’Éducation nationale donne l’impression de dresser un citoyen parfait. Robespierre s’est déjà cassé les dents sur ce sujet. Un citoyen parfait n’est pas un bon citoyen c’est un soldat de plus sans personnalité. Cette volonté d’uniformisation des individus n’est pas la solution, bien au contraire, le but est de former des individus ultra-différents.

Cet évènement est une petite goutte d’eau qui corrobore les actions du gouvernement. Depuis quatre ans il n’existe pas de prime à l’originalité, la tendance est plutôt à la dépersonnalisation.

Cela témoigne d’une volonté de résoudre tous les problèmes comportementaux, on pense que le bien se réduit à ne pas déranger. L’école ne souhaite plus d’enfant turbulents par conséquent, ils inventent des textes pour canaliser les comportements, celui-ci ne sera qu’une proposition supplémentaire parmi tant d’autre. La semaine prochaine le nouveau règlement concernera les garçons qui n’auront plus droit de porter des joggings ou des jeans car cela ne fait pas sérieux.  Nous pouvons inventer un texte comme ce dernier une fois par semaine, c’est une perte de temps vis-à-vis de la pédagogie qui mériterait d’être davantage prise au sérieux pour s’adapter à ces nouvelles attitudes.

C’est une régression dans la mission d’un enseignant, une perte de temps sur un travail délicat. 

 Voir le point de vue de Lydia Guirous sur ce même sujet.

 

Propos recueillis par Caroline Long.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 24/11/2011 - 16:51 - Signaler un abus L'éducation fait partie du travail des enseignants

    Nous avons un Ministère de l'Education Nationale et non un Ministère de l'Enseignement National : le personnel est ,donc, tenu par son statut d'assurer à la fois l'éducation et l'enseignement. Cette école est une des rares çà especter sa missions de base en imposant un code de bonne conduite

  • Par ISABLEUE - 24/11/2011 - 16:51 - Signaler un abus Mon pt'it Gars,

    le monde a bien changé.. Mêmes les gamins tout juste sortis de l'adolescence s'occupent de pré-ados et de leurs mini jupes. Ce qui incite encore plus à avoir peur. C'est école Primaire, mon petit gars, attention....

  • Par lorrain - 24/11/2011 - 18:44 - Signaler un abus lire voltaire en minijupe

    il a rien compris le gars, lire voltaire en minijupe ok, mais ça m'étonnerais qu' on lise voltaire en primaire ou en maternelle, on parle là de fillettes de 10 ans maximum, elles ont largement le temps de devenir des femmes, laissons les déja être des enfants

  • Par Olivierguy - 24/11/2011 - 19:07 - Signaler un abus Je ne pense pas à la sexualité

    Je pense plutôt au consumérismes. Voir de jolies gamines se peinturlurer la figure c'est vraiment dommage et certaines s'habillent comme des petites putes (désolé du mot). Mais c'est toujours la pub qui leur apprend cela. Les ados sont de plus en plus accro à la mode et dépensent un fric fou pour leurs vêtement ou maquillage en oubliant la joie d'être jeune.

  • Par sam84 - 24/11/2011 - 19:41 - Signaler un abus C'est bien le probleme de l'EN

    Par ce qu'elle n'a plus de référentiel de bonne conduite l'EN est dépassée par les conduites des élèves,et les enseignants passent leurs temps a temporisé et louvoyer sans resultat

  • Par MartinSèvres - 24/11/2011 - 20:21 - Signaler un abus à quoi bon l'école si...

    ..., comme Jules Gassot, on pense que ce n'est pas son rôle de participer à la mission d'éducation dont la responsabilité revient d'abord aux parents? Qu'y a-t-il de surprenant dans la décision d'un conseil d'école de tenir compte de la position des parents et de s'en faire l'écho et le relai? De quel droit une école obligatoire lieu de la perte de l'éducation familiale?

  • Par Carcajou - 24/11/2011 - 20:47 - Signaler un abus Trois questions...

    @Jules Gassot Très bel article, j’en suis tout retourné. Permettez-moi 3 questions. 1) A part Dieu, nul ne peut construire sans matériau. Mais si vous fournissez le matériau pour que ces jeunes filles se construisent, vous faussez leur devenir en choisissant ce qui doit les construire. Que faire ?

  • Par Carcajou - 24/11/2011 - 20:47 - Signaler un abus Trois questions... (suite)

    2) Il s’agit ici d’imitation d’adultes, bref, de paraître plus que d’être. Comment concevez-vous une personne qui se construit sur le mensonge, sur ce qu’elle n’est pas ? Peut-on se construire sur de mauvaises bases ?

  • Par Carcajou - 24/11/2011 - 20:48 - Signaler un abus Trois questions... (suite)

    3) Vos parents ne vous ont-ils pas guidé pour que vous deveniez ce jeune homme accompli aux opinions si tranchées ? Avez-vous seul dès votre plus tendre enfance choisi ce qui vous paraissez le mieux vous convenir ? Si vous répondez oui, je brûle de vous connaître. Si plus probablement, vous répondez non, reprenez votre réflexion à partir de ce triste constat personnel.

  • Par Carcajou - 24/11/2011 - 20:56 - Signaler un abus Expérience sans valeur

    Dernier point basé sur mon expérience personnelle.Savez-vous que de jeunes hommes d'une vingtaine d'années qui accomplissaient leur service militaire, plaçaient la discipline comme facteur enrichissant de leur expérience sous les drapeaux. Peut-on en conclure que la jeunesse recherche un guide avant de se sentir capable de s'assumer pour employer une expression moderne? Sauf les génies,œuf corse!

  • Par KiriNan - 24/11/2011 - 21:19 - Signaler un abus Ne pas confondre créativité et conformisme

    A cet âge - et même bien plus tard - il n'y a rien de créatif dans les postures des filles ou des garçons : ils veulent se conformer à un modèle pour être acceptés par leurs pairs. Si le modèle assigné aux petites filles est celui de péripatéticienne, je ne suis pas d'accord pour qu'il soit sanctionné par l'école, qui devrait au contraire les aider à se sortir de cet enfermement.

  • Par KiriNan - 24/11/2011 - 21:23 - Signaler un abus Juger, ben si

    Si, l'école doit - devrait - juger. Si les parents des enfants ne leur disent pas ce qui est mal (le viol, le sexisme, et j'en passe), il serait bon que l'école s'en charge. Sexualiser les gamines est une tendance marketing (on vend des soutient gorges rembourrés de bikini en taille 6 ans !) qui suit les fantasmes adultes pour des jeunes "consommables" de plus en plus jeunes. Entre autres...

  • Par Aie - 25/11/2011 - 02:18 - Signaler un abus un costume obligatoire

    règle tous les problèmes

  • Par FLNQA46 - 25/11/2011 - 05:53 - Signaler un abus Nivellement de la classe sociale

    Vivant en Australie, je peux voir les effets immensément positifs d'imposer un uniforme à l'école. Les élèves ne se comparent plus par rapport à leurs vêtements ce qui permet un mélange social beaucoup plus fort qu'en France. Et cela n'enlève en rien la personnalité des élèves. Bien au contraire, grâce à des uniformes spécifiques à une école, l'identification locale est très forte.

  • Par ISABLEUE - 25/11/2011 - 10:10 - Signaler un abus Et les profs

    feraient aussi bien de s'habiller correctement. On n'arrive plus à savoir qui est le prof ou le djeun

  • Par Benvoyons - 25/11/2011 - 10:15 - Signaler un abus affirme mon style oui à la mini jupe et non à la petite cullotte

    pour ma découverte de mes instincts .

  • Par sanglier intrépide - 25/11/2011 - 14:03 - Signaler un abus ...

    Je m'excuse mais c'est normal de ne pas laisser les filles arriver en mini jupe à la petite école. C'est à la télé qu'elles apprennent à s'habiller comme ça. Comme dans les clips de Lady Gaga. Mais elles ne voient pas que leur façon de s'habiller c'est un langage. C'est trop facile de jouer les démagogues.

  • Par Indigène Indigné - 25/11/2011 - 14:22 - Signaler un abus Soubresaut national

    En tant qu'ancien très, très mauvais élève, je n'ai quasiment jamais fait mes devoirs. Par contre, les punitions oulala ! Avec toutes leurs déclarations de bonnes intentions, après quantité de "règlement intérieur" recopiés, je peux vous assurer que je n'ai jamais vu, lu, recopié, un quelconque mot comme savoir, connaissance ou érudition. Défendons les futures soubrettes à bôbos !

  • Par ciceron - 25/11/2011 - 14:24 - Signaler un abus @Jules Gassot

    Je trouve très osé le parallèle que vous faites entre tenue vestimentaire et personnalité. OK, çà fait longtemps qu'on sait que l'habit ne fais pas le moine. J'ai connu bien des gens qui s'habiller en fonction de leur tribu. il y en avait plein qui avaient autant de personnalité qu'une cafetière, et une cafetière c'est utile !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jules Gassot

Jules Gassot est écrivain.

Il est l'auteur du Manuel de savoir-vivre à l’usage des jeunes filles (Stéphane Million Editeur, 2010)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€